Archives de catégorie : Écritures

Temps des faits, temps du film et temps de l’écriture : faire l’histoire de Shoah ?

Shoah, une double référence ? Des faits au film, du film aux faits (MkF, 2017) porte principalement sur la réalisation et la diffusion du film Shoah de Claude Lanzmann, dont tout à la fois le sujet – la mise à mort des Juifs par le gaz en un lieu fixe entre 1941 et 1945 – et la forme – 9h30 de témoignages sans images d’archives, sans musique ajoutée au montage et sans voix off – ont été remarqués dès 1985. Continuer la lecture

Comment lire intelligemment une publication scientifique

Cette note est la version développée d’une fiche synthétique destinée aux étudiant-e-s de licence ou de master ayant à effectuer une lecture critique d’article scientifique – exercice qui me semble au moins aussi formateur que le traditionnel exposé, dans le cadre des TD notamment1 . Les premières années universitaires sont essentiellement vouées à l’acquisition de connaissances et de méthodes : on apprend beaucoup de choses, mais pas toujours comment se comporter face aux savoirs tels qu’ils sont élaborés par les auteur-e-s, mis à disposition par les bibliothèques et par le web, transmis par les enseignant-e-s. Or on pourrait presque soutenir que c’est lorsque l’on se met à décortiquer les produits (au sens premier du terme) académiques, lorsque l’on cherche à passer de « ce qui est dit » à « comment l’auteur-e a fait pour le dire », que l’on commence à devenir historien-ne, sociologue, économiste, géographe, démographe ou encore anthropologue2 . Dès le master, c’est vous qui serez en situation de produire de la connaissance, et, au fond, c’est sur le même type de critères que ceux qui s’imposent aux chercheurs-ses de métier que votre travail sera examiné.

L’enjeu n’est-il d’ailleurs qu’étroitement universitaire ? Continuer la lecture

  1. J’évite le terme de « fiche de lecture » qui, compris dans un sens trop scolaire, donne généralement lieu à un résumé-paraphrase suivi d’un « avis personnel » sans grand intérêt []
  2. Le lecteur aura noté que cette note embrasse différentes disciplines. Le but, en effet, n’est pas de faire un cours de méthodologie spécialisée, mais de fournir des clés valables pour toutes ces disciplines, celles-ci relevant de principes généraux identiques []

Le jour où j’ai voulu coordonner un numéro de revue…

Il est parfois des idées qu’on aurait aimé ne pas avoir parce qu’elles ont l’air sympa sur papier, mais en réalité c’est une autre affaire… Me voilà donc prêt à vous raconter mon expérience en tant que coordinateur d’un numéro de la revue du centre de recherches dans lequel je travaille à l’Université Saint-Louis – Bruxelles. Comme je ne réalise pas très bien si beaucoup de doctorants ont l’occasion de se frotter à pareille expérience avant leur soutenance/défense, il s’agira ici d’une espèce de « retour d’expérience ».

C’est une riche idée !

Je dois d’abord vous expliquer en deux mots le sujet de ma thèse sinon mon propos perdra un peu de sa substance. Mes recherches doctorales portent sur l’étude du processus législatif dans les Pays-Bas espagnols pour la période allant de 1580 à 1610. Le but principal est d’analyser les différents facteurs qui pouvaient influencer la prise de décision au niveau législatif. Cela revient à étudier les relations entre gouvernants et gouvernés dans la mesure où Continuer la lecture

Écrire l’histoire ? Réflexions autour de deux ouvrages d’Ivan Jablonka

Histoire des grands-parents que je n’ai pas eus (2012) et L’histoire est une littérature contemporaine (2014) constituent deux faces indissociables d’une même enquête. Ils ont pourtant, en apparence tout du moins, des sujets très différents. Le premier porte sur la biographie des grands-parents de l’auteur. Ce sujet s’inscrit dans un moment historiographique, qui voit depuis quelques années se substituer aux témoignages des Exécuteurs, victimes, témoins (Hilberg, 1994), ceux de leurs enfants et petits enfants (il n’est qu’à penser aux Disparus de Daniel Mendelsohn, 2006). Juifs polonais, Idesa et de Matès Jablonka sont d’abord présentés comme étant des opposants politiques persécutés pour leur engagement au sein du parti communiste, puis comme des exilés qui, réfugiés à Paris, vivront traqués jusqu’à être déportés. La biographie ne porte pas principalement sur cette dernière phase (déportation/mise à mort à Auschwitz-Birkenau), mais sur leur vie et les conditions de leur survie jusqu’en 1944. De nouveau, cela correspond à un moment historiographique, qui voit la centralité de la mise à mort céder le pas à un intérêt pour la vie juive en Pologne et une attention aux récits de survies mêmes temporaires. Cette histoire au ras du sol (pour reprendre la formule de Jacques Revel) conduit à aborder les petits problèmes et les grandes joies, les actes de solidarité et d’amitié, les trahisons et les abandons, vécus par ces individus et leurs proches entre les années 1920 et 1944. Ainsi, c’est moins l’exceptionnalité que la quotidienneté, moins des grands hommes et des grands faits, que des petites choses et des sans nom, dont les comportements et les actions sont observés à la loupe depuis les premières privations jusqu’à l’avènement de la Solution finale. Continuer la lecture

Faire une histoire orale du travail à la Sécurité sociale

Pourquoi croiser sources orales et histoire du travail au sein de la Sécurité sociale ? Une telle démarche ne va pas de soi. Cela s’inscrit à la fois dans un nouveau chantier de recherche, l’étude des « street levels bureaucrats » et une démarche méthodologique, le recueil et l’analyse de sources orales centrés sur les pratiques professionnelles d’une organisation complexe.

Les street levels bureaucrats de la Sécurité sociale

La catégorie des « street levels bureaucrats » est utilisée à l’origine pour analyser les fonctionnaires travaillant directement avec le public Continuer la lecture

Lire pour chercher, quelques réflexions

Je vous propose dans ce billet quelques réflexions sur les différents types de lecture qui jalonnent un processus de recherche, que ce soit dans le cadre d’un master ou d’une thèse. C’est un retour d’expérience très personnel et inachevé puisque je commence ma 3e année de thèse et je n’ai pas terminé de lire la bibliographie1 . Ma thèse porte sur les formes de direction de conscience au XIXe siècle en France, entre histoire du genre et histoire du fait religieux. Pour plus de détails, mon carnet de thèse est en ligne. J’accumule notes de lecture diverses depuis maintenant plus de deux ans et je partageais récemment sur Twitter cette impression d’être parfois noyée sous la masse documentaire. J’ai donc entrepris une sorte de typologie des lectures pour y voir plus clair. Que dois-je lire ? Que faut-il lire ? Quelle lecture pour quel usage ? Continuer la lecture

  1. Si tant est qu’on puisse finir de lire sa bibliographie un jour. Peut-être qu’il faudrait commencer par là : l’obligation de renoncer à tout lire… []

L’histoire et ses publics : une question d’historiographie ou de modes de diffusion ?

HistManifLa récente publication, en libre accès (et pourtant par Cambridge University Press) d’un History Manifesto court et fertile en slogans par David Armitage et Jo Guldi fait du bruit en ligne.  Les auteurs avaient auparavant lancé le débat en présentant dans de nombreux séminaires un texte plus court appelant à un « retour de la longue durée » depuis une perspective « anglo-américaine ». Ce texte sera publié en français en 2015 dans les Annales HSS (seule une version anglaise préliminaire a été mise en ligne par les auteurs).  Les auteurs y défendent une alliance, qu’ils présentent comme toute naturelle, entre longue durée, sujets « sérieux » tels que l’histoire
politique, économique et environnementale, histoire s’adressant aux décideurs et outils de l’histoire numérique. Avec d’autres collègues, j’ai été sollicitée par la revue pour y répondre. Cette réponse dans les Annales sera centrée sur les enjeux de l’article vis-à-vis de l’histoire numérique et sur les problèmes que pose son silence pesant quant au rapport aux sciences sociales et aux questions de causalité. Continuer la lecture

Rédiger une thèse : retours d’expériences

Writing home (cc National Library of Scotland)

Writing home (cc National Library of Scotland)

Pour sa quatrième séance, le séminaire « Le Doctorat, côté pratique(s) » a accueilli trois jeunes docteurs en sciences sociales pour un retour sur expérience de la rédaction de la thèse. Ce séminaire est un atelier pluridisciplinaire organisé par une équipe de doctorants au sein de l’école doctorale 486 ScSo de l’Université de Lyon dans le but d’animer une réflexion suivie autour des différentes étapes du travail de thèse et du parcours d’un doctorant en sciences humaines et sociales. Il souhaite constituer un espace de dialogue pour que les doctorants puissent aborder les questions pratiques liées à la thèse avec des interlocuteurs compétents. Continuer la lecture

Classement et sauvegarde des données : quelle stratégie documentaire en fin de thèse ?

J’entame actuellement ma dernière ligne droite doctorale : il me faut rédiger ma thèse suffisamment rapidement pour envisager une soutenance en décembre 2012. En gros, cela me laisse 90 jours pour rédiger ma thèse.

[Edit. Bon, finalement, 90 ce n’était vraiment pas assez large… j’ai fini 1 ans après ce billet !]

Tout le monde n’adopte pas forcément le même type de stratégie, mais en ce qui me concerne, cela passe d’abord par un désengagement maximum de toute autre activité pendant le temps qu’il me reste. Ainsi, j’ai dû renoncer à mon inscription au ThatCamp Paris 2 qui s’annonce pourtant très intéressant (d’autant plus que je n’avais pu assister au premier, à l’origine du manifeste des Digital humanities…), à diverses autres manifestations scientifiques et, surtout, je me prépare tranquillement à une déconnexion (quasi-)totale de Twitter, Devenir historien-ne et de La boîte à outils des historiens

Organiser ses données pour préparer efficacement l’écriture

Une liasse au CAEF (photo de l’auteur, CC BY-NC-ND 3.0)

Malgré cette résolution, je me décide à écrire un billet après avoir rencontré un problème de sauvegarde de données aujourd’hui.

Pour préparer la rédaction de ma thèse, j’ai pris quelques jours pour opérer un classement de l’ensemble de ma documentation selon une répartition par chapitre du plan de thèse.

En effet, utilisateur tardif de Zotero, l’ensemble de ma documentation ne se trouve pas dans cet outils désormais incontournable. Le tout se trouve donc, sinon dispersé, conservé sous plusieurs formes : photocopies dans diverses chemises cartonnées, photographies dans mes ordinateurs et supports de sauvegarde, documents originaux dans ma bibliothèque…

En vue d’une rédaction un peu accélérée, l’opération qui m’a paru la plus pertinente a consisté en un regroupement et un classement de l’ensemble en deux étapes :

  • d’abord une répartition de l’ensemble de la documentation (sources originales et imprimées d’un côté ; références bibliographiques de l’autre) selon un classement chronologique correspondant au plan de ma thèse ;
  • ensuite, un nouveau tri devait me permettre de procéder à un classement « thématique » correspondant aux enjeux soulevés dans chacun des chapitres.

Trois jours à temps plus que complet m’ont permis de classer l’ensemble de mes sources originales et imprimées selon le classement que j’avais choisi d’opérer pour la première étape… 30 secondes ont suffit pour réduire à quasi néant ce travail.

Les 3 commandements de la sauvegarde efficace

Je commencerai ici par rappeler les quelques conseils de base que je me suis efforcé de prodiguer ces dernières années, de séminaire de méthodologie en formation à l’utilisation de Zotero, concernant la sauvegarde des données de recherche. (Voir aussi les billets de Franziska Heimburger à ce sujet sur La boîte à outils des historiens ici et )

1. Trace de tout ce que tu écriras ou classeras tu garderas

Il est, par exemple, courant d’écrire trop long pour un article, un exposé, un projet de recherche, voire un chapitre de mémoire ou de thèse. Avant de passer à la réduction drastique, il est important de garder une trace de cette première version, qui pourrait s’avérer utile par la suite… Il est aussi possible qu’une opération de réécriture, de reclassement de la documentation etc. s’avère finalement peu pertinente. Bien entendu, le « tout » est un peu excessif, à chacun de voir ce qu’il est pertinent de garder…

2. Chacune des versions successives tu identifieras

Qu’il s’agisse d’un document texte ou d’une dossier contenant un classement de vos photos d’archives, offrez-vous la possibilité de ne pas confondre deux versions en indiquant directement dans le nom du document la date du jour. (Dans l’exemple ci-contre vous voyez que pour l’un des fichier, la date du titre ne correspond pas à celle de l’ordinateur qui apparaît en grisé. C’est parce que je n’ai pas apporté de réelle modification au fichier malgré un enregistrement ultérieur, je n’ai donc pas jugé nécessaire de modifier la date dans le nom. Ici l’écart n’est pas très grand, mais cela prend tout son intérêt quand il se creuse…)

La première fois que je n’ai pas respecté ce conseil, je préparais un cours de deuxième année sur l’utilisation d’un tableur en histoire économique. Après deux bonnes heures de saisie de chiffres dans divers tableaux devant servir aux exercices et examens des étudiants, j’ai remplacé par erreur la version finale du document par sa version initiale (et vide) sur ma clé usb… Par chance (quoique?) j’ai ensuite découvert que ce que je venais de saisir se trouvait finalement en ligne… (d’où l’intérêt d’apprendre à bien chercher sur Internet). Pour mémoire, il s’agissait des très utiles séries longues macro-économiques de Pierre Villa (indispensables à quiconque travaille sur la France du XXe siècle…).

La seconde fois c’était aujourd’hui, en milieu d’après-midi : après avoir passé 3 jours à répartir ma documentation, j’ai voulu effacer une copie « secondaire » du dossier d’origine (où la documentation se trouvait bien, mais non classée selon mes choix). Je disposais déjà de trois sauvegardes de ce dossier original (en plus du classement initial par fonds d’archives – auquel je ne toucherai sous aucun prétexte): en plus du non respect de la règle n°2 mon erreur est liée à une application un peu trop drastique des règles n°1 et n°3…

3. Sur au moins TROIS supports tu sauvegarderas

Une bonne sauvegarde suppose l’existence d’au moins trois copies. Pour être honnête, je n’ai aucune idée du fondement « scientifique » d’un tel précepte. Je l’ai entendu pendant les premières étapes de ma formation, en maîtrise ou en master, et toutes les anecdotes entendues depuis le début de ma thèse me l’ont confirmé.

Extrait du tutoriel d’introduction à Zotero 3.0 : http://goo.gl/70X7x

Pas besoin que je revienne, j’espère, sur l’inefficacité de l’utilisation d’un seul support (votre ordinateur) pour vous assurer de la « pérennité » de vos données. Notez surtout qu’un disque dur peut tomber pendant que vous réinstallez votre système d’exploitation (expérience vécue qui m’a été rapportée) deux supports de suffisent donc pas… De plus, disposer de deux copies sur deux supports différents est totalement inutile si vous les conservés rangés exactement au même endroit. Sans être paranoïaque, pensez aux éventuels petits dégâts des eaux ou incendies qui pourraient endommager une partie de votre bureau… que faire si les deux disques externes étaient dans le même tiroir ?

Un commentaire sur ce billet posté sur Facebook

Personnellement, je procède à plusieurs copies de sauvegardes :

  • la copie « de secours », qui relève du long terme et que je révise de façon régulière mais pas compulsive. Je sauvegarde l’ensemble des données sur un disque dur externe « de bureau » (qui nécessite un branchement électrique pour fonctionner)que je range à distance de tout équipement informatique (dans mon armoire à vêtement en l’occurrence)
  •  la copie « régulière », sur un disque dur externe portable (alimenté par le port usb de l’ordinateur auquel il est branché). J’y copie dès que possible les dernières avancées…
  • la copie quasi-instantanée sur mon compte Dropbox Pro, innovation de ma stratégie documentaire de fin de thèse. Heureux propriétaire d’un compte gratuit depuis assez longtemps, je n’y copiais que les travaux en cours : un exposé, un compte-rendu, un article ou un chapitre en cours d’écriture, etc. Pour m’assurer d’une capacité de travail en tout lieu et à toute heure dans les mois à venir, j’ai comparé les différentes possibilités qui s’offraient à moi dans le cloud… Mes dernières hésitations portaient sur le choix suivant : Zotero et ses solution de stockage payant des fichiers joints ou le compte pro de Dropbox. Ce dernier l’a emporté pour deux raisons : d’abord, utilisateur tardif de Zotero (j’avais déjà commencé ma thèse, après un master sur le même objet), je n’y ai jamais stocké mes articles en PDF et mes photos d’archives ; ensuite, et surtout, l’argument financier l’a emporté : 50Go pour 99$ annuels chez Dropbox (78€ environ) contre 10Go pour la même somme chez Zotero. Les avantages/inconvénients des deux solutions dépendent ensuite de votre utilisation « extra-documentation-de-thèse »… Enfin (promis je ne suis pas payé par Dropbox ! Toutefois si vous l’installez en suivant l’un de ces liens, vous gagnerez un peu d’espace gratuit, et moi aussi ;o)) j’ai eu l’heureuse surprise d’apprendre aujourd’hui que l’offre Pro a évolué : pour 99$ annuels vous disposez désormais de 100Go de stockage…
  • l’autre copie quasi-instantanée, car je travaille sur au moins deux ordinateur : un fixe à la maison (avec deux écrans, explication dans un prochain billet de La boîte à outils des historiens) et un portable en bibliothèque, archives et partout où c’est possible… Pour cela, j’ai les synchronisations Dropbox et Zotero ainsi que mon disque dur externe.

Intelligemment tu appliqueras ces commandements

La difficulté que j’ai rencontrée aujourd’hui est liée à une application un peu irréfléchie de ces trois commandements : je disposais déjà d’une copie de mon dossier de sources sur deux disques durs et un pc portable… Pourtant, alors que je procédais à mon classement chronologique, j’ai décidé de garder une autre copie sur mon pc fixe (application des commandements 1 et 3) en ne prenant pas la précaution de les différencier par leurs noms (oubli du commandement 2). Après 3 longues journées, une fois le classement effectué, j’ai décidé d’effacer le dossier source… et je me suis trompé.

Le temps de m’en rendre compte et d’annuler la procédure, la quasi-totalité du contenu était effacée, sans passer par la case « corbeille ».

Grâce à un outil de récupération de données (voir mon billet complémentaire sur La boîte à outils des historiens), j’ai pu finalement récupérer la quasi-totalité de ce que j’avais perdu : pas les photographies d’archives, dont les sauvegardes ne manquent pas, mais le temps passé à les classer selon une répartition qui me permettent de mieux construire mes chapitres de thèse…

Détail d’un document conservé dans la série F60 des Archives nationales (photo de l’auteur, CC BY-NC-ND 3.0)

Tout est dans le « quasi » : il n’y a pas d’outil de récupération magique qui permettrait d’effacer mon erreur et de reprendre le tout là où je l’avais laissé cet après-midi. J’ai récupéré 25 Go de fichiers effacés pour un dossier qui pesait 37Go… et j’ai ce qui me restait après l’effacement partiel (17Go), le tri sera plus rapide qu’une remise à 0 des compteurs… Surtout parce que j’ai récupéré l’arborescence de mon classement, ce qui constituait la seule véritable perte : bien sauvegarder, ce n’est pas seulement copier des fichiers, c’est aussi s’assurer de ne pas avoir passer 3 jours à penser pour rien…

*

J’espère que ce petit retour d’expérience vous donnera des idées de classement et de sauvegarde de votre documentation en vue de la rédaction… N’hésitez pas à nous faire part de vos remarques et expériences en commentaires !

[Edit. du 12-07-2012 : corrections de « quelques » fautes d’orthographe et ajouts de liens et autres petits compléments]

Comment citer un document d’archives, une thèse ou un mémoire ?

Source : http://xkcd.com/285/

L’un des premiers billets publié sur Devenir historien-ne concernait la citation d’un ouvrage, un article ou un chapitre d’ouvrage collectif.

Voici quelques éléments complémentaires concernant d’autres ressources.

.Citer une thèse ou un mémoire universitaire

Dans le cadre d’une recherche, il est important de ne pas négliger les travaux universitaires qui pourraient vous être utiles. D’autant plus qu’il est désormais plus facile d’identifier les thèses en cours ou soutenues sur des sujets précis (voir, par exemple, le moteur de recherche « theses.fr » ou le serveur TEL (thèses en ligne) de HAL-SHS). Continuer la lecture