Archives de l’auteur : Véronique Servat

À propos Véronique Servat

Enseignante en collège, doctorante à Paris - histoire des sociétés occidentales contemporaines - La fabrique d'un nouveau paysage musical et culturel autour des Inrockuptibles 1986-1998.

Écrire l’histoire à quatre mains : dans l’atelier de Désirée et Alain Frappier

Bien des historien.nes nous ont ouvert leurs ateliers pour nous permettre de suivre les étapes d’un travail de recherche et les modalités de son écriture. Mais comment restituer des épisodes du passés quand on est auteur.es de bande-dessinée et que l’on jongle d’une part avec le matériau habituel de l’historien.ne (témoignages, presse, travaux scientifiques) et, d’autre part, avec la nécessité de scénariser une restitution historique à laquelle se mêlent des éléments de fiction ?

Tel est le fil rouge de cet entretien avec Désirée et Alain Frappier qui proposent ces jours-ci en librairie le premier tome de leur quatrième récit graphique, situé dans le Chili pré-Allende, qu’ils ont intitulé Là où se termine la terre. Élaboré à partir du témoignage de Pedro, réfugié chilien en France, ce volume retrace l’histoire du Chili autour du basculement qu’a constitué l’accession d’Allende au pouvoir. Il sera suivi d’un second tome centré sur le renversement d’Allende et la dictature de Pinochet. Entre souci d’exactitude, respect de la parole des témoins, nécessité de confronter les points de vue pour enrichir l’intrigue, et volonté de donner une place aux actrices et aux acteurs invisibles de l’histoire, il y a un cheminement et des questionnements qui rejoignent souvent ou s’éloignent parfois  ceux de l’histoire savante. Quelle que soit la trajectoire, le dévoilement de la boîte noire de cette écriture ouvre de belles pistes de réflexion que je vous propose de découvrir sans plus attendre.  Continuer la lecture

Faire de l’histoire sur Twitter ? Entretien avec @LarrereMathilde

En matière d’éducation, le site de microblogging Twitter est souvent un lieu de confrontation et d’invectives qui ne rendent pas justice aux vastes possibilités de l’outil. Au milieu des floods en 140 signes qu’impose le réseau du petit oiseau bleu, une historienne, Mathilde Larrère1 , s’est lancée dans une série d’exercices de microbloggingstory. A l’aide d’un autre outil, Storify, qui permet d’ordonner des tweets, elle retrace des épisodes historiques de l’époque contemporaine. À l’image de son compte qui est personnel, professionnel et militant, elle entremêle dans cet exercice les trois aspects de sa « personnalité » numérique. Pensés par une femme historienne et engagée, ces récits s’inscrivent avec humour, fraicheur et rigueur dans une démarche d’éducation populaire et amorcent de vastes mouvements réticulaires de circulation des savoirs historiques.

A quel moment et pourquoi as-tu envisagé d’utiliser Twitter pour conter sous forme de Storify des épisodes historiques ?

Au début j’ai commencé par faire juste des éphémérides sur Twitter, juste une date anniversaire avec mention de l’événement. Puis ça m’a frustré de ne pas expliquer l’événement. Trop tristement factuel. J’ai commencé à donner de petits éléments d’interprétation, d’explication. Mais j’avais aussi besoin de raconter ce qui se passait. D’incarner un peu, de donner du vécu. De précisions en explications, d’interprétations en récits, je me suis mise à faire des threads de plus en plus longs. 10 tweets, puis 20, puis 40… Dans les notifications, des twittos me disaient c’est super, mais pourquoi tu ne les mets pas sur Storify parce que là c’est compliqué de suivre ?  Alors je suis allée voir et je m’y suis mise. Continuer la lecture

  1. Mathilde Larrère est normalienne, agrégée d’histoire. Sa thèse portait sur la garde nationale sous la Monarchie de Juillet. Elle est maitre de conférence à l’université de Paris Est Marne la Vallée. Elle est aussi militante syndicale, politique et associative []

Ma route du rock

519D8ENtkALOn the road again …

Sur ma route du rock, il y a longtemps eu les Inrockuptibles. Leur compagnie fut discontinue mais profondément marquante. Les traces matérielles de ce bout d’existence partagée se mesurent d’un regard panoptique porté sur ma discothèque. On pourrait presque en faire une étude de cas pour l’histoire quantitative en croisant ses rayonnages avec les chroniques de disques de la revue. Elle a posé en cet endroit précis de mon territoire domestique la postérité de son influence. J’ai en effet cessé de lire les Inrockuptibles au tournant du millénaire et je n’ai conservé aucun des exemplaires en ma possession, ne me doutant pas, à l’époque, que je reprendrai des recherches vingt ans après avoir passé une maîtrise d’histoire moderne.

J’ai énoncé le sujet sur lequel je travaille depuis plus d’un an dans le cadre d’un master 2 d’histoire culturelle du contemporain, de façon à pouvoir en développer les aspects musicaux : La fabrique d’un nouveau paysage musical autour des Inrockuptibles (1986-1998). J’envisageais de démontrer en quoi ce modeste fanzine, né en mars 1986 Continuer la lecture