Archives de l’auteur : Collectif

WikiAudition Histoire – édition 2017

Le « wiki auditions histoire » reprend du service!

Comme chaque année, la page de suivi des recrutements en histoire est ouverte, grâce notamment au soutien de l’AFHE, qui l’héberge.

Il s’agit de rassembler, en un lieu facile d’accès, toutes les informations relatives aux recrutements de maîtres.ses de conférences et professeur.e.s en histoire (sections 21 et 22 du CNU) pour la session synchronisée 2017.

Le bilan de la campagne 2016 est mitigé : si le remplissage du wiki s’améliore d’année en année en particulier pour les recrutements de MCF en section 22, trop d’informations manquent encore (ou ne parviennent qu’après les auditions) sur les postes de professeur.e.s et ceux de la section 21. Nous comptons donc sur vous! Continuer la lecture

WikiAudition Histoire – édition 2016

Le wiki histoire reprend du service !

Comme chaque année, la page de suivi des recrutements en histoire est ouverte, grâce notamment au soutien de l’AFHE, qui l’héberge.

Il s’agit de rassembler, en un lieu facile d’accès toutes les informations relatives aux recrutements de maîtres de conférences et professeurs en histoire (sections 21 et 22 du CNU) pour la session synchronisée 2016.

Le bilan de la campagne 2015 est toujours mitigé : les taux d’informations relatifs aux postes s’améliorent, et certaines (encore rares) universités affichent désormais les dates des auditions sur leur site. Mais il reste encore difficile d’avoir les informations sur les postes de la section 21, et pour les postes de professeurs en général. Nous comptons donc sur vous ! Continuer la lecture

L’Agenda du médiéviste : le Moyen Âge en réseau

Billet co-écrit par Nicolas Ruffini-Ronzani (FNRS/UNamur) & Marie Van Eeckenrode (Archives de l’État/UCL)

L’Agenda du médiéviste a vu le jour au printemps 2011 suite à un remaniement du comité de coordination du Réseau des médiévistes belges de langue française (RMBLF)1 .

Pour des raisons qui leur appartenaient, les membres fondateurs du RMBLF souhaitaient transmettre le flambeau à une équipe de jeunes doctorants et post-doctorants, équipe dont nous faisions tous deux partie. Issus d’horizons scientifiques et institutionnels différents, les nouveaux responsables avaient pour tâche de perpétuer certaines (bonnes) traditions instaurées par leurs aînés – l’organisation de journées d’étude selon un rythme biannuel, en particulier –, de mener à bien des dossiers qui n’avaient pu aboutir, et, surtout, de développer leurs propres projets2 . Carte blanche nous était donc donnée pour innover. Continuer la lecture

  1. Sur un plan institutionnel, le RMBLF se définit comme un « groupe de contact du Fonds National de la Recherche Scientifique». Plomberie institutionnelle à la belge oblige, le RMBLF – francophone comme son nom l’indique – se distingue de son pendant flamand, le Vlaamse Werkgroep Mediëvistiek, avec lequel il collabore très régulièrement []
  2. Dans la pratique, l’un des membres fondateurs du RMBLF a tout de même conservé sa place au sein de l’organigramme. Il s’agit de notre président, Alain Marchandisse (FNRS/Université de Liège), qui continue à jouer le rôle de responsable vis-à-vis du FNRS, notre principal soutien financier []

Pars en thèse !

billet co-écrit par Nicolas Simon & Quentin Verreycken

Don’t play for real until it gets real – ParenThèses est un carnet de recherches écrit à quatre mains que nous avons ouvert en septembre 2014, au moment de la rentrée académique. C’est dire s’il est jeune (à peine six mois au moment où nous écrivons ces lignes). Cela faisait un moment que nous étions séduits par les possibilités offertes par le blogging scientifique et la plateforme Hypothèses comme outil de communication pour le thésard. En tant que doctorants en histoire du droit et des institutions (ou HDI), nous avions conscience d’appartenir à une discipline pas toujours considérée comme particulièrement sexy dans le monde académique, malgré des initiatives louables telles que l’incontournable site Criminocorpus qui ont montré à quel point l’outil numérique et l’HDI peuvent faire bon ménage. À notre petit niveau, un carnet de recherches nous semblait également un bon moyen de valoriser notre discipline, en même temps qu’une occasion de poser un certain nombre de réflexions sur notre pratique d’historiens et nos objets d’études. D’autant que nous sommes actuellement peu de doctorants, en Belgique, à travailler sur les institutions d’Ancien Régime. Continuer la lecture

Y aller ou pas ? Retours sur une expérience télévisuelle (2)

Billet rédigé par Thibault Le Hégarat* et Benoit Vaillot**

[Début novembre, Thibault Le Hégarat et Benoit Vaillot furent contactés par le journaliste d’une société de production qui préparait un sujet pour l’émission de télévision « Un soir à la tour Eiffel » dont l’invité principal devait être Lorànt Deutsch.

Ils étaient revenus sur cette expérience dans un premier billet où ils évoquaient les raisons pour lesquelles ils avaient accepté d’y participer, leurs attentes et leurs craintes avant la diffusion de l’émission. Ce premier billet a suscité plusieurs réactions et échanges intéressants, notamment à travers un billet d’Aurore Chery, ici même, ou un autre de Michel Deniau sur son blog (et, bien sûr, de façon moins formelle, sur Twitter…) Comme ils l’avaient annoncé le 5 novembre, Thibault Le Hégarat et Benoit Vaillot reviennent sur le résultat dans ce second billet : alors, fallait-il y aller ?]

L’absence de débat contradictoire

Thibault Le Hégarat : Il ne me faisait aucun doute que les discussions qui auraient lieu dans cette émission de divertissement ne pourraient s’apparenter à un réel débat contradictoire. C’est aussi la raison pour laquelle j’ai accepté de répondre à des questions, pour que la parole d’un chercheur soit présente dans l’émission. Continuer la lecture

Y aller ou pas ? Retours sur une expérience télévisuelle (1)

Billet rédigé par Thibault Le Hégarat* et Benoit Vaillot**

un-soir-a-la-tour-eiffel-262483-629405[Ce billet, comme beaucoup il faut l’avouer, est né d’une conversation sur Twitter. @BenoitVaillot et @thibault_lh discutaient de l’entretien qu’ils venaient d’accepter de donner à un journaliste pour une émission de télé. Il échangeaient sur leurs doutes et les raisons qui les avaient poussés à accepter. C’est alors que je me suis glissé dans la conversation pour leur demander s’ils seraient partant pour écrire un billet de « retour d’expérience » pour Devenir historien-ne.
Il se trouve en effet que l’entretien concernait les usages de l’histoire  et le succès de figures médiatiques telles que Lorànt Deutsch (principal invité de l’émission) et Éric Zemmour.
On reste ainsi dans un thème traité depuis quelques temps, ici (billet 1 ; billet 2) et ailleurs sur le rôle social de l’historien. Fallait-il y aller ou pas ? Les deux historiens répondent ici et expliquent leur choix. Il reviendront, dans un prochain billet, sur cette expérience à la lumière d’une analyse de l’émission diffusée ce soir…
]

Continuer la lecture

Découvrez… l’Association française d’histoire économique (AFHE)

AFHE_logo[Billet co-écrit par : Patrice Baubeau ; Guillaume Daudin ; Stéphane Le Bras ; Claire Lemercier ; Nicolas Marty et  Émilien Ruiz]

Fondée en 1965, l’Association française d’histoire économique (AFHE) regroupe les chercheurs, enseignants-chercheurs et étudiants dont les travaux se rapportent à l’histoire économique, de l’Antiquité à nos jours et sur tous les terrains géographiques, sans se limiter aux historiens dans une définition disciplinaire étroite. Continuer la lecture

Devenir carnetiers ? Premier retour d’expérience

Zilsel[Billet co-écrit par Jérôme Lamy & Arnaud Saint-Martin (@ArSaintMartin)]

Nous avons créé et mis en ligne le Carnet Zilsel début novembre 2013. Il est encore trop tôt pour en tirer quelques leçons, mais comme Devenir historien nous invite gentiment à préciser notre business model, nous risquerons dans ce billet un début d’auto-analyse. Et quand nous disons « nous », cela renvoie d’abord à Jérôme Lamy et Arnaud Saint-Martin, coordinateurs du carnet (nous mettons les guillemets parce que les mots nous manquent pour qualifier ce rôle s’inventant au gré des mises à jour), et aussi aux collègues-amis qui contribuent régulièrement Continuer la lecture

Contrebandiers, pirates et frontières (XVII-XXIe siècle)

Une histoire des pratiques informelles en Amérique centrale

[Ce billet, co-écrit par Elisa Grandi et Giovanni Venegoni est une traduction abrégée en français de l’introduction à la treizième livraison de Diacronie. Studi di storia contemporanea intitulée « Contrabbandieri, pirati e frontiere: per una storia delle pratiche informali nell’America Centrale (XVII-XXI secolo) » que nous publions dans le cadre de notre partenariat]

 

… y pasó la tarde esperando su hora grande en los vericuetos del puerto negrero, entre la salsamuera humana del Caribe, pero tan absorto en su aventura que no se detuvo como siempre frente a las tiendas de los hindúes a ver los mandarines de marfil tallados en el colmillo entero del elefante, ni se burló de los negros holandeses en sus velocípedos ortopédicos, ni se asustó como otras veces con los malayos de piel de cobra que le habían dado la vuelta al mundo cautivados por la quimera de una fonda secreta donde vendían filetes de brasileras al carbón…

Gabriel Garcia Marquez, El último viaje del buque fantasma

 

“Guns” by post406 on Flickr (CC BY 2.0)

“Guns” by post406 on Flickr (CC BY 2.0)

Ce numéro essaie d’analyser l’impact des pratiques informelles dans l’histoire de l’Amérique Centrale moderne et contemporaine, sur la base de la récente littérature économique et historiographique1 et d’autres études plus classiques. En effet, la contrebande, un des phénomènes auxquels nous avons consacré plus d’attention, a été étudiée depuis longtemps pour ce qui concerne sa liaison avec le commerce atlantique à l’époque moderne2. Déjà en 1988, Zacarias Moutoukias mettait en lumière un aspect fondamental du problème qui est repris dans les articles proposés dans ce numéro. La frontière entre commerce licite et illicite est souvent très floue et peu intéressante pour l’analyse. Les activités légales et illégales se confondent, comme dans le cas de la contrebande et du commerce colonial à Rio de la Plata au XVIIe siècle :

“en realidad es artificial intentar distinguir entre comercio ilegal y legal, por su mecanismo, sus circuitos, los hombres que los efectuaban y las mercancías que se traficaban, el comercio clandestino y el autorizado, formaban parte de un mismo fenómeno”3.

L’intention d’étudier les pratiques informelles ne nous amène donc pas seulement à nous interroger sur leur caractère licite ou illicite, d’autant plus que parmi les pratiques informelles, beaucoup ne sont manifestement pas illégales, mais représentent des activités qui sortent de l’univers des normes formalisées, comme l’explique Geoffrey Hodgson dans son analyse de la définition des institutions formelles et informelles, corrigeant ainsi Douglass North :

“Some distinction between the formal and the informal is important, but this distinction is attempted in different and confusing ways by various authors. Some identify the formal with the legal and see informal rules as non legal […] In turn, if “formal” means “legal,” then it is not clear whether “informal” should mean illegal or non legal (i.e., not expressed in law)”4.

Né de l’économie institutionnelle5, ce sujet a rapidement intéressé aussi l’historiographie6. C’est pourquoi ce numéro propose d’une part une réflexion conceptuelle sur les pratiques informelles, et d’autre part, une étude de cas. Portant sur diverses périodes historiques, il permet d’approfondir le rôle des pratiques informelles dans le développement des institutions politiques et économiques de la région analysée.

Le cas de l’Amérique centrale et du bassin des Caraïbes se prêtent aisément à l’étude des activités informelles, comme cela a été montré par les récentes et nombreuses études dédiées à son histoire, moderne et contemporaine7. Des premiers stades de l’occupation et de la colonisation européennes jusqu’au XIXe siècle, boucaniers, pirates et contrebandiers (définis par Janice Thomson comme non-state groups8) furent des éléments cruciaux du processus de construction politique et économique de ces régions. Au cours du XIXe siècle, les États-Unis sont intervenus à diverses reprises en Amérique Centrale, alors qu’elle était encore dominée par les empires européens. Ces interventions ont bouleversé la vie économique, politique et sociale de la région, en particulier en ce qui concerne l’esclavage. Au XXe siècle, les pratiques informelles continuèrent de se développer parallèlement aux activités économiques et politiques formelles, en matière de commerce, mais aussi à l’égard de phénomènes tels que la prostitution, le tourisme, l’organisation urbaine et la finance.

Le rapport entre pratiques informelles et normes ne doit pas être interprété comme une variable dichotomique, mais plutôt complémentaire. En effet, les acteurs sont impliqués dans une pluralité de relations et de situations. A ce propos, un élément central mis en évidence par l’analyse de ces pratiques concerne leur rôle dans le processus de community and nation building : des dynamiques – borderline sur le plan géographique et social – qui représentent la structure des institutions économiques et sociales du contexte caribéen et centraméricain. Ce numéro se compose de trois sections :

  1. La piraterie, la contrebande et l’économie informelle dans les Caraïbes coloniales
  2. Esclavage et flibusterie dans la formation des États américains 
  3. Économie informelle, frontières et acteurs marginaux

Nous n’avons pas cherché à construire un parcours diachronique, mais plutôt à analyser l’évolution des faits tels que la piraterie, la contrebande, l’esclavage et la construction de frontières sociales et géographiques, en relation avec le développement politique et économique des Caraïbes et de l’Amérique Centrale9. Bien sûr, chacun de ces phénomènes reste lié à des problématiques qui se développent dans un contexte historique déterminé, qu’il est aisé de reconnaître dans chacune des trois sections. Toutefois, le but de cette opération était d’insister sur les questions qui caractérisent fortement l’espace méso-américain, tout en reconnaissant l’importance exercée par les pratiques informelles.

En ce sens, les essais de la première section analysent des problématiques caractérisées par leur relation avec l’économie coloniale, qu’il s’agisse du rapport entre la contrebande et le commerce britannique, traité par Nadine Hunt, de la relation entre les acteurs informels du système économique des Antilles et du commerce colonial, telle que la décrit Isaac Curtis, de la position liminale occupée par la petite entreprise de la Plaza Mayor de Mexico, confrontée aux contraintes imposées par l’administration coloniale, analysée par Robert D. Cope, ou, enfin de la complexité de la condition du pirate caribéen au XVIe siècle, laquelle a été dépeinte par l’étude de Caroline Laurent.

La deuxième partie débute par la publication (en avant-première pour l’Italie) du premier chapitre du livre The Amistad Rebellion, de Marcus Rediker, traduit en italien par l’éditeur Feltrinelli et introduit par un entretien de l’auteur avec Bill O’Driscoll. L’épopée du groupe d’esclaves africains qui, après avoir pris le contrôle d’un cargo négrier à Cuba, furent jugés aux États-Unis puis libérés, fait ressurgir le débat sur le statut d’esclave en Amérique du Nord et sur ses implications politiques et économiques. Mais Rediker nous permet de voir l’histoire sous un jour différent, celui des esclaves africains. Cette history from below reconstitue le parcours des protagonistes de la rébellion de l’Amistad, du départ des ports de l’Afrique jusqu’aux alliances avec les groupes antiesclavagistes américains. Ces thèmes sont repris dans les textes d’Alessandro Badella et Sarah Batterson. Le premier reconstitue la vie de flibustier de Narciso Lopez au cours de la première moitié du XIXe siècle et se concentre sur les intérêts esclavagistes et commerciaux des États-Unis sur l’île de Cuba. Batterson s’intéresse à la question de l’augmentation des sanctions contre la traite des esclaves, en la reliant à la politique commerciale américaine.

La troisième partie développe le thème de la construction des zones frontalières, géographiques et sociales. Dans le premier cas, l’essai de Jean Clot propose une réflexion conceptuelle sur les pratiques informelles dans les régions frontalières, en analysant le cas de la frontière qui sépare le Mexique du Guatémala. Valentina Abalzati analyse plus particulièrement le rôle de la contrebande dans la construction de la frontière américano-mexicaine. Le dernier essai, celui de Janice Argaillot, examine les pratiques informelles économiques, politiques et sociales à Cuba, en soulignant leur adaptation progressive à la « période spéciale en temps de paix ».

Nous tenons à remercier les auteurs qui ont contribué à la réalisation ce numéro et grâce à qui nous avons introduit un débat international et interdisciplinaire de grande ampleur sur le sujet abordé. Nous remercions également le Professeur Marcus Rediker et l’éditeur Feltrinelli, de nous avoir permis de publier en avant-première un chapitre de l’ouvrage Amistad Rebellion. Enfin, ce numéro a pu voir le jour grâce au superbe travail d’édition web réalisé par Jacopo Bassi et Gianluca Cané, chef de la rédaction et webmestre de Diacronie. Nous leur exprimons toute notre gratitude pour le professionnalisme et la patience avec lesquelles ils ont conduit cette publication.

Diacronie13

  1. Parmi les publications plus recentes: NGALAWA, Harold, VIEGI, Nicola, « Interaction of formal and informal financial markets in quasi-emerging market economies », Economic Modelling, 2013, vol. 31, no 1, p. 614‑624; MORENO MONROY, Ana Isabel, Informality in space. Understanding the nature, role and dynamics of the urban informal economy in developing countries, Groningen, University Library Groningen, 2012; NEUWIRTH, Robert, Stealth of nations: the global rise of the informal economy, New York, Anchor Books, 2012. ANDREAS, Peter Smuggler Nation: How Illicit Trade Made America, New York, Oxford University Press, 2013. Voir aussi la journée d’étude à Paris “L’organisation de la transgression: formaliser l’informel?” http://calenda.org/240959 []
  2. Voir: MALAMUD, Carlos, Cádiz y Saint Malo en el Comercio Colonial Peruano: 1698-1725, Diputación Provincial de Cádiz, 1986; MOUTOUKIAS, Zacarías, Contrabando y Control Colonial en el Siglo XVII: Buenos Aires, el Atlántico y el Espacio Peruano, Centro Editor de América Latina, 1988; MOUTOUKIAS, Zacarias, « Power, Corruption, and Commerce: The Making of the Local Administrative Structure in Seventeenth-Century Buenos Aires », The Hispanic American Historical Review, 1988, vol. 68, no 4, p. 771; PERUSSET, Macarena, Contrabando y Sociedad en el Río de la Plata Colonial, Editorial Dunken, 2006. []
  3. MOUTOUKIAS, Zacarías, Contrabando y Control Colonial en el Siglo XVII, op. cit., p. 216. []
  4. HODGSON, Geoffrey, “What are institutions”, Journal of Economic Issues, vol. 40 no.1, 2006, pp. 1-25 []
  5. North, Douglass Cecil, Structure and change in economic history, London-New York, W.W. Norton, 1981; North, Douglass Cecil, Institutions, institutional change and economic performance, New York, Cambridge University Press, 1990; North, Douglass Cecil, Weingast, Barry R., Summerhill, William, Order, Disorder, and Economic Change: Latin America versus North America, in Bueno de Mesquita, Bruce, Root, Hilton L. (a cura di), Governing for prosperity, New Haven, Yale University Press, 2000, p. 17‑58; Greif, Avner, Institutions and the Path to the Modern Economy: Lessons from Medieval Trade, Cambridge-New York, Cambridge University Press, 2006. []
  6. Karras, Alan L., Smuggling. Contraband and Corruption in World History, Lanham, Rowman & Littlefield Publishers, 2010; Koot, Christian J., Empire at the Periphery. British Colonists, Anglo-Dutch Trade, and the Development of the British Atlantic, 1621-1713, New-York, London, New York University Press, 2012; Rupert, Linda M., Creolization and Contraband: Curaçao in the Early Modern Atlantic World, Atlanta, University of Georgia Press, 2012; Andreas, Peter, op. cit. []
  7. Hancock, David, Citizens of the World: London Merchants and the Integration of the British Atlantic Community, 1735-1785, Cambridge, Cambridge University Press, 1995; Hancock, David, « The Triumph of Mercury. Connection and Control in the emerging Atlantic Economy », in Bailyn, Bernard et Denault, Patricia L. (a cura di), Soundings in the Atlantic history: latent structures and intellectual currents, 1500-1830, Cambridge, Harvard University Press, 2009, p. 113‑140; Klooster, Wim, Illicit Riches: Dutch Trade in the Caribbean, 1648-1795, Leiden, KITLV, 1998; Klooster, Wim, « Inter-Imperial Smuggling », in Bailyn, Bernard et Denault, Patricia L. (a cura di), op.cit., p. 140‑173; Armitage, David, Subrahmanyam, Sanjay, The Age of Revolutions in Global Context, 1760-1840, Basingstoke, Palgrave Macmillan, 2010. []
  8. Thomson, Janice E., Mercenaries, pirates, and sovereigns: state-building and extraterritorial violence in early modern Europe, Princeton, N.J, Princeton University Press, 1994 []
  9. Gruzinski, Serge, « Les mondes mêlés de la Monarchie Catholique et autres connected histories », Annales. Histoire, Sciences Sociales, 2001, vol. 1, 01/2001; Gruzinski, Serge, Les Quatre parties du monde. Histoire d’une mondialisation, Paris, La Martinière, 2004 []

Des usages historiens de la littérature

L'Art et la Littérature par William-Adolphe Bouguereau[Ce billet est co-écrit par Émilie Gimenez et Maxime Martignon]

L’objet de ce billet sur les rapports entre littérature et histoire, écrit par deux étudiants qui s’y confrontent régulièrement, est encore le terrain d’un débat intellectuel particulièrement vif. Pour certains1 le texte littéraire est porteur de connaissances dont la découverte est rendue possible par une herméneutique intra-diégétique, c’est-à-dire que le travail de l’historien consiste essentiellement dans une critique interne et l’analyse de discours de la source littéraire. Pour d’autres2, des opérations de contextualisation spécifiques à la littérature (en tant que phénomène) permettent d’éclairer les textes et de les constituer en objets spécifiquement historiques.

La littérature ne peut se réduire à son étymologie, litterae, litteratura, qui renvoie à « la chose écrite ». La postérité d’une œuvre est construite par sa nécessaire lecture ; un texte littéraire est celui qui est jugé comme méritant d’être lu et relu. Georges Ohnet, mélodramaturge de la IIIe République, était plus vendu que Zola à la fin du XIXe siècle. Or, certains romans des Rougon-Macquart sont étudiés dans de nombreuses classes de l’enseignement secondaire. Comme le souligne Florence Dupont, « L’existence de la littérature suppose une séquence ouverte par une écriture spécifique, et close par une lecture non moins spécifique. Autrement dit, il n’y a de littérature que là où existe, en horizon d’attente, une institution littéraire »3. L’emploi du mot « littérature » semble désigner également les ouvrages qui témoignent de préoccupations esthétiques. Ici, il n’est question que de donner des conseils méthodologiques utiles pour des jeunes historiens qui souhaitent utiliser des textes a priori littéraires. Pour ce qui concerne ces débats, nous ne pouvons que renvoyer à l’ouvrage de Judith Lyon-Caen et Dinah Ribard l’historien et la littérature4.

Aujourd’hui encore, il arrive d’entendre qu’il n’est pas possible d’utiliser la littérature comme source historique principale. Tout au plus, celle-ci peut être utile pour « l’ouverture » d’un mémoire. Elle apparaît alors comme un ornement esthétique au travail de l’historien et comme le moment du loisir dans l’argumentation.

Notre propos ici est de voir comment on peut prendre au sérieux cet ornement qu’est l’ouverture par la littérature à partir d’un cas concret de mémoire soutenu en 2011, et d’autre part d’apporter les éléments théoriques qui permettent de faire de l’histoire avec de la littérature.

Pratiques de l’ouverture littéraire

Le mieux pour raisonner sur la pratique de l’ouverture littéraire est de partir d’un cas concret. Nous citons le cas de Mélissa Bernier, étudiante à l’université de Besançon qui a soutenu un mémoire de M1 sur la caisse de secours de la mine de la Machine dans la Nièvre5. Son introduction était une réflexion générale sur la portée historiographique d’un texte incontournable pour qui travaille sur les mines, celui de Zola. Avec l’autorisation de son auteure, nous reproduisons ici cette « ouverture » pour pouvoir l’analyser.

Parler de la mine et des mineurs au XIXe siècle conduit nécessairement à penser à Zola et Germinal. Dans ce roman, publié en feuilleton dans Gil Blas à partir du 26 novembre 1884, Émile Zola (1840-1902) dresse le portrait d’un pays minier, certes fictif, mais en abordant tous les thèmes liés à l’état de mineur au XIXe siècle. Tous les points-clés sont traités comme les conditions de travail et de vie des ouvriers, leurs rapports avec la compagnie, leurs loisirs et leurs opinions politiques. Ces éléments forment le premier roman sur le peuple. Cette œuvre romanesque marque la culture des historiens6 car elle est fondée sur une enquête de terrain réalisée par l’auteur dans les mines d’Anzin du 23 février au 4 mars 18847. L’immersion étant pour lui la meilleure méthode d’investigation, Émile Zola est descendu dans un puits de mine et a visité un coron. Cependant, il s’agit d’un roman, il livre donc au lecteur sa représentation de la réalité et certains éléments sont fantasmés ou exagérés. Les éléments qu’il fournit ne peuvent pas être appliqués à la lecture de documents historiques dans le cadre d’une monographie.

Ce roman constitue une introduction aux rapports de force ou de soumission existants dans les entreprises industrielles au XIXe siècle. Les problèmes et enjeux liés aux caisses de secours sont résumés par les paroles de M. Hennebeau, directeur des mines de Montsou à une délégation d’ouvriers en grève :

« […] cette caisse de prévoyance que nous tolérerions bien volontiers si elle était seulement une épargne, mais où nous sentons une arme contre nous, un fonds de réserve pour payer les frais de la guerre. Et à ce propos, je dois ajouter que la Compagnie entend avoir un contrôle sur cette caisse »8.

L’emploi du conditionnel introduit les conditions posées par la direction quant à l’existence d’une caisse de secours ou de prévoyance. Cette forme verbale renvoie l’institution dans un lointain inacceptable qui fait antiphrase avec le mot « tolérer ». Il y a parallèlement une subversion du vocabulaire paternaliste en utilisant le champ lexical de l’armée. En effet, l’entreprise doit constituer une unité plus que l’affrontement entre deux armées. Si Zola répercute l’image négative des caisses de secours correspondant à l’imaginaire patronal, son écriture laisse à penser qu’il est du côté des ouvriers.

Dans le cas de la houillère de La Machine, la caisse de secours n’est pas devenue un objet de lutte entre les deux parties au XIXe siècle. Cette institution d’assistance a connu plusieurs changements dans sa gestion, toujours justifiés par l’intérêt commun. De plus, les caisses de secours ont trop souvent une image liée à la confrontation et à la grève, notamment par le biais du discours patronal qu’il s’agit ici d’analyser en étudiant celle de La Machine.

Zola par ManetIci, plusieurs éléments permettent de prendre au sérieux cette amorce. Il ne s’agit pas d’une citation jetée comme une évidence selon l’équation Mine = Germinal = réalité ou fiction. D’abord, M.Bernier s’attache à préciser la démarche d’auteur propre à Zola, en faisant implicitement référence aux travaux sur l’apparente scientificité des écrits naturalistes. Puis, la citation est située dans une interprétation historiographique (« les rapports de force ou de soumission ») qui désamorce toute volonté de faire de la citation soit un témoignage transparent, soit le fantasme ou la stratégie d’écriture d’un écrivain . Une analyse de discours permet ensuite de montrer les moyens par lesquels le texte de Zola produit un effet de réalité (« le vocabulaire paternaliste ») qui en fait une source séduisante pour l’historien trop peu averti, alors même que cet effet localise l’écrit plutôt « du côté des ouvriers ». Enfin, le retour au sujet spécifique permet de montrer la dimension historiographisante du texte de Zola sur la question des usages de la caisse de secours au XIXe siècle. Bien loin d’éclairer le sujet, le texte de Zola produit un effet de généralisation dont l’analyse contextuelle et herméneutique permet de comprendre qu’il est un préjugé historiographique.

On le voit plusieurs étapes sont nécessaires pour faire une citation littéraire sérieuse : la contextualiser ne signifie pas juste assembler des éléments d’érudition autour du texte. Il s’agit par là d’autoriser une lecture interprétative de l’extrait proposé. La seconde étape se trouve dans l’analyse précise du discours tenu par le texte qui permet d’étayer la vision qu’il donne. Par cette pratique on abandonne le temps d’une citation son sujet, on ouvre un autre objet réputé littéraire que l’on étudie. Il est censé provoquer une ouverture qui n’est pas prétexte mais qui permet d’élargir les enjeux du sujet général – quitte à ce qu’on ait besoin de mobiliser la littérature comme phénomène historique pour l’expliquer alors que le problème semble n’avoir rien à voir avec le sujet de départ.

Conseils théoriques et méthodologiques

Dans toute démarche engageant des sources « littéraires », il nous paraît important de ne pas réduire un texte littéraire à un énoncé fixe, unique et définitif et de se demander quelles sont les pratiques induites par la transmission de ce texte. L’objet doit donc être défini selon sa production et sa réception, en prenant en compte les voies qui mènent de l’un à l’autre, à savoir l’histoire de la transmission. Prenons l’exemple de la tragédie grecque. Si elle est ramenée à son contexte d’énonciation initiale, la représentation tragique s’insère à Athènes dans la fête rituelle des Grandes Dionysies ; elle ne correspond plus à ce que nous admettons comme littérature dans la mesure où le texte n’est pas autonome et n’existe que dans sa dimension performative dans le théâtre de Dionysos9. Ramener l’objet à son historicité peut entraîner la négation de son statut littéraire.

Cette opération de contextualisation permet à l’historien de comprendre son objet et de ne pas lui faire dire ce qu’il ne dit pas. Chaque objet a sa propre originalité et fonction inscrites dans le lieu et le temps qui l’ont produit. Pour tout étudiant qui souhaite utiliser de la littérature, il est nécessaire de l’historiciser car cela nous permet de l’objectiviser et de la détacher de certains a priori hérités notamment de notre rapport à la lecture et de son enseignement. La classification en genres et sous-genres littéraires (théâtre, poésie, roman, autobiographie, …) et en registres (tragique, comique, épique, …) permet de penser la littérature. Ce sont des opérations de production de savoirs qui ne sont pas toujours contemporaines de l’œuvre et qui peuvent se trouver anachroniques. Tant qu’il est conscient, l’anachronisme s’avère utile10 ; il faut simplement savoir faire la différence entre les concepts étiques que nous élaborons et les catégories indigènes des personnes, auteur ou destinataire de la littérature. Ainsi, la notion de « tragique » comme registre n’est construite qu’au XIXe siècle par la philosophie idéaliste allemande et est difficilement applicable pour la tragédie antique11.

Les questions que l’on pose à l’objet littéraire et le statut qu’on lui donne engagent le choix de démarches épistémologiques. Dans son travail de recherche, Emilie Gimenez, articulant l’anthropologie historique et les gender studies12, prend le parti que la tragédie grecque permet de comprendre la réalité historique de la cité athénienne du Ve siècle, non directement mais par un jeu de miroir brisé13. Dans une toute autre démarche, Maxime Martignon14 cherche à rendre compte des usages sociaux de la correspondance de Cabart de Villermont(1623-1707) ce qui nécessite d’investir ces textes mis en circulation d’une dimension esthétique  propre à avoir des effets de lecture alors même qu’ils n’appartiennent pas au « canon littéraire ».  Ainsi, tout usage historien de la littérature doit conduire à mener une réflexion qui n’est pas seulement une critique de source mais aussi une critique épistémologique de son propre travail pour échapper à la tentation de faire de la littérature un simple document sur son objet.

 

_____________

1   Une illustration récente parmi d’autres : « Savoirs de la littérature » Annales. Histoire, Sciences Sociales, Paris, éditions de l’EHESS, 2010/2.

2   Jean-Pierre VERNANT, « Le moment historique de la tragédie en Grèce : quelques conditions sociales et psychologiques », dans, Jean-Pierre Vernant et Pierre Vidal-Naquet, Mythe et tragédie en Grèce  ancienne I, Paris, Maspero, 1973, p. 11-17.

3   Florence DUPONT, L’invention de la littérature, Paris, La Découverte, 1998, p. 14.

4   Judith LYON-CAEN et Dinah RIBARD, L’historien et la littérature, Paris, La découverte, 2010.

5   Mélissa BERNIER, La caisse de secours de la mine de la machine au XIXe siècle, Mémoire de M1 soutenu à l’université de Franche-Comté sous la direction de Jean-Claude DAUMAS, 2011.

6   Par exemple, Georges PRADALIE, Balzac historien, Paris, PUF, 1955. Ou Marie-Françoise GRIBET, « Horace Busquet, Directeur des mines de La Machine à l’époque de Germinal », Le marteau pilon, Guérigny, n°18, 2006, p. 113-120.

7   Émile ZOLA, Carnets d’enquête : une ethnographie inédite de la France, Paris, Plon, 1987.

8   Émile ZOLA, Germinal, Paris, Hachette, 1993, p. 259.

9   Florence DUPONT, L’insignifiance tragique, Paris, Gallimard, 2001 : L’auteure élabore la notion d’ « insignifiance tragique » qui sous-tend que la tragédie grecque ne peut être comprise et étudiée que si elle est ramenée à son historicité et à sa situation d’énonciation initiale, la performance ; chap. 1, « En finir avec la tragédie grecque? », p. 11-29.

10  Nicole LORAUX, « Éloge de l’anachronisme ». Le genre humain, 1993, p. 23-29, repris dans Les Voies traversières de Nicole Loraux : une helléniste à la croisée des sciences sociales, Espaces Temps/Les Cahiers Clio, 87-88, Paris, p. 127-139.

11  Pierre JUDET DE LA COMBE, Les tragédies grecques sont-elles tragiques ?, Paris, Bayard, 2010.

12  Émilie GIMENEZ, Electre est-elle une héroïne? Approche des genres dans les Choéphores d’Eschyle et l’Electre d’Euripide et de Sophocle. Mémoire de M1 soutenu à l’EHESS sous la direction de Claude Calame, 2011.

13  Pierre VIDAL-NAQUET, Le miroir brisé, Paris, Belles-Lettres, 2002.

14  Maxime MARTIGNON, Les pratiques épistolaires d’un intermédiaire à la fin du règne de Louis XIV : Cabart de Villermont (1623-1707). Mémoire de M1 soutenu à l’EHESS sous la direction de Christian Jouhaud, 2011.