Archives de catégorie : Historiographies

Temps des faits, temps du film et temps de l’écriture : faire l’histoire de Shoah ?

Shoah, une double référence ? Des faits au film, du film aux faits (MkF, 2017) porte principalement sur la réalisation et la diffusion du film Shoah de Claude Lanzmann, dont tout à la fois le sujet – la mise à mort des Juifs par le gaz en un lieu fixe entre 1941 et 1945 – et la forme – 9h30 de témoignages sans images d’archives, sans musique ajoutée au montage et sans voix off – ont été remarqués dès 1985. Continuer la lecture

« L’Histoire, un enjeu très politique ! » 3 vidéos à visionner sur Mediapart

La question des usages politiques de l’histoire, sans faire l’objet des investigations centrales de Devenir historien-ne, a toujours été présente sur ce carnet. Qu’il s’agisse des billets d’Aurore Chery, du duo Thibault Le Hégarat et Benoît Vaillot, d’une intervention de Denis Pechanski ou, plus récemment, de l’entretien accordé par Mathilde Larrere à Véronique Servat comme d’un nouveau billet de Thibault LH sur la vulgarisation, la question du « rôle social » ou des prises de positions historiennes dans l’espace public est importante pour ce carnet. Son existance elle-même en témoigne, comme j’avais tenté de l’expliquer dans un exercice d’auto-célébration de réflexivité proposé par Nicolas Lebourg pour Fragments sur les temps présents.

Bref, tout ceci pour expliquer qu’il me semblait nécessaire de relayer dans ces pages la tenue, hier soir, d’une soirée spéciale sur Mediapart : toute entière consacrée à l’histoire. Vous me direz, rien d’exceptionnel : de « secrets d’histoire« à « l’Ombre d’un doute » l’histoire est déjà bien présente à la télévision… Humm. Bref.

Organisée par Laurence De Cock et Mathilde Larrere, cette soirée Mediapart a consisté en une série de 3 tables rondes dont je vous recommande le visionnage. Si je vous recommande vivement de vous abonner (en l’occurrence ce sont nos abonnements qui permettent l’organisation de ce type de soirées…), je ne peux que saluer la mise en ligne systématique par Mediapart de ses vidéos sur sa chaine Youtube, en libre accès donc. Continuer la lecture

Apprendre à vulgariser ?

Ce billet revient sur un entretien réalisé dans le cadre d’un travail de recherche post-doctorale et publié sur le carnet Patrimoine et télévision. J’y expose ses intentions, ce que l’entretien à mis à jour, et l’état de ma réflexion sur la vulgarisation historique.

Les raisons d’un entretien

Le projet de recherche sur lequel je travaille cette année m’amène à adopter une position différente à la mienne puisque tout en restant dans la position d’un chercheur, je suis également engagé dans un travail de vulgarisation du savoir historique, lequel prendra la forme d’un outil à destination du public : un site internet retraçant l’histoire du patrimoine. Or tout comme j’ai appris à devenir historien par la pratique de la recherche, au fil d’une thèse de doctorat, de communication en publication, lectures après lectures, je me doutais que je ne pourrais m’improviser vulgarisateur. Continuer la lecture

Pourquoi étudier le tourisme en situation coloniale ? L’exemple de l’Algérie

par Colette Zytnicki1

Pourquoi s’intéresser au tourisme dans l’Algérie coloniale ? Le débarquement de la flotte française en 1830 sur les côtes de Sidi Ferruch inaugure en effet un temps de tension perpétuelle, plutôt que de loisirs et de farniente. La domination impériale a généré tant d’injustices, d’iniquités et de violences qu’on peut considérer le tourisme comme un épiphénomène dont l’analyse n’ajouterait rien à la compréhension des sociétés concernées. À cela, on objectera que les mondes coloniaux sont des structures complexes qu’il faut saisir en leur totalité. Le tourisme est une part de l’Algérie dominée par les Français, il y a même trouvé une place assez importante, on le verra. Par ailleurs, les géographes et les sociologues qui depuis de longues années se sont penchés sur le phénomène touristique, considèrent que celui-ci démarre avec les années 1960, voire même après, au moment où se met en place un tourisme de masse2 . On peut toutefois rappeler qu’en Europe comme ailleurs, il a été précédé d’un tourisme élitiste, aristocratique et bourgeois qui, bien que minoritaire, a suscité l’apparition d’un secteur économique ad hoc, transformé certaines villes et hanté l’imaginaire collectif de millions de personnes Continuer la lecture

  1. Professeur émérite à l’Université Toulouse Jean-Jaurès, membre du laboratoire FRMESPA []
  2. Sur ce débat, voir Colette Zytnicki et Habib Kazdaghli (dir.), Le tourisme dans l’Empire français. Politiques, pratiques et imaginaires, Paris, Publication de la SFHOM, 2009 []

L’ostéométrie humaine appliquée à l’étude des pratiques militaires anciennes

Dans le cadre de ma thèse de doctorat en archéologie, intitulée « Armes, métiers des armes et armées en Italie centrale et méridionale, VIe – IIIe s. av. J.-C. », j’ai choisi d’orienter mon étude sur plusieurs grandes questions : d’abord bien sûr la typologie de l’armement retrouvé dans différents contextes archéologiques (sépultures, sanctuaires, habitats, champs de batailles), ainsi que les panoplies individuelles qu’on peut en déduire,  mais aussi les pratiques culturelles, sociales, et économiques liées à la guerre (dévotions religieuses particulières, formation et rites d’initiation des jeunes, solidarités militaires, mercenariat, etc.). Enfin, puisque l’époque classique et surtout l’époque hellénistique sont les moments de l’émergence des premières armées « professionnelles » autour de la Méditerranée, la notion de « métier des armes »  s’est d’emblée avérée centrale dans ma réflexion Continuer la lecture

Pour une histoire économique du politique

L’une des ambitions principales de notre ouvrage, publié récemment aux Presses de Sciences Po, est de souligner l’intérêt d’une approche du politique par l’économie. L’histoire économique du politique, telle que nous la concevons, étudie la fabrique du discours économique d’organisations politiques – en l’occurrence les partis socialistes français entre 1944 et 1981 – de son élaboration par des « experts » à sa publicisation par les dirigeants et les propagandistes. Il s’agit, en somme, de saisir les évolutions – ou involutions – de l’usage politique que font les partis socialistes de l’économie et, simultanément, d’évaluer leur attitude face aux avancées conceptuelles de la théorie économique (keynésianisme, marxisme, « école de la Régulation »). Cette approche épistémologique permet de réinsérer les partis dans une histoire économique dont ils sont trop souvent exclus sans justification et, réciproquement, de mettre en lumière l’importance de la thématique économique dans l’élaboration des stratégies partisanes, notamment en temps de crise.

Cette appréhension du politique par l’économie dynamise des champs de recherche que l’on croyait bien connus. Les travaux d’Adam Tooze en ont fourni un exemple magistral en 2006. En remettant l’économique au centre de la compréhension du régime nazi, l’historien britannique éclaire Continuer la lecture

L’histoire à travers champs

­Retour sur la conférence de Dan WADHWANI (Lille, 14 janvier 2016)

La corporation des historiens serait bien avisée de regarder comment se fait l’histoire en dehors de ses ateliers. Dans les champs de la science politique, de la sociologie ou de l’économie, elle y découvrira des tours de main et des usages variés et peut-être même un rapport nouveau au savoir historique.

La conférence donnée à Lille par Dan Wadhwani était le moment de discuter de la place qu’occupe aujourd’hui l’histoire dans les sciences du management et des organisations en revenant sur l’ouvrage qu’il a publié en 2014 avec Marcelo Bucheli chez Oxford University Press1 . Organizations in Time : History, Theory, Methods ne semble pas avoir encore suscité beaucoup d’échos en France et plus particulièrement chez les historiens français. L’alchimie de la réception des ouvrages étrangers est toujours très mystérieuse et il serait dommage que ce livre connaisse un sort similaire à celui d’un autre livre important The Logics of History, de William Sewell, auquel les auteurs d’Organizations in Time renvoient d’ailleurs souvent et dont la réception en France a été plutôt tardive2 .

Il n’est pas question de fournir ici un compte rendu exhaustif d’Organizations in Time mais il s’agit plutôt d’insister sur certains de ses apports essentiels et sur la discussion que les participants à la conférence du 14 janvier ont pu avoir. Disons d’emblée, toutefois, que ce qui fait la force de l’ouvrage tient Continuer la lecture

  1. Dan Wadhwani est professeur de management à l’Université du Pacifique (Californie) []
  2. Nous n’avons trouvé sur Cairn que 22 articles mentionnant l’ouvrage de William Sewell et, bizarrement, aucun compte rendu. La même recherche sur Persée ne permet d’obtenir aucun résultat []

Ma route du rock

519D8ENtkALOn the road again …

Sur ma route du rock, il y a longtemps eu les Inrockuptibles. Leur compagnie fut discontinue mais profondément marquante. Les traces matérielles de ce bout d’existence partagée se mesurent d’un regard panoptique porté sur ma discothèque. On pourrait presque en faire une étude de cas pour l’histoire quantitative en croisant ses rayonnages avec les chroniques de disques de la revue. Elle a posé en cet endroit précis de mon territoire domestique la postérité de son influence. J’ai en effet cessé de lire les Inrockuptibles au tournant du millénaire et je n’ai conservé aucun des exemplaires en ma possession, ne me doutant pas, à l’époque, que je reprendrai des recherches vingt ans après avoir passé une maîtrise d’histoire moderne.

J’ai énoncé le sujet sur lequel je travaille depuis plus d’un an dans le cadre d’un master 2 d’histoire culturelle du contemporain, de façon à pouvoir en développer les aspects musicaux : La fabrique d’un nouveau paysage musical autour des Inrockuptibles (1986-1998). J’envisageais de démontrer en quoi ce modeste fanzine, né en mars 1986 Continuer la lecture

Écrire l’histoire ? Réflexions autour de deux ouvrages d’Ivan Jablonka

Histoire des grands-parents que je n’ai pas eus (2012) et L’histoire est une littérature contemporaine (2014) constituent deux faces indissociables d’une même enquête. Ils ont pourtant, en apparence tout du moins, des sujets très différents. Le premier porte sur la biographie des grands-parents de l’auteur. Ce sujet s’inscrit dans un moment historiographique, qui voit depuis quelques années se substituer aux témoignages des Exécuteurs, victimes, témoins (Hilberg, 1994), ceux de leurs enfants et petits enfants (il n’est qu’à penser aux Disparus de Daniel Mendelsohn, 2006). Juifs polonais, Idesa et de Matès Jablonka sont d’abord présentés comme étant des opposants politiques persécutés pour leur engagement au sein du parti communiste, puis comme des exilés qui, réfugiés à Paris, vivront traqués jusqu’à être déportés. La biographie ne porte pas principalement sur cette dernière phase (déportation/mise à mort à Auschwitz-Birkenau), mais sur leur vie et les conditions de leur survie jusqu’en 1944. De nouveau, cela correspond à un moment historiographique, qui voit la centralité de la mise à mort céder le pas à un intérêt pour la vie juive en Pologne et une attention aux récits de survies mêmes temporaires. Cette histoire au ras du sol (pour reprendre la formule de Jacques Revel) conduit à aborder les petits problèmes et les grandes joies, les actes de solidarité et d’amitié, les trahisons et les abandons, vécus par ces individus et leurs proches entre les années 1920 et 1944. Ainsi, c’est moins l’exceptionnalité que la quotidienneté, moins des grands hommes et des grands faits, que des petites choses et des sans nom, dont les comportements et les actions sont observés à la loupe depuis les premières privations jusqu’à l’avènement de la Solution finale. Continuer la lecture

Faire une histoire quantitative de l’État ? Quelques réflexions historiographiques

En France, ces deux dernières décennies ont été le théâtre d’un incontestable renouveau de l’histoire de l’État contemporain, de telle sorte qu’il n’est certainement plus possible de le qualifier de « non-objet historique » (Rosanvallon, 1990 : 9). Le nombre des fonctionnaires constitue toutefois un angle mort des recherches en sciences sociales. Ainsi, le constat que Pierre Rosanvallon dressait pour l’État il y a plus de vingt ans s’applique très bien aujourd’hui à la question de ses effectifs : « le très petit nombre des travaux consacrés à l’histoire [du nombre des fonctionnaires] contraste singulièrement avec la vigueur des jugements qui s’expriment à son propos. (…) Il est peu de domaines dans lesquels le déséquilibre entre la masse des prises de position et la minceur des travaux érudits soit aussi frappant » (Ibid).

Une telle situation a permis l’édification d’un double mythe politique concernant le volume des effectifs de l’État : de tous temps la France compterait trop de fonctionnaires tandis que l’État lui-même serait bien incapable de compter ses effectifs Continuer la lecture