Archives de catégorie : Histoire sociale

Faire une histoire comparée des étudiants au XIXe siècle

Le 22 mars 2019, je terminais ma vie d’étudiant menée entre la France et l’Allemagne en soutenant ma thèse sur l’histoire des étudiants français et allemands, intitulée « Organiser les étudiants. Mobilisations collectives et formation d’un groupe social (Allemagne et France, 1880-1914) ». Ayant souvent tendance à être trop long, j’avais réduit le texte le plus possible, notamment en ce qui concerne les principaux résultats. Il me paraissait plus intéressant dans ce cadre de revenir sur la manière dont j’ai construit le sujet, et notamment sur la bifurcation opérée entre la thématique proposée dans mon projet de thèse et la problématique finalement retenue, et d’évoquer brièvement, pour lancer la discussion avec le jury, l’ouverture européenne de mes recherches, qui me tient particulièrement à cœur.

Continuer la lecture

Faire de l’histoire des sciences comme de l’histoire du travail

Quand on a passé une grande partie de ses années de thèse à travailler sur… des thèses, la soutenance est un moment ambigu : le rituel à la fois officialise le jugement des pairs, marque le terme d’un processus de socialisation à la recherche, et concrétise la construction d’une identité scientifique – mais comme tout rituel, il supporte assez mal qu’on s’y soumette et qu’on l’objective en même temps. Trop de réflexivité devient alors malséant, et c’est en réalité mal maîtriser les normes du milieu universitaire que de faire trop ouvertement étalage, à cette occasion, de ce qu’on croit en avoir compris. On ne peut donc pas donner aux futurs impétrants de code de bonne conduite parfaitement cristallisé : au mieux, on peut leur décrire comment on a fait, en espérant que ça leur soit utile après confrontation à d’autres retours d’expérience. Dans cette logique, la suite de mes aventures est par ailleurs disponible sur un autre carnet.

Continuer la lecture

Faire l’histoire du secours et de l’aide à la réinsertion des rescapés juifs des camps nazis

Le 18 octobre 2019, je soutenais (enfin !) ma thèse. Intitulée « Et après ? Une histoire du secours et de l’aide à la réinsertion des rescapés juifs des camps nazis (France, 1943-1948) » elle avait déjà donné lieu à plusieurs sollicitations de billets par le tenant de ces lieux… auxquelles je n’avais pas pu donner suite jusqu’à présent. Confinement aidant, la validation de mon dépôt sur TEL me donne l’occasion de faire d’une pierre deux coups en mettant à disposition ici le texte que j’avais préparé pour l’exposé de soutenance, agrémenté d’intertitres et de quelques liens. Ceux que mes prédécesseurs ont mis en ligne m’ayant été d’une grande aide, j’espère que cela servira à d’autres. Au passage, cela me permet de donner ici un bref aperçu du contenu de cette thèse que les plus motivés pourront consulter en suivant le lien en bas de ce billet.

Continuer la lecture

Faire une histoire orale du travail à la Sécurité sociale

Pourquoi croiser sources orales et histoire du travail au sein de la Sécurité sociale ? Une telle démarche ne va pas de soi. Cela s’inscrit à la fois dans un nouveau chantier de recherche, l’étude des « street levels bureaucrats » et une démarche méthodologique, le recueil et l’analyse de sources orales centrés sur les pratiques professionnelles d’une organisation complexe.

Les street levels bureaucrats de la Sécurité sociale

La catégorie des « street levels bureaucrats » est utilisée à l’origine pour analyser les fonctionnaires travaillant directement avec le public Continuer la lecture