Archives de l’auteur : Clara Chevalier

Premiers pas aux Archives Nationales (CARAN)

Archives nationales (Paris) Grands dépôts (salle de l'Armoire de fer)

Source : Archives nationales/Atelier de photographie (Paris) en cc 3.0 via Wikicommons

« [Le président de salle] lui donne une fiche de plastique rose portant le même numéro que sa table. Elle y retourne. Le manuscrit dont elle a besoin et dont elle connaît la cote ne peut être livré par un magasinier à blouse grise que si elle remplit une fiche blanche. Elle ne sait pas où sont les fiches et ne voit rien qui les signale. Elle observe en silence. Elle les aperçoit dans un panier d’enfant en plastique vert, dans la première salle où on lui a demandé pour la deuxième fois une carte. Elle s’y dirige, en prend une, retourne à sa place, sort un stylo pour la remplir en double exemplaire. Elle devine qu’il faut déposer cette fiche quelque part et repart d’un même pas vers le panier d’enfant de la première salle. Ce n’est pas ici ; il lui faut aller maintenant vers un petit bureau, derrière lequel se tient un homme, aussi en blouse grise. Il veut bien de sa fiche, mais il s’enquiert aussi de son carton de plastique rose. Cela lui donne un peu de mal de retrouver sa table, mais elle aperçoit très vite le plastique rose laissé sur ses papiers. Elle ramène le tout, fiche blanche en double et plastique rose à l’homme gris qui lui confie en retour un carton bleu vif portant le même numéro que le rose ». (Arlette Farge, Le goût de l’archive, Paris, Seuil, coll. « La librairie du XXe siècle », 1989, p. 61-62)

Dans un livre incontournable pour tout-e jeune historien-ne, Arlette Farge observe à plusieurs reprises les hésitations de nouveaux et nouvelles arrivé-e-s aux archives. Leurs incertitudes en poussant la porte des salles de lecture sont visibles dans leurs gestes gauches, qui contrastent avec l’aisance des historien-ne-s rompu-e-s aux subtilités des lieux après des années de pratique. Aujourd’hui, les cartons roses ont disparu, et la recherche comme la réservation des documents semblent s’être simplifiées grâce aux outils en ligne. Néanmoins, personne n’échappe à ce premier état d’hésitation, car commencer une recherche dans un centre d’archives suppose de comprendre son fonctionnement particulier. Un centre d’archives a peu à voir avec, par exemple, une bibliothèque : les techniques de recherche, les conditions de consultation des documents sont différentes. Aussi, les repères acquis en fréquentant d’autres centres de documentation se révèlent, au départ, insuffisants. Pour autant, ces lieux n’ont rien de particulièrement mystérieux, et sont au contraire organisés de façon très logique : l’objet de ce billet est précisément de donner quelques éléments pour s’y repérer. Il porte, non pas sur la Bibliothèque de l’Arsenal que décrit Arlette Farge dans cet extrait, mais sur le Centre d’Accueil et de Recherche des Archives Nationales (CARAN). Il s’agit de livrer quelques indispensables informations pratiques, mais aussi d’insister sur un aspect qui se révèle capital au commencement d’une recherche : l’utilisation des instruments de recherche (inventaires).

Entrée du CARAN

Entrée du CARAN, rue des Quatre Fils. Source : Parisette en cc 3.0 via Wikicommons

Les Archives Nationales conservent avant tout les archives des services de l’État. Elles sont réparties sur plusieurs sites (un troisième est actuellement en construction à Pierrefitte-sur-Seine) : le Centre des Archives Contemporaines à Fontainebleau, qui conserve les archives des administrations centrales de l’État depuis le début de la Ve République, et le site de Paris, situé 11, rue des Quatre Fils (IIIe). Par ailleurs, les archives militaires sont disponibles au Service Historique de la Défense à Vincennes, et les archives des Affaires étrangères, à La Courneuve.

Le CARAN, bâtiment inauguré en 1988, se compose de trois étages : au rez-de-chaussée se trouvent les consignes ; au 1er, la salle des inventaires et la salle multimédia ; au 2e, la salle de lecture des documents originaux ; enfin la salle de lecture des microfilms au 3e.

Premières étapes

Avant toute chose, attention aux horaires d’ouverture… et surtout de fermeture : les salles de lecture doivent être libérées relativement tôt, à 16 h 45. En revanche, elles ouvrent le matin à 9 h, du lundi au samedi.

Se faire établir une carte de lecteur 

Selon la loi du 7 messidor an II (25 juin 1794) définissant notamment le principe de publicité des Archives, « tout citoyen pourra demander dans tous les dépôts, aux jours et aux heures qui seront fixés, communication des pièces qu’ils renferment ». Toute personne majeure, sans condition de nationalité, peut obtenir une carte de lecteur. La procédure est beaucoup plus simple qu’à la BNF : il suffit de se présenter au bureau de délivrance des cartes, situé au rez-de-chaussée, avec une pièce d’identité, et de s’acquitter de la somme de 10 € (tarif étudiant) pour recevoir une carte annuelle.

Immédiatement après avoir franchi le seuil du bâtiment, il est demandé de présenter son sac ouvert à la personne chargée de contrôler son contenu. Il faut ensuite se diriger vers la consigne (à gauche sous l’escalier) pour laisser ses effets personnels dans un casier. La plupart de ces casiers fonctionnent avec un code (le mode d’emploi est affiché à l’intérieur de la porte), cependant ce mécanisme peut avoir tendance à s’enrayer : en cas de problème, il est possible d’utiliser un casier à pièce ou à jeton. Les objets interdits en salle de lecture doivent être laissés dans ce casier, c’est-à-dire tout, à l’exception des crayons à papier, feuilles volantes, carnets de notes, ordinateurs et appareils photo (sans leurs housses). On peut éventuellement prendre avec soi des livres, mais il faut le signaler au président ou à la présidente de salle en entrant dans la salle de lecture. Un sac de plastique transparent, disponible dans chaque casier, permet d’emporter tout ce matériel avec soi.

Suivre la visite du CARAN peut constituer une bonne entrée en matière : elle a lieu le lundi à 14h, et dure environ deux heures, consacrées à la visite du bâtiment et à la présentation de l’espace multimédia. Si la taille du groupe est restreinte, vous pourrez bénéficier de conseils personnalisés adaptés à votre sujet de recherche.

Il peut être aussi utile de se tenir au courant des formations proposées sur un fonds particulier, les « conférences d’aide à la recherche », d’une durée d’une heure trente, qui se déroulent le mardi après-midi, une à deux fois par mois. On peut consulter la rubrique « Colloques, conférences, journées d’étude » sur le site des Archives Nationales et guetter les annonces affichées dans le hall.

Réserver des documents

Il est possible de réserver des documents à distance, sur le site internet des Archives Nationales, mais ils seront seulement consultables le lendemain. Ils doivent être commandés la veille avant 15 h pour une communication le lendemain matin en semaine, et le vendredi avant midi pour le samedi.

Priorité est donnée aux lecteurs et lectrices qui se déplacent au CARAN : les documents demandés sur place avant 15 h sont disponibles le jour même. Il est possible de les réserver en salle de lecture, depuis les ordinateurs situés dans la salle vitrée qui se trouve à gauche de la présidence de salle, côté jardins.

On peut réserver en ligne jusqu’à quatre documents, microfilms compris. En revanche, il est possible de demander sur place cinq documents et huit microfilms pour le jour même. Dans tous les cas, on ne peut consulter plus de huit originaux et huit microfilms par jour.

Comment saisir la cote des documents ?

Cela n’a rien d’évident. Par exemple, H1 5 se tape h5 mais AD II 1A devient ad/II/1/a… Il n’y a pas de règle générale, cela peut changer d’une série à l’autre, tout dépend en fait de la personne qui s’est chargée du classement. En cas de doute, il existe le précieux dictionnaire des cotes.

Les salles de lecture 

On accède à la salle de lecture du 2e étage en passant sa carte devant le lecteur, à gauche de la porte. Le premier guichet se trouve dans le renfoncement à droite de la présidence de salle : on s’y présente en arrivant pour obtenir une plaque indiquant un numéro de place et, le cas échéant, les cartons d’archives qui ont été demandés.

Hall d'entrée du CARAN

Hall d'entrée du CARAN. Source : http://www.archivesnationales.culture.gouv.fr/chan/chan/caran-paris/index.html

Dans un premier temps, une place sur deux ou sur trois seulement est attribuée, ce qui permet de disposer de suffisamment d’espace pour installer sur la table son carton et ses outils de travail. En revanche, vous vous installerez sur un large siège en bois massif, très beau mais particulièrement inconfortable pour le dos, le dossier étant incliné en arrière.

Sauf exceptions (les fonds privés consultés en places « rouges » et les archives consultées sur dérogation), il est possible de photographier les documents avec son propre appareil photo, à la condition de ne pas utiliser de flash. Contrairement à la procédure qui a cours dans d’autres centres d’archives, il n’y a pas d’autorisation à demander pour faire des photographies, en revanche pour les publier ou les mettre en ligne, il faut remplir une fiche de demande de réutilisation des données publiques.

Les cartons consultés peuvent être prolongés. Ils seront alors gardés au guichet pendant une semaine. Un nouveau contrôle intervient au moment de quitter la salle : il faut présenter son ordinateur ouvert, et confier ses feuilles de notes ou son carnet à un-e agent-e chargé-e de les compulser.

La salle de lecture des microfilms, au dernier étage, propose des lecteurs de microfilms, d’un maniement assez simple (ils fonctionnent de la même manière que les agrandisseurs pour développer des photographies). Certains documents ont été microfilmés en raison de leur état de conservation ou de leur fragilité, on consulte donc le microfilm et non l’original. Au moment de la réservation, une fenêtre indique si le document est microfilmé. La qualité des photographies de microfilms est rarement probante : reste la possibilité d’imprimer une partie de la bobine, mais cette solution est onéreuse (30 centimes par copie A 4 noir et blanc).

La salle des inventaires

La salle des inventaires est à explorer absolument de fond en comble. Si cette salle vous rebute au premier abord, vous serez de toute façon nécessairement amené-e-s à y revenir longuement. En fonction de votre sujet de recherche et de vos questions de départ, vous devrez en effet construire un corpus de sources en repérant les documents utiles à votre recherche, le but étant de parvenir à dresser un état des lieux de l’ensemble (ou presque) de ce corpus. Ce travail suppose de se familiariser avec le classement des fonds d’archives, de manière à savoir où chercher et à comprendre pourquoi tel document se trouve dans tel fonds. De ce point de vue, s’intéresser à l’histoire de la constitution et de la conservation des fonds peut être particulièrement éclairant. Le propre de la recherche en archives réside dans le fait qu’il s’agit non pas d’une recherche par sujet, mais par producteur, ce qui signifie qu’il faut commencer par repérer les institutions susceptibles d’avoir produit des documents en rapport avec le sujet traité. Ce principe de recherche par producteur suppose un travail sur le fonctionnement des institutions (ministère, juridiction…) qui ont créé ces documents.

La salle des inventaires contient plus de 2 000 instruments de recherche : il ne faut pas hésiter à prendre le temps de circuler dans cette salle pour étudier ce que contiennent les rayonnages. On peut commencer ce travail à distance, grâce aux nombreux instruments de recherche disponibles en ligne, la politique des Archives Nationales étant de numériser une grande partie des inventaires pour constituer à terme une « salle des inventaires virtuelle », prévue pour 2013. En salle, les instruments de recherche numérisés sont signalés par l’étiquette « PDF » sur le dos du livre, cependant certains existent seulement en version papier, c’est pourquoi cette recherche en ligne ne peut se substituer à une recherche sur place. De plus, il importe de ne pas négliger les instruments de recherche anciens. Contrairement à ce qu’on pourrait imaginer, les inventaires anciens ne sont pas forcément moins intéressants : pour certains fonds, un inventaire de la fin du XIXe siècle s’avèrera plus détaillé qu’un inventaire récent. Encore une fois, il est donc indispensable d’observer tout ce qui est disponible sur les rayonnages correspondant aux séries que vous projetez de consulter.

Organisation de la salle

Un plan de la salle est consultable au bureau de la présidence de salle. Aux extrémités de la salle se trouvent des inventaires de fonds d’archives qui ne sont pas conservés sur place : les inventaires des archives départementales et communales, des archives de la Défense et des Affaires étrangères, du CAC (Fontainebleau), de Roubaix (Archives nationales du monde du travail, qui regroupent des archives d’entreprises, d’associations, de syndicats, de presse), d’Aix-en-Provence (Archives nationales d’Outre-Mer, c’est-à-dire les archives des anciennes colonies et protectorats français).

Les instruments de recherche qui se rapportent aux archives conservées sur le site de Paris sont classés en fonction de l’organisation de ces fonds, c’est-à-dire par section :

  • Section ancienne : archives d’Ancien Régime
  • Section du XIXe siècle : 1789-1914
  • Section du XXe siècle : 1914-1958
  • Minutier central des notaires : archives des études notariales de Paris, fin XVe-début XXe siècles
  • Section des Archives privées
  • Section des cartes et plans

Ces ensembles sont divisés en séries, qui peuvent elles-mêmes se décliner en sous-séries. Par exemple, les archives du Ministère de la Justice constituent la série BB. Celle-ci se subdivise en sous-séries, ainsi BB20 correspond aux archives des Cours d’assises. Il convient donc de garder à l’esprit ce système de classement hiérarchisé pour éviter de se perdre par la suite dans le détail des articles.

Avant même de consulter les inventaires, les fiches de recherche peuvent constituer un point d’entrée utile dans les archives. Des archivistes ont en effet conçu quelques fiches générales d’orientation, et surtout une soixantaine de fiches spécifiques proposant des points de méthode et une première orientation vers des fonds concernant des thèmes précis (par exemple : « Rechercher une carte, un plan ou un document figuré aux Archives Nationales », « Les sources relatives à l’Algérie (1945-1969) », « Les métiers sous l’Ancien Régime »…). Ces fiches sont disponibles en version papier en salle des inventaires, sous le bureau de la présidence de salle, mais aussi en ligne.

Les instruments de recherche

Il existe plusieurs types d’instruments de recherche. Voici quelques points de repère.

  • Les instruments de recherche synthétiques :

Les guides de recherche sont regroupés face à la porte d’entrée et repérables à leurs reliures rouges. Thématiques, ils abordent des sujets très divers (Guide des sources de la traite négrière, de l’esclavage et de leurs abolitions ; Les sources de l’histoire de l’art aux Archives Nationales ; Guide des sources de la Commune de Paris et du mouvement communaliste[1]). Parmi ces ouvrages, on peut tout simplement commencer par compulser le Guide de l’utilisateur des inventaires des Archives Nationales [2].

Les cinq volumes de l’État général des fonds (reliure verte) correspondent au premier niveau de description des fonds : ils offrent une présentation sommaire des séries. On retrouve en ligne, pour chaque série, le découpage de l’État général des fonds correspondant, qui présente l’avantage d’être actualisé, contrairement aux exemplaires papier. La base EGERIE, également accessible en ligne, permet d’interroger l’État général des fonds par mot-clé.

  • Les instruments de recherche dits « analytiques » :

L’archivistique distingue les répertoires, qui décrivent le contenu des articles en indiquant leur cote, leur intitulé et leur date, des inventaires, qui offrent une description plus détaillée des pièces que contiennent ces articles, c’est-à-dire des feuillets qui composent les liasses.

Il existe plusieurs types d’inventaires, ici encore ordonnés selon le niveau de description qu’ils proposent : l’inventaire sommaire décrira donc chaque pièce, mais brièvement, alors que l’inventaire analytique donnera plus d’informations sur ces pièces, notamment sur l’état de conservation matériel du document, son support, son format. On trouvera enfin des inventaires méthodiques, qui, par opposition aux inventaires numériques qui suivent l’ordre des cotes, présentent les documents dans un ordre logique différent.

Il existe un outil précieux pour se repérer dans ces instruments de recherche : l’État des inventaires, ou « l’inventaire des inventaires » (reliure à l’italienne de couleur marron), qui liste les instruments de recherche correspondant à un ensemble de séries. Toujours selon la même logique, il décline les guides, puis les « instruments de recherche généraux », enfin les « instruments de recherche sélectifs ». En face de chaque référence est mentionnée la cote de l’exemplaire physique ou celle du microfilm (les lecteurs de microfilms se trouvent au fond de la salle), et si l’instrument a été numérisé (il se trouve alors en ligne). Chaque instrument de recherche est brièvement commenté, et il est indiqué s’il a été corrigé ou mis à jour.

L’État des inventaire permet également de repérer, pour chaque ensemble de cotes de la série concernée, l’inventaire correspondant. Comme pour l’État général des fonds, on retrouve en ligne le découpage de l’État des inventaires correspondant à chaque série.

La recherche d’instruments de recherche en ligne peut s’effectuer, pour les fonds d’Ancien Régime, de deux manières : soit en utilisant le Guide général d’orientation, qui dresse le tableau des institutions et renvoie, pour chacune d’entre elles, aux instruments de recherche appropriés ; soit en accédant directement aux instruments de recherche dans l’ordre du cadre de classement.

  • Les ressources de l’Intranet :

On trouve en salle des inventaires, face à la présidence de salle, et en salle multimédia (au même étage), des ordinateurs donnant accès aux ressources en ligne mais aussi à des bases de données consultables uniquement sur place, via l’Intranet [3]. Attention : l’utilisation d’une clé usb n’est pas autorisée avec ces ordinateurs. Les bases de données disponibles sur l’Intranet sont signalées par un carré bleu. On trouve parmi celles-ci :

– la base TEC, qui permet de rechercher les cotes des thèses de l’École des Chartes ;

– la base PUBLIC, un catalogue des usuels (dictionnaires, guides de recherche) disponibles au CARAN en salle des inventaires, mais aussi en salle de lecture ;

– la base QUIDAM, qui est, pour le XIXe siècle, la grande base nominative des Archives Nationales ;

– et MINUTES, qui permet de lancer une recherche par nom dans le Minutier des notaires (avant 1870). Les minutes des notaires ne concernent pas seulement les propriétaires : elles renferment également des contrats de mariage, d’apprentissage, des inventaires après décès…

Parmi les bases de données accessibles en ligne, on peut consulter, en bas de cette page :

– BORA, le catalogue des archives privées, qui indique les conditions de communicabilité de ces documents ;

– la base PRIAM 3, pour les archives conservées à Fontainebleau ;

– ARCHIM, qui propose quelques dossiers iconographiques thématiques ;

– la base PROF permet enfin d’effectuer une recherche nominative dans les lettres de provisions d’offices qui constituent la sous-série V1, sur la période 1720-1755.

Portail des Archives nationales, rue des Francs-Bourgeois, Paris

Entrée de la rue des Francs-Bourgeois. Source : Rama en cc 2.0 via Wikicommons

Dans la mesure où les Archives Nationales, pas plus que les historien-ne-s qui viennent y effectuer leurs recherches, ne se situent hors du monde (et en l’occurrence du pays) dans lequel nous vivons, il me semble impossible de conclure sans dire un mot sur la situation actuelle du quadrilatère des Archives. Depuis plus d’un an, le personnel des Archives Nationales se mobilise contre le projet présidentiel de musée (« Maison de l’histoire de France ») dont l’implantation est prévue sur le site actuel des Archives.

Les salarié-e-s dénoncent le projet de musée en lui-même, à travers les orientations politiques qu’il traduit, ainsi que ses conséquences prévisibles sur leurs emplois, mais aussi sur les conditions de conservation des archives anciennes, qui ne permettraient plus aux Archives Nationales de remplir pleinement leurs missions de conservation et de communication des documents. Ils et elles ont choisi de proposer à toutes les personnes qui le souhaitent, et en premier lieu aux « étudiants, chercheurs, historiens, intellectuels, généalogistes… », de les soutenir au moyen d’une pétition. Des informations sur cette mobilisation sont affichées chaque jour devant l’entrée de l’hôtel de Soubise, rue des Francs-Bourgeois, sur des panneaux présentant les articles parus dans la presse à ce sujet.

La Fabrique de l'histoire

L’émission La Fabrique de l’Histoire, sur France Culture, consacre aux Archives Nationales un court feuilleton hebdomadaire, la « Ballade des Archives Nationales », d’une durée d’environ sept minutes, chaque lundi à 9h07. L’épisode du 17 octobre dernier rend compte de ce mouvement et donne la parole aux personnels.

__________________________

[1] Claire Sibille (dir.), Guide des sources de la traite négrière, de l’esclavage et de leurs abolitions, Paris, La Documentation française, 2007, 625 p. ; Mireille Rambaud, Les sources de l’histoire de l’art aux Archives Nationales, Paris, Imprimerie nationale, 1955, 173 p. ; Association des Amis de la Commune de Paris, Guide des sources de la Commune de Paris et du mouvement communaliste (1864-1880), Paris, La Documentation française, 2007, 731 p.

[2] Isabelle Carbonnel, Ghislain Brunel, Guide de l’utilisateur des inventaires des Archives Nationales, Paris, Chadwyck-Healey France, 1990, 112 p.

[3] Je remercie Sophie Olive, chargée d’études documentaires au Département de l’orientation et de la communication des Archives Nationales, pour ses précisions sur les ressources électroniques offertes par cet Intranet.


Histoire, anthropologie et ethnohistoire

À propos de Nathan Wachtel, La vision des vaincus. Les Indiens du Pérou devant la Conquête espagnole, 1530-1570, Paris, Gallimard, coll. « Folio Histoire », 1992 (1e éd. coll. « Bibliothèque des Histoires », 1971), 395 p.

[La version initiale de ce compte-rendu a été rédigée en décembre 2008, dans le cadre du séminaire de Master I « Méthodologie de la recherche en histoire » (EHESS).]

Couverture de l'édition de 1992

Cet ouvrage se propose d’envisager la conquête espagnole de l’Amérique du Sud, au XVIsiècle, du point de vue des « vaincus », c’est-à-dire des Indiens. Il a été réédité en mars 1992 dans la collection « Folio Histoire ». Il est paru pour la première fois en 1971 ; Nathan Wachtel menait alors ses recherches dans le cadre de la VIe section de l’École pratique des hautes études, avant de devenir directeur d’études à l’EHESS. Depuis 1992, il est titulaire de la chaire d’histoire et anthropologie des sociétés méso- et sud- américaines au Collège de France.

La réédition de 1992 a donné l’occasion à l’auteur de revenir sur ce travail, vingt ans après sa parution. Dans une courte préface, il dresse un bref bilan des recherches historiques menées depuis lors sur les sociétés préhispaniques d’Amérique du Sud, et réaffirme qu’il conçoit La vision des vaincus comme « l’étape initiale d’une recherche plus ample » (p. 3), qu’il a poursuivie avec Le retour des ancêtres. Les Indiens Urus de Bolivie, XXe-XVe siècle. Essai d’histoire régressive[1], également paru aux éditions Gallimard, en 1990.

N. Wachtel débute son ouvrage par un tableau de la conquête vue par les Aztèques, les Mayas et les Incas. C’est particulièrement l’étude des aspects religieux qui permet de définir les cadres mentaux qui expliquent les réactions des Indiens. La deuxième partie s’attache à pointer les conséquences de la conquête, sur les plans démographique, économique, social, religieux, et qui touchent également la culture matérielle. Au sujet de ce dernier point, les évolutions concernant la nourriture ou le vêtement, mais aussi la langue, sont étudiées du point de vue des processus d’acculturation. L’étude des multiples conséquences de la conquête est rendue possible par une explication préalable des cadres économiques, sociopolitiques et mentaux repérables dans l’Empire inca. Les différentes formes de révoltes contre la domination européenne sont étudiées en dernier lieu : révoltes à caractère politique et religieux dans l’ancien Empire inca, et révoltes aux frontières nord et sud de l’aire culturelle étudiée.

La production de cet ouvrage se situe dans un contexte qui a permis d’envisager l’idée d’un décentrage du point de vue occidental. La prise en compte de civilisations qui n’étaient jusque là pas étudiées pour elles-mêmes a pu s’effectuer à la suite des mouvements de décolonisation, qui ont remis en question l’hégémonie européenne. D’un point de vue épistémologique, La vision des vaincus voit le jour à un moment crucial du rapprochement entre histoire et anthropologie[2], une conséquence du vif débat initié par Lévi-Strauss dès la fin des années 1940[3]. Cet ouvrage a fait date en ceci que l’auteur a pris le parti de le définir, dès l’introduction, comme un « essai d’ethnohistoire » (p. 23). C’est donc qu’il considère que son objet requiert, pour être traité dans la perspective choisie, l’apport de l’histoire, mais aussi celui de l’ethnologie, et donc, dans ce contexte, du structuralisme.

Comment N. Wachtel a-t-il procédé pour réaliser, par cet essai, une rupture historiographique ? Nous étudierons la mise en œuvre de ses intentions d’un point de vue méthodologique en observant de quelles manières il a associé les méthodes de l’histoire et celles de l’ethnologie. On peut pour cela prendre d’abord en compte son utilisation des sources, puis mettre en lumière ce que son cadre global d’analyse doit à la fois à l’historiographie du début des années 1970 et au structuralisme.

Quelles sources pour l’« ethnohistoire » ?

L’examen des sources utilisées par N. Wachtel permet une première approche de sa démarche consistant à relier histoire et ethnologie. Il est particulièrement éclairant pour comprendre la pertinence de ce rapprochement dans ce cas précis.

Tout d’abord, N. Wachtel étudie des documents écrits, sources traditionnelles de la discipline historique. Pour parvenir à son objectif – rendre compte du traumatisme de la conquête espagnole du point de vue autochtone – on aurait pu s’attendre à ce qu’il fasse prioritairement appel à des sources « authentiquement indigènes » (p. 26). Notons qu’il s’appuie aussi très largement sur des sources produites par des chroniqueurs et par l’administration espagnole, en leur posant toutefois de nouvelles questions, essayant de percevoir à travers elles la voix des vaincus. Certains documents s’y prêtent particulièrement : à titre d’exemple, on peut citer les comptes-rendus des visitas à but fiscal, au cours desquelles des administrateurs coloniaux menaient de véritables enquêtes, interrogeant les Indiens à partir d’un questionnaire – ce qui permet un traitement statistique du corpus.

Les problèmes inhérents aux sources primaires qui se posent habituellement aux historien‑ne‑s sont également manifestes ici, notamment en ce qui concerne la datation et l’authentification de documents émanant de traditions orales indiennes remontant au XVIe siècle, rarement mises par écrit avant le XIXe siècle. Il faut également signaler une difficulté supplémentaire : si les écritures mayas et les aztèques sont aujourd’hui lisibles, les sources incas demeurent en revanche difficiles d’accès. Il a donc souvent fallu s’en remettre à la médiation espagnole, qui a sélectionné tout au long de la période coloniale les documents parvenus jusqu’à nous. Les conséquences de ce processus de contrôle des supports culturels d’un groupe dominé touchent à des problématiques soulevées notamment par les subaltern studies.

Mais l’auteur ne se limite pas à cette documentation lacunaire : il analyse également des sources indigènes habituellement propres à l’ethnologie. C’est ainsi qu’il met à contribution le folklore indigène actuel : certaines manifestations populaires, qui combinent théâtre et danse, rejouent en effet régulièrement le déroulement de la conquête espagnole. N. Wachtel procède à une étude comparative de différentes variantes de ce thème, des Andes au Mexique. L’essence même de ces sources[4] lui permet de remarquer que  le traumatisme de la conquête est un phénomène de longue durée – quatre siècles – inscrit dans la mémoire collective. D’autre part, la confrontation entre la réinterprétation de la conquête mise en scène lors de ces spectacles et les faits historiques permet de relever d’apparentes incohérences ou de surprenantes « réécritures » des événements. Pour expliquer la logique qui les sous-tend, l’auteur applique au folklore l’analyse structurale utilisée pour les mythes, dans le but de toucher au niveau inconscient de cette pratique sociale. La recréation du passé dans le cadre des fêtes populaires apparaît alors comme une tentative de restructuration en réponse au choc subi collectivement.

Le chapitre fondé sur une étude du folklore constitue donc un exemple extrêmement éclairant de la démarche de l’ethnohistoire et une démonstration de sa pertinence : N. Wachtel utilise des sources propres à l’ethnologie pour les expliquer grâce à des outils conceptuels développés par l’histoire et par l’anthropologie. Ce sont quelques-uns de ces croisements méthodologiques que nous voudrions étudier dans une seconde partie.

Les apports conceptuels de l’histoire et de l’ethnologie

En tant qu’historien héritant des évolutions historiographiques qui ont eu lieu depuis le début du XXe siècle, N. Wachtel met l’accent sur l’histoire sociale et économique[5], notamment lorsqu’il rend compte, dans la deuxième partie, de l’organisation de l’État inca avant la conquête, de manière à mettre en lumière les conséquences de celle-ci sur la vie des Indiens. Les outils proposés par la démographie historique lui permettent d’évaluer l’importance de la chute démographique qui a suivi l’arrivée des Espagnols. Les chiffres sur lesquels l’auteur se fonde sont peu fiables et varient énormément d’une région à l’autre, cependant des proportions peuvent être dégagées, et sont appuyées par les méthodes statistiques adoptées par les historien-ne-s. Les conclusions sont ainsi mises en forme dans la partie « annexes » à l’aide de graphiques – courbes démographiques et pyramides des âges.

L’auteur tient également compte des données géographiques. Les cadres spatiaux considérés varient tout au long de l’étude : alors que la première partie de l’ouvrage considère les réactions des Mayas, des Aztèques et des Incas, la troisième partie va chercher des exemples de révoltes au sein de l’Empire inca, mais aussi aux limites nord et sud de l’aire envisagée, où les résistances furent plus efficaces. En revanche, la deuxième partie prend surtout en compte la zone inca. Cette variété de cadres spatiaux rend nécessaire l’étude préalable des différents aspects géographiques, en tant qu’ils conditionnent les modes de vie locaux, mais aussi l’organisation de l’État inca, développée en second lieu. N. Wachtel revient à un propos économique en définissant le système de redistribution par l’État des différentes productions agricoles d’une zone à l’autre de l’Empire – les types de cultures variant selon l’altitude, une « économie verticale » permet d’échanger des ressources complémentaires. Ces cadres économiques sont simultanément soumis à une analyse structurale, en tant que révélateurs de cadres mentaux qui participent à la définition d’une vision du monde indienne, qui s’est confrontée à celle des Européens.

En définissant les relations entre l’Inca et ses sujets, via la médiation du curaca – chef local et relais de l’administration – comme fondées sur la réciprocité et la redistribution, N. Wachtel fait appel aux notions de don et de contre-don développées par l’anthropologie. Ce chapitre est d’ailleurs bien intitulé « Les structures de l’État inca »[6]. La production agricole au sein de chaque unité socio-politique, l’ayllu, fait l’objet d’un tribut, qui est redistribué par l’État. Le travail collectif et ritualisé des paysans sur les terres de l’Inca et du curaca n’est donc pas, dans ce cadre, appréhendé comme une corvée injuste, puisqu’il participe d’un système global. L’auteur avance en effet l’idée que « cette exploitation n'[a] pas été vécue comme telle par ceux qui la subissaient et qu’au contraire elle trouvait son sens dans une vision cohérente du monde » (p. 132). Ce sont les cadres mentaux qui régissent cette vision du monde que N. Wachtel, à l’aide des méthodes du structuralisme, entend isoler de façon à la confronter point par point au nouveau système espagnol[7]. À partir des décalages observés, il devient possible, selon l’auteur, de replacer les réactions indigènes dans leur contexte – social, politique, mental –, ce qui constitue un moyen de comprendre « la vision des vaincus » en se détachant d’un point de vue qui serait uniquement tributaire des cadres mentaux occidentaux. Si le système sociopolitique indien, vu de l’intérieur, perd son sens une fois transformé par les conquérants espagnols, en revanche le système colonial qu’ils ont érigé s’inscrit dans un autre ensemble, relié à la métropole, qui n’a plus de sens que pour les Européens.

*

Couverture de l'édition de 1971

Le projet de cet ouvrage, qui consiste à décentrer un point de vue, à changer de perspective, a fait date. Il s’adresse très manifestement à un lectorat occidental. Nul doute qu’un-e chercheur-e péruvien-ne, porteur-se d’un point de vue différent, aurait produit un tout autre travail. Il s’agit ici pour l’auteur de rendre intelligible la « vision des vaincus » aux Européens en l’expliquant à l’aide de concepts qui leur sont familiers. À la lecture, on ne peut s’empêcher d’établir des rapprochements avec l’histoire européenne : par exemple, le statut des yana fait penser à celui des serfs, et l’efficacité de la conquête espagnole semble reposer sur des causes similaires à celles qui expliquent le succès de César en Gaule. Les différents modes de possession foncière sont mis en relation par N. Wachtel avec ceux du système féodal. La question de la possibilité d’opérer un déplacement du point de vue demeure ouverte, et les réflexions qui découlent de la démarche proposée par cet ouvrage continuent d’alimenter les débats qui traversent les études postcoloniales. L’auteur est parvenu, en suivant un développement logique précis, problématisant les moindres aspects du sujet, à appliquer les démarches historique et anthropologique à ce cas précis. En cela, « [Il] nous offre (…) un excellent instrument de travail »[8].


[1]   On peut noter que le titre même affiche ici encore un parti pris méthodologique. En outre, l’auteur se fonde   de nouveau sur un exemple précis pour retracer des évolutions globales.

[2]   Numéro spécial « Histoire et Structure », Annales ESC, vol. 26, n° 3-4, mai 1971. (lire en ligne)

[3]   Claude Lévi-Strauss, « Histoire et ethnologie », Revue de métaphysique et de morale, n° 34, 1949, p. 363- 391.

[4]   « Le folklore, passé vivant dans le présent, constitue une source pour l’étude des permanences inscrites dans la psychologie collective » (p. 66).

[5]   La dimension événementielle est peu convoquée, seuls sont rappelés les éléments nécessaires à la compréhension du contexte.

[6]   « Par structure, nous désignons un ensemble composé d’éléments unis par des rapports que régit une logique interne » (p. 248).

[7]   Dont l’action est justement qualifiée de « déstructuration ». C’est d’ailleurs le titre du deuxième chapitre de la deuxième partie de l’ouvrage, qui fait suite au chapitre I, « Les structures de l’État inca ».

[8]   Compte-rendu de l’ouvrage par Pierre Clastres in L’homme, vol. 12, n° 1, 1972, p. 144-145. (lire en ligne)