Peut-on faire l’économie de l’histoire ? Verdun, Vichy, et les conditions d’un dialogue entre disciplines

Par Anne-Sophie Anglaret, Tal Bruttmann,
Sarah Gensburger, André Loez et Antoine Prost

Les sciences sociales se démarquent de la fiction et du sens commun non seulement par leur visée de vérité, mais aussi et surtout par la possibilité d’une discussion critique de leurs méthodes et de leurs résultats. C’est pourquoi nous nous félicitons de la controverse engagée avec les économistes Julia Cagé, Anna Dagorret, Pauline Grosjean et Saumitra Jha1 à propos de leur travail prétendant établir des liens entre expérience combattante dans la Première Guerre mondiale et collaboration durant l’Occupation. À l’heure où le débat public résonne d’invectives et où les discussions savantes sont difficilement séparables d’enjeux politiques, c’est purement sur le terrain des arguments et des preuves que nous entendons discuter leur travail. Une discussion serrée mais sans acrimonie, justifiée par l’importance des enjeux, à trois titres : sur le fond, l’envergure des événements historiques considérés ; sur le plan méthodologique, l’ampleur des désaccords, et, selon nous, des erreurs qu’il faut constater dans leurs textes, au regard même de leurs hypothèses ; sur celui, plus général, des conceptions de la recherche qui se dégagent de nos approches divergentes.

De Verdun à Vichy : les étapes d’une controverse

Cette discussion a connu quatre épisodes précédents, qu’il convient de rappeler brièvement. Dans un premier temps, en 2020, ces économistes ont présenté un travail de recherche détaillé (76 p.), en anglais, intitulé « Heroes and Villains: The Effects of Combat Heroism on Autocratic Values and Nazi Collaboration in France ». Ce texte présente un mécanisme simple bien que soutenu par de savants calculs : « les individus dans des municipalités qui ont servi à Verdun sous Pétain sont à 7-10% plus susceptibles de soutenir le régime autoritaire de Pétain et de participer à des organisations collaborationnistes »2 .

Quiconque a déjà travaillé sur l’Occupation mesure dès cette phrase liminaire quels amalgames sont faits entre soutien à Vichy et collaborationnisme pro-nazi, qui relèvent pourtant de logiques politiques différentes et en partie opposées. Et quiconque a déjà travaillé sur la Grande Guerre ne peut manquer de s’interroger sur le sens à donner à l’idée de « municipalités ayant servi à Verdun sous Pétain », puisque le brassage géographique des troupes est l’une des caractéristiques du conflit et de cette bataille en particulier.

Ce texte aurait cependant pu rester inaperçu et non discuté dans le champ de l’histoire, limité à l’approbation des économistes auxquels il a seulement été présenté, et qui lui ont même décerné un prix. Nous en avons pris connaissance grâce à la publication par les mêmes auteures d’une version abrégée, en français, qui résume leur propos en cherchant à le relier à l’actualité politique et médiatique en établissant une analogie avec le rôle joué par des anciens combattants américains dans l’assaut sur le Capitole, début janvier 2021. C’est donc dans un troisième temps que nous avons entrepris de répondre de façon détaillée à ces deux textes et à leurs assertions historiques, en raison des limites conceptuelles, des erreurs de fond et des problèmes de méthode qu’il nous semblait présenter.

Parmi les défauts pointés figuraient le caractère monocausal des raisonnements, l’incongruité du vocabulaire désignant des « héros » ou des « méchants », l’absence de toute définition de la « collaboration », l’absence de démonstration empiriquement fondée des mécanismes par lesquels des « réseaux d’individus aux parcours héroïques » auraient transmis des « valeurs autoritaires et anti-démocratiques » de la Première à la Seconde Guerre mondiale3 , la non-fiabilité des sources fondant les calculs, l’écart considérable entre les effectifs réels des mouvements collaborationnistes et les proportions utilisées dans leur travail, ainsi qu’une erreur basique d’appréhension des unités militaires de 1914-1918 obérant l’ensemble de ces conséquents efforts de quantification.

À ces objections, que nous ne reprendrons pas dans le détail ici, les auteures ont, à leur tour, rédigé une réponse. Celle-ci contient deux types d’arguments. Il s’agit d’abord, dès le sous-titre (« la statistique n’est pas une discipline facultative »), d’une disqualification de leurs contradicteurs, supposés ignorer la logique de leurs calculs : « nos détracteurs ne semblent pas avoir bien compris les fondements de nos méthodes statistiques4 . » Pire, nous n’aurions « pas pris la peine de comprendre » la démarche, étant « désinvoltes » dans la lecture5 . Une désinvolture qui tiendrait à nos appartenances professionnelles ainsi qu’à notre génération, selon cette observation sentencieuse : « Il fût un temps où les historiens se préoccupaient de développer une approche rigoureuse des sources quantitatives, et considéraient que la statistique n’était pas une matière facultative6 . »

Nous ne considérons pas du tout que la statistique puisse être une matière facultative. Nos propres travaux de recherche, appuyés pour partie sur des bases de données patiemment construites, et interrogées à l’aide de différents outils statistiques, l’attestent. Nous pensons simplement qu’il faut utiliser des données fiables, et dont nous sommes capables de retracer les modes de construction, pour mener des calculs, s’interroger sur le sens et la pertinence des catégories employées (telles que « collaborateurs »), et rapporter les résultats à des logiques sociales plausibles et cohérentes, non réductibles à la quantification. Nous pensons – et peut-être au fond est-ce hétérodoxe aux yeux d’économistes – que le calcul d’une corrélation n’établit pas une causalité7 . Derrière cette accusation de méconnaissance de la statistique se dévoile en fait une conception étonnamment restrictive de ce que serait l’« éco-histoire » et des outils statistiques dont elle disposerait : comme si les régressions servant à établir des corrélations étaient un instrument unique, parfait et probant, dès lors qu’un résultat statistiquement « significatif » est obtenu. Réaffirmons-le : les traitements statistiques – régressions ou autres – ne se substituent jamais à l’identification des mécanismes susceptibles d’expliquer les résultats et c’est d’ailleurs l’un des dangers que ces traitements représentent que d’avoir l’apparence de la vérité révélée et, ainsi, de sembler pouvoir se substituer à une pourtant nécessaire et indépassable interprétation. Nous chercherons à montrer ici pourquoi, à rebours d’une culture disciplinaire qui valorise ces démarches, celles-ci sont porteuses de lourdes déformations quand on cherche à les plaquer artificiellement sur des matériaux historiques non travaillés, ou du moins non suffisamment, en tant que sources.

La seconde ligne argumentative de Julia Cagé, Anna Dagorret, Pauline Grosjean et Saumitra Jha dans leur réponse consiste, sur le fond, à ne tenir aucun compte des nombreuses critiques formulées quant aux méthodes, aux sources et à l’argumentation, en réaffirmant la validité de leurs résultats, fondée sur la certitude que la corrélation calculée entre « Verdun sous Pétain » et « la collaboration » est si forte qu’elle ne peut tenir du hasard. Citons le passage le plus significatif de leur texte :

« Les résultats que nous obtenons sont-ils dus au hasard ? Cela est bien entendu une possibilité, comme toujours en matière d’analyse statistique. Mais compte tenu du très grand nombre de communes exploitées (près de 35 000), la probabilité pour qu’une telle relation ait été obtenue aléatoirement, c’est-à-dire pour que les communes ayant servi sous Pétain abritent davantage de collaborateurs, alors même que rien ne les distinguait avant la guerre, apparaît extrêmement faible : inférieure à 1% d’après nos estimations. Si nos détracteurs veulent refaire nos calculs, ils sont bien sûr libres de le faire. Mais remettre en cause notre travail et nos résultats de la façon dont ils le font, sans même avoir pris la peine de comprendre les fondements de notre méthode, nous semble problématique, et peu conforme aux usages de la recherche en sciences sociales8 . »

Même si nous ne pouvons pas « refaire [les] calculs » de nos collègues, puisque la principale source sur laquelle se fonde leur texte n’est pour l’instant versée dans aucun fonds d’archives9 , on peut (ré)expliquer de façon simple, et « conforme aux usages de la recherche », quelle erreur initiale d’appréhension des matériaux invalide l’ensemble de leur raisonnement. En faisant cela, nous poursuivons deux objectifs. Tout d’abord, nous voudrions pouvoir être entendus de nos collègues : l’histoire et les sciences sociales peuvent être utiles à l’économie, et peut-être encore plus quand celle-ci se définit comme « éco-histoire ». Nous appelons ainsi à un travail véritablement interdisciplinaire fait de respect mutuel. Ensuite, et à une époque où les « données » sont régulièrement invoquées de manière sauvage pour servir de fondement à telle ou telle « fake news », il nous semble important de montrer à tout à chacun à quel point les résultats de traitements statistiques, même réalisés par des chercheuses éminentes, doivent toujours être ramenés à leurs conditions de production si l’on veut en tirer des conclusions.

La fausse séparation entre communes « ayant servi » ou non « sous Pétain »

Le raisonnement des économistes qui prétendent associer « Verdun » à « Vichy » repose sur un fondement spatial : elles séparent des lieux dont les soldats auraient « combattu à Verdun sous Pétain » d’autres où ce ne serait pas le cas. Le problème est, qu’en réalité, des soldats de la totalité du territoire ont combattu « à Verdun sous Pétain » dans les mêmes proportions.

Des cartes valant parfois mieux que de longs discours, examinons d’abord celles que produisent les auteures, qui leur servent ensuite à calculer, parmi les municipalités françaises, lesquelles auraient une proportion plus grande de « collaborateurs ». Pour cela, elles divisent le territoire en quatre zones : dans deux d’entre elles (hachures verticales ou horizontales), tout ou partie des régiments aurait à un moment ou un autre « servi à Verdun sous Pétain », dans la troisième (hachures obliques), il s’agit des municipalités dont les hommes auraient combattu à Verdun mais à seulement partir de mai 1916 lorsque Pétain n’était plus à la tête de la IIe armée (« Verdun not Pétain »). La dernière zone, blanche, n’aurait pas été du tout présente à Verdun.

Source : « Heroes and villains », p. 14

S’il est question de calculs à l’échelle des « municipalités », et même de « 35.000 communes » dans les textes de Julia Cagé, Anna Dagorret, Pauline Grosjean et Saumitra Jha, on voit que, d’après leurs propres cartes et données, ce sont en réalité des zones larges qui sont concernées, puisque les calculs se fondent sur les bassins de recrutement militaires d’avant 1914, homogènes sur le plan géographique. Ainsi l’ensemble des départements de l’Ain ou de la Manche sont censés avoir échappé à la bataille de Verdun (« not Verdun »), mais aussi la moitié ouest de celui de la Somme, par exemple ; de même, les soldats de la Vendée ou de la Corse, départements hachurés en diagonale, n’auraient pas « servi à Verdun sous Pétain » (« Verdun not Pétain »). Au total, ce ne sont pas moins de 28 départements qui dans leur totalité n’auraient pas été concernés par les combats de mars-avril 1916 dans la Meuse10 . Cela illustre leur affirmation suivant laquelle « 50,1% de toutes les municipalités françaises, et un peu plus de la moitié (54,34%) de ceux ayant servi à Verdun, l’ont fait dans l’un des 92 régiments ayant tourné sous le commandement de Pétain »11

Le problème est que ces chiffres, cette carte, et donc la variable « servi à Verdun sous Pétain », sont de purs artefacts qui n’ont aucun sens et aucun rapport avec la réalité observable durant la Grande Guerre. En effet, au fond de notre critique, et de notre désaccord avec nos collègues économistes, existe un sérieux malentendu sur la manière dont fonctionnent les régiments français de 1914-1918. Les auteures se fondent sur les lieux de recrutement initiaux de 144 régiments d’infanterie, afin d’isoler quelles unités auraient « servi sous Pétain à Verdun » en 1916, durant les deux mois environ où il fut à la tête de la IIe armée combattant dans le secteur. Nous arguons que cette utilisation du bassin de recrutement initial n’a aucun sens compte tenu du mélange géographique des troupes, dès le début de la guerre et à plus forte raison en 1916, associé au doublement du nombre des régiments12 .

Puisque les auteures prétendent rattacher une municipalité à un régiment, en dépit du brassage ultérieur, il faut en conclure qu’elles supposent qu’une part significative des membres du régiment continuait à venir des communes qui dépendaient originellement du bureau de recrutement. Prenons au hasard l’exemple de Châteauroux, siège du 90e régiment d’infanterie, et regardons les morts pour la France13 entre août 1914 et décembre 1916, parmi les fantassins de la classe 1914 passés par le bureau de recrutement de la commune. 10 % d’entre eux seulement se trouvaient au moment de leur mort au sein du 90e régiment : soit une proportion comparable à ceux qui faisaient partie du 13e (basé à Nevers), du 79e (Nancy, Neufchâteau), du 85ee (Cosne) et du 95e (Bourges).  Inversement, regardons les morts pour la France entre août 1914 et décembre 1916, parmi les fantassins de la classe 1914 au sein du 90e régiment : seuls 10 % ont été recrutés à Châteauroux, c’est-à-dire moins qu’à Limoges ou à Guéret. Les affectations initiales, celles sur lesquelles raisonnent nos collègues, ne correspondent pas à la réalité de la Grande Guerre. Les données sur lesquelles elles ont travaillé sont celles, statiques et théoriques, du temps de paix, qui n’ont pas plus de rapport avec l’expérience réelle des affectations durant le conflit, et du combat à Verdun en 1916, qu’une carte des régiments de l’époque napoléonienne ou qu’une carte des régions militaires sous le Second Empire.

Puisqu’il serait trop long d’effectuer l’exercice sur l’ensemble des bureaux, et que nos explications initiales sur le brassage des troupes n’ont pas été comprises, on peut adopter une approche plus systématique. Proposons une autre carte qui permettra de constater le problème. Il s’agit de celle des « morts pour la France » dans le département de la Meuse en mars-avril 1916, soit les deux mois au cours desquels la bataille de Verdun y fait rage, sous le commandement de Pétain14 . Une observation s’impose aisément : ce sont des hommes nés sur l’ensemble du territoire français qui ont « combattu à Verdun sous Pétain ». Le château de cartes statistique tout entier sur lequel repose leur recherche ne tient pas.

Carte établie d’après la base « Morts pour la France » ; nombre de morts par départements rapporté à leur population au recensement de 1911

Parmi les départements non concernés par « Verdun sous Pétain » suivant les auteures, on peut ainsi citer la Côte-d’Or : 420 morts en deux mois, soit 1,19 pour mille habitants. Pour l’Oise (« Not Verdun » et « Verdun not Pétain »), les combats ont fait 359 morts (0,87 pour mille habitants). Même proportion (0,87) dans les Deux-Sèvres et leurs 295 morts (« Verdun not Pétain »). Des proportions plus élevées que dans certaines zones considérées comme mobilisées sous Pétain à Verdun (« Verdun under Pétain »), comme la Drôme (208 morts, 0,71 morts pour mille habitants) ou les Côtes-du-Nord (334 morts, 0,55 morts pour mille habitants). Ces deux mois de combats dans la Meuse, au plus fort de l’offensive allemande initiale sur Verdun, ont fait un peu plus de 26.000 morts au total : 0,66 morts pour mille habitants. Dans les 28 départements qui d’après les cartes de Julia Cagé, Anna Dagorret, Pauline Grosjean et Saumitra Jha n’ont « pas servi sous Verdun à Pétain », ce taux s’établit à 0,6 pour mille : un écart minime, qui interdit de leur assigner cette caractéristique.

La bataille de Verdun a concerné dès l’origine des soldats de tout le territoire, en raison du mélange des soldats dans plus de 300 régiments. L’idée qu’on pourrait utiliser le combat « à Verdun sous Pétain » comme variable géographique, entre municipalités, pour effectuer des calculs et des comparaisons avec le devenir électoral ou politique de ces zones dix ou vingt ans plus tard est une hypothèse mal conçue, dont les résultats sont faux – quelle que soit la robustesse de la « corrélation » ainsi obtenue.  

Des méthodes économétriques non transposables aux matériaux historiques

Une fois l’ensemble des calculs invalidés, on peut revenir sur d’autres points problématiques. La robustesse de cette corrélation entre « Verdun sous Pétain » et « collaboration » (une notion jamais définie dans leurs textes, rappelons-le) peut elle-même être questionnée. Le taux cité dans leur travail, d’après lequel certaines communes abriteraient davantage de « collaborateurs » dans une proportion de « 9% », est un artifice de présentation qui ne tient pas lorsqu’on l’examine en valeur absolue.

Pour les lecteurs extérieurs à l’enquête, ce que nous sommes, cet examen est rendu difficile par le manque de clarté dans la présentation des méthodes et des résultats de nos collègues économistes, qu’on peut regretter. Faute de transparence suffisante, l’usage de la statistique tourne à l’argument d’autorité. Ainsi ce taux de « collaboration » par commune, au cœur de l’article, n’est jamais indiqué en langage naturel. Il faut aller le trouver dans un tableau de la recherche initiale, en anglais : du tableau IV (celui qui doit montrer le lien entre la collaboration et les municipalités « Verdun sous Pétain »), on peut déduire que le taux de « collaboration » dont il est question passerait en réalité, dans le cas où la corrélation serait la plus forte, de 0,32 % à 0,35 %. Il s’agit bien, comme annoncé, d’une augmentation de 9 % : mais sur des effectifs infimes, et historiquement insignifiants15 . Si l’on transpose ces taux en formulations plus lisibles, il s’agirait de 32 « collaborateurs » pour 10.000 habitants dans les communes n’ayant « pas servi à Verdun sous Pétain », contre 35 pour 10.000 dans les autres. On le voit : sous l’apparence de rigueur et de scientificité que donnent les calculs de corrélation se trouvent des données chiffrées non probantes, au regard des standards d’administration de la preuve en histoire, y compris en histoire quantitative.

D’autre part, l’interprétation des résultats est systématiquement orientée de façon à mettre en valeur et confirmer l’hypothèse favorite des auteures. Parmi les variables choisies pour expliquer la présence plus ou moins importante de « collaborateurs » dans les municipalités, celle qui ressort le plus nettement n’est pas, loin s’en faut, la variable « Verdun sous Pétain », mais la population. Cette corrélation bien plus frappante est jugée peu digne d’enquête sous prétexte que « les municipalités rurales moins peuplées tendaient, en France comme ailleurs, à être davantage conservatrices16 . » On pourrait pourtant s’interroger non seulement sur le lien entre la collaboration et la taille de la population, mais aussi sur la plus grande probabilité d’être porté sur une liste de « collaborateurs » (et donc désigné par ses voisins ou connaissances) lorsqu’on habite dans une ville ou un petit village ou encore sur la présupposition d’une équivalence entre « collaboration » et « conservatisme », ce qui est là encore très réducteur pour qui a étudié la période.

Plus largement, sans doute faut-il redire – et acter de nouveau, à regret, une différence disciplinaire – qu’à nos yeux, pour comprendre des mécanismes historiques, une corrélation, fût-elle établie (on l’a vu, elle ne l’est pas), n’est pas suffisante à établir une causalité car elle ne renferme jamais en elle-même son interprétation. C’est même l’un des fondements, là encore, de l’enquête en sciences sociales, qui conduit à ne pas se limiter au repérage de faits consécutifs ou de liens statistiques apparents (même avec la précaution supposée de variables de contrôle), pour en déduire qu’un lien causal existerait. En admettant que les calculs de nos collègues aient effectivement indiqué une corrélation entre « combat à Verdun sous Pétain » et « collaboration », et non entre deux artefacts, cela ne constituerait pas en soi un résultat historique, mais le simple point de départ d’une véritable enquête visant à établir de quelle nature serait un tel lien, de quelle façon il opérerait sur des individus aux appartenances et opinions différentes, par quels mécanismes sociaux il se serait concrétisé tout au long de l’entre-deux-guerres, etc. L’absence de tout travail sur ce point n’empêche pas les auteures d’employer, comme s’il s’agissait d’une chose factuellement établie, une formulation comme « le réseau des héros de Pétain, qui suivaient leur chef et influençaient leur entourage »17 . De tels énoncés renvoient, comme nous l’écrivions, à la méconnaissance des relations avec les officiers et de la nature de l’expérience de guerre en 1914-1918 : c’est bien davantage auprès des officiers de contact, plus que du lointain chef d’une armée, qu’une cristallisation d’affinités « héroïques » pourrait, dans certains cas précis qu’il conviendrait d’étudier empiriquement, se produire. L’adhésion à Pétain liée à la présence « sous ses ordres » durant deux mois n’était pas une « hypothèse plausible »18 .

Comment (ne pas) critiquer une source historique

Le caractère artificiel de la variable « Verdun sous Pétain » suffirait à démontrer pourquoi les calculs croisant cette appartenance géographique et un fichier de « collaborateurs » sont dépourvus de valeur. Il faut toutefois redire combien le travail sur ce dernier document présente des problèmes méthodologiques tout aussi préoccupants. C’est d’autant plus frappant que les auteures insistent dans leur dernier texte, à deux reprises, sur la qualité de leur travail de contextualisation :

« Nous soulignons au contraire dans notre travail de recherche toutes ses imperfections et discutons des biais qui peuvent provenir des modalités dans lesquelles elle a été établie. (…) les auteurs nous accusent de ne pas porter une attention suffisante aux sources. Ceci est faux. Nous passons une large partie de notre article à décrire nos sources, et en particulier la liste des collaborateurs récemment déclassifiée sur laquelle se basent nos travaux, à essayer d’élucider les circonstances dans laquelle elle fut constituée, à en reconnaître les limitations potentielles19 . »

Prenons au sérieux ces affirmations et examinons le travail effectué sur cette source. Il s’agit d’un fichier nullement « déclassifié », et non versé dans un dépôt d’archives. On sait peu de choses sur cette liste, sinon qu’elle a été en possession du colonel Paillole, un ancien militaire giraudiste qui fut membre des services secrets de la France libre jusqu’en novembre 1944. Les auteures parlent d’une liste « collectée en 1944-1945 sous la supervision de Paul Paillole »20 : une double erreur, donc, puisqu’il a quitté ses fonctions fin 1944, et que rien n’indique qu’il ait été à l’origine de ce document. Elles écrivent ensuite que le fichier comporterait « les noms de tous les membres du Parti Populaire Français (PPF), qui font désormais partie de nos données » : nouvelle erreur, puisque 9.403 noms y sont attribués au PPF, alors que celui-ci comporte, suivant les estimations, entre 40.000 et 50.000 membres21 . Il est tout aussi faux d’écrire que la liste « capture tout le spectre de la collaboration, de la collaboration économique à l’adhésion à des partis collaborationnistes ou des groupes paramilitaires » : de l’aveu de l’auteur pourtant peu rigoureux ayant fait connaître cette liste, la collaboration économique y tient une place négligeable. Il parlait, pour ce document, d’une « liste faite de bric et de broc, avec une restitution douteuse dans sa forme, comme si elle avait été à plusieurs reprises retouchée, expurgée possiblement, ou allongée »22 : difficile de voir là une base solide pour la quantification. D’autres erreurs d’appréhension sont manifestes, dans la nomenclature notamment : les économistes évoquent parmi les groupes qu’elles classent comme « nazis » les membres supposés des « Affaires Juives (Association des Administrations Provisoires) »23 alors qu’il s’agit des administrateurs provisoires, c’est-à-dire des individus chargés de gérer les biens juifs spoliés par le Commissariat général aux questions juives, un organe de Vichy et non de l’Allemagne nazie. Cela révèle au passage un nouveau biais d’ampleur de la source qu’elles utilisent, susceptible de fausser les calculs : quelques dizaines d’administrateurs provisoires membres de cette association sont comptabilisés, mais pas l’ensemble des quelque 6 000 administrateurs provisoires ayant opéré. Or les biens « aryanisés » se trouvant majoritairement dans les grandes villes, pour beaucoup dans le département de la Seine, la répartition géographique d’ensemble s’en trouverait modifiée, et la supposée corrélation fragilisée.

On le voit, contrairement à ce qui est affirmé, aucun travail sérieux n’a été effectué sur la provenance et la nature de ce document, dont l’attribution même est fautive dans le travail que nous critiquons. Notons qu’il aurait été possible, au prix certes d’un conséquent effort de recherche, d’utiliser les procédures judiciaires menées lors de l’épuration pour une approche quantifiée du phénomène collaborateur : c’est d’ailleurs une démarche effectuée dans plusieurs travaux de référence, malheureusement absents de la bibliographie des auteures24 . Cela aurait surtout nécessité une réflexion sur la catégorie même de « collaboration » employée dans leur travail, qui constitue un fourre-tout conceptuel trompeur, à rebours de toute l’historiographie de l’Occupation depuis cinq décennies – nous n’y revenons pas.

Conclusion : les conditions d’un dialogue entre disciplines

Travailler sur ces questions, prendre part à cette controverse, a constitué pour nous une découverte. Pas tant sur le fond des interprétations suggérées, qui n’ont vraiment rien de neuf : l’idée selon laquelle les anciens combattants auraient soutenu Pétain et Vichy figure même parmi les lieux communs historiographiques encore ancrés, qu’il convient de critiquer. Mais plutôt sur l’écart gigantesque, en termes de méthodes et de conceptions de la recherche, qui semble séparer les praticiennes et praticiens de l’histoire, entendue comme étude du passé fondée sur une exploitation méthodique de ses sources, et les économistes qui entendent s’emparer de « données » du passé pour y pratiquer des expériences, en s’affranchissant du coût en temps, en travail spécifique, en construction intellectuelle d’un objet de recherche, qu’implique l’investissement dans un champ. Deux séries de chiffres, et des calculs de corrélation entre les deux suffiraient à établir des causalités, sans s’encombrer d’un fastidieux travail bibliographique, d’une réflexion sur la terminologie et les catégories conceptuelles, ou encore d’une critique prudente des sources. On a montré quelles erreurs pouvaient découler de ce type d’approches : erreurs de calcul, qui ne seraient pas si dommageables si, en touchant à des enjeux historiques et même civiques cruciaux, elles n’engageaient pas des erreurs de perspective. Ni la Grande Guerre, ni l’Occupation ne peuvent s’appréhender à travers des « héros » et des « méchants », et par un mécanisme monocausal faisant passer de l’un à l’autre. Cela nous semblait évident : nous découvrons que, dans d’autres cultures disciplinaires, cela ne l’est pas. C’est pourquoi ce texte se clôt par l’espoir d’un dialogue entre disciplines, qui ne porterait pas seulement sur l’exactitude de calculs ou la validité d’outils, mais sur le type même de savoir que l’on cherche à produire, les hypothèses que cela engage, et sur ce qui constitue véritablement un « résultat » en sciences sociales : une corrélation robuste, ou un problème bien posé ? L’idéal est précisément d’obtenir les deux à la fois ce qui nécessite un véritable dialogue interdisciplinaire en amont des traitements statistiques.


Les auteur·e·s

Anne-Sophie Anglaret est docteure en histoire, et spécialiste de la Légion française des combattants.

Tal Bruttmann est historien. Ses travaux portent sur les politiques antisémites en France pendant la Seconde Guerre mondiale, ainsi que sur la « solution finale ». Il est notamment l’auteur de La Logique des bourreaux (Hachette Littératures, 2003), Au bureau des Affaires juives. L’administration française et l’application de la législation antisémite, 1940-1944 (La Découverte, 2006) et Auschwitz (La découverte, 2015). Il a codirigé Pour une microhistoire de la Shoah (avec I. Ermakoff, N. Mariot et C. Zalc, Seuil, 2012) et coécrit Les 100 mots de la Shoah (avec Christophe Tarricone, PUF, 2018). Il a récemment publié Die fotografische Inszenierung des Verbrechens: Ein Album aus Auschwitz (avec S. Hördler et C. Kreutzmüller, WBG, 2019).

Sarah Gensburger est chercheuse au CNRS et pratique plusieurs disciplines comme la recherche collective. En tant qu’historienne, elle est spécialiste de la spoliation des Juifs et du rapport de la population aux politiques antisémites. Elle a notamment publié Witnessing the Robbing of the Jews. A Photographic Album (Paris, 1940-1944) (Indiana University Press, 2015) et travaille actuellement, avec I. Backouche et E. Le Bourhis, à une grande enquête sur le logement à Paris pendant la Shoah. En tant que sociologue du politique, elle est spécialiste de la mémoire. Ses ouvrages les plus récents sont : Beyond Memory. Can we really learn from the Past ? avec S. Lefranc (Palgrave, 2020) et Memory on my doorstep. Chronicles of the Bataclan Neighborhood (Leuven University Press, 2019)

André Loez est agrégé et docteur en histoire. Spécialiste de la Grande Guerre, professeur en classes préparatoires littéraires, il contribue au « Monde des Livres » et anime le podcast http://parolesdhistoire.fr. Il a notamment publié 14-18, refuser la guerre. Une histoire des mutins (Gallimard, 2010) et La Grande Guerre, carnet du centenaire (avec Nicolas Offenstadt, Albin Michel, 2013). Il a dirigé l’ouvrage collectif Mondes en guerre, vol. III : Guerres mondiales et impériales, 1870-1945 (Passés composés, 2020).

Antoine Prost est historien, professeur émérite à l’Université Paris-I. Ses travaux portent sur la Grande Guerre, le syndicalisme, l’école, et l’histoire sociale de la France au XXe siècle. Il a récemment publié Les Français de la Belle époque (Gallimard, 2019).


Notes

  1. Dans ce qui suit, et comme nous l’avions déjà précisé lors de notre première réponse, nous emploierons le « elles » de majorité pour les décrire, même si, nous le savons pertinemment, « l’une » d’entre elles est un homme []
  2. « Heroes and Villains », p. 3 : « We next show that individuals in municipalities that served under Pétain at Verdun were around 7-10% more likely to support Pétain’s authoritarian regime and participate in collaborationist organizations » []
  3. Ibid., p. 5 []
  4. « Vive l’éco-histoire », p. 2 ; la pagination renvoie au document pdf imprimable sur le site d’AOC []
  5. Ibid., p. 3 []
  6. Ibid., p. 3 []
  7. Voir les débats autour de la causalité dans les travaux d’économétrie présentés par Sacha Bourgeois-Gironde et Éric Monnet. « Expériences naturelles et causalité en histoire économique. Quels rapports à la théorie et à la temporalité ? », Annales. Histoire, Sciences Sociales, 72/4, 2017, p. 1087-1116 []
  8. « Vive l’éco-histoire », p. 3 []
  9. Les auteures écrivent que ce fichier a été « récemment déclassifié » (« Vive l’éco-histoire », p. 4) : c’est inexact tant pour le vocabulaire que pour le fond, puisque ce document n’a jamais été « classifié », ayant été conservé et transmis depuis la guerre à des personnes privées, dont l’auteur Dominique Lormier qui l’a publié sous forme de « coup éditorial », sous le titre racoleur et inexact Les 100.000 collabos : le fichier interdit de la collaboration (Paris, Le cherche midi, 2017), aux antipodes d’un travail rigoureux d’édition de sources []
  10. Ain, Ardèche, Aude, Aveyron, Charente-Maritime, Corse, Côte-d’Or, Gard, Gironde, Hérault, Landes, Loiret, Lot, Lot-et-Garonne, Lozère, Manche, Oise, Pyrénées-Atlantiques, Hautes-Pyrénées, Pyrénées-Orientales, Saône-et-Loire, Deux-Sèvres, Somme, Tarn, Tarn-et-Garonne, Vaucluse, Vendée, Yonne []
  11. « Heroes and villains », p. 12 []
  12. Nous avions pris dans notre réponse l’exemple du 151e régiment d’infanterie, qu’elles avaient explicitement écarté de leur étude : on peut à la fois en prendre acte, et indiquer que les mécanismes de son brassage territorial sont identiques à ceux de l’ensemble de l’armée, et qu’elles semblent méconnaitre []
  13. Calculs effectués à partir de la base « Morts pour la France » du site « Mémoire des hommes » []
  14. Carte établie d’après la base « Morts pour la France » ; nombre de morts par départements rapporté à leur population au recensement de 1911 []
  15. Cf. Stephen T. Ziliak and Deirdre N. McCloskey, The Cult of Statistical Significance: How the Standard Error Costs Us Jobs, Justice, and Lives, Ann Arbor (Mich.), University of Michigan Press, 2008 []
  16. « Heroes and Villains », p. 26 []
  17. « Pétain’s network of heroes, who followed their leader and swayed others around them », ibid., p. 34 []
  18. « Vive l’éco-histoire », p. 1 []
  19. Ibid., p. 5 []
  20. « Heroes and Villains », p. 23 []
  21. Ibid., p. 24 ; un passage d’ailleurs contredit dans le même document par l’annexe B1 qui évoque les chiffres établis par Philippe Burrin []
  22. Dominique Lormier, op. cit., p. 253 []
  23. « Heroes and Villains », p. 32 []
  24. Henry Rousso, « L’épuration en France » in Vichy. L’événement, la mémoire, l’histoire, Paris, Gallimard, 2001 ; François Rouquet et Fabrice Virgili, Les Françaises, les Français et l’épuration. De 1940 à nos jours, Paris, Gallimard, 2018 ; Marc Bergère, L’épuration en France, Paris, PUF, 2018 []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.