Archives de catégorie : Blogs et carnets

Tribulations historiennes à l’université de Toulouse : sommaire de la saison 1 [suite & fin]

Ah, le master recherche ! Dans le cursus universitaire, il est pensé comme l’antichambre du doctorat, le moment où les étudiants font leurs premières armes d’historiennes. Ils y découvrent le contact avec les archives et l’émulation intellectuelle, tour à tour aiguillonnés par leurs lectures et les entretiens avec leurs directeurs et directrices de mémoire.

Mais derrière cette description pensée par les équipes pédagogiques, que savons-nous du quotidien de ces jeunes chercheurs ? De leurs manières de travailler, d’appréhender leurs sujets ? Découvrent-ils tous ce « goût » de l’archive cher à Arlette Farge ? D’ailleurs, travaillent-ils tous dans des dépôts et sur des archives papier ? Qu’en est-il de leurs rapports aux outils ou aux temporalités de la recherche ? Autant de questions situées au cœur de ce projet pédagogique hébergé dans le cadre du master Histoire, civilisation, patrimoine à l’université de Toulouse Jean Jaurès. Continuer la lecture

Faire de l’histoire sur Twitter ? Entretien avec @LarrereMathilde

En matière d’éducation, le site de microblogging Twitter est souvent un lieu de confrontation et d’invectives qui ne rendent pas justice aux vastes possibilités de l’outil. Au milieu des floods en 140 signes qu’impose le réseau du petit oiseau bleu, une historienne, Mathilde Larrère1 , s’est lancée dans une série d’exercices de microbloggingstory. A l’aide d’un autre outil, Storify, qui permet d’ordonner des tweets, elle retrace des épisodes historiques de l’époque contemporaine. À l’image de son compte qui est personnel, professionnel et militant, elle entremêle dans cet exercice les trois aspects de sa « personnalité » numérique. Pensés par une femme historienne et engagée, ces récits s’inscrivent avec humour, fraicheur et rigueur dans une démarche d’éducation populaire et amorcent de vastes mouvements réticulaires de circulation des savoirs historiques.

A quel moment et pourquoi as-tu envisagé d’utiliser Twitter pour conter sous forme de Storify des épisodes historiques ?

Au début j’ai commencé par faire juste des éphémérides sur Twitter, juste une date anniversaire avec mention de l’événement. Puis ça m’a frustré de ne pas expliquer l’événement. Trop tristement factuel. J’ai commencé à donner de petits éléments d’interprétation, d’explication. Mais j’avais aussi besoin de raconter ce qui se passait. D’incarner un peu, de donner du vécu. De précisions en explications, d’interprétations en récits, je me suis mise à faire des threads de plus en plus longs. 10 tweets, puis 20, puis 40… Dans les notifications, des twittos me disaient c’est super, mais pourquoi tu ne les mets pas sur Storify parce que là c’est compliqué de suivre ?  Alors je suis allée voir et je m’y suis mise. Continuer la lecture

  1. Mathilde Larrère est normalienne, agrégée d’histoire. Sa thèse portait sur la garde nationale sous la Monarchie de Juillet. Elle est maitre de conférence à l’université de Paris Est Marne la Vallée. Elle est aussi militante syndicale, politique et associative []

L’Agenda du médiéviste : le Moyen Âge en réseau

Billet co-écrit par Nicolas Ruffini-Ronzani (FNRS/UNamur) & Marie Van Eeckenrode (Archives de l’État/UCL)

L’Agenda du médiéviste a vu le jour au printemps 2011 suite à un remaniement du comité de coordination du Réseau des médiévistes belges de langue française (RMBLF)1 .

Pour des raisons qui leur appartenaient, les membres fondateurs du RMBLF souhaitaient transmettre le flambeau à une équipe de jeunes doctorants et post-doctorants, équipe dont nous faisions tous deux partie. Issus d’horizons scientifiques et institutionnels différents, les nouveaux responsables avaient pour tâche de perpétuer certaines (bonnes) traditions instaurées par leurs aînés – l’organisation de journées d’étude selon un rythme biannuel, en particulier –, de mener à bien des dossiers qui n’avaient pu aboutir, et, surtout, de développer leurs propres projets2 . Carte blanche nous était donc donnée pour innover. Continuer la lecture

  1. Sur un plan institutionnel, le RMBLF se définit comme un « groupe de contact du Fonds National de la Recherche Scientifique». Plomberie institutionnelle à la belge oblige, le RMBLF – francophone comme son nom l’indique – se distingue de son pendant flamand, le Vlaamse Werkgroep Mediëvistiek, avec lequel il collabore très régulièrement []
  2. Dans la pratique, l’un des membres fondateurs du RMBLF a tout de même conservé sa place au sein de l’organigramme. Il s’agit de notre président, Alain Marchandisse (FNRS/Université de Liège), qui continue à jouer le rôle de responsable vis-à-vis du FNRS, notre principal soutien financier []

Patrimoine, Histoire et Multimédia

Patrimoine-Histoire-MultimediaPourquoi créer un blogue?

J’ai créé le blogue Patrimoine, Histoire et Multimédia fin 2008. Diplômée quelques années auparavant en Histoire avec concentration en production multimédia, j’occupais alors un emploi avec un horaire atypique, ce qui limitait mes activités. Pour occuper mes temps libres et continuer à approfondir et partager mes connaissances en histoire, j’ai décidé de créer un blogue. Mes recherches précédentes portaient sur Les représentations iconographiques de la pauvreté à Londres et à New York, de Mayhew à Campbell (1861-1896). Bloguer, oui, mais à quel sujet? J’avais envie de revenir à l’étude de l’histoire et du patrimoine du Québec, plus particulièrement aux XIXe et XXe siècles. Avec le temps, j’ai décidé de traiter également de l’histoire des Franco-Américains. Continuer la lecture

Pars en thèse !

billet co-écrit par Nicolas Simon & Quentin Verreycken

Don’t play for real until it gets real – ParenThèses est un carnet de recherches écrit à quatre mains que nous avons ouvert en septembre 2014, au moment de la rentrée académique. C’est dire s’il est jeune (à peine six mois au moment où nous écrivons ces lignes). Cela faisait un moment que nous étions séduits par les possibilités offertes par le blogging scientifique et la plateforme Hypothèses comme outil de communication pour le thésard. En tant que doctorants en histoire du droit et des institutions (ou HDI), nous avions conscience d’appartenir à une discipline pas toujours considérée comme particulièrement sexy dans le monde académique, malgré des initiatives louables telles que l’incontournable site Criminocorpus qui ont montré à quel point l’outil numérique et l’HDI peuvent faire bon ménage. À notre petit niveau, un carnet de recherches nous semblait également un bon moyen de valoriser notre discipline, en même temps qu’une occasion de poser un certain nombre de réflexions sur notre pratique d’historiens et nos objets d’études. D’autant que nous sommes actuellement peu de doctorants, en Belgique, à travailler sur les institutions d’Ancien Régime. Continuer la lecture

Fragments sur les temps présents par… FTP

FTP (version actuelle)

FTP (version actuelle)

[Fragments sur les temps présents fête ses 6 ans. Pour l’occasion, le collectif a décidé de questionner d’autres chercheurs sur leurs activités en ligne, sur leur conception du rôle social des sciences sociales et la place qu’elles occupent sur le web, etc.

Un premier billet, « pour un humanisme numérique« , a été publié le 22 octobre par Fabien Escalona, politiste, spécialiste des évolutions de la social-démocratie et de la gauche en général.

Pour le deuxième, « entre extimité et éducation populaire » c’est votre serviteur qui s’y est collé à la demande Nicolas Lebourg ; qui publie ici en simultané ce billet visant à dresser un bilan de six années de présence en ligne…]

Comment est né FTP ?

À l’automne 2008, dans la cuisine du juriste Dominique Sistach. Depuis longtemps, j’avais l’idée de faire un site, l’idée d’une production non-marchande me plaisant, et ayant encore un grand et naïf espoir quant à l’outil de formation démocratique que pouvait être le web. Avec Dominique, on avait déjà fait diverses choses qui se voulaient d’intervention sociale du chercheur. On avait participé à monter une université populaire dans notre ville de Perpignan, fait des conférences le soir à l’œil en milieu associatif, commencé à blogger etc. Continuer la lecture

Découvrez… l’Association française d’histoire économique (AFHE)

AFHE_logo[Billet co-écrit par : Patrice Baubeau ; Guillaume Daudin ; Stéphane Le Bras ; Claire Lemercier ; Nicolas Marty et  Émilien Ruiz]

Fondée en 1965, l’Association française d’histoire économique (AFHE) regroupe les chercheurs, enseignants-chercheurs et étudiants dont les travaux se rapportent à l’histoire économique, de l’Antiquité à nos jours et sur tous les terrains géographiques, sans se limiter aux historiens dans une définition disciplinaire étroite. Continuer la lecture

Devenir carnetiers ? Premier retour d’expérience

Zilsel[Billet co-écrit par Jérôme Lamy & Arnaud Saint-Martin (@ArSaintMartin)]

Nous avons créé et mis en ligne le Carnet Zilsel début novembre 2013. Il est encore trop tôt pour en tirer quelques leçons, mais comme Devenir historien nous invite gentiment à préciser notre business model, nous risquerons dans ce billet un début d’auto-analyse. Et quand nous disons « nous », cela renvoie d’abord à Jérôme Lamy et Arnaud Saint-Martin, coordinateurs du carnet (nous mettons les guillemets parce que les mots nous manquent pour qualifier ce rôle s’inventant au gré des mises à jour), et aussi aux collègues-amis qui contribuent régulièrement Continuer la lecture

Blogs et histoire : observations et retours d’expériences (2)

Je participe aujourd’hui à une journée organisée par Elisa Grandi à l’Université Paris Diderot (Paris 7) et intitulée « Digital history : a practicum« .

J’y proposerai, notamment, quelques observations et retours d’expériences concernant le blogging (et le micro-blogging) en histoire, en reprenant le fil d’un exposé présenté en janvier 2013 sur le même sujet. Vous pouvez consulter la mise à jour de mon support (les citations, les captures d’écrans, etc. sont « cliquables »). Continuer la lecture

infoclio.ch – Le portail professionnel des sciences historiques en Suisse

Les historiens à l’assaut des nouveaux médias

Bienvenue___infoclio_ch

L’histoire d’infoclio.ch remonte à 2001, lorsque l’ancienne Société Générale Suisse d’Histoire réforme son organisation et adopte son appellation actuelle de Société suisse d’histoire (SSH).

Un nouveau département « Internet » voit le jour lors de cette réorganisation, qui donnera naissance à un premier projet de portail suisse pour l’histoire : Swiss History Portal. L’idée principale, reprise plus tard dans infoclio.ch, est de créer un « Subject Gateway », un site internet thématique qui recense les institutions et les ressources en ligne pertinentes pour la recherche historique en Suisse. Une première demande de financement pour une étude de faisabilité reste malheureusement sans réponse, et, en 2003, le projet Swiss History Portal est archivé. Continuer la lecture