Faire une thèse à l’Institut Universitaire de Florence : retour d’expérience

La cérémonie de remise des diplômes de l’Institut Universitaire Européen de Florence n’aura vraisemblablement pas lieu cette année, pour cause de pandémie de Covid-19. Pourtant, j’aurais du cette année, habillée d’une toge noire en synthétique arborée d’une grande bande bleue sur l’épaule, et par 35 degrés, recevoir mon diplôme de doctorat. La cérémonie sera certainement reportée, me laissant encore dans la douce illusion que cette période florentine n’est pas tout à fait close.

Jeunes docteur·es à la Conferring Ceremony de l’IUE en 2019, célébrée dans le cloître de la Badia Fiesolana. Crédits: European Europen Institute en CC sur Flickr

J’ai soutenu ma thèse en novembre 2019, et j’avais d’ailleurs à ce moment publié mon discours de présentation sur mon carnet Hypothèses. J’avais commencé mon doctorat en septembre 2014 : le parcours qui m’a amenée à l’IUE était un peu particulier, et j’avais essayé d’en faire une présentation assez générale dans un précédent billet sur Devenir Historien·ne. À l’époque, il y a donc plus de cinq ans, j’avais promis à Émilien Ruiz un deuxième billet qui reviendrait sur cette expérience du Doctorat en Histoire de l’IUE, une fois terminée. C’est donc ce que je vais tenter de faire aujourd’hui.

Je voudrais toutefois faire quelques remarques préliminaires. Tout d’abord, je ne vais parler ici que du doctorat en Histoire. Ensuite, il s’agit d’un retour d’expérience : si j’essaie de fournir des informations pratiques pour comprendre ce lieu de savoir un peu particulier, il s’agit bien d’un itinéraire singulier, le mien. Je précise que je garde un excellent souvenir de ces années, et tout s’est très bien passé. Je sais que ce n’est pas le cas pour tout le monde et ce billet n’a pas vocation à invisibiliser les difficultés que l’on peut aussi rencontrer à l’IUE.

Le programme doctoral du département d’Histoire et Civilisation de l’IUE

Je ne m’étais pas étendue sur le sujet du programme doctoral dans le premier billet, et c’est finalement un peu dommage. Je vais donc commencer par revenir sur la structure du programme tel qu’il s’est déroulé pour moi, sachant qu’il est susceptible d’avoir un peu évolué depuis, et encore plus si vous lisez ce billet dans quelques années.

Le programme doctoral est pensé sur quatre années financées. Le financement dépend de l’État-membre qui vous finance, il y a plusieurs statuts, mais je vais me concentrer sur le cas français.1). Pour généraliser une situation qui est plus complexe au cas par cas, chaque Doctoral Researcher (c’est le statut officiel, repris d’après la nomenclature utilisée dans la convention de 1972) est financé par l’État-membre dont il ou elle est ressortissante. Pour les Français et les Françaises, la première année est financée par une grant de l’Institut Universitaire Européen (environ 1 260€/mois) puis pour les trois dernières années, par un contrat doctoral de l’EHESS (env. 1 480€ – sans possibilité d’enseigner). Ce système, introduit par une nouvelle convention IUE-MESRI-EHESS signée en 2013, introduit un principe de co-direction : les doctorants et doctorantes sont sont dirigées par un ou une supervisor de l’IUE et une personne habilitée à diriger des recherches de l’EHESS ou d’un autre établissement d’enseignement supérieur français. L’idée de ce programme co-construit est de permettre une meilleure reconnaissance du diplôme en France. Je reviens sur cette question dans l’épilogue de ce billet.

Du point de vue du contenu, le programme est conçu autour d’un volume horaire non-négligeable de séminaires, de missions d’archives et de rendus très réguliers. L’année est divisée en deux semestres. La Faculté offre de nombreux séminaires et il est obligatoire d’en suivre un certain nombre pendant les deux premières années, avec l’objectif de fournir un tronc commun d’enseignement en méthodologie et historiographie à des promotions aux parcours particulièrement variés. En première année, les researchers doivent suivre quatre séminaires, déposer trois rendus en décembre, mars et juin. En deuxième année, il faut suivre trois séminaires, puis il n’est plus obligatoire de suivre des séminaires en troisième et quatrième années. Les thèmes des séminaires sont représentatifs des axes du recherche du Département d’Histoire et Civilisation et de ses différentes chaires : histoire comparée de l’Europe, histoire globale, histoire transnationale, histoire des sciences, histoire du genre, histoire économique, histoire intellectuelle. Il y a également un Thesis-Writing Seminar obligatoire, pendant lequel les researchers lisent toutes les semaines les travaux des unes et des autres. L’offre est assez variée, mais on notera toutefois que l’histoire ancienne et médiévale ne font pas partie du programme.

Les semaines peuvent être très chargées : concrètement, si l’on est sur place, on continue, même au-delà de la deuxième année, d’aller au séminaire de son ou sa supervisor, ou bien on assiste aux très nombreux événements, colloques, journées d’études, conférences. En plus de cela, le Language Centre permet de suivre des cours de langues gratuitement. J’ai suivi pour ma part des cours d’italien en début de programme, puis un atelier d’écriture en italien, mais aussi des cours d’allemand et j’ai même tenté un semestre d’espagnol. Pendant un mois, j’ai suivi un cours d’anglais académique, à raison de deux cours par semaine, ce qui m’a été extrêmement précieux pour apprendre à écrire et parler une langue universitaire. Le Language Centre organise également des petits ateliers à trois researchers pour s’entrelire, et là encore, ce suivi rapproché m’a été très utile, notamment pour enseigner aujourd’hui comment se lire et comment écrire à mes propres étudiants et étudiantes, mais aussi à être une collaboratrice critique et bienveillante avec mes collègues. Il est en outre possible d’organiser des working groups, à l’initiative des researchers. J’ai pour ma part fondé, avec José Beltran et Dorit Brixius, le History of Science working group, un lieu multiforme mais qui a surtout créé un espace spécialisé en histoire des sciences. Nos activités étaient organisées autour de la présentation mutuelle de nos travaux, de discussions autour de lectures, mais aussi de nombreuses interventions de spécialistes, grâce au soutien de Stéphane Van Damme, détenteur de la chaire d’histoire des sciences.

J’ai fait partie des membres avides d’activités et d’événements de l’IUE. En quatrième année, j’ai dû quitter Florence et même alors, j’ai continué de voyager en moyenne une fois toutes les 6 à 8 semaines entre Strasbourg et l’IUE (et un trajet représente 10h, c’est dire) pour être là. Vous avez probablement noté, dans le début du paragraphe précédent cette concession: “si l’on est sur place”. En effet, l’un des problèmes récurrents à l’IUE est … l’absence. La situation de Florence, le mode de recrutement international de l’IUE, mais aussi les très nombreuses incitations à participer à des conférences, à rencontrer des spécialistes ici et là, à mener des recherches sur cet autre site et autres sollicitations font qu’il est parfois difficile de se retrouver. C’est souvent fin mai ou début juin, lorsque l’on a rendu son One-Quarter, son Two-Thirds et qu’on est rentré de mission, que l’on se retrouve, au June Ball.

Le recrutement de l’IUE est principalement européen, et les thèmes et sites de sont souvent éloignés de Florence. L’IUE finance en partie ce qui s’appelle des research missions. Le transport est partiellement pris en charge selon un calcul kilométrique, et une indemnité journalière de 40€ environ pour deux fois quinze jours. Une conférence par an était financée selon les mêmes conditions, et pour trois jours maximum. Pour ma part, ce soutien financier était bienvenu mais ne couvrait pas mes dépenses réelles : mon terrain toulousain, par exemple, n’était géographiquement pas loin … mais faire un Florence-Toulouse à moins de 200€ relève du défi même en basse saison. Quant à trouver le gîte et le couvert à Paris pour 40€ par jour, c’est impossible comme dans toute grande ville du monde. Enfin, évidemment, nous partions tous et toutes pour plus d’un mois d’archives. On apprend donc l’art de la débrouille : dormir chez des copains et de copains de copains ; apprendre les dates précises d’ouverture des billetteries pour attraper les smart price, savoir que telle compagnie lance des promotions en telle période, connaître les meilleures combinaisons et passer parfois des heures à faire un assemblage entre Paris, Nantes et Lyon, sans dépenser une fortune et en tenant compte des disponibilités indiquées par l’hôte. Ces périodes de voyages étaient réparties sur le printemps et sur l’été, le plus souvent. Chaque année, on engrange ainsi des photos d’archives dans le but de rédiger un bout de la thèse qu’il faut rendre, chaque année également, sous forme de June Paper (année 1), One-Quarter (année 2), Two-Thirds (année 3), avant le Final Draft (année 4, en théorie).

Le programme doctoral de l’IUE est très structuré et parfois lourd, en comparaison avec ce que j’ai pu voir dans des universités françaises. Le différentiel de moyens est évident. L’encadrement est beaucoup plus resserré, les séminaires nombreux, les opportunités variées. Le rythme d’écriture est très différent également, puisque l’on doit s’y mettre dès la première année. C’est souvent insatisfaisant et douloureux, on ne garde finalement pas grand’chose de ses premiers écrits, mais j’ai trouvé la formule extrêmement efficace pour apprendre à écrire. La diversité culturelle et linguistique des membres de l’IUE impliquent que la plupart doit écrire et s’exprimer dans une langue étrangère, l’anglais. De fait, il est entendu que cette langue, écrite et parlée, doit s’apprendre : le geste d’écrire, notamment, n’est pas considéré comme un acquis. C’est une des forces du programme doctoral, selon moi, avec ce biais que les questions d’écritures m’intéressent beaucoup.

La fin de la thèse

La Villa Salviati qui accueille les départements d’Histoire et Civilisation et de Droit depuis 2016. Crédits: European Europen Institute en CC sur Flickr

Les parcours varient beaucoup pendant les dernières années, lorsque les séminaires ne sont plus obligatoires. Certains visages disparaissent alors complètement. On revoit le nom de telle personne deux ans plus tard lors de l’annonce de la soutenance ; on apprend telle nouvelle au détour d’un café. Nota: il bar est le point névralgique de la sociabilité du Département. On y avale son ristretto avant de commencer le matin ; on prend son cappuccino à 11h et on s’y retrouve après la pausa pranzo. C’est le lieu de convergence culturelle le plus plus significatif de l’IUE, un rare point de contact interne avec un personnel uniquement italophone, et le marqueur visible de la situation de l’IUE en Italie.

On quitte Florence et l’écrin de l’IUE souvent avant la fin du programme, et souvent pour des raisons personnelles. Les trajectoires varient beaucoup. On finit le plus souvent sa thèse loin de Florence car toutes et tous n’ont pas fini et soutenu au bout de la quatrième année. Des membres recherchent parfois des bourses ou fellowships ailleurs pour financer la cinquième année. Les researchers français peuvent postuler comme ATER ou bien vivent de l’allocation chômage le temps de terminer le manuscrit. Le programme doctoral prévoit en revanche que le manuscrit final de la thèse, le final draft soit déposé avant la fin du 48e mois suivant l’inscription. Il est possible d’obtenir une extension jusqu’à 60 mois, pour soutenance dans la 9 mois qui suivent.

Le déroulement de la fin de la thèse est assez différent de celui d’une école doctorale française. Concrètement, le processus de fin de thèse s’étale sur quatre mois. A une date t, la thèse est déposée. Elle est ensuite envoyée à tous les membres du jury pour relecture. La nomination du jury est soumise à validation par le Departmental Committee et de l’Executive Committee. Le jury est composé de quatre membres, dont les supervisor et second reader. Pour les researchers françaises et français, s’ajoute également le ou la co-directrice de l’EHESS ou d’un autre établissement. En général, les membres du jury ont ensuite deux mois pour produire un rapport qui valide ou non le manuscrit. Dans deux cas, corrections linguistiques requises ou corrections “mineures”, le final draft est accepté. Il est ensuite possible d’intégrer ou non les corrections. Le manuscrit peut être envoyé concomitamment à un ou une relectrice professionnelle pour correction. Dans mon cas, cela a été extrêmement précieux, et j’ai bénéficié d’une subvention du Département pour régler les honoraires de ma relectrice.

Il se passe environ un mois entre le retour des rapports et l’envoi final de la thèse pour impression. Trois semaines au moins avant la date de la soutenance, le manuscrit doit être déposé à la bibliothèque de l’IUE pour consultation publique. Si le jury a émis de plus grandes réserves et a énoncé des modifications importantes (“major”), nous avons jusqu’à six mois pour re-déposer un final draft modifié et relancer le processus. Dans tous les cas, la version imprimée pour la soutenance est la version finale, qui ne fait plus l’objet de corrections ultérieures dans la mesure où ces corrections ont été apportées en amont.

La soutenance à l’IUE suit un format également différent d’une soutenance à la française. Le jury est réduit et tous les membres ont déjà produit un rapport : cela permet d’avoir, bien en amont, une idée précise du jugement du jury sur son travail. La soutenance dure deux heures, ou exceptionnellement deux heures trente. La teneur des échanges est la même que dans un établissement français, la concision en plus. J’ignore d’ailleurs comment font celles et ceux qui soutiennent pendant quatre ou cinq heures, j’étais pour ma part au bout de mes capacités physiques et intellectuelles au bout des deux heures. Peut-être le bilinguisme y a-t-il contribué ? La langue de soutenance peut varier selon les cas, comme la langue de la thèse. J’ai rédigé en anglais, et la langue choisie pour ma soutenance était également l’anglais, mais une partie de la discussion a été menée également en français. Le jeu de bascule entre les deux, avec la tension, relevait vraiment du défi.

Un détail non négligeable : la thèse est imprimée par les services d’impression de l’IUE, et son coût est pris en charge par l’institution, ainsi que les coût d’envoi, le cas échéant. Quinze exemplaires sont réalisés, dont dix sont prévus pour les researchers et remis le jour de la soutenance. Je garde un souvenir ému des heures qui ont suivi ma soutenance, où désormais seule, encore hébétée et en hypoglycémie car je n’avais rien pu manger, après avoir signé plein de formulaires sans trop comprendre de quoi il retournait, j’avais pris le bus n°25 qui descend la via Bolognese vers le centre, avec mon gros carton rempli de manuscrits de thèse dans les bras, dans l’indifférence des autres usagers.

Épilogue

C’est finalement un sujet sur lequel je ne peux pas encore véritablement faire de bilan car je suis en pleine période de recherche d’emploi permanent. Ce point pose bien des questions, notamment, sur l’ouverture à l’international de la recherche française en SHS et de la reconnaissance des expériences en dehors des parcours “classiques”.

Plus pragmatiquement, la convention IUE-MESRI-EHESS de 2013, qui a reconfiguré la nature du financement des doctorant·es français·es de l’IUE avait pour but de favoriser leur insertion dans le paysage universitaire français : en d’autres termes, favoriser leur “retour” après un passage dans un lieu souvent méconnu, parfois obscur, parfois idéalisé. La mise en place du contrat doctoral a grandement changé les choses pour faire reconnaître ce doctorat réalisé à Florence en Italie, mais financé par la France, dans le cadre l’une organisation internationale (et non, la confusion est courante, dans un établissement étranger). Un arrêté du 20 octobre 1992 garantit d’ailleurs la reconnaissance du diplôme et les mêmes droits et prérogatives qu’un diplôme de doctorat de troisième cycle.

En terme de reconnaissance sociale, le diplôme de Doctorat de l’IUE ne déroge pas aux règles implicites qui régissent le monde de la recherche : il faut pouvoir s’insérer dans des réseaux de recherche et construire pendant le doctorat les relations qui permettront d’actionner des leviers de cette reconnaissance particulière des pairs qui est celle du recrutement. Elle est particulière car en ces temps de contraction très forte du marché de l’emploi permanent et temporaire, la reconnaissance des pairs n’est plus suffisante pour garantir un emploi. Là où le doctorat de l’IUE et son programme doctoral sont un atout, c’est dans les moyens donnés à cette construction. Pour ma part, j’ai pu rencontrer des dizaines de figures éminentes de mon domaine de recherche, l’histoire des sciences, directement à Florence car l’institution a les moyens de les inviter, d’où qu’ils ou elles viennent. J’ai parfois siroté un café al bar en leur compagnie. J’ai eu les moyens financiers, même si imparfaits, de me rendre à des dizaines de conférences et de présenter, discuter de mes pistes de recherche. Et surtout, les conditions de travail m’ont permis de reprendre ces pistes, de les réécrire en ayant du temps, de la disponibilité pour cela.

Le photocopieur, outil de travail de luxe. Crédits : Jaque Tseng, en cc sur Flickr

La bibliothèque, l’encadrement et l’aide offert par son personnel, les moyens alloués créent une mine : quasiment rien n’est impossible. Enfin, ce n’est pas rien : les conditions matérielles sont excellentes. Certes, il n’y a pas de bureaux personnels, mais il y a de grands espaces de travail, des comptes de photocopies, avec un crédit quasiment illimité et une maintenance continue et plusieurs machines par bâtiment. C’est un luxe.

L’Institut Universitaire Européen n’est pas le paradis. Il est surtout la preuve que les bonnes conditions de recherche sont celles qui sont suffisamment financées. C’est parfois aussi un lieu où la pression des pairs peut être très forte, d’autant plus qu’il est relativement replié sur lui-même (c’est un grand sujet, je ne l’aborde pas ici). C’est aussi un lieu où la traduction est un exercice permanent, obligeant une gymnastique de prise de distance constante qui peut être difficile. Quoi qu’il en soit, j’ai trouvé ma voie dans cet établissement. Je considère que j’ai eu de la chance d’avoir fait partie de ce lieu de savoir qui, à bien des égards, a fait l’historienne que je suis : “une vraie go-between”, paraît-il.2 

  1. Les textes des conventions qui régissent l’existence de l’IUE sont disponibles sur cette page : (https://www.eui.eu/About/Repository-of-Convention-texts []
  2. Il s’agit de l’un des commentaires émis lors de ma soutenance. []

Cette entrée a été publiée dans L'Institut universitaire européen de Florence, La soutenance, Lieux le par .

À propos Déborah Dubald

Docteure du Département d'Histoire et Civilisation de l'Institut Universitaire Européen à Florence (2019). Spécialiste des savoirs sur la nature et l'environnement au XIXe siècle, de l'histoire des collections et des musées naturalistes. Je m'intéresse particulièrement à l'échelle urbaine et/ou locale. Doctor of History and Civilisation of the European University Institute. I am interested in the history of natural and environmental knowledge and in the nineteenth century, in naturalist museums and collections, in knowledge and science practices, usually at the scale of the urban or the local.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.