Faire une histoire comparée des étudiants au XIXe siècle

Le 22 mars 2019, je terminais ma vie d’étudiant menée entre la France et l’Allemagne en soutenant ma thèse sur l’histoire des étudiants français et allemands, intitulée « Organiser les étudiants. Mobilisations collectives et formation d’un groupe social (Allemagne et France, 1880-1914) ». Ayant souvent tendance à être trop long, j’avais réduit le texte le plus possible, notamment en ce qui concerne les principaux résultats. Il me paraissait plus intéressant dans ce cadre de revenir sur la manière dont j’ai construit le sujet, et notamment sur la bifurcation opérée entre la thématique proposée dans mon projet de thèse et la problématique finalement retenue, et d’évoquer brièvement, pour lancer la discussion avec le jury, l’ouverture européenne de mes recherches, qui me tient particulièrement à cœur.


Exposé de soutenance du 22 mars 2019


Madame la présidente, Mesdames et Messieurs les membres du jury,

Je vous remercie d’avoir bien voulu discuter de mon travail sur les organisations étudiantes en France et en Allemagne.

Il y a 51 ans jour pour jour, des étudiants et étudiantes de l’université de Nanterre protestent contre l’arrestation de leurs camarades, qui ont manifesté deux jours plus tôt contre la guerre du Vietnam. Ils rédigent un manifeste, dans lequel les 142 étudiants signataires insistent : « Pour nous l’important est de pouvoir discuter de ces problèmes à l’université et d’y développer notre action ».

Plus proche de nous, le mois dernier, les étudiants et étudiantes de la Goethe Universität de Francfort-sur-le-Main ont élu leurs représentants au parlement étudiant. Dans un tract distribué les semaines précédentes, les étudiants sociaux-démocrates dressent un ensemble de mesures qu’ils comptent défendre concernant les conditions d’études et de vie des étudiants et étudiantes. Ils concluent cette liste par : « Nous voulons atteindre ces objectifs et d’autres avec et pour vous ».

Les étudiants d’aujourd’hui comme d’il y a 50 ans, en Allemagne et en France, peuvent donc être représentés par des organisations durables ou de circonstance, qui ont pour objectif de porter la voix étudiante à l’université et, partant, dans la société. Je montre dans ma thèse que cela n’a pas toujours été le cas. Prétendre parler au nom des étudiants n’est possible que depuis un peu plus d’un siècle, à l’issue d’un processus que je me propose d’éclairer.

Je vais d’abord revenir sur l’émergence de mon questionnement, puis présenterai quelques-uns de mes résultats. Je finirai par une piste d’élargissement possible, la comparaison européenne.

La lente formulation d’une approche et d’une question

J’ai retracé la lente et complexe genèse des organisations étudiantes françaises et allemandes depuis le début du XIXe siècle ; leurs modes de recrutement et de fonctionnement ; les formes d’engagement, de socialisation, de sociabilité et de politisation en leur sein ; les questions autour desquelles leurs membres se mobilisent. J’ai pour cela construit la comparaison franco-allemande sur une comparaison de plusieurs villes universitaires – principalement Paris, Lille et Montpellier en France, Berlin, Bonn, Fribourg-en-Brisgau et Heidelberg en Allemagne. C’est dans ces villes que j’ai mené mes principales recherches en archives. Il serait ici trop long de revenir sur les raisons qui m’ont mené à choisir ces villes et à détailler les multiples fonds d’archives qu’il m’a fallu dépouiller ; peut-être y reviendrons-nous lors de la discussion. Dans chacune de ces villes, j’ai analysé plusieurs formes d’organisations étudiantes. Plus exactement, j’ai montré que les concurrences entre ces diverses organisations étaient au cœur du fonctionnement de la vie étudiante durant les trois décennies avant la Première Guerre mondiale.

Cette analyse des organisations étudiantes m’a permis d’étayer l’hypothèse centrale qui structure ma recherche. Cette hypothèse soutient que se déroulent à partir des années 1880, en France et en Allemagne, trois processus intimement liés : 1) une meilleure intégration des étudiants à l’État-nation ; 2) l’émergence et la stabilisation des formes de mobilisation de ce que l’on appelle depuis les « années 68 » le mouvement étudiant ; et 3) la constitution des étudiants comme groupe social. J’ai postulé que les organisations étudiantes étaient au cœur de ce triple processus.

Même si elle y contribue, ma thèse ne constitue donc qu’en partie une histoire sociale des étudiants. L’analyse de leur recrutement social, de leur rapport aux études ou de certains aspects de leurs conditions de vie a été mise au service d’une socio-histoire de leur formation comme groupe social, à l’instar de celles qu’ont pu mener Luc Boltanski sur les cadres ou Jürgen Kocka sur les employés. Un élément central diffère cependant de ces travaux pionniers dans le cas des étudiants : ceux-ci sont définis bureaucratiquement, par leur statut d’inscrits à l’université. Il s’agissait donc de s’interroger sur le passage du statut au groupe. Je souhaiterais revenir sur la genèse de cette problématique.

Ma première confrontation à l’histoire des étudiants a eu lieu lors de ma deuxième année de licence, à l’université de Bamberg. Dans le cadre d’un séminaire sur l’histoire du XIXe siècle, j’ai eu à rédiger le commentaire d’extraits du discours de Heinrich Arminius Riemann à la Wartburgfest de 1817. Dans ce discours – brièvement évoqué dans le premier chapitre de ma thèse –, Riemann appelle ses camarades à s’organiser entre eux pour lutter en faveur de la fondation d’un État allemand unifié. Nombre des enjeux qui aboutissent à la fin du siècle sont donc bien déjà en germes : les étudiants doivent s’engager ensemble pour une cause, parce qu’étudiants et donc appelés à être l’élite de demain.

Dans mon mémoire de master, je me suis concentré sur les organisations étudiantes de la fin du siècle, à l’exemple de l’Association Générale des Étudiants de Paris et de la Burschenschaft Allemannia de Heidelberg. Cette première recherche m’a permis de me confronter à l’historiographie, et de bien vite découvrir le décalage immense entre les historiographies française et allemande sur les universités et les étudiants. J’ai également aperçu la grande variété de sources qu’il était possible de mobiliser pour écrire une histoire des étudiants, et là aussi toutes les différences qu’il existe entre les deux pays, tant en ce qui concerne les formes de cette documentation que les modalités de sa conservation. Dans ce mémoire, je me suis concentré sur les formes de sociabilité et de socialisation. Cet aspect essentiel de l’histoire des étudiants parcourt les différents chapitres de ma thèse.

Pourtant, c’est à un autre thème que je comptais m’attacher lorsque j’ai rédigé mon projet de thèse et entrepris mes nouvelles recherches archivistiques : les organisations étudiantes face au problème du prolétariat intellectuel. C’est lors de mes recherches pour mon mémoire de master que j’ai découvert ce thème et son omniprésence dans le débat public et universitaire à la fin du XIXe siècle, tant en France qu’en Allemagne. Me concentrer sur le prolétariat intellectuel m’aurait cependant amené à rédiger une autre thèse, qui aurait moins porté sur les étudiants et leurs organisations que sur le marché du travail intellectuel. Approfondir cette question m’a cependant fait comprendre l’importance qu’accordaient les élites au tournant du siècle à s’assurer que les jeunes gens faisant ou ayant fait des études ne se retournent pas contre l’ordre en place. Intégrer ces futurs membres des élites à l’État national est donc bien une problématique essentielle pour les tenants de l’ordre social et politique.

L’étape majeure dans l’articulation de ces questions a été la formulation du cadre d’analyse en termes d’espace social concurrentiel, ce que j’ai appelé espace des organisations étudiantes. Cette étape a été essentielle pour trois raisons. Elle m’a premièrement permis de recentrer le propos sur les organisations étudiantes. Deuxièmement, elle a renforcé l’aspect comparatif de mon travail : alors que l’analyse séparée des sources françaises et allemandes que j’accumulais tendait vers une opposition toujours plus grande entre les organisations des deux pays, dont les formes diffèrent tant, je disposais désormais d’un cadre interprétatif commun, sur lequel appuyer ma démonstration. Troisièmement, c’est l’analyse de ces concurrences au sein d’un espace étudiant spécifique et en voie d’autonomisation qui a fait émerger la question de la formation du groupe social.

Les organisations étudiantes et la formation du groupe social des étudiants : quelques résultats

Cette question du groupe social m’a amené à traiter de problèmes et de sujets très divers. Je vais présenter quelques-uns de mes résultats.

Interdites, réprimées, surveillées depuis le début du XIXe siècle, les velléités d’organisation collective des étudiants allemands et français ne peuvent réellement s’affirmer qu’à partir des années 1870/80. Ce changement majeur dans la vie universitaire est dû au ralliement massif des étudiants aux nouveaux régimes issus de la guerre franco-prussienne et à l’autorisation, voire au soutien, accordée aux organisations étudiantes par les pouvoirs publics.

En l’espace d’une trentaine d’années, l’associationnisme estudiantin connaît dans les deux pays une expansion et une diversification fulgurantes, au sein de chaque université et au niveau national, par la création de fédérations et unions. Le nombre d’organisations en Allemagne et leur diversité – des Verbindungen à la Freistudentenschaft en passant par les Vereine Deutscher Studenten ou les corporations catholiques – restent néanmoins tout au long de la période bien plus importants qu’en France, où il existe principalement de larges Associations générales et Associations corporatives. Parmi la multitude de formes de recrutement au sein de ces diverses organisations, on distingue un pôle élitiste, les Verbindungen, et un pôle libéral, les Associations générales. Ces formes de recrutement déterminent des formes d’engagement particulières au sein de ces organisations : homogènes dans les Verbindungen, hétérogènes dans les Associations générales et corporatives et les Freistudentenschaften. De là découlent des formes de délégation du pouvoir très différentes : nommer un Senior dans une corporation chaque semestre ne constitue pas un enjeu particulier, tandis que la délégation mandataire dans les associations françaises est essentielle, conduisant à de véritables campagnes électorales.

De la représentation des étudiants à l’obtention d’avantages matériels et intellectuels, en passant par les formes de sociabilité, les enjeux au cœur de la concurrence entre ces organisations se renforcent et se démultiplient eux aussi au cours de la période.

Je voudrais revenir ici un peu plus longuement sur la question de la politisation, qui constitue un processus central de ma démonstration. L’émergence de l’espace des organisations étudiantes s’inscrit dans le processus de démocratisation de la vie publique, très claire dans le cas de la Troisième République, longtemps sous-estimée dans le cas du Kaiserreich, bien qu’elle y soit plus limitée qu’en France.

Durant les décennies précédant les années 1880, les étudiants n’avaient que peu accès à la parole publique – par le biais de journaux éphémères, de quelques brochures ou lors de moments de mobilisation exceptionnels comme la révolution de 1848. Avec le développement d’organisations spécifiquement étudiantes, et leur autorisation, les étudiants comme ensemble de mieux en mieux circonscrit – grâce à des règlements, des lois, des statistiques plus précises –, peuvent désigner des porte-paroles reconnus par l’université et par l’État.

Le rapport au politique des étudiants promu par les membres des principales organisations repose sur le refus de l’engagement partisan et traduit ainsi leurs conditions de politisation : la politisation des étudiants doit s’inscrire dans l’ordre social dominant. Ce phénomène est particulièrement visible dans les mobilisations collectives autour du service militaire, c’est-à-dire qui concernent les devoirs de citoyen des étudiants.

Cette intégration à l’ordre en place passe également par des réseaux d’anciens ou de membres honoraires. Grâce à ces réseaux, les membres des organisations étudiantes, particulièrement en Allemagne, cherchent à s’intégrer à ce que Norbert Elias a appelé la « bonne société », tant au niveau local que national.

Les formes de politisation des étudiants se diversifient néanmoins au cours de la période, surtout après 1900. De nombreux contemporains constatent dans les deux pays cette politisation renforcée au début du XXe siècle. Elle est rendue visible par la création d’organisations se rattachant ouvertement à un courant politique en France (diverses tendances républicaines, monarchisme, socialisme), ou plus généralement à un courant idéologique en Allemagne (libéralisme, anti-ultramontanisme, nationalisme völkisch radical). Plus largement, cette diversification des formes de politisation fait du politique un véritable nouvel enjeu de concurrence entre les organisations, même celles se déclarant non-partisanes.

En menant une lutte concurrentielle pour représenter les étudiants et en développant des formes de sociabilité, socialisation et politisation propres aux étudiants, les membres des organisations étudiantes contribuent à faire exister les étudiants comme un groupe social à part entière. Les étudiants ne sont dès lors plus seulement des individus reliés entre eux par leur seul statut bureaucratique d’inscrits à l’université : ils constituent un groupe, dont les membres sont liés entre eux par des intérêts, des besoins, des manières d’être communs, groupe qui s’affirme comme tel au sein de l’université, et dans la société de manière générale.

Malgré la fragilité intrinsèque à chaque organisation, malgré les différences dans la vie d’étudiant entre un carabin et un juriste, malgré la persistance d’une part importante d’étudiants ne faisant partie d’aucune organisation, les étudiants engagés dans des organisations très diverses ont réussi à donner une consistance sociale au groupe des étudiants.

La force de ce groupe, comme de tant d’autres – du point de vue de ceux qui le promeuvent –, repose en premier lieu sur la possibilité que seule une minorité s’y investisse véritablement pour parler en son nom. Elle repose ensuite sur la reconnaissance officielle de ce groupe et de ses représentants par les universitaires, les hommes politiques et les autres agents de l’État.

De la comparaison franco-allemande à la comparaison européenne

Nous pourrons peut-être discuter des prolongements possibles de ma thèse. Je voudrais ici aborder la question de sa dimension européenne.

Revenir sur la formation du groupe social des étudiants m’a permis de proposer une histoire de l’État national par ses élites en devenir. Se pose alors la question de la dimension européenne des phénomènes analysés pour l’Allemagne et la France. L’Angleterre et son système de colleges, la Suisse et son réseau dense d’universités, la Belgique où les divisions entre Wallons et Flamands sont fortes dans un monde académique dominé par les francophones, sont autant de pistes d’approfondissement possibles.

Le cas italien se prête à mon sens particulièrement bien à un élargissement des problématiques que j’ai étudiées. D’un hymne des étudiants composé au lendemain de 1848, dans lequel l’auteur rêve de l’Italie unifiée, jusqu’aux manifestations étudiantes pour les terres irrédentes convoquées presque chaque année durant la décennie avant la Première Guerre mondiale, le rapport à l’État national est constitutif de l’engagement politique des étudiants italiens. Du point de vue de l’État, la politique volontariste d’unification de l’espace universitaire, mise en place par les nouveaux gouvernants dès le lendemain de la fondation du royaume d’Italie, constitue un facteur essentiel pour la définition des étudiants par l’État, par exemple par le biais de l’élaboration de règlements universitaires nationaux.

Une donnée diverge des cas français et allemand, et peut faire tout l’intérêt d’une étude comparative de l’émergence des étudiants italiens comme groupe social dans leur rapport à l’État national.

J’ai montré dans ma thèse le ralliement massif des étudiants aux nouveaux régimes que sont la Troisième République et le Kaiserreich, puis l’effritement partiel de ce soutien, du moins en France. Il semble qu’un tel ralliement, s’il a pu avoir lieu après la fondation du royaume d’Italie, ait toujours été plus limité et contesté parmi les étudiants italiens, avec la persistance du républicanisme, puis le développement du socialisme et, à l’opposé, l’apparition d’un violent nationalisme irrédentiste.

Une recherche comparative à l’échelle européenne des étudiants pourrait donc permettre d’écrire une histoire sociale et politique renouvelée des États nationaux au XIXe siècle.

Revenons cependant à ma thèse pour conclure. En 1893, un Burschenschafter de la Frankonia de Heidelberg, Eduard Heyck, écrit dans un questionnaire sur la vie étudiante locale, que « n’ont aucune valeur les descriptions de littérateurs français ou anglais, qui, pour connaître la vie étudiante allemande, choisissent en règle générale de visiter Heidelberg, mais n’y ont vu que des choses isolées et superficielles et n’ont absolument rien compris correctement ».

J’espère avoir fait mieux que les littérateurs moqués par Heyck. Par la comparaison de multiples formes d’organisations étudiantes dans plusieurs universités d’Allemagne et de France, en proposant une socio-histoire du rapport des étudiants au politique et à l’État national, j’ai tenté de comprendre, et de faire comprendre, quelque chose du monde étudiant d’avant 1914, qui, s’il diffère très largement de celui d’aujourd’hui, en a été constitutif de bien des manières.

Je vous remercie de votre attention et me réjouis par avance d’entendre vos questions et remarques.

Vielen Dank für Ihre Aufmerksamkeit, ich freue mich auf Ihre Fragen und Anmerkungen.

cliquez pour accéder au dépôt de la thèse sur TEL

1 réflexion sur « Faire une histoire comparée des étudiants au XIXe siècle »

  1. Ping : Studentenschaft – Studentenschaft

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.