Initier à l’historiographie avec Wikipedia (et vice versa) : retour sur une expérience pédagogique

Dans le cadre de ma charge d’enseignement en tant qu’ATER à l’Université de Franche-Comté au second semestre 2020-2021, j’ai donné un cours d’ « outils numériques pour l’historien » à des étudiant·e·s en troisième année de Licence d’histoire. Je souhaiterais dans ce billet revenir sur la thématique qui a structuré l’ensemble des séances et les manières dont nous l’avons abordée, puisque tous les exercices menés tournaient autour de cette thématique et ont servi de point d’appui au travail de validation finale. Ce billet a donc pour objectif à la fois de publiciser les résultats des travaux des étudiant·e·s et, peut-être, de servir d’inspiration pour d’autres du même genre.

Le cours était une introduction (voire une introduction à l’introduction) aux outils numériques, plus exactement aux outils numériques les plus facilement accessibles, pouvant servir aux études et à la recherche historiques. Nous avons principalement abordé les ressources numériques (bibliothèques en ligne, archives numérisées et nativement numériques, bases de données en ligne, émissions historiques en ligne : chaînes YouTube, podcast), Wikipédia (usages et risques, construction d’une page, onglet de discussion), le traitement de texte et les tableurs. Bref, rien de révolutionnaire, ces différents éléments étant le plus souvent au cœur des enseignements d’initiation au numérique. J’ai d’emblée exclu tous les logiciels, que ce soit Zotero, logiciels de cartographie, d’analyse de réseau, etc. ; d’abord parce que je ne les maîtrise pas forcément, et surtout parce que le format du cours ne le permettait pas. Je ne disposais que de 12 heures (officiellement divisées en 6h CM et 6h TD) réparties… sur les cinq dernières semaines de cours. Autant dire que c’est allé très, très vite, et qu’il n’était pas possible d’aller au fond des choses.

Une thématique historique commune pour aborder les outils numériques

Pour pallier ce format restreint et le fait que le cours avait lieu en distanciel intégral (synchrone), j’ai choisi un thème commun à l’ensemble des séances, qui a servi de fil conducteur : les enseignants en sciences historiques de l’Université de Besançon. Ce choix a été motivé pour faire découvrir aux étudiant·e·s une facette de l’histoire de leur établissement et de leur discipline et, plus particulièrement concernant les outils numériques, par la numérisation sur Gallica de la série quasi-complète de l’Annuaire de l’université, de l’année universitaire 1898/99 à l’année 1936/37. L’Université de Besançon avait la particularité d’être l’une des plus petites universités de France : à peine 237 étudiant·e·s en 1899/1900 et 525 en 1936/37, dont respectivement 67 et 240 à la Faculté des lettres. Pour les étudiant·e·s les plus intéressé·e·s par le sujet, j’avais fourni quelques extraits de livres et articles sur l’histoire des historiens et/ou des universités sous la Troisième République1.

La quasi-totalité des exercices réalisés en séance s’appuyait sur ces Annuaires – ou, a minima, portait sur l’histoire de l’université de Besançon et des historiens : réflexion sur les archives numérisées et petites recherches sur le web, fonctionnalités de base du traitement de texte (mise en page, notes de bas de page et bibliographie, etc.), réalisation d’une mini-base de données sur un tableur. L’objectif de ce dernier exercice était de réaliser une base de données de l’ensemble des enseignants bisontins en sciences historiques durant la période couverte par les Annuaires disponibles sur Gallica, avec des informations biographiques (date et lieu de naissance et de décès, études et parcours universitaire, statut, etc.) et la liste de leurs cours donnés à Besançon. La réalisation de la base de données n’a cependant pas été entièrement couronnée de succès, principalement faute de temps, et j’ai décidé de l’abandonner en cours de route, pour que les étudiant·e·s puissent se concentrer sur l’exercice final, devant combiner tout ce qui avait été vu en séances : la réalisation de fiches biographiques (type) Wikipédia.

Objectif : rédiger les fiches Wikipédia des enseignants en sciences historiques de Besançon du premier XXe siècle

Bien que la base de données n’ait finalement pas aboutie, le travail des étudiant·e·s a permis de dresser la liste des douze enseignants en sciences historiques à Besançon entre l’extrême fin du XIXe et le premier tiers du XXe siècle. Généralement, ils – aucune femme n’a enseigné l’histoire à Besançon à cette période – se divisaient en un professeur d’histoire antique et médiévale, un professeur d’histoire moderne et contemporaine, et un ou plusieurs chargés de cours, principalement d’étude des manuscrits francs-comtois. J’ai ensuite fait chercher aux étudiant·e·s les pages Wikipédia de ces douze enseignants. Seuls quatre en possédaient une en français : la superstar de l’histoire de la Révolution française Albert Mathiez (qui rejoint la Faculté des lettres de Besançon trois ans après avoir fondé les Annales révolutionnaires – aujourd’hui Annales historiques de la Révolution française -, avant d’être nommé à Dijon puis à la Sorbonne), le professeur d’histoire moderne et contemporaine Léonce Pingaud, le médiéviste et militant catholique Jean Guiraud et l’archiviste et médiéviste Jules Gauthier. L’antiquisant Paul Cloché disposait quant à lui d’une page en espagnol et son collègue Henri Jeanmaire d’une page en allemand – toutes deux très maigres en informations.

Par groupes de deux ou trois, les étudiant·e·s ont pris en charge la rédaction des pages Wikipédia de sept des huit enseignants restant, seul l’archiviste-paléographe Max Prinet ayant été laissé de côté. Voici les sept fiches publiées, par ordre alphabétique (NB : tou·te·s les étudiant·e·s m’ont donné leur accord pour que je publie leurs noms) :

  • Just Berland (1876-1951) : archiviste-paléographe. Fiche rédigée par Rosenn Nicolas et Julien Piccoli.
  • Paul Cloché (1881-1961) : professeur d’histoire antique, auteur d’un ouvrage de référence sur La Restauration démocratique à Athènes en 403 avant J.-C. Fiche rédigée par Michael Lombardot, Jade Motillon et Nils Piassale.
  • Georges Gazier (1875-1951) : archiviste-paléographe, bibliothécaire. Fiche rédigée par Louis Coudevylle, Janko Knezevic et Théo Marle.
  • Henri Jeanmaire (1884-1960) : spécialiste d’histoire antique grecque, chargé de cours à Besançon, Lille et l’École pratiques des hautes études, puis directeur des études grecques à l’EPHE. Fiche rédigée par Pauline Carisey, Charlotte Hernandez et Alice Jacomet.
  • Maurice Pigallet (1878-1956) : archiviste-paléographe. Fiche rédigée par Cloé Chalumeaux, Clément Gambioli et Manoor Rashid.
  • Edmond Préclin (1888-1955) : professeur d’histoire moderne et contemporaine, spécialiste du jansénisme. Fiche rédigée par Nicolas Bouchez, Lilian Leprince et Amélie Romary.
  • Louis Villat (1878-1949) : professeur d’histoire moderne et contemporaine, spécialiste de l’histoire de la Corse. Fiche rédigée par Chloé Ducret, Mathéo Genet et Coline Tribout.

Démarche et premiers résultats

Nous avons procédé de la manière suivante. Tout d’abord, chaque groupe a mené de premières recherches sur l’historien ou archiviste sur lequel il travaillait. En raison des conditions sanitaires, les recherches se sont presque exclusivement déroulées sur Internet (d’où l’intérêt des exercices sur les ressources numériques lors des premières séances : Gallica, CAIRN, Persée, bases de données diverses, etc.), mais quelques étudiant·e·s ont pu se rendre en bibliothèque. Nous avons fait un point en séance et j’ai aidé chaque groupe à compléter ses recherches. Nous avons également bénéficié de l’aide précieuse de madame Marie-Claire Waille, de la Bibliothèque municipale de Besançon, qui a envoyé aux étudiant·e·s les scans de notices publiées dans le Dictionnaire biographique du Doubs et de quelques autres documents en sa possession. Je la remercie à nouveau vivement.

Les étudiant·e·s ont alors disposé de quelques semaines pour rédiger leurs mini-biographies sur un fichier traitement de texte, avec pour consigne de la mettre en page comme un article Wikipédia – ce qui a été très bien réussi. Chaque groupe m’a soumis une première version de leur fiche, que j’ai corrigée et notée. Je leur ai ensuite renvoyée et chaque groupe a effectué des corrections et améliorations. Les fiches étaient à différents niveaux d’aboutissement, différence en large partie liée à la quantité d’informations trouvée sur leur historien ou archiviste. Dans la forme, toutes correspondaient à ce qui était attendu ; dans le fond, seule une témoignait d’une mauvaise compréhension de l’exercice, mais a été très bien reprise par la suite.

Je me suis ensuite occupé de la mise en ligne des fiches revues, en procédant au préalable à de nouvelles corrections et modifications, principalement de formulation et dans la manière de citer sources et références bibliographiques, ainsi que quelques ajouts. J’ai également commencé à compléter certaines informations spécifiques à Wikipédia et qui ne figuraient pas systématiquement dans les fiches qui m’avaient été remises (portails, catégories, etc.). Par la suite, je me suis efforcé de faire apparaître ces nouvelles pages sur les pages où l’un des sept historiens ou archivistes bisontins était mentionné. Cela m’a amené à constater que plusieurs d’entre eux étaient cités sur des pages ayant trait à leurs objets d’étude, parfois à de très nombreuses reprises. C’est particulièrement le cas des antiquisants Paul Cloché, notamment pour ses ouvrages Thèbes de Béotie (1953) et Histoire de la Macédoine (1960), et Henri Jeanmaire, pour son Couroi et Courètes (thèse 1930, ouvrage 1939) et son Dionysos (1951). Tous deux sont mentionnés dans des dizaines de pages. Cela vaut aussi pour Louis Villat, car l’ouvrage de Pierre-Paul Raoul Colonna de Cesari Rocca Histoire de la Corse auquel il a contribué est régulièrement cité, et dans une moindre mesure pour Edmond Préclin. En revanche, les trois archivistes ne sont que très rarement cités.

Il y aurait plus généralement beaucoup à dire sur ces sept hommes, nés entre 1876 et 1888, doit trois ont fait une carrière universitaire réussie en province, trois ont été des archivistes et bibliothécaires reconnus (tous trois sont passés par l’École des chartes) et un, H. Jeanmaire, a eu une carrière un peu plus compliquée, bien qu’il ait été, comme P. Cloché, normalien, et que ses travaux aient été majeurs pour l’histoire religieuse de la Grèce antique – ils ont été notamment repris et approfondis par Pierre Vidal-Naquet. Tous n’ont pas la même relation à Besançon et son université : quatre y ont fait carrière (Cloché et Préclin à l’université, Gazier dans sa bibliothèque, Pigallet aux Archives départementales du Doubs), trois y sont simplement passés, très brièvement (Berland, Jeanmaire) ou quelques années (Villat). Le dénominateur commun pour leur sélection était d’avoir donné au moins un cours à la Faculté des lettres de Besançon, quel que soit leur statut et si le cours a été renouvelé ou non.

Bref retour d’expérience : une formation par la pratique

Même si les étudiant·e·s n’ont pas eux/elles-mêmes publié leurs fiches sur Wikipédia, cet exercice a eu le mérite de leur donner à voir l’arrière-boutique d’une page (ici biographique) Wikipédia : les recherches préalables, la construction de la fiche, son écriture, sa mise en page, l’ajout de liens vers d’autres notices, apprendre à ne pas simplement recopier les documents à sa disposition, l’inclusion de notes et de la bibliographie correctement mises en forme. Les recherches n’ont pas été simples, encore une fois en raison des restrictions sanitaires, mais aussi parce qu’il n’existe ni biographie ni article sur l’un ou l’autre de ces sept historiens et archivistes. De fait, plusieurs d’entre eux sont très peu connus, en particulier les trois archivistes. Les sept notices biographiques reflètent ces difficultés : il y a parfois d’importants blancs dans les parcours alors qu’au contraire certains passages de leurs vies ont pu être retracés de manière relativement détaillée grâce à un article scientifique ou à une source (par exemple l’expérience militaire de Pigallet) ; aucune des sept pages n’a pu être illustrée par une photographie libre de droit2 ; archives numérisées et articles d’époque, ainsi que parfois pages d’autorité de Persée ou de la BNF et notice biographique de l’annuaire prosopographique « La France savante » du CTHS, ont été bien plus mobilisés que des publications scientifiques. D’ailleurs, un wikipédien a ajouté sur les pages de Georges Gazier, Louis Villat et Henri Jeanmaire un bandeau « à wikifier », sans malheureusement indiquer ce qu’il lui semblait devoir être améliorer en priorité. Des modifications et ajouts ont été apportés depuis (par moi et par d’autres wikipédien·ne·s), mais je n’ai pas supprimé le bandeau, laissant à la communauté wikipédienne le choix de le faire ou non – et j’espère surtout que des contributeurs et contributrices continueront de participer à l’enrichissement de ces pages.

Cet exercice a contribué, je crois, au-delà de l’intérêt que les étudiant·e·s ont pu porter au thème que j’avais choisi et ont pu avoir à rédiger ces fiches, à leur faire découvrir un petit bout du métier d’historien·ne, par la recherche documentaire que l’exercice impliquait et comme première expérience d’écriture d’un texte ayant vocation à faire connaître un sujet historique, ici de plus à un public non-universitaire. Les échanges que nous avons eu me font espérer que l’exercice a également contribué à développer leur vision critique de l’usage de Wikipédia, ce qui était l’un des objectifs. Pas de rejet a priori, mais une attention porté tant au contenu qu’aux références utilisées, aux biais et manques qui peuvent exister. Qu’elles et ils poursuivent après la L3 en Master d’histoire ou non, cela, à mon sens, ne peut que leur être utile.

Cet exercice a le mérite de pouvoir être reproduit même en-dehors d’un cours spécifiquement dédié aux outils numériques. De fait, l’usage de Wikipédia par les étudiant·e·s dépasse très largement la question des outils numériques. Les initier (d’ailleurs, dès avant la L3) à comment faire usage de l’encyclopédie en ligne par la pratique me semble une perspective pertinente et efficace – surtout que ce qui est appris pour Wikipédia peut valoir pour beaucoup d’autres sources d’informations, en ligne ou non. Dans le cadre d’une formation en histoire, cet exercice peut par exemple s’inscrire dans un cours d’initiation à la recherche en archives ou d’un TD sur un thème spécialisé (peut-être plus au niveau Master que Licence dans ce cas). Ainsi, des sources  similaires à celles que j’ai utilisées pour Besançon, même si elles ne sont pas toujours aussi complètes, ont été numérisées, par exemple les Annuaires des universités de Bordeaux, Lyon, Grenoble, Poitiers, Toulouse sur Gallica.

Cette question des sources est essentielle : bien sûr, mener un tel exercice implique qu’un minimum d’informations soient (relativement facilement) accessibles sur les individus étudiés, ce qui complique les choses pour les périodes plus anciennes ou pour les populations dominées. Toutefois, les thèmes pouvant être choisis comme porte d’entrée n’en restent pas moins nombreux et il est possible d’adapter l’exercice : plutôt qu’un article biographique, il est possible d’imaginer de travailler sur l’histoire d’une institution quelconque, d’une association, d’une corporation de métier, d’une entreprise, d’une revue, d’un parti ou bien évidemment d’un événement. L’essentiel est, encore une fois, que les étudiant·e·s aient accès à des sources d’informations et s’en saisissent. De plus, si ici de nouvelles pages ont été créées, l’exercice peut également consister en la refonte d’un ou plusieurs articles trop faibles en informations, mal sourcés et/ou mal écrits. Pour revenir pour terminer sur le thème des historien·ne·s français·e·s, il y a l’embarras du choix, comme on peut aisément le constater en parcourant les listes concernant le XIXe et le XXe siècles. Il ne reste plus qu’à écrire leur histoire, pourquoi pas de manière collective sur Wikipédia.

  1. En particulier l’article de Jean-François Condette, « Les enseignants d’histoire et de géographie à la faculté des Lettres de Lille sous la Troisième République (1887-1940) », Revue du Nord, n° 339, 2001, pp. 65-100, qui constitue d’une certaine manière la version scientifiquement aboutie pour le cas lillois du petit projet mené sur Besançon dans le cadre du cours. []
  2. La page de Préclin devait être illustrée par une photographie d’un panneau indiquant le salon nommé d’après lui à l’UFR SLHS de l’Université de Franche-Comté, prise exprès par un étudiant. Mais Wikipédia la refuse au prétexte qu’il ne serait possible de déterminer son statut. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.