Archives de catégorie : Histoires d’archives

La malle aux trésors

En octobre 2012, lors des Rendez-vous de l‘histoire de Blois j’animais une table ronde à laquelle participait Jean Nicolas. Avec son comparse Raymond Huard, ils ont évoqué successivement ces paysans qui, entre le milieu du XVIIIè siècle et le mitan du XIXè siècle, ont semé la révolte aux quatre coins de la France. Je me souviens tout particulièrement du regard pétillant de Jean Nicolas lorsque, le moment venu, il en vint à conter pour son auditoire l’ouverture de sacs d’archives poussiéreuses qu’il fut le premier à lire : ses yeux pétillaient comme ceux d’un gosse devant une merveilleuse malle aux trésors. De ses documents, il tira son maître ouvrage La rébellion française1 un travail titanesque d’histoire quantitative sur les émeutes, colères ou simples émotions qui, au XVIIIè siècle, ont saisi les plus modestes habitant.es du royaume de France. Continuer la lecture

  1. NICOLAS, Jean, La rébellion française, mouvements populaires et conscience sociale, 1661-1789, Paris, Gallimard, 2008, 1074 p. []

Quelques minutes en 24 ans

[Un billet de Véronique Beaulande-Barraud]

En réfléchissant à ce que je pourrais raconter ici, la première anecdote qui m’est revenue est le fou-rire inextinguible dont j’ai été prise quand j’ai réalisé que l’homme jugé pour adultère dont je lisais le procès s’appelait Couillemolle….

Il y a les souvenirs de maîtrise, lorsqu’avec une amie nous partagions, émerveillées, nos découvertes de débutantes, sous le regard courroucé de la « dame de la salle » que tous ceux qui ont fréquenté un certain dépôt d’archive reconnaîtront – celle qui range bruyamment ses affaires un bon quart d’heure avant la fermeture de la salle pour bien nous faire comprendre qu’il va falloir songer à sortir. Continuer la lecture

Une nouvelle rubrique : « Histoires d’archives »

Nous inaugurons aujourd’hui une nouvelle rubrique dans Devenir historien·ne : « Histoire d’archives ». Cette idée m’est venue lors d’une session consacrée aux « archives françaises » au congrès des French Historical Studies à Washington. L’un des intervenants a dit « on a tous nos petites histoires à raconter ». J’ai alors pensé qu’il serait intéressant de lire les « petites histoires » des autres, celles qu’on se raconte au café ou ailleurs, et qui font pourtant partie intégrante de notre expérience de recherche : ce qui nous émeut, nous interroge, nous pose problème lors de nos plongées dans les fonds documentaires. Ces billets pourront être très divers et aborder toutes les facettes des sessions aux archives : le lien avec les personnels, les sociabilités, la découverte imprévue d’un document, les maladresses, les petites joies procurées par cet aspect de notre vie scientifique. Continuer la lecture