Comment faire de l’histoire sur Twitch ? Retour réflexif sur l’émission Ça coule de sources

Billet rédigé par le collectif Ça coule de sources *
sollicité et édité par Sébastien Poublanc

Ça coule de sources est une chaîne Twitch qui propose une interview par mois d’un ou d’une historienne, afin qu’il ou elle présente une source historique et la manière de l’utiliser. Les vidéos sont également présentes sur Youtube et le projet est présent sur différents réseaux sociaux (Facebook, Twitter, LinkedIn, Instagram). Il est mené par un collectif d’historiens et d’historiennes depuis le printemps 2021.

crédit : Thibault Le Hégarat

 

En juin 2022 s’est achevée la première saison du projet. Cet article est l’occasion de revenir sur la manière dont il s’est monté, les difficultés et les questionnements que ce mode de diffusion de la recherche posent et les perspectives. 

Les origines du projet 

Cela fait déjà quelques années que la plateforme de streaming Twitch est investie non seulement par les joueurs, mais aussi par des personnes qui souhaitent partager leur passion des sciences, de l’histoire ou de tout autre domaine. L’idée d’utiliser Twitch comme outil de diffusion de la recherche n’est donc pas nouvelle. C’est en observant ces évolutions et en prenant modèle sur l’expérience de Sonia Goldblum que Catherine Rideau-Kikuchi a commencé à utiliser Twitch pendant le premier confinement au printemps 2020. L’expérience a été très concluante, et l’idée de monter une chaîne pérenne destinée à parler d’histoire a fait son chemin.

Après un premier appel à bonnes volontés sur Twitter, un collectif s’est créé et a échangé via un serveur Discord. À la suite de ces discussions, un premier épisode pilote a été réalisé avec Quentin Verreycken interviewé au micro Sophie Leclerc ainsi que la réalisation d’une capsule vidéo au printemps 2021. 

La chaîne s’est pérennisée lors de l’année 2021-2022, avec un programme mensuel sur l’année. Le format retenu a donc été une interview d’une chercheuse ou d’un chercheur, d’environ 1h, qui présentait une source ou un type de source qu’il ou elle utilise. Le principe de cette chaîne est de parler d’histoire bien sûr, mais aussi et surtout de rentrer dans les cuisines de l’histoire : à partir de quoi on peut comprendre le passé ? comment appréhender les traces du passé, avec quelles précautions, avec quelles compétences techniques ? Le but est finalement de montrer à un public aussi large que possible comment les connaissances historiques sont construites, sans nier une part de récit, mais en dévoilant les ficelles du métier avec enthousiasme. 

Pourquoi Twitch ? 

Parmi les modèles qui ont alimenté la réflexion se trouvent les très grosses chaînes de vulgarisation d’histoire qui ont utilisé Twitch ces dernières années pour proposer des formats un peu différents, en particulier des interviews avec des historiens et une discussion à laquelle les spectateurs participaient via le chat. C’est le cas par exemple de Nota Bene, avec entre autres une interview de François Xavier Fauvelle, ou encore de Rivenzi, avec entre autres une interview de Christian Ingrao. De nombreux autres vulgarisateurs, en particulier venant de Youtube, mais pas seulement, utilisent la plateforme pour parler d’histoire, avec ou sans l’intermédiaire de jeux vidéos : Docteur Bagarre, Albert Le Parc

Les sciences expérimentales ont investi la plateforme depuis plus longtemps encore : le Collectif Conscience, Tout se comprend, qui proposent parfois des exposés courts, mais surtout des formats de discussion entre plusieurs intervenants. De façon beaucoup plus médiatisée, le succès de Samuel Etienne et d’autres émissions de discussion politique (Jean Massiet notamment), ont témoigné ces dernières années de la manière dont le format de streaming pouvait être utilisé pour transmettre tout en engageant la discussion avec le public. 

La constitution d’une équipe multifonction 

Après une première phase de brainstorming avec une dizaine de personnes sur un serveur Discord, nous avons mis en place un mode de fonctionnement avec plusieurs équipes, en tirant parti des compétences de chacun et chacune.

Les administrateurs (Quentin Verreycken, Sophie Leclere, Gerald Arboit, Catherine Rideau-Kikuchi) sont chargés de la coordination générale. Une “team communication” s’est également détachée, avec Gérald Arboit, Antonin Charrié-Benoist et Maëlle Pennegues : elle est chargée de la communication sur les réseaux sociaux.

Les soirs de streams, les interviews ont été réalisées lors de l’année 2021-2022 en alternance par Quentin Verreycken et Catherine Rideau-Kikuchi, même si la toute première interview pilote avait été réalisée par Sophie Leclère. Dans tous les cas, le streaming en lui-même est opéré par Catherine Rideau-Kikuchi, qui diffuse l’interview, qu’elle soit ou non intervieweuse. Enfin, alors que les graphismes avaient été réalisés dans un premier temps par Catherine Rideau-Kikuchi, Thibaut Le Hégarat les a entièrement refaits de façon bien plus professionnelle : ils ont été implémentés juste à temps pour le dernier épisode de la saison.

L’activité de ces différentes équipes est rendue visible lors de l’épisode du mois. Mais il faut compter le travail en amont de préparation de l’épisode, la communication pour préparer le live, la mise en ligne sur Youtube, ainsi que la mise en place d’une charte graphique et la réflexion de fond sur le projet.

Tout ce travail réalisé au jour le jour est pris sur le temps libre des participants : il est complètement bénévole. Certains et certaines des membres du projet ont des postes fixes dans le supérieur ou dans le secondaire, d’autres sont sur des contrats plus précaires. Ce projet dépend de leur bonne volonté et de leur disponibilité. 

Les intentions de départ et le résultat après la première année 

Un bilan chiffré sur la saison 2022-2023 (au 1er juin)

  • 9 lives entre octobre et mai, interviews assurées en alternance par Quentin et par Catherine.
  • Les lives sur Twitch atteignent depuis 3-4 lives entre 10 et 25 spectateurs en moyenne, entre 50 et 100 spectateurs uniques. On a 384 followers.
  • Les vidéos sur Youtube ont entre 45 et 150 vues. On a 244 abonnés. Si on prend la vidéo de Caroline : 74 vues, avec une durée moyenne de vue de 13min (ce qui est beaucoup aux standards YT), et une moyenne de 1/5e de la vidéo regardée.
  • 153 abonnés Facebook, 1325 abonnés sur Twitter, 11 sur Linkedln (Instagram)

Nous sommes globalement satisfaits de la manière dont la saison s’est déroulée. Nous avons gagné en assurance et en efficacité lors des lives. Le public était au rendez-vous, nous avions des interactions et des questions à tous les lives. Le fait que les vidéos soient disponibles sur Youtube permet de leur donner une deuxième vie, qui est semble-t-il bien mise à profit. Mais se pose la question de l’agrandissement de la communauté et, pour ce faire, de l’amélioration du format du live proprement dit et des interactions avec les différentes modalités de diffusion et de communication autour du projet. 

Comment parler à quel public ? 

Au-delà de l’organisation du travail, le principal problème qui s’est posé à nous est le problème de tout projet de diffusion de la recherche : comment adapter le discours au public ? et quel public finalement vise-t-on ? 

Toute personne qui s’est essayé à ce type de diffusion sait que “le grand public” est une expression qui ne veut pas dire grand-chose. Veut-on parler à ce qu’on appelle parfois “le grand public éclairé” (avec une certaine dose de snobisme) ? Le choix de Twitch implique un public plus jeune que celui des blogs par exemple. Veut-on parler à des jeunes qui n’ont aucune formation en histoire, mais s’y intéressent malgré tout ? Ou alors veut-on plutôt parler aux étudiants, pour leur proposer une approche un peu différente sur la forme, mais complémentaire de leur formation universitaire ? Les différents lives montrent que le public est composé en grande partie de ces étudiants, voire de collègues intéressés par ce nouveau mode de diffusion auquel s’essaient leurs connaissances professionnelles. Les discussions récentes au sein du projet tendent à se recentrer principalement sur un public d’étudiants en sciences humaines et sociales. Ce choix est peut-être temporaire mais, même si cela réduit nos ambitions de diffusion, il a le mérite de permettre une plus grande cohérence de ton. 

Dans tous les cas, et même si les étudiants peuvent être le public privilégié, le ton sur Twitch ne peut pas être le même que celui en cours. Le but de ces émissions reste de transmettre de façon accessible à des non-spécialistes une manière de faire de l’histoire. Les termes techniques doivent être expliqués, les longs développements historiographiques doivent être évités… L’année écoulée nous a appris qu’il faudrait sans doute resserrer et préciser la commande faite aux intervenants, pour que ceux-ci soient plus au fait sur le niveau de complexité attendu. Le rôle de l’interviewer est également central, puisque celui-ci peut demander plus d’explication, mais donne aussi le ton général de l’interview.

Enfin, le choix de l’angle d’attaque et des sujets a fait l’objet de nombreuses discussions. Plusieurs d’entre nous sommes attachés à l’approche par source, plutôt que par problématique, afin de faire comprendre la cuisine de l’histoire, la manière dont un savoir se construit, ce qui permet aussi de contrer certains discours sur l’histoire ne reposant sur aucune documentation. Mais cela implique aussi souvent un discours plus complexe qu’une transmission de faits établis et donne potentiellement lieu à des épisodes moins aguicheurs que des thématiques générales (“la vie dans les tranchées”, “le sexe au Moyen Âge”). La manière de le présenter, là encore de la façon la plus accessible possible tout en permettant aux spectateurs de comprendre la spécificité de ces sources et les connaissances que leur étude peut produire, n’est pas un équilibre facile à trouver.

Comment tirer parti de la plateforme : les essais et les problèmes 

Tirer parti des possibilités de Twitch a représenté un défi. Plusieurs d’entre nous sont familiers de la plateforme, d’autres non. Il a fallu intégrer les codes, ce qui est encore très largement un work in progress. Surtout, l’implication et l’échange avec les spectateurs est un enjeu majeur. Cet engagement est variable en fonction des lives : parfois, il se fait tout au long de l’interview, de façon soutenue, parfois, moins ou bien les questions interviennent seulement à la fin, sans doute par habitude du format universitaire. Nous avons déjà infléchi un peu les choses en cours de saison : alors que les premiers épisodes étaient très préparés en amont, avec une quasi “répétition générale” entre interviewer et interviewé, nous avons fini par adopter une préparation plus souple, qui permet une plus grande spontanéité : l’interviewer prévoie une liste de questions, qui est discutée avec l’interviewé, qui envoie ou non par écrit un certain nombre d’éléments de réponse pour aider à mener la discussion, mais nous nous arrêtons là. 

Nous avons réfléchi à l’issue de cette année à différents procédés pour permettre une meilleure implication des spectateurs, en jouant notamment sur le rôle de l’interviewer qui pourra introduire davantage de moments de pause. Essayer de se départir d’un ton trop professoral et universitaire sera également important, même si nous avons fait cet effort dès les premiers épisodes : mais il doit sans doute être poursuivi, en jouant davantage sur les codes des communautés Twitch. Créer une communauté active pourra également être dynamisé par l’ouverture du serveur Discord aux spectateurs : il est pour l’instant réservé aux personnes actives dans le projet. 

Mais il nous faut aussi jongler avec notre propre disponibilité, qui n’est pas extensible et nous a amené à renoncer à certaines choses. Lors de l’épisode pilote, nous avions réalisé une capsule vidéo de 3min pour introduire et annoncer le live sur les réseaux sociaux. Cette capsule présentait brièvement la source dont il sera question et semble un format vraiment intéressant en terme de diffusion, en complément du live lui-même. Cependant, le temps de sa réalisation était beaucoup trop important, tant du point de vue de l’équipe que du point de vue de l’interviewé qu’on sollicitait pour nous fournir un texte et des images. Nous avons fait le choix cette année de proposer la réalisation de cette capsule aux intervenants, mais aucun n’a pu le faire – et à vrai dire, les plannings de chacun et chacune d’entre nous leur en sont plutôt reconnaissants. 

Nous avons également fait des essais sur les réseaux sociaux, pour faire vivre les comptes hors des annonces de lives, et aussi pendant le live. Le dernier épisode a donné lieu par exemple à un live tweet qu’Antonin Charrié-Benoist a réalisé. Il nous a semblé qu’il s’agissait d’un format intéressant. Mais cela rajoute encore une personne à mobiliser lors du live : il faudra donc voir si ce format pourra être reconduit. 

Ce dernier point indique une dernière difficulté majeure que nous avons rencontrée : celle de mettre en place une communication pérenne et efficace. Nous avons eu un très bon démarrage sur Twitter (aidé notamment par des retweets de très gros comptes, comme celui de Nota Bene), mais il est difficile de maintenir une activité régulière, attirant de nouveaux followers et des partages réguliers. La nécessité de travailler ensemble le contenu et la communication est pourtant essentiel : il l’est pour toute opération de diffusion, mais encore plus sur Twitch, qui repose sur l’interaction avec des spectateurs. Pas de communication, pas de spectateurs. Pas de spectateurs, pas d’interaction. Nous avons envisagé différents procédés pour alimenter les comptes entre chaque live : outre une communication en plusieurs phases avant le live, nous communiquons aussi sur les références bibliographiques données par les interviewés. 

Chaque réseau a également ses propres codes et ses propres modalités de fonctionnement. Autant nous sommes relativement bien armés pour Facebook et Twitter, ainsi que pour LinkedIn, autant nous cherchons encore désespérément quelqu’un qui soit suffisamment actif sur Instagram pour comprendre comme assurer la communication sur ce réseau !

Vers 2022-2023

L’an prochain, Ça coule de sources continue, avec un programme d’émission mensuelle prévu pour toute l’année, combinant comme l’an dernier histoire, archéologie, histoire de l’art, et toutes les périodes historiques. Un serveur Discord ouvrira pour le public. Nous sommes également en pleine réflexion pour proposer de nouveaux formats, plus explicitement tournés vers les étudiants, notamment de master, et les accompagner dans leurs premières recherches. Mais tout ça est encore à l’état de projet…


* Principaux membres du collectif : Gérald Arboit, Antonin Charrié-Benoist, Sophie Leclère, Thibaut Le Hégarat, Albert Le Parc, Maëlle Pennegues, Sébastien Poublanc, Catherine Rideau-Kikuchi, Quentin Verreycken


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Collectif (24 octobre 2022). Comment faire de l’histoire sur Twitch ? Retour réflexif sur l’émission Ça coule de sources. Devenir historien-ne. Consulté le 18 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/njt5


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.