Archives de catégorie : Historiographies

Faire l’histoire des Fake news au temps du Coronavirus

Comme tout évènement majeur national ou international, la crise sanitaire profonde que nous traversons charrie son flot de Fake news en tout genre. Dès le 25 mars, France Info alerte sur les fausses nouvelles qui se répandent aux termes de la première semaine de confinement en France. L’article détaille l’exemple d’un message électronique circulant alors de boite mail en boite mail, proposant des recettes miracles pour éviter de tomber malade : se « gargariser avec une solution désinfectante » éliminerait ainsi la présence du SARS-CoV-2 dans la gorge ; sinon, « boire quelques gorgées d’eau au moins toutes les quinze à vingt minutes » permettrait de faire descendre le virus dans l’estomac où l’acide gastrique le tuerait. Si la situation n’était pas aussi grave, ces conseils quasi miraculeux pourraient prêter à sourire. Pour la recherche en sciences sociales, ils révèlent surtout par bien des aspects l’importance de la diffusion de fausses informations en temps de crise et permettent une mise en perspective à la fois historique et historienne.

Continuer la lecture

Faire une histoire comparée des étudiants au XIXe siècle

Le 22 mars 2019, je terminais ma vie d’étudiant menée entre la France et l’Allemagne en soutenant ma thèse sur l’histoire des étudiants français et allemands, intitulée « Organiser les étudiants. Mobilisations collectives et formation d’un groupe social (Allemagne et France, 1880-1914) ». Ayant souvent tendance à être trop long, j’avais réduit le texte le plus possible, notamment en ce qui concerne les principaux résultats. Il me paraissait plus intéressant dans ce cadre de revenir sur la manière dont j’ai construit le sujet, et notamment sur la bifurcation opérée entre la thématique proposée dans mon projet de thèse et la problématique finalement retenue, et d’évoquer brièvement, pour lancer la discussion avec le jury, l’ouverture européenne de mes recherches, qui me tient particulièrement à cœur.

Continuer la lecture

Faire de l’histoire des sciences comme de l’histoire du travail

Quand on a passé une grande partie de ses années de thèse à travailler sur… des thèses, la soutenance est un moment ambigu : le rituel à la fois officialise le jugement des pairs, marque le terme d’un processus de socialisation à la recherche, et concrétise la construction d’une identité scientifique – mais comme tout rituel, il supporte assez mal qu’on s’y soumette et qu’on l’objective en même temps. Trop de réflexivité devient alors malséant, et c’est en réalité mal maîtriser les normes du milieu universitaire que de faire trop ouvertement étalage, à cette occasion, de ce qu’on croit en avoir compris. On ne peut donc pas donner aux futurs impétrants de code de bonne conduite parfaitement cristallisé : au mieux, on peut leur décrire comment on a fait, en espérant que ça leur soit utile après confrontation à d’autres retours d’expérience. Dans cette logique, la suite de mes aventures est par ailleurs disponible sur un autre carnet.

Continuer la lecture

Faire l’histoire du secours et de l’aide à la réinsertion des rescapés juifs des camps nazis

Le 18 octobre 2019, je soutenais (enfin !) ma thèse. Intitulée « Et après ? Une histoire du secours et de l’aide à la réinsertion des rescapés juifs des camps nazis (France, 1943-1948) » elle avait déjà donné lieu à plusieurs sollicitations de billets par le tenant de ces lieux… auxquelles je n’avais pas pu donner suite jusqu’à présent. Confinement aidant, la validation de mon dépôt sur TEL me donne l’occasion de faire d’une pierre deux coups en mettant à disposition ici le texte que j’avais préparé pour l’exposé de soutenance, agrémenté d’intertitres et de quelques liens. Ceux que mes prédécesseurs ont mis en ligne m’ayant été d’une grande aide, j’espère que cela servira à d’autres. Au passage, cela me permet de donner ici un bref aperçu du contenu de cette thèse que les plus motivés pourront consulter en suivant le lien en bas de ce billet.

Continuer la lecture

Temps des faits, temps du film et temps de l’écriture : faire l’histoire de Shoah ?

Shoah, une double référence ? Des faits au film, du film aux faits (MkF, 2017) porte principalement sur la réalisation et la diffusion du film Shoah de Claude Lanzmann, dont tout à la fois le sujet – la mise à mort des Juifs par le gaz en un lieu fixe entre 1941 et 1945 – et la forme – 9h30 de témoignages sans images d’archives, sans musique ajoutée au montage et sans voix off – ont été remarqués dès 1985. Continuer la lecture

« L’Histoire, un enjeu très politique ! » 3 vidéos à visionner sur Mediapart

La question des usages politiques de l’histoire, sans faire l’objet des investigations centrales de Devenir historien-ne, a toujours été présente sur ce carnet. Qu’il s’agisse des billets d’Aurore Chery, du duo Thibault Le Hégarat et Benoît Vaillot, d’une intervention de Denis Pechanski ou, plus récemment, de l’entretien accordé par Mathilde Larrere à Véronique Servat comme d’un nouveau billet de Thibault LH sur la vulgarisation, la question du « rôle social » ou des prises de positions historiennes dans l’espace public est importante pour ce carnet. Son existance elle-même en témoigne, comme j’avais tenté de l’expliquer dans un exercice d’auto-célébration de réflexivité proposé par Nicolas Lebourg pour Fragments sur les temps présents.

Bref, tout ceci pour expliquer qu’il me semblait nécessaire de relayer dans ces pages la tenue, hier soir, d’une soirée spéciale sur Mediapart : toute entière consacrée à l’histoire. Vous me direz, rien d’exceptionnel : de « secrets d’histoire« à « l’Ombre d’un doute » l’histoire est déjà bien présente à la télévision… Humm. Bref.

Organisée par Laurence De Cock et Mathilde Larrere, cette soirée Mediapart a consisté en une série de 3 tables rondes dont je vous recommande le visionnage. Si je vous recommande vivement de vous abonner (en l’occurrence ce sont nos abonnements qui permettent l’organisation de ce type de soirées…), je ne peux que saluer la mise en ligne systématique par Mediapart de ses vidéos sur sa chaine Youtube, en libre accès donc. Continuer la lecture

Apprendre à vulgariser ?

Ce billet revient sur un entretien réalisé dans le cadre d’un travail de recherche post-doctorale et publié sur le carnet Patrimoine et télévision. J’y expose ses intentions, ce que l’entretien à mis à jour, et l’état de ma réflexion sur la vulgarisation historique.

Les raisons d’un entretien

Le projet de recherche sur lequel je travaille cette année m’amène à adopter une position différente à la mienne puisque tout en restant dans la position d’un chercheur, je suis également engagé dans un travail de vulgarisation du savoir historique, lequel prendra la forme d’un outil à destination du public : un site internet retraçant l’histoire du patrimoine. Or tout comme j’ai appris à devenir historien par la pratique de la recherche, au fil d’une thèse de doctorat, de communication en publication, lectures après lectures, je me doutais que je ne pourrais m’improviser vulgarisateur. Continuer la lecture

Pourquoi étudier le tourisme en situation coloniale ? L’exemple de l’Algérie

par Colette Zytnicki1

Pourquoi s’intéresser au tourisme dans l’Algérie coloniale ? Le débarquement de la flotte française en 1830 sur les côtes de Sidi Ferruch inaugure en effet un temps de tension perpétuelle, plutôt que de loisirs et de farniente. La domination impériale a généré tant d’injustices, d’iniquités et de violences qu’on peut considérer le tourisme comme un épiphénomène dont l’analyse n’ajouterait rien à la compréhension des sociétés concernées. À cela, on objectera que les mondes coloniaux sont des structures complexes qu’il faut saisir en leur totalité. Le tourisme est une part de l’Algérie dominée par les Français, il y a même trouvé une place assez importante, on le verra. Par ailleurs, les géographes et les sociologues qui depuis de longues années se sont penchés sur le phénomène touristique, considèrent que celui-ci démarre avec les années 1960, voire même après, au moment où se met en place un tourisme de masse2 . On peut toutefois rappeler qu’en Europe comme ailleurs, il a été précédé d’un tourisme élitiste, aristocratique et bourgeois qui, bien que minoritaire, a suscité l’apparition d’un secteur économique ad hoc, transformé certaines villes et hanté l’imaginaire collectif de millions de personnes Continuer la lecture

  1. Professeur émérite à l’Université Toulouse Jean-Jaurès, membre du laboratoire FRMESPA []
  2. Sur ce débat, voir Colette Zytnicki et Habib Kazdaghli (dir.), Le tourisme dans l’Empire français. Politiques, pratiques et imaginaires, Paris, Publication de la SFHOM, 2009 []

L’ostéométrie humaine appliquée à l’étude des pratiques militaires anciennes

Dans le cadre de ma thèse de doctorat en archéologie, intitulée « Armes, métiers des armes et armées en Italie centrale et méridionale, VIe – IIIe s. av. J.-C. », j’ai choisi d’orienter mon étude sur plusieurs grandes questions : d’abord bien sûr la typologie de l’armement retrouvé dans différents contextes archéologiques (sépultures, sanctuaires, habitats, champs de batailles), ainsi que les panoplies individuelles qu’on peut en déduire,  mais aussi les pratiques culturelles, sociales, et économiques liées à la guerre (dévotions religieuses particulières, formation et rites d’initiation des jeunes, solidarités militaires, mercenariat, etc.). Enfin, puisque l’époque classique et surtout l’époque hellénistique sont les moments de l’émergence des premières armées « professionnelles » autour de la Méditerranée, la notion de « métier des armes »  s’est d’emblée avérée centrale dans ma réflexion Continuer la lecture

Pour une histoire économique du politique

L’une des ambitions principales de notre ouvrage, publié récemment aux Presses de Sciences Po, est de souligner l’intérêt d’une approche du politique par l’économie. L’histoire économique du politique, telle que nous la concevons, étudie la fabrique du discours économique d’organisations politiques – en l’occurrence les partis socialistes français entre 1944 et 1981 – de son élaboration par des « experts » à sa publicisation par les dirigeants et les propagandistes. Il s’agit, en somme, de saisir les évolutions – ou involutions – de l’usage politique que font les partis socialistes de l’économie et, simultanément, d’évaluer leur attitude face aux avancées conceptuelles de la théorie économique (keynésianisme, marxisme, « école de la Régulation »). Cette approche épistémologique permet de réinsérer les partis dans une histoire économique dont ils sont trop souvent exclus sans justification et, réciproquement, de mettre en lumière l’importance de la thématique économique dans l’élaboration des stratégies partisanes, notamment en temps de crise.

Cette appréhension du politique par l’économie dynamise des champs de recherche que l’on croyait bien connus. Les travaux d’Adam Tooze en ont fourni un exemple magistral en 2006. En remettant l’économique au centre de la compréhension du régime nazi, l’historien britannique éclaire Continuer la lecture