Archives de catégorie : Comptes rendus

Comment lire intelligemment une publication scientifique

Cette note est la version développée d’une fiche synthétique destinée aux étudiant-e-s de licence ou de master ayant à effectuer une lecture critique d’article scientifique – exercice qui me semble au moins aussi formateur que le traditionnel exposé, dans le cadre des TD notamment1 . Les premières années universitaires sont essentiellement vouées à l’acquisition de connaissances et de méthodes : on apprend beaucoup de choses, mais pas toujours comment se comporter face aux savoirs tels qu’ils sont élaborés par les auteur-e-s, mis à disposition par les bibliothèques et par le web, transmis par les enseignant-e-s. Or on pourrait presque soutenir que c’est lorsque l’on se met à décortiquer les produits (au sens premier du terme) académiques, lorsque l’on cherche à passer de « ce qui est dit » à « comment l’auteur-e a fait pour le dire », que l’on commence à devenir historien-ne, sociologue, économiste, géographe, démographe ou encore anthropologue2 . Dès le master, c’est vous qui serez en situation de produire de la connaissance, et, au fond, c’est sur le même type de critères que ceux qui s’imposent aux chercheurs-ses de métier que votre travail sera examiné.

L’enjeu n’est-il d’ailleurs qu’étroitement universitaire ? Continuer la lecture

  1. J’évite le terme de « fiche de lecture » qui, compris dans un sens trop scolaire, donne généralement lieu à un résumé-paraphrase suivi d’un « avis personnel » sans grand intérêt []
  2. Le lecteur aura noté que cette note embrasse différentes disciplines. Le but, en effet, n’est pas de faire un cours de méthodologie spécialisée, mais de fournir des clés valables pour toutes ces disciplines, celles-ci relevant de principes généraux identiques []

Écrire l’histoire ? Réflexions autour de deux ouvrages d’Ivan Jablonka

Histoire des grands-parents que je n’ai pas eus (2012) et L’histoire est une littérature contemporaine (2014) constituent deux faces indissociables d’une même enquête. Ils ont pourtant, en apparence tout du moins, des sujets très différents. Le premier porte sur la biographie des grands-parents de l’auteur. Ce sujet s’inscrit dans un moment historiographique, qui voit depuis quelques années se substituer aux témoignages des Exécuteurs, victimes, témoins (Hilberg, 1994), ceux de leurs enfants et petits enfants (il n’est qu’à penser aux Disparus de Daniel Mendelsohn, 2006). Juifs polonais, Idesa et de Matès Jablonka sont d’abord présentés comme étant des opposants politiques persécutés pour leur engagement au sein du parti communiste, puis comme des exilés qui, réfugiés à Paris, vivront traqués jusqu’à être déportés. La biographie ne porte pas principalement sur cette dernière phase (déportation/mise à mort à Auschwitz-Birkenau), mais sur leur vie et les conditions de leur survie jusqu’en 1944. De nouveau, cela correspond à un moment historiographique, qui voit la centralité de la mise à mort céder le pas à un intérêt pour la vie juive en Pologne et une attention aux récits de survies mêmes temporaires. Cette histoire au ras du sol (pour reprendre la formule de Jacques Revel) conduit à aborder les petits problèmes et les grandes joies, les actes de solidarité et d’amitié, les trahisons et les abandons, vécus par ces individus et leurs proches entre les années 1920 et 1944. Ainsi, c’est moins l’exceptionnalité que la quotidienneté, moins des grands hommes et des grands faits, que des petites choses et des sans nom, dont les comportements et les actions sont observés à la loupe depuis les premières privations jusqu’à l’avènement de la Solution finale. Continuer la lecture

Entre histoire et actualité : Les Archives par S. Cœuré & V. Duclert

Depuis le rapport Braibant demandé par le premier ministre Édouard Balladur en 1996, qui a dressé un bilan de la loi sur les Archives de 1976, les archivistes militent, soutenus par les historiens, pour remettre en question un système particulièrement complexe et peu efficace, manquant de transparence et de praticité.

Les ArchivesC’est dans ce contexte qu’a été écrit, et qu’agit, un petit livre de 128 pages, Les Archives, paru en 2001 aux éditions La Découverte et réédité en 2011 en réaction à l’évolution permanente de son propos. L’ouvrage de Sophie Cœuré et de Vincent Duclert affiche une ambition plurielle, et tient une place particulièrement importante au sein de l’historiographie des archives françaises.

Sophie Cœuré est une historienne française, spécialisée dans l’histoire du communisme et de la Russie aux XIXe et XXe siècles. Elle a enseigné à l’ENS, puis à l’université Paris Diderot. Les Archives constituent son premier ouvrage spécialisé dans ce domaine. Elle l’explore à nouveau en 2007 dans La mémoire spoliée : Les archives des Français, butin de guerre nazi puis soviétique, Payot, Paris, 2007. La réédition de 2011 s’enrichit ainsi d’exemples tirés de l’histoire des archives soviétiques, et de cette histoire des archives françaises, dont fait partie l’exemplaire original du traité de Versailles. Continuer la lecture

Devenir historien-ne s’internationalise : partenariat avec Diacronie

Fondé à Bologne en janvier 2008, Diacronie. Studi di storia contemporanea est né de la volonté d’un groupe de jeunes chercheurs et doctorants des universités de Padoue, Rome (La Sapienza), Bologne, Naples, Udine, Valladolid et de l’École normale supérieure de Pise. Dès le départ, ce site internet est  pensé comme une « ressource numérique en libre accès dont l’objectif est de promouvoir les études et recherches scientifiques historiques et historiographiques ; un outil d’information relatif aux événement, publications et ressources liées aux sciences historiques ».

Réseau, débat et partage

Domaine public (via WikiCommons)

Les notions de réseau, de débat et de partage constituent les principales fondations sur lesquelles le projet est bâti.

Prenant acte des mutations profondes de la recherche en sciences humaines et sociales entraînées par le web, les fondateurs de Diacronie ont souhaité apporter leur modeste contribution aux changements en cours, notamment du point de vue de la diffusion de la recherche.

Le site se veut alors une tentative d’exploration des potentialités offertes par le réseau : par cette publication en ligne, il s’agit de tisser des liens entre universitaires, mais aussi entre publics de divers horizons. Surtout, la liberté d’accès et de discussion des contenus proposés est considérée à la fois comme une opportunité de favoriser les échanges critiques autour de la connaissance historique ; et comme une condition nécessaire à une large diffusion des matériaux, ressources et réflexions présentées, au delà du petit cercle des seuls spécialistes des questions évoquées.

Tout en focalisant son attention sur l’ensemble des opérations intervenant dans la recherche historique contemporaine (historiographies, méthodes, sources et ressources, etc.) Diacronie reste attentif à la dimension interdisciplinaire de toute recherche en sciences sociales.

Une revue électronique

Depuis octobre 2009 et la refonte graphique du site internet, Diacronie. Studi di storia contemporanea est aussi, et surtout, une revue trimestrielle d’histoire contemporaine. Neuf numéros ont déjà été publiés et la mise en ligne du dixième est imminente. L’objectif de cette revue, à travers une exploitation des potentialités offertes par le web, est de contribuer à une meilleure compréhension du monde contemporain. Chaque numéro thématique prend pour objet une grande question actuelle et fait l’objet d’un large appel à contributions internationales. Les contributions, dont l’acceptation est soumise à une validation après relecture par le comité de rédaction , éventuellement par ses collaborateurs et collaboratrices peuvent être publiés en italien, anglais, français ou espagnol.

Numéros déjà parus :

N01 | Octobre 2009 : « Il mosaico dei confini. Le frontere della contemporaneità »  (coordonné par le comité de rédaction) – Lire ce numéro

N02 | Avril 2010 : « Davantu e dietro le sbarre. Forme e rappresentazioni della carcerazione » (coordonné par le comité de rédaction) – Lire ce numéro

N03 | Juillet 2010 : « Luoghi e non luoghi della sicilia contemporanea. Istituzioni, culture politiche e petere mafioso » (coordonné par Deborah Paci et Fausto Pietrancosta) – Lire ce numéro

N04 | Octobre 2010 : « Varia » (coordonné par Jacopo Bassi) – Lire ce numéro

N05 | Janvier 2011 : « Italie ‘altre’. Immagini e counità italiane all’estero » (coordonné par Marco Abram, Deborah Paci et Matteo Tomasoni) – Lire ce numéro

N06 | Avril 2011 : « Storia transnazionale e prospettive transnazionali nell’analisi storica » (coordonné par Elisa Grandi et Giampaolo Amodei) – Lire ce numéro

N07 | Juillet 2011 :  » ‘Spagna Anno Zero’ La guerra come soluzione » (coordonné par Matteo Tomasoni, Enrico Acciai et Edoardo Grassia) – Lire ce numéro

N08 | Octobre 2011 : « Le sembianze di Clio : approcci alla storia » (coordonné par Jacopo Bassi) – Lire ce numéro

N09 | Janvier 2012 : « Quando la classe operaia andava in paradiso. Le Sinistre europee nell’ « età dell’oro » del capitalismo » (coordonné par Luca Bufarale e Fausto Pietrancosta) – Lire ce numéro

Présence sur les réseaux sociaux numériques

Bien sûr, vous pourrez retrouver Diacronie. Studi di storia contemporanea sur Facebook et Twitter (@studistorici)

Partenariat Devenir historien-ne / Diacronie

Collaborateur de Diacronie pour la France depuis juin 2010 (ce qui consiste en la diffusion des d’appels à contributions et la recherche d’auteurs, la relecture ponctuelle d’articles et recensions en français, et un peu de publicité numérique…) nous avons décidé d’aller un peu plus loin en concluant une sorte d’accord de partenariat.

Le principe en sera le suivant : chaque parution de Diacronie sera relayée sur Devenir historien-ne par un petit billet de présentation du numéro et du sommaire ; tandis que Diacronie publiera une fois par mois la traduction en italien d’un billet de Devenir historien-ne.

Si vous ne le faisiez pas encore, voilà deux bonnes raisons de consulter régulièrement nos pages respectives et de vous abonnez à nos flux RSS ! (ici pour Devhist ; là pour Diacronie). Outre ce premier billet, ce partenariat commencera dès juillet, avec l’annonce du prochain numéro 10 de Diacronie (« Digital History« ) dont la parution est imminente… À suivre très bientôt donc !

http://www.studistorici.com/

Comment (et pourquoi) écrire un compte rendu de lecture ?

La Lecture - Renoir (détail)

"La lecture" (détail) c. 1889 - Pierre Auguste Renoir

[Ce billet est co-écrit par Clara Chevalier et Émilien Ruiz]

L’exercice du compte rendu critique – d’un ou plusieurs ouvrages, de dossiers de revues, d’articles sur un même thème mais tirés de revues différentes, etc. – est probablement celui auquel vous serez le plus souvent confronté-e-s dans le cadre des cours que vous suivrez pour votre master. Si vous poursuivez vos recherches dans le cadre d’une thèse, vous serez même assez rapidement amené-e-s à  en rédiger pour des revues…

L’objectif de ce billet est double : il s’agit d’abord de vous convaincre de l’intérêt que revêtent lecture et écriture de comptes rendus dans le cadre d’une pratique de recherche ; il s’agit ensuite de vous indiquer quelques pistes méthodologiques en vue de la rédaction de telles recensions critiques.

Pourquoi lire et écrire des comptes rendus ?

Le compte rendu de lecture est à la fois une pratique et un outil : il faut apprendre à les écrire, mais faut aussi prendre l’habitude de les lire.

Les lire – permet de mieux saisir la réception des ouvrages par les contemporain-e-s et de s’informer de l’actualité de la production historiographique (même en dehors de vos préoccupations immédiates). Les comptes rendus qui en ont été faits doivent donc accompagner la lecture des ouvrages de votre bibliographie, mais la consultation régulière des dossiers “lectures” de vos revues de prédilection est, elle aussi, très importante. Pensez, enfin, aux revues en ligne comme La vie des idées, nonfiction.fr, Recensio.net ou la bien nommée Lectures.

Les écrire “pour d’autres” – Les recensions critique font partie intégrante du métier d’historien-ne, c’est aussi est un excellent moyen d’apprendre à lire de façon beaucoup plus attentive. Pour l’anecdote : entre 1905 et 1957, Lucien Febvre a écrit 1689 comptes rendus… Vous serez donc certainement amenés, un jour ou l’autre, à écrire des comptes rendus en vue de leur publication. Si vous êtes en master, l’essentiel des commandes qui vous seront faites concernera la validation des cours que vous suivrez… mais il est important de ne pas prendre cet exercice comme une corvée.

Les écrire “pour soi” – D’autant plus qu’en dehors des validations il est utile de rédiger, pour soi-même, des comptes rendus des ouvrages les plus importants de sa bibliographie. Faire ces comptes rendus donne l’occasion d’écrire régulièrement. Or, l’écriture est véritablement une question de pratique. Écrire aussi fréquemment que possible tout au long du master peut permettre de s’éviter un démarrage laborieux lorsqu’il sera temps de rédiger le mémoire. Cela permet également de travailler sur l’historiographie de son sujet, ou sur des questions importantes (théoriques, méthodologiques) qu’il soulève. Rendre compte de ces ouvrages amène à se positionner par rapport à eux et, de ce fait, à poser poser les bases de son analyse historiographique.

Écrire un compte rendu, c’est donc se donner les moyens de vraiment tirer parti d’un ouvrage, en allant beaucoup plus loin que la simple prise de notes.

Le travail de préparation

La lecture - Gabriel-François Doyen

"La lecture", 18e s. - Gabriel-François Doyen

La première chose à faire est évidemment de lire attentivement l’ouvrage en prenant des notes [cette question devrait faire prochainement l’objet d’un billet]. Mais parce que le compte rendu de lecture n’est pas un simple résumé de l’ouvrage il est indispensable – avant même de se lancer dans l’écriture ou même dans l’élaboration du plan du compte rendu – d’engager un travail de préparation afin d’appréhender l’ouvrage de manière globale. Cette première étape peut paraître fastidieuse mais elle permet de prendre connaissance d’informations qui seront très éclairantes pour comprendre le contenu de l’ouvrage.

Autour de l’ouvrage

Une étape importante consiste à situer l’ouvrage dans le contexte historiographique. Il faut pour cela préparer un dossier de travail comprenant :

  • Les comptes rendus déjà publiés sur l’ouvrage

Si l’ouvrage n’est pas trop récent, il est fort probable qu’il ait déjà fait l’objet d’une ou plusieurs recensions. La lecture de ces comptes rendus vous permettra de comprendre comment l’ouvrage a été reçu. La réception d’un même ouvrage peut varier : d’un pays à l’autre, ou en fonction des périodes de publications, réimpressions ou rééditions, en fonction de contextes historiographiques qui peuvent eux-mêmes varier. Il convient alors :

– de chercher si l’ouvrage a été traduit, et à quel(s) moment(s) par rapport à la date de première parution ;

– de vérifier si l’ouvrage a fait l’objet de plusieurs éditions et, le cas échéant, de consulter les versions successives.

Il s’agira ensuite de repérer les comptes rendus correspondant à ces divers contextes et périodes. Pour les localiser, on peut commencer par faire une recherche sur les portails de revues scientifiques en ligne (comme Persée, Cairn, Jstor, Revues.org…).

Les compte rendus de l’ouvrage peuvent être eux-mêmes soumis à une analyse critique, en particulier si la réception de l’ouvrage est le lieu de débats. Il peut alors être pertinent d’intégrer, dans son propre compte rendu, une discussion des comptes rendus déjà publiés.

  • Les ouvrages et articles publiés sur le même thème

Toujours dans l’optique de situer l’ouvrage dans son contexte, il est bon de ne pas se limiter à l’ouvrage lui-même et d’avoir recours à d’autres travaux, comme ceux qui portent sur les mêmes thématiques et ceux qui sont cités par l’auteur-e comme des références importantes. Pour chercher ce qui a été écrit sur le même sujet, on peut consulter les notes et la bibliographie de l’ouvrage et utiliser des catalogues en ligne (comme le sudoc).

Il ne s’agit évidemment pas de s’atteler à la lecture exhaustive de l’ensemble de l’historiographie d’un sujet, ce serait infini (encore que c’est bien là le principe de la recherche scientifique…), mais il est nécessaire d’essayer de comprendre dans quel contexte historiographique l’ouvrage s’inscrit. Ici encore, on peut donc avoir recours aux comptes rendus des ouvrages en question…

  • Les informations relatives au parcours de l’auteur-e

Chercher la bio-bibliographie de l’auteur-e, notamment en consultant la page institutionnelle des auteur-e-s contemporain-e-s ; pour les autres n’hésitez pas à recourir aux encyclopédies et éventuels dictionnaires biographiques.

Quels sont son statut et sa position au moment de la publication et, si différents, à celui de l’écriture du compte rendu ? Dans quel courant s’inscrit l’auteur-e ?  Si on ne peut pas, comme on vient de le souligner, consulter l’ensemble des ouvrages de référence publiés sur le même thème, il faut au moins avoir une vision claire de la production de l’auteur-e, de manière à pouvoir situer l’ouvrage dans l’ensemble de son oeuvre. On peut alors se demander s’il existe ou non une continuité entre ses travaux précédents et postérieurs.

Examen de l’ouvrage

Travailler sur un compte rendu de lecture, c’est aussi accorder une grande attention à l’ouvrage, à tous points de vue, en observant tout ce qui peut être remarqué :

  • la couverture (bien qu’elle relève plus souvent du choix de la maison d’édition que de celui de l’auteur-e) ;
  • l’édition et la collection : leur choix n’est pas neutre, elles ancrent l’ouvrage quelque part dans la mesure où elles correspondent à des orientations (méthodologiques, politiques) ;
  • la présence de pré- ou postfaces indiquent sous quels auspices ont été placées l’édition ou la réédition de l’ouvrage (ici encore il convient de se renseigner sur l’auteur-e de ce(s) texte(s), sa position dans le champ et par rapport à l’auteur-e de l’ouvrage) ;
  • enfin les annexes, l’éventuelle iconographie, informent sur la méthode et les sources de l’auteur-e.

Il faut aussi identifier la nature de l’ouvrage et le lectorat auquel il s’adresse : manuel, synthèse, essai, version remaniée d’une thèse ou d’une habilitation à diriger les recherches ? S’agit-il d’un ouvrage de vulgarisation ou s’adresse-t-il plutôt à un public de spécialistes ?

*

Tous ces éléments ne seront pas intégrés, à proprement parler, dans le texte du compte rendu final : tout dépendra de l’axe de lecture que vous choisirez et de la place dont vous disposerez…. Mais ce travail préparatoire vous permettra d’appréhender l’ouvrage de façon à la fois globale et précise – et peut-être même de commencer à élaborer une problématique… Une fois cette étape passée, il faut revenir à l’ouvrage, et commencer à élaborer le compte rendu en lui-même.

L’écriture du compte rendu

Vieux breton faisant une lecture - Monanteuil

Vieux breton faisant une lecture, ca. 1850 - Jean-Jacques Monanteuil

Comme beaucoup d’autres types de textes, il n’existe pas de modèle unique du compte rendu critique. Son format et son contenu peuvent varier en fonction de critères aussi divers que : son commanditaire, le nombre de signes dont vous disposez, l’angle que vous aurez choisi, etc. Les éléments que nous indiquons ci-après correspondent toutefois à la plupart des cas. Ce qui sera amené à varier, c’est la place que vous accorderez à chacun de ces éléments…

Un texte relativement court

La taille d’un compte rendu peut varier considérablement en fonction de vos “commanditaires” : une revue papier ou en ligne, une validation de séminaire, etc. Le contenu est donc à adapter en conséquence. Cependant, le compte rendu reste un texte relativement court, ce qui appelle un travail de synthèse qui fait pleinement partie de l’exercice. En général, le format est spécifié à l’avance : pour une validation de cours, on peut généralement se permettre d’écrire un compte rendu assez long (de cinq à dix pages) ; en revanche pour une revue, il sera certainement demandé de faire plus court (une à cinq pages). La longueur d’un compte rendu paru dans une revue peut parfois être un indice de l’importance accordée à l’ouvrage examiné. En effet, il arrive que des revues publient de longues analyses critiques d’ouvrages plutôt qu’une simple “notule” (voir ici par exemple)

Contenu généralement attendu

  • L’introduction

En mobilisant les informations collectées dans le cadre du travail de préparation, on peut construire l’introduction du compte rendu en prenant en compte les trois éléments suivants (dans l’ordre qui vous semble le plus pertinent) :

– L’auteur-e : indiquez son statut (au moment de la publication de l’ouvrage et éventuellement à celui de la rédaction du compte rendu), évoquez sa/ses spécialité/s et sujets de prédilection en relatant éventuellement son parcours de recherche, et situez la place de l’ouvrage dans sa production. La présentation de l’auteur-e sert souvent de variable d’ajustement de la taille du compte rendu : il est possible de réduire au minimum ce passage, mais pas de le supprimer.

– L’ouvrage : présentez la nature du texte étudié (livre(s), dossier de revue, etc.), son origine (issu d’une thèse, travail de synthèse, etc.) et son public potentiel (vulgarisation ou essai grand public, édition scientifique pour spécialistes, manuel pour étudiant-e-s, etc.).

– Le contexte historiographique : il s’agit ici d’indiquer l’objet de l’ouvrage et de le situer dans l’historiographie – éventuellement d’un point de vue général, mais surtout du point de vue du sujet traité. S’agit-il d’une question totalement neuve ? L’analyse s’inscrit-elle dans la continuité des interprétations précédentes ? etc.

L’historicisation de l’ouvrage peut aussi être utile dans certains cas. Sa publication correspond-elle à une actualité (politique, économique, sociale, voire mémorielle) particulière ? Il s’agit de prendre au sérieux la remarque de Bernard Lepetit et Jacques Revel, selon lesquels il est possible de lire la formule si souvent citée de Lucien Febvre, “l’histoire est fille de son temps”, de la manière suivante : “l’histoire serait une modalité particulière (…) de l’appropriation du passé par le présent” (voir ici, citation p. 262).

Ainsi, dans certains cas, l’actualité politique et/ou mémorielle peut avoir des conséquences non négligeables sur l’écriture de l’histoire et la réception de certains ouvrages – auxquels peuvent s’ajouter les effets d’une traduction tardive d’un ouvrage de circonstance (voir ici par exemple). Dans tous les cas, il est très important de ne pas créer de lien artificiel avec l’actualité, et de ne pas “forcer le trait”.

  • L’analyse critique

Une telle introduction peut (et doit, si vous disposez d’assez de place) s’achever par un bref résumé faisant apparaître la thèse de l’auteur-e et l’organisation générale de la démonstration. Néanmoins, on ne saurait en rester à ce simple résumé, c’est pourquoi on parle de compte rendu critique. C’est donc l’analyse critique qui constitue le coeur du compte rendu. La lecture de l’ouvrage “crayon à la main” a permis d’identifier la thèse de l’auteur-e et de reconstituer la trame de son raisonnement, la logique de sa démonstration.

À partir de cette lecture suivie et des informations recueillies au cours du travail de préparation, il est maintenant possible de construire une problématique pour rendre compte de l’ouvrage. Celle-ci dépendra de l’objectif du compte rendu :

– un compte rendu court réalisé pour une revue peut être assez descriptif (compte tenu de la place allouée aux recensions dans les revues spécialisées, ils le sont de plus en plus), notamment si sa fonction est de proposer une courte présentation d’un ouvrage nouvellement paru à des lecteurs et des lectrices qui ne le connaissent pas encore.

– En revanche, un compte rendu écrit pour la validation d’un cours de master – ou pour une publication dans le cadre d’une véritable analyse critique – gagnera à intégrer une réflexion sur l’apport de l’ouvrage à sa propre recherche.

– Enfin, dans le cadre d’une “lecture pour soi” c’est même cette réflexion qui guidera la quasi-intégralité de la lecture de l’ouvrage. Par ailleurs, on ne se focalisera pas sur les mêmes aspects de l’ouvrage selon qu’il est proche de ses propres recherches, ou qu’il traite d’un tout autre sujet mais est intéressant pour l’apport théorique et/ou méthodologique qu’il représente.

Écrire un compte-rendu de lecture peut donc précisément revenir à rendre compte de sa lecture d’un ouvrage, notamment en fonction de questions (historiographiques, théoriques, épistémologiques) que l’on aura identifiées comme directrices (par rapport à sa propre recherche ou non).

Il est donc tout à fait possible de décider de ne pas traiter de tous les aspects de l’ouvrage, mais de choisir de l’aborder sous un angle particulier : la méthode employée par l’auteur-e ; l’adéquation entre le projet de l’auteur-e et ce qu’il/elle a effectivement écrit ; etc. Pour la recension d’un ouvrage collectif ou d’un dossier de revue, on pourra aussi choisir de focaliser l’analyse sur l’une des thématiques, celle qui nous semble la plus importante en fonction de notre recherche, du lectorat de la revue pour laquelle on écrit, etc.

"Aufmerksame Lectüre" - Albert Josef Franke

"Aufmerksame Lectüre" by 1924 - Albert Josef Franke

L’analyse critique revient donc à produire une analyse de l’ouvrage en s’attachant à la démarche de l’auteur-e : sa problématique, l’organisation de son propos, son mode d’argumentation, les sources mobilisées, la méthode employée, ses conclusions principales. Tous ces éléments doivent être décrits et commentés, afin de souligner les apports, les originalités ainsi que les limites de l’ouvrage analysé.

  • La conclusion

Quelle que soit la nature du texte rédigé, il est très important de toujours prendre soin de le “conclure”. Bien entendu, il ne s’agit pas forcément d’apporter une conclusion définitive, mais d’éviter de terminer le texte de façon trop “abrupte”.

Pour achever un compte rendu critique, l’idéal est de dresser un bilan de l’analyse de l’ouvrage ; de revenir sur sa portée générale ; de souligner une limite importante que le compte rendu aura permis de mettre à jour. Le tout, afin d’ouvrir de nouvelles perspectives de recherche.

Histoire, anthropologie et ethnohistoire

À propos de Nathan Wachtel, La vision des vaincus. Les Indiens du Pérou devant la Conquête espagnole, 1530-1570, Paris, Gallimard, coll. « Folio Histoire », 1992 (1e éd. coll. « Bibliothèque des Histoires », 1971), 395 p.

[La version initiale de ce compte-rendu a été rédigée en décembre 2008, dans le cadre du séminaire de Master I « Méthodologie de la recherche en histoire » (EHESS).]

Couverture de l'édition de 1992

Cet ouvrage se propose d’envisager la conquête espagnole de l’Amérique du Sud, au XVIsiècle, du point de vue des « vaincus », c’est-à-dire des Indiens. Il a été réédité en mars 1992 dans la collection « Folio Histoire ». Il est paru pour la première fois en 1971 ; Nathan Wachtel menait alors ses recherches dans le cadre de la VIe section de l’École pratique des hautes études, avant de devenir directeur d’études à l’EHESS. Depuis 1992, il est titulaire de la chaire d’histoire et anthropologie des sociétés méso- et sud- américaines au Collège de France.

La réédition de 1992 a donné l’occasion à l’auteur de revenir sur ce travail, vingt ans après sa parution. Dans une courte préface, il dresse un bref bilan des recherches historiques menées depuis lors sur les sociétés préhispaniques d’Amérique du Sud, et réaffirme qu’il conçoit La vision des vaincus comme « l’étape initiale d’une recherche plus ample » (p. 3), qu’il a poursuivie avec Le retour des ancêtres. Les Indiens Urus de Bolivie, XXe-XVe siècle. Essai d’histoire régressive[1], également paru aux éditions Gallimard, en 1990.

N. Wachtel débute son ouvrage par un tableau de la conquête vue par les Aztèques, les Mayas et les Incas. C’est particulièrement l’étude des aspects religieux qui permet de définir les cadres mentaux qui expliquent les réactions des Indiens. La deuxième partie s’attache à pointer les conséquences de la conquête, sur les plans démographique, économique, social, religieux, et qui touchent également la culture matérielle. Au sujet de ce dernier point, les évolutions concernant la nourriture ou le vêtement, mais aussi la langue, sont étudiées du point de vue des processus d’acculturation. L’étude des multiples conséquences de la conquête est rendue possible par une explication préalable des cadres économiques, sociopolitiques et mentaux repérables dans l’Empire inca. Les différentes formes de révoltes contre la domination européenne sont étudiées en dernier lieu : révoltes à caractère politique et religieux dans l’ancien Empire inca, et révoltes aux frontières nord et sud de l’aire culturelle étudiée.

La production de cet ouvrage se situe dans un contexte qui a permis d’envisager l’idée d’un décentrage du point de vue occidental. La prise en compte de civilisations qui n’étaient jusque là pas étudiées pour elles-mêmes a pu s’effectuer à la suite des mouvements de décolonisation, qui ont remis en question l’hégémonie européenne. D’un point de vue épistémologique, La vision des vaincus voit le jour à un moment crucial du rapprochement entre histoire et anthropologie[2], une conséquence du vif débat initié par Lévi-Strauss dès la fin des années 1940[3]. Cet ouvrage a fait date en ceci que l’auteur a pris le parti de le définir, dès l’introduction, comme un « essai d’ethnohistoire » (p. 23). C’est donc qu’il considère que son objet requiert, pour être traité dans la perspective choisie, l’apport de l’histoire, mais aussi celui de l’ethnologie, et donc, dans ce contexte, du structuralisme.

Comment N. Wachtel a-t-il procédé pour réaliser, par cet essai, une rupture historiographique ? Nous étudierons la mise en œuvre de ses intentions d’un point de vue méthodologique en observant de quelles manières il a associé les méthodes de l’histoire et celles de l’ethnologie. On peut pour cela prendre d’abord en compte son utilisation des sources, puis mettre en lumière ce que son cadre global d’analyse doit à la fois à l’historiographie du début des années 1970 et au structuralisme.

Quelles sources pour l’« ethnohistoire » ?

L’examen des sources utilisées par N. Wachtel permet une première approche de sa démarche consistant à relier histoire et ethnologie. Il est particulièrement éclairant pour comprendre la pertinence de ce rapprochement dans ce cas précis.

Tout d’abord, N. Wachtel étudie des documents écrits, sources traditionnelles de la discipline historique. Pour parvenir à son objectif – rendre compte du traumatisme de la conquête espagnole du point de vue autochtone – on aurait pu s’attendre à ce qu’il fasse prioritairement appel à des sources « authentiquement indigènes » (p. 26). Notons qu’il s’appuie aussi très largement sur des sources produites par des chroniqueurs et par l’administration espagnole, en leur posant toutefois de nouvelles questions, essayant de percevoir à travers elles la voix des vaincus. Certains documents s’y prêtent particulièrement : à titre d’exemple, on peut citer les comptes-rendus des visitas à but fiscal, au cours desquelles des administrateurs coloniaux menaient de véritables enquêtes, interrogeant les Indiens à partir d’un questionnaire – ce qui permet un traitement statistique du corpus.

Les problèmes inhérents aux sources primaires qui se posent habituellement aux historien‑ne‑s sont également manifestes ici, notamment en ce qui concerne la datation et l’authentification de documents émanant de traditions orales indiennes remontant au XVIe siècle, rarement mises par écrit avant le XIXe siècle. Il faut également signaler une difficulté supplémentaire : si les écritures mayas et les aztèques sont aujourd’hui lisibles, les sources incas demeurent en revanche difficiles d’accès. Il a donc souvent fallu s’en remettre à la médiation espagnole, qui a sélectionné tout au long de la période coloniale les documents parvenus jusqu’à nous. Les conséquences de ce processus de contrôle des supports culturels d’un groupe dominé touchent à des problématiques soulevées notamment par les subaltern studies.

Mais l’auteur ne se limite pas à cette documentation lacunaire : il analyse également des sources indigènes habituellement propres à l’ethnologie. C’est ainsi qu’il met à contribution le folklore indigène actuel : certaines manifestations populaires, qui combinent théâtre et danse, rejouent en effet régulièrement le déroulement de la conquête espagnole. N. Wachtel procède à une étude comparative de différentes variantes de ce thème, des Andes au Mexique. L’essence même de ces sources[4] lui permet de remarquer que  le traumatisme de la conquête est un phénomène de longue durée – quatre siècles – inscrit dans la mémoire collective. D’autre part, la confrontation entre la réinterprétation de la conquête mise en scène lors de ces spectacles et les faits historiques permet de relever d’apparentes incohérences ou de surprenantes « réécritures » des événements. Pour expliquer la logique qui les sous-tend, l’auteur applique au folklore l’analyse structurale utilisée pour les mythes, dans le but de toucher au niveau inconscient de cette pratique sociale. La recréation du passé dans le cadre des fêtes populaires apparaît alors comme une tentative de restructuration en réponse au choc subi collectivement.

Le chapitre fondé sur une étude du folklore constitue donc un exemple extrêmement éclairant de la démarche de l’ethnohistoire et une démonstration de sa pertinence : N. Wachtel utilise des sources propres à l’ethnologie pour les expliquer grâce à des outils conceptuels développés par l’histoire et par l’anthropologie. Ce sont quelques-uns de ces croisements méthodologiques que nous voudrions étudier dans une seconde partie.

Les apports conceptuels de l’histoire et de l’ethnologie

En tant qu’historien héritant des évolutions historiographiques qui ont eu lieu depuis le début du XXe siècle, N. Wachtel met l’accent sur l’histoire sociale et économique[5], notamment lorsqu’il rend compte, dans la deuxième partie, de l’organisation de l’État inca avant la conquête, de manière à mettre en lumière les conséquences de celle-ci sur la vie des Indiens. Les outils proposés par la démographie historique lui permettent d’évaluer l’importance de la chute démographique qui a suivi l’arrivée des Espagnols. Les chiffres sur lesquels l’auteur se fonde sont peu fiables et varient énormément d’une région à l’autre, cependant des proportions peuvent être dégagées, et sont appuyées par les méthodes statistiques adoptées par les historien-ne-s. Les conclusions sont ainsi mises en forme dans la partie « annexes » à l’aide de graphiques – courbes démographiques et pyramides des âges.

L’auteur tient également compte des données géographiques. Les cadres spatiaux considérés varient tout au long de l’étude : alors que la première partie de l’ouvrage considère les réactions des Mayas, des Aztèques et des Incas, la troisième partie va chercher des exemples de révoltes au sein de l’Empire inca, mais aussi aux limites nord et sud de l’aire envisagée, où les résistances furent plus efficaces. En revanche, la deuxième partie prend surtout en compte la zone inca. Cette variété de cadres spatiaux rend nécessaire l’étude préalable des différents aspects géographiques, en tant qu’ils conditionnent les modes de vie locaux, mais aussi l’organisation de l’État inca, développée en second lieu. N. Wachtel revient à un propos économique en définissant le système de redistribution par l’État des différentes productions agricoles d’une zone à l’autre de l’Empire – les types de cultures variant selon l’altitude, une « économie verticale » permet d’échanger des ressources complémentaires. Ces cadres économiques sont simultanément soumis à une analyse structurale, en tant que révélateurs de cadres mentaux qui participent à la définition d’une vision du monde indienne, qui s’est confrontée à celle des Européens.

En définissant les relations entre l’Inca et ses sujets, via la médiation du curaca – chef local et relais de l’administration – comme fondées sur la réciprocité et la redistribution, N. Wachtel fait appel aux notions de don et de contre-don développées par l’anthropologie. Ce chapitre est d’ailleurs bien intitulé « Les structures de l’État inca »[6]. La production agricole au sein de chaque unité socio-politique, l’ayllu, fait l’objet d’un tribut, qui est redistribué par l’État. Le travail collectif et ritualisé des paysans sur les terres de l’Inca et du curaca n’est donc pas, dans ce cadre, appréhendé comme une corvée injuste, puisqu’il participe d’un système global. L’auteur avance en effet l’idée que « cette exploitation n'[a] pas été vécue comme telle par ceux qui la subissaient et qu’au contraire elle trouvait son sens dans une vision cohérente du monde » (p. 132). Ce sont les cadres mentaux qui régissent cette vision du monde que N. Wachtel, à l’aide des méthodes du structuralisme, entend isoler de façon à la confronter point par point au nouveau système espagnol[7]. À partir des décalages observés, il devient possible, selon l’auteur, de replacer les réactions indigènes dans leur contexte – social, politique, mental –, ce qui constitue un moyen de comprendre « la vision des vaincus » en se détachant d’un point de vue qui serait uniquement tributaire des cadres mentaux occidentaux. Si le système sociopolitique indien, vu de l’intérieur, perd son sens une fois transformé par les conquérants espagnols, en revanche le système colonial qu’ils ont érigé s’inscrit dans un autre ensemble, relié à la métropole, qui n’a plus de sens que pour les Européens.

*

Couverture de l'édition de 1971

Le projet de cet ouvrage, qui consiste à décentrer un point de vue, à changer de perspective, a fait date. Il s’adresse très manifestement à un lectorat occidental. Nul doute qu’un-e chercheur-e péruvien-ne, porteur-se d’un point de vue différent, aurait produit un tout autre travail. Il s’agit ici pour l’auteur de rendre intelligible la « vision des vaincus » aux Européens en l’expliquant à l’aide de concepts qui leur sont familiers. À la lecture, on ne peut s’empêcher d’établir des rapprochements avec l’histoire européenne : par exemple, le statut des yana fait penser à celui des serfs, et l’efficacité de la conquête espagnole semble reposer sur des causes similaires à celles qui expliquent le succès de César en Gaule. Les différents modes de possession foncière sont mis en relation par N. Wachtel avec ceux du système féodal. La question de la possibilité d’opérer un déplacement du point de vue demeure ouverte, et les réflexions qui découlent de la démarche proposée par cet ouvrage continuent d’alimenter les débats qui traversent les études postcoloniales. L’auteur est parvenu, en suivant un développement logique précis, problématisant les moindres aspects du sujet, à appliquer les démarches historique et anthropologique à ce cas précis. En cela, « [Il] nous offre (…) un excellent instrument de travail »[8].


[1]   On peut noter que le titre même affiche ici encore un parti pris méthodologique. En outre, l’auteur se fonde   de nouveau sur un exemple précis pour retracer des évolutions globales.

[2]   Numéro spécial « Histoire et Structure », Annales ESC, vol. 26, n° 3-4, mai 1971. (lire en ligne)

[3]   Claude Lévi-Strauss, « Histoire et ethnologie », Revue de métaphysique et de morale, n° 34, 1949, p. 363- 391.

[4]   « Le folklore, passé vivant dans le présent, constitue une source pour l’étude des permanences inscrites dans la psychologie collective » (p. 66).

[5]   La dimension événementielle est peu convoquée, seuls sont rappelés les éléments nécessaires à la compréhension du contexte.

[6]   « Par structure, nous désignons un ensemble composé d’éléments unis par des rapports que régit une logique interne » (p. 248).

[7]   Dont l’action est justement qualifiée de « déstructuration ». C’est d’ailleurs le titre du deuxième chapitre de la deuxième partie de l’ouvrage, qui fait suite au chapitre I, « Les structures de l’État inca ».

[8]   Compte-rendu de l’ouvrage par Pierre Clastres in L’homme, vol. 12, n° 1, 1972, p. 144-145. (lire en ligne)