Comment (et pourquoi) écrire un compte rendu de lecture ?

La Lecture - Renoir (détail)

"La lecture" (détail) c. 1889 - Pierre Auguste Renoir

[Ce billet est co-écrit par Clara Chevalier et Émilien Ruiz]

L’exercice du compte rendu critique – d’un ou plusieurs ouvrages, de dossiers de revues, d’articles sur un même thème mais tirés de revues différentes, etc. – est probablement celui auquel vous serez le plus souvent confronté-e-s dans le cadre des cours que vous suivrez pour votre master. Si vous poursuivez vos recherches dans le cadre d’une thèse, vous serez même assez rapidement amené-e-s à  en rédiger pour des revues…

L’objectif de ce billet est double : il s’agit d’abord de vous convaincre de l’intérêt que revêtent lecture et écriture de comptes rendus dans le cadre d’une pratique de recherche ; il s’agit ensuite de vous indiquer quelques pistes méthodologiques en vue de la rédaction de telles recensions critiques.

Pourquoi lire et écrire des comptes rendus ?

Le compte rendu de lecture est à la fois une pratique et un outil : il faut apprendre à les écrire, mais faut aussi prendre l’habitude de les lire.

Les lire – permet de mieux saisir la réception des ouvrages par les contemporain-e-s et de s’informer de l’actualité de la production historiographique (même en dehors de vos préoccupations immédiates). Les comptes rendus qui en ont été faits doivent donc accompagner la lecture des ouvrages de votre bibliographie, mais la consultation régulière des dossiers “lectures” de vos revues de prédilection est, elle aussi, très importante. Pensez, enfin, aux revues en ligne comme La vie des idées, nonfiction.fr, Recensio.net ou la bien nommée Lectures.

Les écrire “pour d’autres” – Les recensions critique font partie intégrante du métier d’historien-ne, c’est aussi est un excellent moyen d’apprendre à lire de façon beaucoup plus attentive. Pour l’anecdote : entre 1905 et 1957, Lucien Febvre a écrit 1689 comptes rendus… Vous serez donc certainement amenés, un jour ou l’autre, à écrire des comptes rendus en vue de leur publication. Si vous êtes en master, l’essentiel des commandes qui vous seront faites concernera la validation des cours que vous suivrez… mais il est important de ne pas prendre cet exercice comme une corvée.

Les écrire “pour soi” – D’autant plus qu’en dehors des validations il est utile de rédiger, pour soi-même, des comptes rendus des ouvrages les plus importants de sa bibliographie. Faire ces comptes rendus donne l’occasion d’écrire régulièrement. Or, l’écriture est véritablement une question de pratique. Écrire aussi fréquemment que possible tout au long du master peut permettre de s’éviter un démarrage laborieux lorsqu’il sera temps de rédiger le mémoire. Cela permet également de travailler sur l’historiographie de son sujet, ou sur des questions importantes (théoriques, méthodologiques) qu’il soulève. Rendre compte de ces ouvrages amène à se positionner par rapport à eux et, de ce fait, à poser poser les bases de son analyse historiographique.

Écrire un compte rendu, c’est donc se donner les moyens de vraiment tirer parti d’un ouvrage, en allant beaucoup plus loin que la simple prise de notes.

Le travail de préparation

La lecture - Gabriel-François Doyen

"La lecture", 18e s. - Gabriel-François Doyen

La première chose à faire est évidemment de lire attentivement l’ouvrage en prenant des notes [cette question devrait faire prochainement l’objet d’un billet]. Mais parce que le compte rendu de lecture n’est pas un simple résumé de l’ouvrage il est indispensable – avant même de se lancer dans l’écriture ou même dans l’élaboration du plan du compte rendu – d’engager un travail de préparation afin d’appréhender l’ouvrage de manière globale. Cette première étape peut paraître fastidieuse mais elle permet de prendre connaissance d’informations qui seront très éclairantes pour comprendre le contenu de l’ouvrage.

Autour de l’ouvrage

Une étape importante consiste à situer l’ouvrage dans le contexte historiographique. Il faut pour cela préparer un dossier de travail comprenant :

  • Les comptes rendus déjà publiés sur l’ouvrage

Si l’ouvrage n’est pas trop récent, il est fort probable qu’il ait déjà fait l’objet d’une ou plusieurs recensions. La lecture de ces comptes rendus vous permettra de comprendre comment l’ouvrage a été reçu. La réception d’un même ouvrage peut varier : d’un pays à l’autre, ou en fonction des périodes de publications, réimpressions ou rééditions, en fonction de contextes historiographiques qui peuvent eux-mêmes varier. Il convient alors :

– de chercher si l’ouvrage a été traduit, et à quel(s) moment(s) par rapport à la date de première parution ;

– de vérifier si l’ouvrage a fait l’objet de plusieurs éditions et, le cas échéant, de consulter les versions successives.

Il s’agira ensuite de repérer les comptes rendus correspondant à ces divers contextes et périodes. Pour les localiser, on peut commencer par faire une recherche sur les portails de revues scientifiques en ligne (comme Persée, Cairn, Jstor, Revues.org…).

Les compte rendus de l’ouvrage peuvent être eux-mêmes soumis à une analyse critique, en particulier si la réception de l’ouvrage est le lieu de débats. Il peut alors être pertinent d’intégrer, dans son propre compte rendu, une discussion des comptes rendus déjà publiés.

  • Les ouvrages et articles publiés sur le même thème

Toujours dans l’optique de situer l’ouvrage dans son contexte, il est bon de ne pas se limiter à l’ouvrage lui-même et d’avoir recours à d’autres travaux, comme ceux qui portent sur les mêmes thématiques et ceux qui sont cités par l’auteur-e comme des références importantes. Pour chercher ce qui a été écrit sur le même sujet, on peut consulter les notes et la bibliographie de l’ouvrage et utiliser des catalogues en ligne (comme le sudoc).

Il ne s’agit évidemment pas de s’atteler à la lecture exhaustive de l’ensemble de l’historiographie d’un sujet, ce serait infini (encore que c’est bien là le principe de la recherche scientifique…), mais il est nécessaire d’essayer de comprendre dans quel contexte historiographique l’ouvrage s’inscrit. Ici encore, on peut donc avoir recours aux comptes rendus des ouvrages en question…

  • Les informations relatives au parcours de l’auteur-e

Chercher la bio-bibliographie de l’auteur-e, notamment en consultant la page institutionnelle des auteur-e-s contemporain-e-s ; pour les autres n’hésitez pas à recourir aux encyclopédies et éventuels dictionnaires biographiques.

Quels sont son statut et sa position au moment de la publication et, si différents, à celui de l’écriture du compte rendu ? Dans quel courant s’inscrit l’auteur-e ?  Si on ne peut pas, comme on vient de le souligner, consulter l’ensemble des ouvrages de référence publiés sur le même thème, il faut au moins avoir une vision claire de la production de l’auteur-e, de manière à pouvoir situer l’ouvrage dans l’ensemble de son oeuvre. On peut alors se demander s’il existe ou non une continuité entre ses travaux précédents et postérieurs.

Examen de l’ouvrage

Travailler sur un compte rendu de lecture, c’est aussi accorder une grande attention à l’ouvrage, à tous points de vue, en observant tout ce qui peut être remarqué :

  • la couverture (bien qu’elle relève plus souvent du choix de la maison d’édition que de celui de l’auteur-e) ;
  • l’édition et la collection : leur choix n’est pas neutre, elles ancrent l’ouvrage quelque part dans la mesure où elles correspondent à des orientations (méthodologiques, politiques) ;
  • la présence de pré- ou postfaces indiquent sous quels auspices ont été placées l’édition ou la réédition de l’ouvrage (ici encore il convient de se renseigner sur l’auteur-e de ce(s) texte(s), sa position dans le champ et par rapport à l’auteur-e de l’ouvrage) ;
  • enfin les annexes, l’éventuelle iconographie, informent sur la méthode et les sources de l’auteur-e.

Il faut aussi identifier la nature de l’ouvrage et le lectorat auquel il s’adresse : manuel, synthèse, essai, version remaniée d’une thèse ou d’une habilitation à diriger les recherches ? S’agit-il d’un ouvrage de vulgarisation ou s’adresse-t-il plutôt à un public de spécialistes ?

*

Tous ces éléments ne seront pas intégrés, à proprement parler, dans le texte du compte rendu final : tout dépendra de l’axe de lecture que vous choisirez et de la place dont vous disposerez…. Mais ce travail préparatoire vous permettra d’appréhender l’ouvrage de façon à la fois globale et précise – et peut-être même de commencer à élaborer une problématique… Une fois cette étape passée, il faut revenir à l’ouvrage, et commencer à élaborer le compte rendu en lui-même.

L’écriture du compte rendu

Vieux breton faisant une lecture - Monanteuil

Vieux breton faisant une lecture, ca. 1850 - Jean-Jacques Monanteuil

Comme beaucoup d’autres types de textes, il n’existe pas de modèle unique du compte rendu critique. Son format et son contenu peuvent varier en fonction de critères aussi divers que : son commanditaire, le nombre de signes dont vous disposez, l’angle que vous aurez choisi, etc. Les éléments que nous indiquons ci-après correspondent toutefois à la plupart des cas. Ce qui sera amené à varier, c’est la place que vous accorderez à chacun de ces éléments…

Un texte relativement court

La taille d’un compte rendu peut varier considérablement en fonction de vos “commanditaires” : une revue papier ou en ligne, une validation de séminaire, etc. Le contenu est donc à adapter en conséquence. Cependant, le compte rendu reste un texte relativement court, ce qui appelle un travail de synthèse qui fait pleinement partie de l’exercice. En général, le format est spécifié à l’avance : pour une validation de cours, on peut généralement se permettre d’écrire un compte rendu assez long (de cinq à dix pages) ; en revanche pour une revue, il sera certainement demandé de faire plus court (une à cinq pages). La longueur d’un compte rendu paru dans une revue peut parfois être un indice de l’importance accordée à l’ouvrage examiné. En effet, il arrive que des revues publient de longues analyses critiques d’ouvrages plutôt qu’une simple “notule” (voir ici par exemple)

Contenu généralement attendu

  • L’introduction

En mobilisant les informations collectées dans le cadre du travail de préparation, on peut construire l’introduction du compte rendu en prenant en compte les trois éléments suivants (dans l’ordre qui vous semble le plus pertinent) :

– L’auteur-e : indiquez son statut (au moment de la publication de l’ouvrage et éventuellement à celui de la rédaction du compte rendu), évoquez sa/ses spécialité/s et sujets de prédilection en relatant éventuellement son parcours de recherche, et situez la place de l’ouvrage dans sa production. La présentation de l’auteur-e sert souvent de variable d’ajustement de la taille du compte rendu : il est possible de réduire au minimum ce passage, mais pas de le supprimer.

– L’ouvrage : présentez la nature du texte étudié (livre(s), dossier de revue, etc.), son origine (issu d’une thèse, travail de synthèse, etc.) et son public potentiel (vulgarisation ou essai grand public, édition scientifique pour spécialistes, manuel pour étudiant-e-s, etc.).

– Le contexte historiographique : il s’agit ici d’indiquer l’objet de l’ouvrage et de le situer dans l’historiographie – éventuellement d’un point de vue général, mais surtout du point de vue du sujet traité. S’agit-il d’une question totalement neuve ? L’analyse s’inscrit-elle dans la continuité des interprétations précédentes ? etc.

L’historicisation de l’ouvrage peut aussi être utile dans certains cas. Sa publication correspond-elle à une actualité (politique, économique, sociale, voire mémorielle) particulière ? Il s’agit de prendre au sérieux la remarque de Bernard Lepetit et Jacques Revel, selon lesquels il est possible de lire la formule si souvent citée de Lucien Febvre, “l’histoire est fille de son temps”, de la manière suivante : “l’histoire serait une modalité particulière (…) de l’appropriation du passé par le présent” (voir ici, citation p. 262).

Ainsi, dans certains cas, l’actualité politique et/ou mémorielle peut avoir des conséquences non négligeables sur l’écriture de l’histoire et la réception de certains ouvrages – auxquels peuvent s’ajouter les effets d’une traduction tardive d’un ouvrage de circonstance (voir ici par exemple). Dans tous les cas, il est très important de ne pas créer de lien artificiel avec l’actualité, et de ne pas “forcer le trait”.

  • L’analyse critique

Une telle introduction peut (et doit, si vous disposez d’assez de place) s’achever par un bref résumé faisant apparaître la thèse de l’auteur-e et l’organisation générale de la démonstration. Néanmoins, on ne saurait en rester à ce simple résumé, c’est pourquoi on parle de compte rendu critique. C’est donc l’analyse critique qui constitue le coeur du compte rendu. La lecture de l’ouvrage “crayon à la main” a permis d’identifier la thèse de l’auteur-e et de reconstituer la trame de son raisonnement, la logique de sa démonstration.

À partir de cette lecture suivie et des informations recueillies au cours du travail de préparation, il est maintenant possible de construire une problématique pour rendre compte de l’ouvrage. Celle-ci dépendra de l’objectif du compte rendu :

– un compte rendu court réalisé pour une revue peut être assez descriptif (compte tenu de la place allouée aux recensions dans les revues spécialisées, ils le sont de plus en plus), notamment si sa fonction est de proposer une courte présentation d’un ouvrage nouvellement paru à des lecteurs et des lectrices qui ne le connaissent pas encore.

– En revanche, un compte rendu écrit pour la validation d’un cours de master – ou pour une publication dans le cadre d’une véritable analyse critique – gagnera à intégrer une réflexion sur l’apport de l’ouvrage à sa propre recherche.

– Enfin, dans le cadre d’une “lecture pour soi” c’est même cette réflexion qui guidera la quasi-intégralité de la lecture de l’ouvrage. Par ailleurs, on ne se focalisera pas sur les mêmes aspects de l’ouvrage selon qu’il est proche de ses propres recherches, ou qu’il traite d’un tout autre sujet mais est intéressant pour l’apport théorique et/ou méthodologique qu’il représente.

Écrire un compte-rendu de lecture peut donc précisément revenir à rendre compte de sa lecture d’un ouvrage, notamment en fonction de questions (historiographiques, théoriques, épistémologiques) que l’on aura identifiées comme directrices (par rapport à sa propre recherche ou non).

Il est donc tout à fait possible de décider de ne pas traiter de tous les aspects de l’ouvrage, mais de choisir de l’aborder sous un angle particulier : la méthode employée par l’auteur-e ; l’adéquation entre le projet de l’auteur-e et ce qu’il/elle a effectivement écrit ; etc. Pour la recension d’un ouvrage collectif ou d’un dossier de revue, on pourra aussi choisir de focaliser l’analyse sur l’une des thématiques, celle qui nous semble la plus importante en fonction de notre recherche, du lectorat de la revue pour laquelle on écrit, etc.

"Aufmerksame Lectüre" - Albert Josef Franke

"Aufmerksame Lectüre" by 1924 - Albert Josef Franke

L’analyse critique revient donc à produire une analyse de l’ouvrage en s’attachant à la démarche de l’auteur-e : sa problématique, l’organisation de son propos, son mode d’argumentation, les sources mobilisées, la méthode employée, ses conclusions principales. Tous ces éléments doivent être décrits et commentés, afin de souligner les apports, les originalités ainsi que les limites de l’ouvrage analysé.

  • La conclusion

Quelle que soit la nature du texte rédigé, il est très important de toujours prendre soin de le “conclure”. Bien entendu, il ne s’agit pas forcément d’apporter une conclusion définitive, mais d’éviter de terminer le texte de façon trop “abrupte”.

Pour achever un compte rendu critique, l’idéal est de dresser un bilan de l’analyse de l’ouvrage ; de revenir sur sa portée générale ; de souligner une limite importante que le compte rendu aura permis de mettre à jour. Le tout, afin d’ouvrir de nouvelles perspectives de recherche.


20 réflexions au sujet de « Comment (et pourquoi) écrire un compte rendu de lecture ? »

  1. paka

    je suis abutuée à faire des comptes rendus, mais je le lineairement. Et mes profs n’ont jamais fais une critique consernant cela jaimerais savoir s’il ya un plan ou un e demarche à suivre. merci

    Répondre
    1. Émilien Ruiz

      Bonjour, le plus simple est certainement de commencer par lire ce billet (celui que vous commentez). Celui de Fabrice Cahen, sur ce même carnet, vous sera aussi très utile (« comment lire intelligemment une publication scientifique). Enfin je me permets un conseil de forme : prenez le temps de soigner l’orthographe et l’expression écrite des travaux que vous rendrez à vos enseignants

      Répondre
  2. davidadimb@gmail.com

    Bnjr. Je suis en train de rediger le compte rendu de lecture mais je ne sais pas comment le rediger.
    J’ai besoin d’aider

    Répondre
    1. Émilien Ruiz

      Bonjour, Vous pouvez lire ce billet dans un premier temps… mais aussi, sur ce même carnet, celui de Fabrice Cahen « Comment lire intelligemment une publication scientifique ». Bonne continuation

      Répondre
  3. Ping : Lecture // « Anti-Imperial Metropolis » ou retour sur ma première recension | Voies étudiantes

  4. Ping : Se former aux logiciels de bibliographie

  5. BAKINA Gracia Roberto

    Merci pour ces précieuses informations. Mais j’ai toujours un problème au niveau de la critique. Par conséquent, mes comptes rendus de lecture restent davantage des résumés. Que pourriez-vous me donner comme conseils?

    Je vous espère bientôt!

    Répondre
    1. soudifanta@yahoo.fr

      Il te faut faire plus de lecture d’autres ouvrages pour pouvoir apporter des critiques.et avoir l’esprit de critique et non l’esprit critique.bref.le secret c’est beaucoup de lecture.

      Répondre
  6. Ping : Émilie (emiliedore) | Pearltrees

  7. Ping : [Ping] Scoop-it imbroglio-doc-et-veille

  8. edouard

    bsr , merci pour votre aide j’écrivais des compte rendu de lecture mais pas suivant ce canevas. désormais je vois quoi faire. mettez des information dans ma boite quand il y aura des choses utiles comme celles-ci

    Répondre
  9. Ping : [Ping] OpenEdition Lab

  10. edith

    merci pour vos information. je n’ai jamais rédigé un C R L. c’est la première fois. elle me sera d’une très grande utilité.

    bonsoir

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *