Archives de catégorie : À propos d’ouvrages

Écrire l’histoire à quatre mains : dans l’atelier de Désirée et Alain Frappier

Bien des historien.nes nous ont ouvert leurs ateliers pour nous permettre de suivre les étapes d’un travail de recherche et les modalités de son écriture. Mais comment restituer des épisodes du passés quand on est auteur.es de bande-dessinée et que l’on jongle d’une part avec le matériau habituel de l’historien.ne (témoignages, presse, travaux scientifiques) et, d’autre part, avec la nécessité de scénariser une restitution historique à laquelle se mêlent des éléments de fiction ?

Tel est le fil rouge de cet entretien avec Désirée et Alain Frappier qui proposent ces jours-ci en librairie le premier tome de leur quatrième récit graphique, situé dans le Chili pré-Allende, qu’ils ont intitulé Là où se termine la terre. Élaboré à partir du témoignage de Pedro, réfugié chilien en France, ce volume retrace l’histoire du Chili autour du basculement qu’a constitué l’accession d’Allende au pouvoir. Il sera suivi d’un second tome centré sur le renversement d’Allende et la dictature de Pinochet. Entre souci d’exactitude, respect de la parole des témoins, nécessité de confronter les points de vue pour enrichir l’intrigue, et volonté de donner une place aux actrices et aux acteurs invisibles de l’histoire, il y a un cheminement et des questionnements qui rejoignent souvent ou s’éloignent parfois  ceux de l’histoire savante. Quelle que soit la trajectoire, le dévoilement de la boîte noire de cette écriture ouvre de belles pistes de réflexion que je vous propose de découvrir sans plus attendre.  Continuer la lecture

Pourquoi et comment devient-on historien de la Grande Guerre ?

Il y a longtemps que je n’ai publié de « quelques questions à… » sur ce carnet. Du coup, je publie un rapide billet de signalement afin de vous indiquer plusieurs ressources autour de la publication du dernier ouvrage de Stéphane Audoin-Rouzeau [Quelle Histoire. Un récit de filiation, Paris, Éd. de l’EHESS, coll. Hautes Études – Gallimard – Le Seuil, 2013], qui devrait contenter celles et ceux d’entre-vous qui seraient impatients de retrouver cette rubrique…

9782021104455Présentation :

« L’écriture spécifique d’habitude mise en œuvre pour parler des combattants des tranchées, des femmes en deuil ou des enfants de la guerre, j’ai tenté de l’appliquer à ceux auxquels, d’une manière ou d’une autre, je tiens. Il se trouve que sur trois générations en demeure une trace écrite.
J’ai souhaité rester sur les terres de l’Histoire. Mais celles-ci sont étendues et, dans bien des directions, les frontières deviennent poreuses au point d’être parfois peu discernables : c’est sur ces frontières-là que je me suis déplacé en m’éloignant du plus qu’il m’était possible mais sans perdre tout à fait des yeux mon point d’ancrage. J’espère n’avoir pas franchi les bornes ? mais si c’était le cas, je n’en aurais pas trop de regrets. Ce sont les risques de l’expérience.
Même si elles s’y apparentent parfois, les pages que l’on va lire ne constituent pas un récit de famille : je m’en suis tenu à ce que la Grande Guerre a fait aux miens, à la manière dont elle a traversé leur existence, quitte à inscrire ses effets au-delà même de leur propre vie. » Voir sur le site des éditions de l’EHESS

Outre la lecteur de cet ouvrage, je vous recommande le visionnage d’une vidéo et l’écoute de deux émissions de radio.

Origin[e]s : sur le carnet Histoire(s) de 14-18

Franziska Heimburger a publié fin septembre un billet qui inaugure une série de publications dans lesquelles des historiens et historiennes de la Grande Guerre évoquent leur parcours professionnel afin de répondre à la question reprise dans le titre de ce billet : Pourquoi et comment devient-on historien de la Grande Guerre ? Il s’agit d’un entretien d’un peu moins de 5 minutes avec Stéphane Audoin-Rouzeau. Cliquez sur l’image infra pour accéder à la vidéo.

Origines

La fabrique et les lundis, un détour par France Culture

Vous pouvez, par ailleurs, (ré)écouter deux entretien de l’auteur dans les deux émissions auxquelles je ne doute pas que vous êtes toutes et tous abonnés via vos lecteurs de podcasts : l’émission Histoire/Actualité du 13 septembre 2013 de La fabrique de l’histoire :

Et les lundis de l’histoire du 21 octobre 2013, « La Grande Guerre, de pères en fils », émission présentée par Michelle Perrot :

Les chemins de la mélancolie, entretien avec Christophe Prochasson

ProchaFuret[Historien de la France contemporaine, Christophe Prochasson m’avait fait l’honneur d’être le premier à répondre aux « quelques questions » de Devenir historien-ne. Il achevait alors une recherche sur l’historien François Furet dont vous trouverez le résultat dans toute bonne librairie à partir du 17 avril 2013 : Les chemins de la mélancolie. François Furet, Paris, Stock, coll. « biographies », 2013, 568 p.  Belle occasion pour un nouvel entretien non ?]

Devenir historien-ne : Vous publiez ces jours-ci Les chemins de la mélancolie. François Furet. Qu’est-ce qui vous a conduit à vous intéresser de si près à l’œuvre de François Furet ?

Christophe Prochasson : À vrai dire, je suis entré à reculons dans une œuvre pour laquelle je n’avais aucune sympathie particulière et que d’ailleurs je connaissais mal. Je partageais un certain nombre de préjugés à l’encontre de Furet hérités d’un itinéraire politique au cours duquel l’historien de la Révolution française m’était apparu comme le traitre de la famille. Ainsi d’ailleurs apparaît-il encore souvent. C’est à l’occasion d’un séminaire de l’EHESS, animé par deux jeunes ATER qui m’avaient demandé de présenter Furet devant leurs étudiants, que je suis entré dans son œuvre avec un peu de sérieux. J’ai commencé à entrevoir autre chose. Plus encore, la haine qu’il continue de susciter chez beaucoup à gauche m’intriguait. J’ai souhaité y aller voir de plus près, pour tenter de comprendre. J’ai alors découvert, ce qui est rare chez les historiens, une œuvre forte et à même d’éclairer l’histoire de la gauche française dans la deuxième partie du siècle dernier.

Devhist : Longtemps décrié, le genre biographique fait, depuis quelques années, l’objet d’un véritable retour en grâce historiographique. Ce n’est d’ailleurs pas votre première biographie intellectuelle puisqu’en 2005 vous avez publié Saint-Simon ou l’anti-Marx. Quels sont, pour vous, les principaux attraits d’une écriture de l’histoire dont la focalisation sur le parcours d’un individu constitue le point de départ ?

C.P. : Je vais sans doute vous surprendre mais j’ai peu de goût pour les biographies. Je les trouve souvent horripilantes et historiographiquement régressives. Il est vrai que, comme vous le rappelez, les choses ont un peu changé depuis quelques années. Des biographies moins naïves ont surgi, qui ont parfois une portée dépassant le seul récit d’une vie. Mais elles sont rares, surtout du côté de l’histoire politique et intellectuelle. Le livre sur Saint-Simon est moins une biographie qu’une histoire de la construction d’un auteur et d’une doctrine. Je n’y écris pas de biographie de Saint-Simon mais y mène l’analyse de biographies qui ont contribué à conférer à Saint-Simon la figure d’un fondateur de doctrine, d’un génie à sa manière. Dans le cas de Furet, l’ambition est tout autre mais l’esprit reste le même : à savoir utiliser la biographie, comme l’écrit le grand historien de l’époque moderne Jean-Claude Perrot, comme une méthode. Ainsi l’histoire intellectuelle et politique de Furet me sert à restituer l’histoire intellectuelle et politique de la gauche française. Furet est un analyseur, sans doute l’un des meilleurs qui soit d’ailleurs. Voici pourquoi je n’ai jamais eu le sentiment d’écrire des biographies. Oserai-je écrire que de la même manière que quand Febvre écrit un livre sur Rabelais, il enquête d’abord sur le « problème de l’incroyance au XVIe siècle », quand je travaille sur Furet, je m’interroge sur la fin des croyances politiques ?

Devhist : Outre ses œuvres, à quel type de documentation avez-vous eu recours pour mener cette recherche ?

R. : J’ai en effet principalement travaillé sur l’œuvre de Furet, ce qui est pour le moins normal, car la vie de Furet n’avait à mes yeux qu’un intérêt mineur. Mon projet porte sur son œuvre et son engagement politique. J’ai délibérément renoncé à traiter de sa vie privée et même d’une partie de sa vie professionnelle, puisque je ne parle pas non plus (ou très peu) de son rôle à la tête de l’EHESS. Mon projet faisait appel à des sources principalement publiques. Mais j’ai aussi beaucoup travaillé dans ce que je pourrais appeler les « archives de travail » de Furet, documentation d’ailleurs non classée et très hétéroclite, composée de dossiers de notes, de manuscrits, de tirés à part et de quelques correspondances. Enfin j’ai énormément travaillé dans les archives de l’INA, qui sont une mine formidable pour toute histoire du XXe siècle, histoire intellectuelle comprise. Il me semble que c’est la part la plus neuve de la documentation.

Devhist : Entre 2010 et 2012, avec Vincent Duclert vous avez animé à l’EHESS un séminaire intitulé « Autour de François Furet : historiens, historiographies et politique ». Pouvez-vous nous dire de quelle(s) façon(s) vos pratiques d’enseignement et de recherche se sont nourries pour donner naissance aux chemins de la mélancolie ?

C.P. : La quasi-totalité de mes séminaires de l’EHESS ont été des lieux d’élaboration de mes livres. Dans le cas des Chemins de la mélancolie, j’ai consacré avec Vincent Duclert deux années à tester quelques chapitres ou passages de mon livre en cours d’écriture. Autrement dit, le séminaire venait un peu en bout de chaîne. Je savais où j’allais, j’avais en fait presque fini puisque j’étais en train d’écrire le livre. Le séminaire était l’atelier où j’affinais des formules, éprouvais des raisonnements, clarifiais des thèses lorsque j’affrontais des objections, en particulier celles de mon complice Vincent Duclert qui m’a de surcroît mis sur nombre de pistes. Il me semble d’ailleurs que c’est lui qui le premier m’a vraiment encouragé à écrire un livre sur Furet, idée que j’avais d’ailleurs trouvée dans un premier temps assez étrange.

Devhist : Vous animez cette année un séminaire intitulé « Histoire des passions politiques », cela correspond-il à l’ouverture d’un nouveau chantier ?

C.P. : Ce nouveau séminaire est en effet un nouveau chantier et donc un nouveau livre. En réalité, je l’avais déjà ouvert il y a une dizaine d’années après avoir fait la rencontre de Bill Reddy, historien de Duke University, grand spécialiste de l’histoire des émotions. Son livre Navigation of Feeling et de nombreuses conversations avec lui m’avaient énormément marqués. Je me suis alors lancé, au tout début des années 2000, dans un travail sur les « émotions politiques » qui ont donné lieu à quelques séances de séminaires et à quelques articles. Puis j’ai interrompu cette recherche pour me concentrer sur Furet. Et j’ai retrouvé chez lui, moins des « émotions » que des « passions politiques ». Ces dernières jouent un rôle très important dans son historiographie. Je reviens donc à cette grande question qui n’a pas fini de m’occuper !

En savoir plus…

  • Présentation de l’éditeur

Historien à l’oeuvre puissante, universitaire d’institution, citoyen engagé dans la politique de son temps, journaliste : François Furet (1927-1997) a été tout cela à la fois. Le modèle même de l’intellectuel français, en somme, comme le XXe siècle en a connu d’illustres.
Les convulsions de ce siècle, ses tragédies et ses espoirs, ont été la toile de fond de toutes les réflexions de François Furet. Qu’il s’agisse de ses travaux fondateurs sur la Révolution française à l’aube de sa carrière, de son activité de commentateur de l’actualité dans France Observateur puis dans Le Nouvel Observateur, ou de son dernier grand livre consacré à l’illusion communiste, Le Passé d’une illusion, François Furet n’a cessé en fait de s’efforcer de déchiffrer l’énigme qu’aura été le siècle dans lequel il a vécu. Ce siècle, il l’a parcouru à grandes enjambées, sans rien négliger de ce qu’il a comporté d’important, autant sur le plan intellectuel que sur le plan politique.
Ses livres ont été abondamment lus et commentés, ils ont d’ailleurs donné lieu à des interprétations opposées. Mais le récit de sa vie restait à faire ; il n’est pas moins éclairant ni moins passionnant que l’oeuvre, et il jette sur elle un singulier éclairage. Car, et c’est peut-être l’apport principal de cette biographie, de la vie à l’oeuvre de François Furet, et de son oeuvre à sa vie, la fécondation aura été la règle

  • 7667e80f34Lire les « bonnes feuilles » publiées par Le monde des livres cette semaine
  • Lire une recension de l’ouvrage par Jean Birnbaum (toujours dans Le monde des livres)

 

[Edit. 18 mai 2013 : La librairie La Procure a publié sur son blog l’enregistrement vidéo d’un entretien avec Christophe Prochasson à propos des chemins de la mélancolie :]

Christophe Prochasson par Librairie-La-Procure