Archives de catégorie : Partenariats

Contrebandiers, pirates et frontières (XVII-XXIe siècle)

Une histoire des pratiques informelles en Amérique centrale

[Ce billet, co-écrit par Elisa Grandi et Giovanni Venegoni est une traduction abrégée en français de l’introduction à la treizième livraison de Diacronie. Studi di storia contemporanea intitulée « Contrabbandieri, pirati e frontiere: per una storia delle pratiche informali nell’America Centrale (XVII-XXI secolo) » que nous publions dans le cadre de notre partenariat]

 

… y pasó la tarde esperando su hora grande en los vericuetos del puerto negrero, entre la salsamuera humana del Caribe, pero tan absorto en su aventura que no se detuvo como siempre frente a las tiendas de los hindúes a ver los mandarines de marfil tallados en el colmillo entero del elefante, ni se burló de los negros holandeses en sus velocípedos ortopédicos, ni se asustó como otras veces con los malayos de piel de cobra que le habían dado la vuelta al mundo cautivados por la quimera de una fonda secreta donde vendían filetes de brasileras al carbón…

Gabriel Garcia Marquez, El último viaje del buque fantasma

 

“Guns” by post406 on Flickr (CC BY 2.0)

“Guns” by post406 on Flickr (CC BY 2.0)

Ce numéro essaie d’analyser l’impact des pratiques informelles dans l’histoire de l’Amérique Centrale moderne et contemporaine, sur la base de la récente littérature économique et historiographique1 et d’autres études plus classiques. En effet, la contrebande, un des phénomènes auxquels nous avons consacré plus d’attention, a été étudiée depuis longtemps pour ce qui concerne sa liaison avec le commerce atlantique à l’époque moderne2. Déjà en 1988, Zacarias Moutoukias mettait en lumière un aspect fondamental du problème qui est repris dans les articles proposés dans ce numéro. La frontière entre commerce licite et illicite est souvent très floue et peu intéressante pour l’analyse. Les activités légales et illégales se confondent, comme dans le cas de la contrebande et du commerce colonial à Rio de la Plata au XVIIe siècle :

“en realidad es artificial intentar distinguir entre comercio ilegal y legal, por su mecanismo, sus circuitos, los hombres que los efectuaban y las mercancías que se traficaban, el comercio clandestino y el autorizado, formaban parte de un mismo fenómeno”3.

L’intention d’étudier les pratiques informelles ne nous amène donc pas seulement à nous interroger sur leur caractère licite ou illicite, d’autant plus que parmi les pratiques informelles, beaucoup ne sont manifestement pas illégales, mais représentent des activités qui sortent de l’univers des normes formalisées, comme l’explique Geoffrey Hodgson dans son analyse de la définition des institutions formelles et informelles, corrigeant ainsi Douglass North :

“Some distinction between the formal and the informal is important, but this distinction is attempted in different and confusing ways by various authors. Some identify the formal with the legal and see informal rules as non legal […] In turn, if “formal” means “legal,” then it is not clear whether “informal” should mean illegal or non legal (i.e., not expressed in law)”4.

Né de l’économie institutionnelle5, ce sujet a rapidement intéressé aussi l’historiographie6. C’est pourquoi ce numéro propose d’une part une réflexion conceptuelle sur les pratiques informelles, et d’autre part, une étude de cas. Portant sur diverses périodes historiques, il permet d’approfondir le rôle des pratiques informelles dans le développement des institutions politiques et économiques de la région analysée.

Le cas de l’Amérique centrale et du bassin des Caraïbes se prêtent aisément à l’étude des activités informelles, comme cela a été montré par les récentes et nombreuses études dédiées à son histoire, moderne et contemporaine7. Des premiers stades de l’occupation et de la colonisation européennes jusqu’au XIXe siècle, boucaniers, pirates et contrebandiers (définis par Janice Thomson comme non-state groups8) furent des éléments cruciaux du processus de construction politique et économique de ces régions. Au cours du XIXe siècle, les États-Unis sont intervenus à diverses reprises en Amérique Centrale, alors qu’elle était encore dominée par les empires européens. Ces interventions ont bouleversé la vie économique, politique et sociale de la région, en particulier en ce qui concerne l’esclavage. Au XXe siècle, les pratiques informelles continuèrent de se développer parallèlement aux activités économiques et politiques formelles, en matière de commerce, mais aussi à l’égard de phénomènes tels que la prostitution, le tourisme, l’organisation urbaine et la finance.

Le rapport entre pratiques informelles et normes ne doit pas être interprété comme une variable dichotomique, mais plutôt complémentaire. En effet, les acteurs sont impliqués dans une pluralité de relations et de situations. A ce propos, un élément central mis en évidence par l’analyse de ces pratiques concerne leur rôle dans le processus de community and nation building : des dynamiques – borderline sur le plan géographique et social – qui représentent la structure des institutions économiques et sociales du contexte caribéen et centraméricain. Ce numéro se compose de trois sections :

  1. La piraterie, la contrebande et l’économie informelle dans les Caraïbes coloniales
  2. Esclavage et flibusterie dans la formation des États américains 
  3. Économie informelle, frontières et acteurs marginaux

Nous n’avons pas cherché à construire un parcours diachronique, mais plutôt à analyser l’évolution des faits tels que la piraterie, la contrebande, l’esclavage et la construction de frontières sociales et géographiques, en relation avec le développement politique et économique des Caraïbes et de l’Amérique Centrale9. Bien sûr, chacun de ces phénomènes reste lié à des problématiques qui se développent dans un contexte historique déterminé, qu’il est aisé de reconnaître dans chacune des trois sections. Toutefois, le but de cette opération était d’insister sur les questions qui caractérisent fortement l’espace méso-américain, tout en reconnaissant l’importance exercée par les pratiques informelles.

En ce sens, les essais de la première section analysent des problématiques caractérisées par leur relation avec l’économie coloniale, qu’il s’agisse du rapport entre la contrebande et le commerce britannique, traité par Nadine Hunt, de la relation entre les acteurs informels du système économique des Antilles et du commerce colonial, telle que la décrit Isaac Curtis, de la position liminale occupée par la petite entreprise de la Plaza Mayor de Mexico, confrontée aux contraintes imposées par l’administration coloniale, analysée par Robert D. Cope, ou, enfin de la complexité de la condition du pirate caribéen au XVIe siècle, laquelle a été dépeinte par l’étude de Caroline Laurent.

La deuxième partie débute par la publication (en avant-première pour l’Italie) du premier chapitre du livre The Amistad Rebellion, de Marcus Rediker, traduit en italien par l’éditeur Feltrinelli et introduit par un entretien de l’auteur avec Bill O’Driscoll. L’épopée du groupe d’esclaves africains qui, après avoir pris le contrôle d’un cargo négrier à Cuba, furent jugés aux États-Unis puis libérés, fait ressurgir le débat sur le statut d’esclave en Amérique du Nord et sur ses implications politiques et économiques. Mais Rediker nous permet de voir l’histoire sous un jour différent, celui des esclaves africains. Cette history from below reconstitue le parcours des protagonistes de la rébellion de l’Amistad, du départ des ports de l’Afrique jusqu’aux alliances avec les groupes antiesclavagistes américains. Ces thèmes sont repris dans les textes d’Alessandro Badella et Sarah Batterson. Le premier reconstitue la vie de flibustier de Narciso Lopez au cours de la première moitié du XIXe siècle et se concentre sur les intérêts esclavagistes et commerciaux des États-Unis sur l’île de Cuba. Batterson s’intéresse à la question de l’augmentation des sanctions contre la traite des esclaves, en la reliant à la politique commerciale américaine.

La troisième partie développe le thème de la construction des zones frontalières, géographiques et sociales. Dans le premier cas, l’essai de Jean Clot propose une réflexion conceptuelle sur les pratiques informelles dans les régions frontalières, en analysant le cas de la frontière qui sépare le Mexique du Guatémala. Valentina Abalzati analyse plus particulièrement le rôle de la contrebande dans la construction de la frontière américano-mexicaine. Le dernier essai, celui de Janice Argaillot, examine les pratiques informelles économiques, politiques et sociales à Cuba, en soulignant leur adaptation progressive à la « période spéciale en temps de paix ».

Nous tenons à remercier les auteurs qui ont contribué à la réalisation ce numéro et grâce à qui nous avons introduit un débat international et interdisciplinaire de grande ampleur sur le sujet abordé. Nous remercions également le Professeur Marcus Rediker et l’éditeur Feltrinelli, de nous avoir permis de publier en avant-première un chapitre de l’ouvrage Amistad Rebellion. Enfin, ce numéro a pu voir le jour grâce au superbe travail d’édition web réalisé par Jacopo Bassi et Gianluca Cané, chef de la rédaction et webmestre de Diacronie. Nous leur exprimons toute notre gratitude pour le professionnalisme et la patience avec lesquelles ils ont conduit cette publication.

Diacronie13

  1. Parmi les publications plus recentes: NGALAWA, Harold, VIEGI, Nicola, « Interaction of formal and informal financial markets in quasi-emerging market economies », Economic Modelling, 2013, vol. 31, no 1, p. 614‑624; MORENO MONROY, Ana Isabel, Informality in space. Understanding the nature, role and dynamics of the urban informal economy in developing countries, Groningen, University Library Groningen, 2012; NEUWIRTH, Robert, Stealth of nations: the global rise of the informal economy, New York, Anchor Books, 2012. ANDREAS, Peter Smuggler Nation: How Illicit Trade Made America, New York, Oxford University Press, 2013. Voir aussi la journée d’étude à Paris “L’organisation de la transgression: formaliser l’informel?” http://calenda.org/240959 []
  2. Voir: MALAMUD, Carlos, Cádiz y Saint Malo en el Comercio Colonial Peruano: 1698-1725, Diputación Provincial de Cádiz, 1986; MOUTOUKIAS, Zacarías, Contrabando y Control Colonial en el Siglo XVII: Buenos Aires, el Atlántico y el Espacio Peruano, Centro Editor de América Latina, 1988; MOUTOUKIAS, Zacarias, « Power, Corruption, and Commerce: The Making of the Local Administrative Structure in Seventeenth-Century Buenos Aires », The Hispanic American Historical Review, 1988, vol. 68, no 4, p. 771; PERUSSET, Macarena, Contrabando y Sociedad en el Río de la Plata Colonial, Editorial Dunken, 2006. []
  3. MOUTOUKIAS, Zacarías, Contrabando y Control Colonial en el Siglo XVII, op. cit., p. 216. []
  4. HODGSON, Geoffrey, “What are institutions”, Journal of Economic Issues, vol. 40 no.1, 2006, pp. 1-25 []
  5. North, Douglass Cecil, Structure and change in economic history, London-New York, W.W. Norton, 1981; North, Douglass Cecil, Institutions, institutional change and economic performance, New York, Cambridge University Press, 1990; North, Douglass Cecil, Weingast, Barry R., Summerhill, William, Order, Disorder, and Economic Change: Latin America versus North America, in Bueno de Mesquita, Bruce, Root, Hilton L. (a cura di), Governing for prosperity, New Haven, Yale University Press, 2000, p. 17‑58; Greif, Avner, Institutions and the Path to the Modern Economy: Lessons from Medieval Trade, Cambridge-New York, Cambridge University Press, 2006. []
  6. Karras, Alan L., Smuggling. Contraband and Corruption in World History, Lanham, Rowman & Littlefield Publishers, 2010; Koot, Christian J., Empire at the Periphery. British Colonists, Anglo-Dutch Trade, and the Development of the British Atlantic, 1621-1713, New-York, London, New York University Press, 2012; Rupert, Linda M., Creolization and Contraband: Curaçao in the Early Modern Atlantic World, Atlanta, University of Georgia Press, 2012; Andreas, Peter, op. cit. []
  7. Hancock, David, Citizens of the World: London Merchants and the Integration of the British Atlantic Community, 1735-1785, Cambridge, Cambridge University Press, 1995; Hancock, David, « The Triumph of Mercury. Connection and Control in the emerging Atlantic Economy », in Bailyn, Bernard et Denault, Patricia L. (a cura di), Soundings in the Atlantic history: latent structures and intellectual currents, 1500-1830, Cambridge, Harvard University Press, 2009, p. 113‑140; Klooster, Wim, Illicit Riches: Dutch Trade in the Caribbean, 1648-1795, Leiden, KITLV, 1998; Klooster, Wim, « Inter-Imperial Smuggling », in Bailyn, Bernard et Denault, Patricia L. (a cura di), op.cit., p. 140‑173; Armitage, David, Subrahmanyam, Sanjay, The Age of Revolutions in Global Context, 1760-1840, Basingstoke, Palgrave Macmillan, 2010. []
  8. Thomson, Janice E., Mercenaries, pirates, and sovereigns: state-building and extraterritorial violence in early modern Europe, Princeton, N.J, Princeton University Press, 1994 []
  9. Gruzinski, Serge, « Les mondes mêlés de la Monarchie Catholique et autres connected histories », Annales. Histoire, Sciences Sociales, 2001, vol. 1, 01/2001; Gruzinski, Serge, Les Quatre parties du monde. Histoire d’une mondialisation, Paris, La Martinière, 2004 []

La satire dans l’histoire : événements, pratiques, langages (Diacronie n°11)

La troisième livraison de Diacronie. Studi di storia contemporanea pour l’année 2012 a été publiée il y a quelques semaines. Dans le cadre du partenariat entre Devenir historien-ne et Diacronie, je relaie ici l’annonce de cette mise en ligne.

Ce numéro, intitulé « La satira fa storia. Eventi, pratiche, linguaggi » est dirigé par Alessandro Cattunar et Alice de Rensis.

L’objectif de ce dossier, composé (outre la note introductive) de 9 articles et 2 compte rendus, est d’étudier la satire, « pratique discursive complexe et multiforme », comme un véritable phénomène historique, situer dans un contexte particulier. Il s’agit d’abord de focaliser les analyses sur la façon dont sa prise en considération de ce phénomène peut contribuer à l’étude de l’histoire, mais aussi de s’interroger sur la possibilité d’un discours historique à travers les codes de la satire. La traduction est (forcément) de piètre qualité, mais celles et ceux d’entre-vous qui ne lisent pas l’italien peuvent prendre connaissance de la note introductive en français en utilisant (avec des pincettes…) l’outil de traduction de google (voir ici).

Les thèmes et terrains abordés par les articles de ce numéros sont très variés : de la relation entre satire et histoire des émotions à une analyse de la satire et de l’humour politique sous le Troisième Reich, en passant par une relecture du Risorgimiento italien, par les cordel de l’Espagne du XIXe siècle. L’histoire très récente est aussi prise en compte, à travers l’étude du movimiento vecinal dans l’Espagne des années 1970-1980, celle de l’auto-représentation du machisme mexicain au cours des vingt-cinq dernières années ou encore l’analyse des relations entre pouvoir et satire avant, pendant et après les révoltes tunisienne et égyptienne de 2011.

Sommaire du numéro :

Bonne lecture !

Acteurs inhabituels en Caraïbes, 17e-20e s. (#CFP Diacronie n°13)

Dans le cadre du partenariat entre Devenir historien-ne et Diacronie. Studi di storia contemporanea, je reprends ici la version française de l’appel à contribution pour le n°13 (que vous pouvez consulter en italien, anglais, espagnol et français ici). Le prochain numéro portera sur la satire et, en attendant, vous pouvez toujours lire ou relire le numéro 10 sur l’histoire numérique

Acteurs inhabituels. Forme et effets de l’action informelle dans les Caraïbes, entre légalité et illégalité (XVIIe-XXIe siècles)

The Buccaneer was a Picturesque Fellow, Howard Pyle, 1905 (domaine public, via Wikimedia commons)

Quel est le rôle des institutions informelles dans l’évolution des aspects économiques, politiques et sociaux du bassin caribéen ? Ce numéro de Diacronie analysera le développement économique et social de la région, en mettant l’accent sur le rôle joué par les acteurs informels, à savoir les représentants des groupes qui, se déplaçant entre légalité et illégalité, réussissaient – et réussissent – à donner à l’individu (client, consommateur ou commerçant), ce que les lois interdisent.

L’objectif est d’examiner ces phénomènes tels qu’ils se déroulent au cours de la période contemporaine ou qui, bien que liés à l’époque moderne, ont généré des conséquences à long terme dans l’histoire de la région et dans les zones qui lui sont liées. En analysant les phénomènes de durée ultra-séculaire, des ouvrages tels que European commercial expansion in early modern Asia1 de Sanjay Subrahmanyam, Illicit Riches de Wim Klooster2, Smuggling de Alan Karras3 et Creolization and Contraband de Linda Rupert4, ont démontré la continuité entre événements économiques et sociaux transnationaux et transculturels. Dans ces études, l’acteur informel (le pirate, contrebandier, le trafiquant de drogue) acquiert un rôle actif dans le développement socioéconomique de la société coloniale et post-coloniale à laquelle il appartient, ce qui laisse une impression durable sur son évolution.

Une attention particulière sera accordée aux réseaux commerciaux autour desquels se produisent des phénomènes économiques et sociaux tels que la contrebande, la piraterie ou le trafic de drogue, prenant des formes différentes et variant dans leur ampleur selon le temps, dans une région – les Caraïbes – caractérisée par une profonde interpénétration entre les institutions formelles et informelles, souvent complémentaires.

Profitant des contributions offertes par des publications récentes consacrées à l’histoire économique et sociale de la région, telles que The Atlantic Economy during the Seventeenth and Eighteenth Centuries de Peter Coclanis5, ou Transnational crime in the Americas: an inter-American dialogue book de Tom Farer6, cette approche impose aux historiens modernistes et contemporanéistes d’examiner le rôle des acteurs informels à des moments historiques au cours desquels des institutions économiques et politiques fondamentales pour cette zone sont nées et se sont consolidées.

Iles Antilles, Indes Occidentales. 1875 (David Rumsey Historical Map Collection : http://www.davidrumsey.com/luna/servlet/s/480bkv)

Pour ce numéro, Diacronie souhaiterait particulièrement voir traités les sujets suivants :

  • création de réseaux économiques informels et leurs effets sur les sociétés locales;
  • contrebande, piraterie et narcotrafic, à partir du XVIIe au XXIe siècle: formes et structures;
  • les acteurs informels dans la région: origine et développement;
  • les réseaux informels transnationaux comme opposition ou mécanisme complémentaire aux systèmes et aux monopoles nationaux;
  • rôle et poids socio-économique des groupes informels dans les communautés de l’Amérique centrale, des Caraïbes et des zones connectées au bassin caribéen par les trafics commerciaux.

 

Pour soumettre un article

Les articles peuvent être rédigés en italien, anglais, français ou espagnol ; leur taille est idéalement comprise entre 30.000 et 40.000 signes, espaces, notes et bibliographie comprise. Vous pouvez consulter les règles typographiques et les consignes aux auteurs en suivant le lien suivant :http://www.studistorici.com/proposte-di-contributi/).

Inutile de proposer vos papiers à Devenir historien-ne : veuillez faire part de votre intention de soumettre une proposition d’article à Diacronie en envoyant un résumé de 1.500 signes avant le 30 novembre 2012 à l’adresse suivante : redazione.diacronie[at]hotmail.itDate limite pour l’envoi des articles : 15 février 2013.

  1. SUBRAHMANYAM, Sanjay, Merchant networks in the early modern world, Aldershot-Brookfield, Variorum, 1996. []
  2. KLOOSTER, Wim, Illicit riches. Dutch trade in the Caribbean, 1648-1795, Leiden, KITLV, 1998. []
  3. KARRAS, Alan L., Smuggling. Contraband and Corruption in World History, Lanham, Rowman & Littlefield Publishers, 2010. []
  4. RUPERT, Linda, Creolization and Contraband: Curaçao in the Early Modern Atlantic World, Athens, University of Georgia Press, 2012. []
  5. COCLANIS, Peter (edited by), The Atlantic Economy during the Seventeenth and Eighteenth Centuries: organization, operation, practice, and personnel, Columbia, University of South Carolina Press, 2005. []
  6. FARER, Tom (editor), Transnational crime in the Americas: an inter-American dialogue book, New York, Routledge, 1999. []

Digital History. La storia nell’era dell’accesso (Diacronie n°10)

Comme je vous l’indiquais dans le billet d’hier, Devenir historien-ne se lance dans un partenariat avec la revue Diacronie. Studi di storia contemporanea. Et comme le hasard (ou presque) fait bien les choses, celui-ci commence à l’occasion de la parution du n°10 intitulé : Digital History. La storia nell’era dell’accesso que j’ai le plaisir de co-diriger avec Elisa Grandi, doctorante en histoire contemporaine et histoire de l’Amérique Latine à l’Université Paris Diderot, membre du laboratoire SEDET et Deborah Paci doctorante en histoire en co-tutelle à l’université de Padoue et de Nice Sophia-Antipolis, directrice de la rédaction de Diacronie.

Pour découvrir ce numéro, je vous propose de lire ici la version française de la note introductive que je co-signe avec Elisa Grandi (publiée en italien sur Diacronie) ainsi que le sommaire où vous retrouverez quelques noms qui ne vous sont pas totalement inconnus. Bonne lecture, et n’hésitez surtout pas à nous faire part de vos remarques…

Note introductive

par Elisa Grandi et Émilien Ruiz

Sans être totalement inédites, les réflexions collectives autour des transformations numériques du métier d’historien se sont multipliées ces dernières années1, en parallèle de travaux relatifs aux « Digital humanities »2, voire à l’ « humanisme numérique »3. Avec ce dixième numéro, Diacronie propose d’apporter sa pierre à un édifice en cours de construction. Il est aujourd’hui de plus en plus courant de voir employer le terme « Digital History » pour qualifier l’utilisation d’outils numériques appliqués à la recherche historique, de l’analyse des sources à la diffusion des résultats ; des postes d’enseignants-chercheurs sont même créés sous ce label4, qui trouve son origine principale aux États-Unis5, où plusieurs centres de recherche se réclament de cette spécialité6.

L’expression « Digital History » n’est donc pas nouvelle mais les conséquences concrètes d’un recours croissant aux outils numériques sur les pratiques historiennes restent encore à définir. Comme le rappelaient récemment Nicolas Delalande et Julien Vincent, « les discours tenus sur Internet et ses conséquences sur l’élaboration du savoir historique oscillent généralement entre l’enthousiasme, l’inquiétude ou le désintérêt », cette dernière position étant considérée par les deux historiens comme « la plus fréquente » et probablement pas « la moins dommageable »7. Avec ce numéro, Diacronie souhaite contribuer à une prise de conscience par les historiens et historiennes des mutations occasionnées par le numérique sur leurs pratiques quotidiennes.

Plusieurs contributions à ce numéro prennent en considération cette question d’un point de vue à la fois pratique et global. Toutefois, en l’absence de véritable enquête de grande ampleur, celles-ci ne peuvent que s’inspirer d’expériences personnelles concrètes. Ainsi, les contributions de Brian Sarnacki8, Franziska Heimburger et Émilien Ruiz9 et l’entretien que nous avons réalisé avec Claire Lemercier10 proposent, à partir des expériences d’enseignement et de recherche de leurs auteurs, un tour d’horizon des transformations du métier d’historien à l’ère numérique. Celles-ci concernent tout à la fois les pratiques documentaires (de la recherche au traitement des sources en passant par le travail bibliographique), les modes de diffusion de la recherche (du blog à la revue scientifique en ligne) et les échanges scientifiques et pédagogiques (facilités, notamment, par des outils collaboratifs). Trois dimensions que la suite du dossier permet d’illustrer à travers des exemples très concrets.

Dans ce numéro de Diacronie, nous souhaitions aussi souligner la diversité des approches possibles de la « Digital History ». Plusieurs contributions sont ainsi consacrées à des outils informatiques spécifiques comme les systèmes d’information géographiques (articles de Cécile Burel, Josep Sitjàr et Jordi Rubió11 ainsi que de Nicolas Ferrand12), les bases de données (article de Lisa Valli13) et le logiciel de gestion de données bibliographiques Zotero (article de Frédéric Clavert14) ; mais aussi à des ressources numériques particulières, utiles à l’étude de l’histoire économique de l’Italie contemporaine (article de Matteo Troilo15), à celle de l’antiquité classique (article de Gianluca Canè16) ou à l’histoire environnementale (article de Wilko Graf von Hardenberg et Kimberly Coulter17)

Toutes ces contributions témoignent d’une double urgence. La diversité des approches et des outils présentés ici, comme dans d’autres publications, invitent la communauté des historiens à mieux définir ce que désignent les termes « Digital History » : une simple, mais profonde, évolution du métier d’historien ? Un nouveau champ disciplinaire à part entière ? Autre chose ? En ce qui nous concerne, nous souscrivons tout à fait à l’idée énoncée par Claire Lemercier dans ce numéro, selon laquelle une normalisation s’impose pour qu’un tel label ne soit plus nécessaire. Plutôt que d’œuvrer à la constitution d’une nouvelle sous-discipline (comme d’autres ont tenté de le faire, avec plus ou moins de succès, pour l’histoire culturelle ou la sociohistoire) il nous semble important de partir du principe qu’à l’heure numérique, toute histoire est, au moins en partie, digitale. Cela nous conduit à la seconde urgence : celle de la formation des futurs historiennes et historiens à l’usage d’outils informatiques et de ressources numériques indispensables à de nombreuses, sinon toutes, recherches historiques. En effet, c’est aujourd’hui un défi qui n’est probablement pas assez pris à sa juste valeur par les institutions d’enseignement supérieur que d’offrir aux historiens en formation les moyens de se repérer dans ce nouveau monde numérique. Ce numéro de Diacronie ne saurait répondre à lui seul à de si vastes questions mais nous espérons qu’il contribuera à susciter des réflexions sur les transformations en cours de notre métier.

Sommaire du numéro :

  1. Voir, pour les plus récentes parutions : GENET, Jean-Philippe, ZORZI, Andrea (a cura di), Les historiens et l’informatique : un métier à réinventer, Rome, École française de Rome, 2011, 350 p ; GALLINI, Stefania, NOIRET, Serge (a cura di), « Dossier : Historia Digital », Historia Critica, enero-abril/2011, vol. 43 ; DELALANDE, Nicolas, VINCENT, Julien (a cura di), « Le métier d’historien à l’ère numérique : nouveaux outils, nouvelle épistémologie ? », Revue d’histoire moderne et contemporaine, supplément/2011, vol. 58, n° 4bis ; CLAVERT, Frédéric, NOIRET, Serge (a cura di), L’histoire contemporaine à l’ère digitale, Bruxelles, PIE-Peter Lang, 2012 [ouvrage à paraître, tiré du colloque éponyme tenu en octobre 2009 à l’université du Luxembourg]. []
  2. DACOS, Marin, « Manifeste des Digital humanities », ThatCamp Paris 2010, URL: <http://tcp.hypotheses.org/318>, accesso del 26 Giugno 2012. []
  3. DOUEIHI, Milad, Pour un humanisme numérique, Paris, Le Seuil, 2011, 177 p ; FIORMONTE, Domenico et al., L’umanista digitale, Bologna, Il Mulino, 2010, 236 p. []
  4. Voir, par exemple, l’annonce récemment diffusée très largement par l’Université du Luxembourg : « The University of Luxembourg is recruiting an Associate Professor or Professor in Digital History », Calenda, 26 juin 2012, http://calenda.revues.org/nouvelle24595.html []
  5. L’expression semble naître à la fin des années 1990 avec la fondation du Virginia Center for Digital History en 1998, sous l’égide d’Edward L. Ayers (président de l’université de Richmond depuis 2007). Sa première mention dans une publication semble dater de 1999 avec : AYERS, Edward L., « The Pasts and Futures of Digital History », Virginia Center for Digital History, URL: <http://www.vcdh.virginia.edu/PastsFutures.html>, accesso del 26 Giugno 2012. Voir aussi COHEN, Daniel, ROSENZWEIG, Roy, Digital History: A Guide to Gathering, Preserving, and Presenting the Past on the Web, University of Pennsylvania Press, 2005, 328 p. []
  6. Comme le Roy Rosenzweig Center for History and New Media de l’université Georges Mason <http://chnm.gmu.edu/> ou le Virginia Center for Digital History précité, de l’Université de Virginie < http://www.vcdh.virginia.edu/>. Pour d’autres exemples, voir les sections « Digital history center » et « Digital history projects » dans « Digital history », Wikipedia, the free encyclopedia, URL :<http://en.wikipedia.org/w/index.php?title=Digital_history&oldid=487667117>, accesso del 26 Giugno 2012. []
  7. DELALANDE, Nicolas, VINCENT, Julien, « Portrait de l’historien-ne en cyborg », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 2011, vol. 58, n° 4bis. []
  8. SARNACKI, Brian, «Digitizing the Seminar Paper. A graduate student perspective on how digital tools shape scholarship», Diacronie. Studi di Storia Contemporanea : Digital History: la storia nell’era dell’accesso, N. 10, 2|2012, URL: http://www.studistorici.com/2012/06/29/sarnacki_numero_10/ []
  9. HEIMBURGER, Franziska, RUIZ, Émilien, «Has the Historian’s craft gone digital? Some observations from France», Diacronie. Studi di Storia Contemporanea : Digital History: la storia nell’era dell’accesso, N. 10, 2|2012, URL: http://www.studistorici.com/2012/06/29/heimburger-ruiz_numero_10/ []
  10. GRANDI, Elisa, RUIZ, Émilien, «Ce que le numérique fait à l’historien.ne. Entretien avec Claire Lemercier», Diacronie. Studi di Storia Contemporanea : Digital History: la storia nell’era dell’accesso, N. 10, 2|2012, URL: http://www.studistorici.com/2012/06/29/grandi_numero_10/. []
  11. BUREL, Cécile, RUBIÓ, Jordi, SITJAR, Josep, «Los SIG como instrumento para el análisis de las migraciones: el ejemplo del éxodo catalán de 1936», Diacronie. Studi di Storia Contemporanea : Digital History: la storia nell’era dell’accesso, N. 10, 2|2012, URL: http://www.studistorici.com/2012/06/29/burel-rubio-sitjar_numero_10/ []
  12. FERRAND, Nicolas, «Développement et mise en œuvre d’un Système d’Information Géographique pour l’étude de l’expansion pavillonnaire dans l’agglomération lyonnaise depuis 1950», Diacronie. Studi di Storia Contemporanea : Digital History: la storia nell’era dell’accesso, N. 10, 2|2012, URL: http://www.studistorici.com/2012/06/29/ferrand_numero_10/ []
  13. VALLI, Lisa, «Vecchie abitudini e nuovi strumenti. Un sistema informativo per lo studio delle vicende architettoniche del Palazzo Ducale di Mantova», Diacronie. Studi di Storia Contemporanea : Digital History: la storia nell’era dell’accesso, N. 10, 2|2012, URL: http://www.studistorici.com/2012/06/29/valli_numero_10/ []
  14. CLAVERT, Frédéric, «Au-delà de la gestion des références bibliographiques : Zotero», Diacronie. Studi di Storia Contemporanea : Digital History: la storia nell’era dell’accesso, N. 10, 2|2012, URL: http://www.studistorici.com/2012/06/29/clavert_numero_10/ []
  15. TROILO, Matteo, «Il digitale che diventa archivio. Le fonti on-line per la storia economica italiana», Diacronie. Studi di Storia Contemporanea : Digital History: la storia nell’era dell’accesso, N. 10, 2|2012, URL: http://www.studistorici.com/2012/06/29/troilo_numero_10/ []
  16. CANÈ, Gianluca, «La lezione di Prometeo e il filologo nell’era digitale. Rassegna di risorse informatiche per lo studio dell’antichità classica», Diacronie. Studi di Storia Contemporanea : Digital History: la storia nell’era dell’accesso, N. 10, 2|2012, URL: http://www.studistorici.com/2012/06/29/cane_numero_10/ []
  17. GRAF VON HARDENBERG, Wilko, COULTER, Kimberly, «Navigare la storia: considerazioni sulla creazione di un portale di storia ambientale», Diacronie. Studi di Storia Contemporanea : Digital History: la storia nell’era dell’accesso, N. 10, 2|2012, URL: http://www.studistorici.com/2012/06/29/grafvonhardenberg-coulter_numero_10/ []

Devenir historien-ne s’internationalise : partenariat avec Diacronie

Fondé à Bologne en janvier 2008, Diacronie. Studi di storia contemporanea est né de la volonté d’un groupe de jeunes chercheurs et doctorants des universités de Padoue, Rome (La Sapienza), Bologne, Naples, Udine, Valladolid et de l’École normale supérieure de Pise. Dès le départ, ce site internet est  pensé comme une « ressource numérique en libre accès dont l’objectif est de promouvoir les études et recherches scientifiques historiques et historiographiques ; un outil d’information relatif aux événement, publications et ressources liées aux sciences historiques ».

Réseau, débat et partage

Domaine public (via WikiCommons)

Les notions de réseau, de débat et de partage constituent les principales fondations sur lesquelles le projet est bâti.

Prenant acte des mutations profondes de la recherche en sciences humaines et sociales entraînées par le web, les fondateurs de Diacronie ont souhaité apporter leur modeste contribution aux changements en cours, notamment du point de vue de la diffusion de la recherche.

Le site se veut alors une tentative d’exploration des potentialités offertes par le réseau : par cette publication en ligne, il s’agit de tisser des liens entre universitaires, mais aussi entre publics de divers horizons. Surtout, la liberté d’accès et de discussion des contenus proposés est considérée à la fois comme une opportunité de favoriser les échanges critiques autour de la connaissance historique ; et comme une condition nécessaire à une large diffusion des matériaux, ressources et réflexions présentées, au delà du petit cercle des seuls spécialistes des questions évoquées.

Tout en focalisant son attention sur l’ensemble des opérations intervenant dans la recherche historique contemporaine (historiographies, méthodes, sources et ressources, etc.) Diacronie reste attentif à la dimension interdisciplinaire de toute recherche en sciences sociales.

Une revue électronique

Depuis octobre 2009 et la refonte graphique du site internet, Diacronie. Studi di storia contemporanea est aussi, et surtout, une revue trimestrielle d’histoire contemporaine. Neuf numéros ont déjà été publiés et la mise en ligne du dixième est imminente. L’objectif de cette revue, à travers une exploitation des potentialités offertes par le web, est de contribuer à une meilleure compréhension du monde contemporain. Chaque numéro thématique prend pour objet une grande question actuelle et fait l’objet d’un large appel à contributions internationales. Les contributions, dont l’acceptation est soumise à une validation après relecture par le comité de rédaction , éventuellement par ses collaborateurs et collaboratrices peuvent être publiés en italien, anglais, français ou espagnol.

Numéros déjà parus :

N01 | Octobre 2009 : « Il mosaico dei confini. Le frontere della contemporaneità »  (coordonné par le comité de rédaction) – Lire ce numéro

N02 | Avril 2010 : « Davantu e dietro le sbarre. Forme e rappresentazioni della carcerazione » (coordonné par le comité de rédaction) – Lire ce numéro

N03 | Juillet 2010 : « Luoghi e non luoghi della sicilia contemporanea. Istituzioni, culture politiche e petere mafioso » (coordonné par Deborah Paci et Fausto Pietrancosta) – Lire ce numéro

N04 | Octobre 2010 : « Varia » (coordonné par Jacopo Bassi) – Lire ce numéro

N05 | Janvier 2011 : « Italie ‘altre’. Immagini e counità italiane all’estero » (coordonné par Marco Abram, Deborah Paci et Matteo Tomasoni) – Lire ce numéro

N06 | Avril 2011 : « Storia transnazionale e prospettive transnazionali nell’analisi storica » (coordonné par Elisa Grandi et Giampaolo Amodei) – Lire ce numéro

N07 | Juillet 2011 :  » ‘Spagna Anno Zero’ La guerra come soluzione » (coordonné par Matteo Tomasoni, Enrico Acciai et Edoardo Grassia) – Lire ce numéro

N08 | Octobre 2011 : « Le sembianze di Clio : approcci alla storia » (coordonné par Jacopo Bassi) – Lire ce numéro

N09 | Janvier 2012 : « Quando la classe operaia andava in paradiso. Le Sinistre europee nell’ « età dell’oro » del capitalismo » (coordonné par Luca Bufarale e Fausto Pietrancosta) – Lire ce numéro

Présence sur les réseaux sociaux numériques

Bien sûr, vous pourrez retrouver Diacronie. Studi di storia contemporanea sur Facebook et Twitter (@studistorici)

Partenariat Devenir historien-ne / Diacronie

Collaborateur de Diacronie pour la France depuis juin 2010 (ce qui consiste en la diffusion des d’appels à contributions et la recherche d’auteurs, la relecture ponctuelle d’articles et recensions en français, et un peu de publicité numérique…) nous avons décidé d’aller un peu plus loin en concluant une sorte d’accord de partenariat.

Le principe en sera le suivant : chaque parution de Diacronie sera relayée sur Devenir historien-ne par un petit billet de présentation du numéro et du sommaire ; tandis que Diacronie publiera une fois par mois la traduction en italien d’un billet de Devenir historien-ne.

Si vous ne le faisiez pas encore, voilà deux bonnes raisons de consulter régulièrement nos pages respectives et de vous abonnez à nos flux RSS ! (ici pour Devhist ; là pour Diacronie). Outre ce premier billet, ce partenariat commencera dès juillet, avec l’annonce du prochain numéro 10 de Diacronie (« Digital History« ) dont la parution est imminente… À suivre très bientôt donc !

http://www.studistorici.com/