Archives de catégorie : Relations internationales

Contrebandiers, pirates et frontières (XVII-XXIe siècle)

Une histoire des pratiques informelles en Amérique centrale

[Ce billet, co-écrit par Elisa Grandi et Giovanni Venegoni est une traduction abrégée en français de l’introduction à la treizième livraison de Diacronie. Studi di storia contemporanea intitulée « Contrabbandieri, pirati e frontiere: per una storia delle pratiche informali nell’America Centrale (XVII-XXI secolo) » que nous publions dans le cadre de notre partenariat]

 

… y pasó la tarde esperando su hora grande en los vericuetos del puerto negrero, entre la salsamuera humana del Caribe, pero tan absorto en su aventura que no se detuvo como siempre frente a las tiendas de los hindúes a ver los mandarines de marfil tallados en el colmillo entero del elefante, ni se burló de los negros holandeses en sus velocípedos ortopédicos, ni se asustó como otras veces con los malayos de piel de cobra que le habían dado la vuelta al mundo cautivados por la quimera de una fonda secreta donde vendían filetes de brasileras al carbón…

Gabriel Garcia Marquez, El último viaje del buque fantasma

 

“Guns” by post406 on Flickr (CC BY 2.0)

“Guns” by post406 on Flickr (CC BY 2.0)

Ce numéro essaie d’analyser l’impact des pratiques informelles dans l’histoire de l’Amérique Centrale moderne et contemporaine, sur la base de la récente littérature économique et historiographique1 et d’autres études plus classiques. En effet, la contrebande, un des phénomènes auxquels nous avons consacré plus d’attention, a été étudiée depuis longtemps pour ce qui concerne sa liaison avec le commerce atlantique à l’époque moderne2. Déjà en 1988, Zacarias Moutoukias mettait en lumière un aspect fondamental du problème qui est repris dans les articles proposés dans ce numéro. La frontière entre commerce licite et illicite est souvent très floue et peu intéressante pour l’analyse. Les activités légales et illégales se confondent, comme dans le cas de la contrebande et du commerce colonial à Rio de la Plata au XVIIe siècle :

“en realidad es artificial intentar distinguir entre comercio ilegal y legal, por su mecanismo, sus circuitos, los hombres que los efectuaban y las mercancías que se traficaban, el comercio clandestino y el autorizado, formaban parte de un mismo fenómeno”3.

L’intention d’étudier les pratiques informelles ne nous amène donc pas seulement à nous interroger sur leur caractère licite ou illicite, d’autant plus que parmi les pratiques informelles, beaucoup ne sont manifestement pas illégales, mais représentent des activités qui sortent de l’univers des normes formalisées, comme l’explique Geoffrey Hodgson dans son analyse de la définition des institutions formelles et informelles, corrigeant ainsi Douglass North :

“Some distinction between the formal and the informal is important, but this distinction is attempted in different and confusing ways by various authors. Some identify the formal with the legal and see informal rules as non legal […] In turn, if “formal” means “legal,” then it is not clear whether “informal” should mean illegal or non legal (i.e., not expressed in law)”4.

Né de l’économie institutionnelle5, ce sujet a rapidement intéressé aussi l’historiographie6. C’est pourquoi ce numéro propose d’une part une réflexion conceptuelle sur les pratiques informelles, et d’autre part, une étude de cas. Portant sur diverses périodes historiques, il permet d’approfondir le rôle des pratiques informelles dans le développement des institutions politiques et économiques de la région analysée.

Le cas de l’Amérique centrale et du bassin des Caraïbes se prêtent aisément à l’étude des activités informelles, comme cela a été montré par les récentes et nombreuses études dédiées à son histoire, moderne et contemporaine7. Des premiers stades de l’occupation et de la colonisation européennes jusqu’au XIXe siècle, boucaniers, pirates et contrebandiers (définis par Janice Thomson comme non-state groups8) furent des éléments cruciaux du processus de construction politique et économique de ces régions. Au cours du XIXe siècle, les États-Unis sont intervenus à diverses reprises en Amérique Centrale, alors qu’elle était encore dominée par les empires européens. Ces interventions ont bouleversé la vie économique, politique et sociale de la région, en particulier en ce qui concerne l’esclavage. Au XXe siècle, les pratiques informelles continuèrent de se développer parallèlement aux activités économiques et politiques formelles, en matière de commerce, mais aussi à l’égard de phénomènes tels que la prostitution, le tourisme, l’organisation urbaine et la finance.

Le rapport entre pratiques informelles et normes ne doit pas être interprété comme une variable dichotomique, mais plutôt complémentaire. En effet, les acteurs sont impliqués dans une pluralité de relations et de situations. A ce propos, un élément central mis en évidence par l’analyse de ces pratiques concerne leur rôle dans le processus de community and nation building : des dynamiques – borderline sur le plan géographique et social – qui représentent la structure des institutions économiques et sociales du contexte caribéen et centraméricain. Ce numéro se compose de trois sections :

  1. La piraterie, la contrebande et l’économie informelle dans les Caraïbes coloniales
  2. Esclavage et flibusterie dans la formation des États américains 
  3. Économie informelle, frontières et acteurs marginaux

Nous n’avons pas cherché à construire un parcours diachronique, mais plutôt à analyser l’évolution des faits tels que la piraterie, la contrebande, l’esclavage et la construction de frontières sociales et géographiques, en relation avec le développement politique et économique des Caraïbes et de l’Amérique Centrale9. Bien sûr, chacun de ces phénomènes reste lié à des problématiques qui se développent dans un contexte historique déterminé, qu’il est aisé de reconnaître dans chacune des trois sections. Toutefois, le but de cette opération était d’insister sur les questions qui caractérisent fortement l’espace méso-américain, tout en reconnaissant l’importance exercée par les pratiques informelles.

En ce sens, les essais de la première section analysent des problématiques caractérisées par leur relation avec l’économie coloniale, qu’il s’agisse du rapport entre la contrebande et le commerce britannique, traité par Nadine Hunt, de la relation entre les acteurs informels du système économique des Antilles et du commerce colonial, telle que la décrit Isaac Curtis, de la position liminale occupée par la petite entreprise de la Plaza Mayor de Mexico, confrontée aux contraintes imposées par l’administration coloniale, analysée par Robert D. Cope, ou, enfin de la complexité de la condition du pirate caribéen au XVIe siècle, laquelle a été dépeinte par l’étude de Caroline Laurent.

La deuxième partie débute par la publication (en avant-première pour l’Italie) du premier chapitre du livre The Amistad Rebellion, de Marcus Rediker, traduit en italien par l’éditeur Feltrinelli et introduit par un entretien de l’auteur avec Bill O’Driscoll. L’épopée du groupe d’esclaves africains qui, après avoir pris le contrôle d’un cargo négrier à Cuba, furent jugés aux États-Unis puis libérés, fait ressurgir le débat sur le statut d’esclave en Amérique du Nord et sur ses implications politiques et économiques. Mais Rediker nous permet de voir l’histoire sous un jour différent, celui des esclaves africains. Cette history from below reconstitue le parcours des protagonistes de la rébellion de l’Amistad, du départ des ports de l’Afrique jusqu’aux alliances avec les groupes antiesclavagistes américains. Ces thèmes sont repris dans les textes d’Alessandro Badella et Sarah Batterson. Le premier reconstitue la vie de flibustier de Narciso Lopez au cours de la première moitié du XIXe siècle et se concentre sur les intérêts esclavagistes et commerciaux des États-Unis sur l’île de Cuba. Batterson s’intéresse à la question de l’augmentation des sanctions contre la traite des esclaves, en la reliant à la politique commerciale américaine.

La troisième partie développe le thème de la construction des zones frontalières, géographiques et sociales. Dans le premier cas, l’essai de Jean Clot propose une réflexion conceptuelle sur les pratiques informelles dans les régions frontalières, en analysant le cas de la frontière qui sépare le Mexique du Guatémala. Valentina Abalzati analyse plus particulièrement le rôle de la contrebande dans la construction de la frontière américano-mexicaine. Le dernier essai, celui de Janice Argaillot, examine les pratiques informelles économiques, politiques et sociales à Cuba, en soulignant leur adaptation progressive à la « période spéciale en temps de paix ».

Nous tenons à remercier les auteurs qui ont contribué à la réalisation ce numéro et grâce à qui nous avons introduit un débat international et interdisciplinaire de grande ampleur sur le sujet abordé. Nous remercions également le Professeur Marcus Rediker et l’éditeur Feltrinelli, de nous avoir permis de publier en avant-première un chapitre de l’ouvrage Amistad Rebellion. Enfin, ce numéro a pu voir le jour grâce au superbe travail d’édition web réalisé par Jacopo Bassi et Gianluca Cané, chef de la rédaction et webmestre de Diacronie. Nous leur exprimons toute notre gratitude pour le professionnalisme et la patience avec lesquelles ils ont conduit cette publication.

Diacronie13

  1. Parmi les publications plus recentes: NGALAWA, Harold, VIEGI, Nicola, « Interaction of formal and informal financial markets in quasi-emerging market economies », Economic Modelling, 2013, vol. 31, no 1, p. 614‑624; MORENO MONROY, Ana Isabel, Informality in space. Understanding the nature, role and dynamics of the urban informal economy in developing countries, Groningen, University Library Groningen, 2012; NEUWIRTH, Robert, Stealth of nations: the global rise of the informal economy, New York, Anchor Books, 2012. ANDREAS, Peter Smuggler Nation: How Illicit Trade Made America, New York, Oxford University Press, 2013. Voir aussi la journée d’étude à Paris “L’organisation de la transgression: formaliser l’informel?” http://calenda.org/240959 []
  2. Voir: MALAMUD, Carlos, Cádiz y Saint Malo en el Comercio Colonial Peruano: 1698-1725, Diputación Provincial de Cádiz, 1986; MOUTOUKIAS, Zacarías, Contrabando y Control Colonial en el Siglo XVII: Buenos Aires, el Atlántico y el Espacio Peruano, Centro Editor de América Latina, 1988; MOUTOUKIAS, Zacarias, « Power, Corruption, and Commerce: The Making of the Local Administrative Structure in Seventeenth-Century Buenos Aires », The Hispanic American Historical Review, 1988, vol. 68, no 4, p. 771; PERUSSET, Macarena, Contrabando y Sociedad en el Río de la Plata Colonial, Editorial Dunken, 2006. []
  3. MOUTOUKIAS, Zacarías, Contrabando y Control Colonial en el Siglo XVII, op. cit., p. 216. []
  4. HODGSON, Geoffrey, “What are institutions”, Journal of Economic Issues, vol. 40 no.1, 2006, pp. 1-25 []
  5. North, Douglass Cecil, Structure and change in economic history, London-New York, W.W. Norton, 1981; North, Douglass Cecil, Institutions, institutional change and economic performance, New York, Cambridge University Press, 1990; North, Douglass Cecil, Weingast, Barry R., Summerhill, William, Order, Disorder, and Economic Change: Latin America versus North America, in Bueno de Mesquita, Bruce, Root, Hilton L. (a cura di), Governing for prosperity, New Haven, Yale University Press, 2000, p. 17‑58; Greif, Avner, Institutions and the Path to the Modern Economy: Lessons from Medieval Trade, Cambridge-New York, Cambridge University Press, 2006. []
  6. Karras, Alan L., Smuggling. Contraband and Corruption in World History, Lanham, Rowman & Littlefield Publishers, 2010; Koot, Christian J., Empire at the Periphery. British Colonists, Anglo-Dutch Trade, and the Development of the British Atlantic, 1621-1713, New-York, London, New York University Press, 2012; Rupert, Linda M., Creolization and Contraband: Curaçao in the Early Modern Atlantic World, Atlanta, University of Georgia Press, 2012; Andreas, Peter, op. cit. []
  7. Hancock, David, Citizens of the World: London Merchants and the Integration of the British Atlantic Community, 1735-1785, Cambridge, Cambridge University Press, 1995; Hancock, David, « The Triumph of Mercury. Connection and Control in the emerging Atlantic Economy », in Bailyn, Bernard et Denault, Patricia L. (a cura di), Soundings in the Atlantic history: latent structures and intellectual currents, 1500-1830, Cambridge, Harvard University Press, 2009, p. 113‑140; Klooster, Wim, Illicit Riches: Dutch Trade in the Caribbean, 1648-1795, Leiden, KITLV, 1998; Klooster, Wim, « Inter-Imperial Smuggling », in Bailyn, Bernard et Denault, Patricia L. (a cura di), op.cit., p. 140‑173; Armitage, David, Subrahmanyam, Sanjay, The Age of Revolutions in Global Context, 1760-1840, Basingstoke, Palgrave Macmillan, 2010. []
  8. Thomson, Janice E., Mercenaries, pirates, and sovereigns: state-building and extraterritorial violence in early modern Europe, Princeton, N.J, Princeton University Press, 1994 []
  9. Gruzinski, Serge, « Les mondes mêlés de la Monarchie Catholique et autres connected histories », Annales. Histoire, Sciences Sociales, 2001, vol. 1, 01/2001; Gruzinski, Serge, Les Quatre parties du monde. Histoire d’une mondialisation, Paris, La Martinière, 2004 []

Pourquoi s’intéresser à l’histoire de l’intégration européenne?

« Et comment ne pourrait-on pas, ces temps-ci… ? », serait-on tenté de répondre, facilement, à notre propre question. En effet, l’importance du projet européen nous est démontrée quotidiennement – certes par force – par cette crise des dettes publiques qui est sans doute l’une des plus grandes que l’Europe unie ait connue depuis ses débuts, après la Seconde Guerre mondiale. La crise européenne domine notre agenda médiatique et nombreux sont donc les débats et prises de positions qui se mettent à chercher une solution pour sortir l’Europe de ce désordre. D’un côté, il s’agit pour le moment d’analyser précisément les processus qui ont causé la déstabilisation de la zone monétaire et de mettre sur pied des mécanismes financiers efficaces. Mais de l’autre, on s’interroge déjà sur la question de savoir quelle forme l’Europe pourrait prendre après la crise actuelle. Ce deuxième point concerne également le problème de trouver un modèle de gouvernance adéquat à une Union européenne constituée de 27 nations souveraines  – problème qui se pose déjà depuis quelques années.

Si l’actualité nous incite alors à réfléchir à l’avenir du projet européen, elle est aussi l’occasion de nous intéresser à son histoire. De la même façon que des sociétés qui se trouvent dans des moments de désenchantement profond ont souvent tendance à ne pas seulement considérer plus intensément leur futur, mais de se tourner avant tout vers leur passé. Il paraît alors évident que l’historien n’échappe pas à ce discours public qui est en train de se manifester dans nos média. Mais quelle est la tâche principale à laquelle l’historien devrait s’atteler dans ce contexte ? Comment pourrait-il contribuer à ces débats ?

Déconstruire les mythes fondateurs

Titien (1490–1576) - L'Enlèvement d'Europe

Titien, "L'Enlèvement d'Europe"

Il nous semble que le processus de l’intégration européenne, tel qu’il se développe dans les décennies d’après guerre, offre un vaste champ de recherche où le travail de l’historien peut encore porter ses fruits. Pour cela, une analyse historique critique devrait surtout déconstruire les « mythes » qui entourent le projet européen dès son début, plutôt qu’à renforcer les divers masters narratives déjà existants.[1] Certes, l’historien de l’Europe unie n’est pas le seul à tenter d’éviter, voire à réfuter, les interprétations cherchant à donner du « sens » à l’histoire. Il s’agit même de l’une des caractéristiques les plus marquantes de notre discipline en général, lorsqu’elle entreprend de séparer les processus historiques de ses manipulations et récupérations idéologiques créées ex-post.[2] Or, il nous semble que, dans le domaine de l’intégration européenne, ce problème se manifeste d’une manière particulière. Très souvent, la notion  d’ « intégration européenne » comporte elle-même déjà un jugement normatif envers l’objet qu’elle désigne. Son utilisation a tendance à entraîner, de façon explicite ou implicite, une adhésion au projet européen.

Par une analyse précise des concepts, l’historien peut donc, non seulement contribuer à la clarification du débat actuel, mais de surcroît, il peut démontrer la manière dont certaines conceptions de l’ « Europe » se sont imposées au cours de l’unification européenne. Pour donner un exemple : dans l’effervescence de l’actualité, de nombreux commentateurs renoncent à bien distinguer l’Europe, l’Union Européenne (UE) et la zone monétaire européenne. Il est pourtant clair que l’UE ne comprend pas l’ensemble des pays européens – on pense à la Suisse – et qu’elle  ne correspond pas, non plus, à l’union monétaire. Cependant, la chancelière Merkel, vis-à-vis de ses électeurs allemands, ne cesse pas de défendre les mesures prises afin de stabiliser l’union monétaire européenne en répétant avec insistance la phrase suivante : « Si l’euro échoue, c’est l’Europe qui échoue ».[3] L’historien qui connaît l’histoire de l’intégration monétaire de l’Europe doit, en revanche, se rappeler inévitablement ces fameux mots de Jacques Rueff qui, dès 1950, proclama que « l’Europe se fera par la monnaie ou ne se fera pas ».[4] Nous voilà confronté à la naissance d’un discours qui entremêle le souci d’une union monétaire et l’idée de la construction européenne d’après-guerre. Or, ce petit exemple représente un des récits qui accompagnent le processus de l’intégration européenne depuis ses origines, volontairement renforcé par des générations d’hommes politiques alternantes. Il reste alors à l’historien de retracer comment peu à peu l’idée d’une monnaie commune s’est imposée comme un des piliers indispensables du projet européen. C’est dans la déconstruction de tels « mythes » que l’historien peut donc accomplir sa tâche.

Une histoire en réorientation

En même temps, nous parlons d’un champ de recherche que notre discipline a longtemps négligé. L’étude de l’unification européenne était souvent cédée aux politistes et sociologues, mais avant tout aux économistes et juristes ; et ceux qui s’intéressaient à l’histoire de l’Europe unie se limitaient très souvent à une histoire diplomatique classique. Les premières études furent menées dans les années 1980 lorsque fut créé « le groupe de liaison des professeurs de l’Europe contemporaine auprès de la Commission des Communautés européennes ».[5] Ses auteurs se concentraient surtout sur les événements marquants de la période de fondation des Communautés d’après-guerre ainsi que sur les personnalités les plus importantes, avant tout sur les fameux « pères fondateurs ».[6] Cette orientation vers l’histoire diplomatique caractérisait l’historiographie de l’intégration jusqu’à la fin des années 1990. Et c’est aussi la raison pour laquelle on a encore récemment constaté un défaut de l’historiographie de l’intégration européenne.

Depuis quelques années, pourtant, un nouvel intérêt se manifeste pour l’histoire de l’Europe après 1945 ; celui-ci est fortement lié à la découverte de nouvelles pistes de recherches – outre l’histoire politique traditionnelle – ainsi qu’à un renouvellement des approches méthodologiques.[7] En premier lieu, l’historiographie de l’intégration européenne a commencé à s’ouvrir vers d’autres sous-disciplines de la recherche historique, notamment vers l’histoire sociale et culturelle, l’étude des relations internationales ainsi que l’histoire du temps présent. On peut ainsi constater l’émergence de premières tentatives d’une écriture de l’histoire de la « société européenne », en retraçant les développements du niveau de vie, des inégalités sociales, des relations familiales, de la migration, des média, de l’éducation, des valeurs, etc. Dans la même veine, on se met à examiner les multiples idées de l’Europe telles qu’elles sont portées par différents milieux socioculturels.[8] Dans un tel cadre, la considération de l’intégration européenne comme un projet d’élites, unies autour d’une identité européenne commune, est constamment remise en cause.

De plus, le processus de l’unification européenne est maintenant placé dans un contexte historique plus global en tenant compte des résultats de l’histoire des relations internationales. De cette façon, par exemple, les histoires de l’Europe unie et de la guerre froide, longtemps présentées comme des enjeux complètement séparés, commencent à se rapprocher.[9] Plus généralement encore, l’historiographie de l’intégration européenne s’inspire de plus en plus des problématiques et questions de l’histoire du temps présent. L’intérêt actuels des chercheurs pour les années 1970 et 1980 n’est donc pas sans conséquences sur l’interprétation de l’unification européenne. Se pose donc la question de savoir si les changements des structures économiques, politiques, sociales et culturelles que connaissent les sociétés nationales pendant cette période eurent aussi de l’impact sur le projet européen. Si l’historiographie traditionnelle fit avant tout des années 1970 une phase de « crise » qui aurait freiné l’avancement de l’unification, de nouvelles études les interprètent désormais plutôt comme une importante phase de transition.[10]

En second lieu, on s’éloigne d’une focalisation sur le rôle qu’ont joué les gouvernements nationaux dans le processus de la construction européenne. Celle-ci résultait d’abord du fait que les premières études s’appuyèrent presque uniquement sur l’analyse des archives nationales. Par conséquent, ces premiers travaux présentèrent l’histoire de l’intégration européenne comme une série des décisions et traités intergouvernementaux. Mais cette focalisation sur les actions des États membres résultait aussi du travail marquant de l’historien Alan Milward. Celui-ci conçut le projet européen comme un moyen que les États européens utilisent pour faire prévaloir leurs intérêts économiques nationaux sur le plan supranational de la Communauté. Le projet européen ne constituerait donc pas la fin de l’État national, mais, au contraire, son « sauvetage ».[11] Aujourd’hui, pourtant, ce sont les milieux socioculturels, les experts, les organisations non gouvernementales et les réseaux transnationaux en général qui se trouvent au centre de la recherche. Dans ce contexte, de nouvelles études prennent également en considération les institutions supranationales des Communautés européennes comme objets autonomes de recherche.[12]

Reijn Dirksen (Marshall Plan posters, 1950)

Reijn Dirksen (Marshall Plan posters, 1950)

Cette réorientation thématique est concomitante de l’élaboration de nouveaux concepts méthodologiques. Désormais, les historiens de l’intégration européenne utilisent plus volontiers des instruments offerts par d’autres sciences sociales pour les appliquer à leurs nouveaux objets de recherche. En analysant des « communautés épistémiques », par exemple, la science politique offre un concept qui peut illustrer l’influence qu’ont pu exercer des groupes d’experts sur le processus de l’unification européenne.[13] Similairement, un groupe de sociologues proposaient récemment une nouvelle démarche afin d’analyser la construction des « savoirs européens ». Ils plaident pour relier l’évolution des sciences européennes au processus d’intégration européenne, dévoilant ainsi la manière dont la construction de certains savoirs académiques et le projet politique d’une Union européenne se sont influencés mutuellement.[14] Mais, en même temps, les historiens ont contribué eux-mêmes à développer de nouvelles méthodes, comme le montre le concept d’ « européanisation » qui vise à dépasser une concentration sur le côté institutionnel de la construction de l’ « Europe » pour mettre les multiples formes d’intégration – incluant celles qui ne sont pas institutionnalisées – en relations avec d’autres processus contemporains comme ceux de l’ « américanisation » ou de la « mondialisation ».[15] Dans l’ensemble, il s’agit aujourd’hui de dépasser une juxtaposition de différentes histoires nationales de l’intégration européenne et de décrire le processus de l’unification dans toute sa dimension supranationale.[16]

La fin de la téléologie ?

Le changement le plus important relève probablement du renoncement à toute interprétation téléologique. Pendant longtemps, le processus de l’unification européenne d’après-guerre était présenté comme une success story : pour préserver durablement la paix en Europe après la catastrophe de la Seconde Guerre mondiale, des hommes d’État prévoyants auraient déclenché un développement, au cours duquel de plus en plus de pouvoirs furent transférés des gouvernements nationaux vers les institutions européennes pour aboutir finalement à la création de l’Union Européenne, voire, à la fondation des « États-Unis de l’Europe » un jour lointain. Cette interprétation – présentée ici de manière outrancière – est aujourd’hui rejetée de façon presque unanime. De plus, on peut même s’attendre à ce que, face à la crise actuelle, de telles tentatives d’attribuer une perspective téléologique à l’unification européenne perdront encore de leur portée.[17] Cela témoigne aussi d’une réflexion plus intensifiée que pratique la discipline de l’histoire européenne sur ses propres enjeux depuis quelques années.

*

Aujourd’hui l’historiographie de la construction européenne constitue un domaine de recherche qui est en train de connaître une double relance. D’un côté, les événements actuels incitent à étudier de plus près l’histoire récente de l’Europe unie. Mais de l’autre, de nouveaux questionnements scientifiques invitent à repenser les présentations traditionnelles du processus de l’intégration. Qui plus est, ce champ de recherche étant encore jeune, il reste de nombreuses pistes à explorer. Bref : de bonnes raisons pour s’intéresser à l’histoire de l’intégration européenne !


[1] Pour une première impression de la problématique des « narratives européens » voir la collection d’articles sur la plateforme Eurozine : « European histories : Concord and conflict », disponible sur : http://www.eurozine.com/comp/focalpoints/eurohistories2.html.

[2] Voir Reinhart Koselleck : « Vom Sinn und Unsinn der Geschichte », dans Vom Sinn und Unsinn der Geschichte. Aufsätze und Vorträge aus vier Jahrzehnten. Herausgegeben und mit einem Nachwort von Carsten Dutt, Berlin : Suhrkamp, 2010, pp. 9-31.

[3] Se référer à la déclaration gouvernementale « L’Europe doit devenir une union de la stabilité », 26 octobre 2011, disponible sur : http://www.bundesregierung.de/nn_5822/Content/FR/Artikel/__2011/10/2011-10-26-merkel-regierungserklaerung-er-euro__fr.html.

[4] Cité après Dimitri Grygowski, Les États-Unis et l’unification monétaire de l’Europe, Bruxelles : Peter Lang, 2009, p. 48.

[5] Pour plus d’informations voir la page d’accueil du groupe : http://www.eu-historians.eu/. Voir également  Morgane Le  Boulay, « Investir l’arène européenne de la recherche. Le « Groupe de Liaison » des historiens auprès de la Commission européenne », Politix. Revue des sciences sociales du politique, n° 89, « L’Académie européenne », 2010, pp. 103-124.

[6] Voir la première publication du groupe de liaison : Raymond Poidevin (dir.), Histoire des débuts de la construction européenne, mars 1948 – mai 1950. Origins of the European Integration, March 1948 – May 1950, Bruxelles et al.: Bruylant et al., 1986 ainsi que Walter Lipgens, A History of the European Integration 1945-47, Oxford : Clarendon Press, 1982. Lipgens, un des fondateurs de l’histoire de l’intégration européenne, entreprendra surtout l’édition des plusieurs recueils des sources importantes : Walter Lipgens (dir.), Documents on the History of European Integration, 4 vol., Berlin : de Gruyter, 1985-1991.

[7] Une vue d’ensemble donnent Antonio Varsori, « Historiographie », dans Yves Bertoncini et al. (dir.), Dictionnaire critique de l’Union européenne, Paris : Armand Colin, 2008, pp. 218-223, Wolfram Kaiser & Antonio Varsori (dir.), European Union History. Themes and Debates, Basingstoke : Palgrave, 2010 et Kiran Klaus Patel, « Europäische Integrationsgeschichte auf dem Weg zur doppelten Neuausrichtung. Ein Forschungsbericht », Archiv für Sozialgeschichte 50, 2010, pp. 595-642. Ce renouvellement de la discipline est également porté par une nouvelle génération des jeunes chercheurs qui se groupe autour des deux réseaux transnationaux HEIRS et RICHIE : http://www.eu-historians.eu/Young_Researchers.

[8] Voir par exemple : Hartmut Kaelble, Sozialgeschichte Europas. 1945 bis zur Gegenwart, Bonn : bpb, 2007 et Robert Frank (dir.), Les identités européennes au XXe siècle : diversités, convergences et solidarités, Paris : Publications de la Sorbonne, 2004.

[9] Se référer à : Angela Romano, From Détente in Europe to European Détente. How the West Shaped the Helsinki CSCE, Bruxelles : Peter Lang, 2009 et N. Piers Ludlow (dir.), European Integration and the Cold War. Ostpolitik – Westpolitik. 1965-1973, London : Routledge, 2007.

[10] Voir Franz Knipping & Matthias Schönwald (dir.), Aufbruch zum Europa der zweiten Generation. Die europäische Einigung 1969-1984 (Europäische und Internationale Studien, vol. 3), Trier : Wissenschaftlicher Verlag Trier, 2004 ainsi que Matthias Waechter (dir.), « Eurosclérose ou européanisation? L’intégration européenne dans les années 1970. Eurosclerosis or Europeanisation? European Integration in the 1970s », L’Europe en formation, n° 353/354, 2009.

[11] Voir son ouvrage le plus important : Alan S. Milward, The European Rescue of the Nation-State, London : Routledge, 1992. Pour l’influence de Milward voir : Morten Rasmussen, « European Rescue of the Nation-State? Tracing the Role of Economics and Business », dans W. Kaiser & A. Varsori (dir.), European Union History, op. cit. , pp. 128-149.

[12] Voir par exemple : Michel Dumoulin (dir.), Réseaux économiques et construction européenne. Economic Networks and European Integration (Euroclio, vol. 29), Bruxelles et al.: Peter Lang, 2004 et Gérard Bossuat (dir.), Inventer l’Europe. Histoire nouvelle des groupes d’influence et des acteurs de l’unité européenne (Euroclio, vol. 27), Bruxelles et al.: Peter Lang, 2003.

[13] Voir Amy Verdun, « The role of the Delors Committee in the creation of EMU: an epistemic community? », Journal of European Public Policy, vol. 6, n° 2, 1999, pp. 308-328. [voir aussi ici]

[14] Voir Cécile Robert & Antoine Vauchez (dir.), « L’Académie européenne », Politix. Revue des sciences sociales du politique, n° 89, 2010.

[15] Voir Martin Conway & Kiran Klaus Patel (dir.), Europeanization in the Twentieth Century. Historical Approaches, Basingstoke : Palgrave Macmillan 2010. Sur l’exemple de l’« européanisation » de la politique agricole voir : Kiran Klaus Patel, Europäisierung wider Willen. Die Bundesrepublik Deutschland in der Agrarintegration der EWG 1955-1973, München : Oldenbourg 2009.

[16] C’est surtout l’intention de Nicholas Piers Ludlow, The European Community and the Crises of the 1960s. Negotiating the Gaullist Challenge, London : Routledge 2006. Voir aussi : Wolfram Kaiser, Brigitte Leucht & Morten Rasmussen (dir.), The History of the European Union. Origins of a Trans- and Supranational Politiy 1959-72, New York : Routledge, 2009.

[17] Sur le problème de la téléologie voir : Mark Gilbert, « Narrating the Process : Questioning the Progressive Story of European Integration », Journal of Common Market Studies 46, 2008, pp. 641-662.