Archives de catégorie : Écrites

De l’usage des dossiers de carrière dans l’histoire des enseignantes d’Éducation physique et sportive

Ce billet méthodologique s’appuie sur un travail de doctorat, soutenu en juin 2014 et intitulé : « Femmes d’action ». Parcours d’enseignantes d’EPS en France, des recrutements séparés à la mixité des concours (1941-1989)1 . Pour mener à bien ce projet d’histoire sociale, au sein duquel le genre constitue une catégorie utile d’analyse critique, les dossiers de carrière ont constitué, au début de notre recherche, les sources privilégiées.

Des dossiers de carrière conservés aux Archives nationales

Versés par le Ministère de la Jeunesse et des Sports pour la période considérée, les dossiers de carrière des enseignant-e-s d’EPS sont conservés aux Archives nationales (AN). Les versements concernent différents statuts de personnels : professeurs hommes et femmes, moniteurs et monitrices, maîtres et maîtresses, professeurs-adjoints hommes et femmes, chargé-e-s d’enseignement, agents contractuels, auxiliaires. Classés alphabétiquement en fonction du cadre de fin de carrière, les dossiers sont en revanche rarement différenciés selon le sexe, femmes et hommes étant regroupés sous les mêmes cotes. Continuer la lecture

  1. SZERDAHELYI Loïc (2014), « Femmes d’action ». Parcours d’enseignantes d’EPS en France, des recrutements séparés à la mixité des concours (1941-1989), Thèse de doctorat en STAPS et Histoire, sous la co-direction de Michelle ZANCARINI-FOURNEL et Philippe LIOTARD, Université Lyon 1. Thierry TERRET a également été co-directeur de cette thèse, avec Michelle ZANCARINI-FOURNEL, jusqu’à sa nomination comme recteur de l’académie de la Réunion en janvier 2013 []

Comment utiliser les Mémoires d’Ancien Régime ?

Mémoires de Marguerite de Valois (édition de 1629)

Mémoires. Ce terme masculin, pluriel, avec une majuscule, caractérise une écriture de soi rétrospective et constitue un témoignage posthume légué à la postérité, un appel à des juges inconnus et désintéressés.

Étudier ces textes est une entreprise captivante. Ils constituent des recueils quasi inépuisables de ressources pour le chercheur qui, en les lisant, se place au cœur même de la vie de ces hommes – et ces femmes – qui jouèrent un si grand rôle dans le royaume de France. Les Mémoires regorgent de passion, de reproches, d’amour, de haine de la part de leur auteur qui, puisque le plus souvent il ne destine pas ses écrits à la publication, du moins de son vivant, peut se permettre d’exprimer ses sentiments sans crainte. Le mémorialiste peut ainsi se dévoiler et user de critique, parfois de manière cinglante, envers le pouvoir, les favoris ou la cour. Tous ces éléments, mêlés à la pleine implication de l’auteur dans le récit par le biais du moi, suscitent la curiosité du lecteur et le plaisir du chercheur.

Pourtant, étudier ces morceaux d’histoire, fourmillant d’idées, de personnages, d’anecdotes, représente un travail minutieux et nécessite une attention particulière. Parce qu’ils sont le fruit de vies différentes, d’époques différentes, parce qu’aucune forme rédactionnelle particulière ne leur est imposée, l’étude de Mémoires est une tâche qui peut s’avérer complexe1.

Un intérêt renouvelé

Après une période d’engouement spectaculaire pour les Mémoires au XIXe siècle, entrainant l’émergence de quelques importantes séries de publication2, l’intérêt pour ces textes s’est étiolé. Il ne reprit que dans les années 1970, lors du renouvellement des problématiques d’histoire sociale plutôt dirigées vers les classes populaires.

La disparition des grands paradigmes marxistes et structuralistes qui sous-tendaient bien des travaux d’après-guerre a transformé l’histoire sociale dans les années 1990. Ainsi, la volonté de travailler sur l’individu a été mise en avant, étudié pour lui-même dans sa trajectoire ou son parcours de vie, au fil desquelles le chercheur tente de discerner son ou ses identités, sa capacité d’intervention sur le monde, et les différences qui le singularisent des autres individus de son milieu. Le développement de la micro-histoire, au moment de l’essoufflement des enquêtes quantitatives, contribua à valoriser les documents qui permettent de retrouver chaque individu3. Aussi, un nouveau temps de l’historiographie de ces écrits est apparu. Il se distingue d’abord par une grande sensibilité à l’interdisciplinarité. Alors que la plupart des documents anciens n’occupent que les historiens, presque convaincus de leur monopole sur les témoignages du passé, ces écrits à caractère personnel intéressent les spécialistes d’autres disciplines (sociologues, littéraires, linguistes, anthropologues), tous prêts à bondir sur ces sources et à les soumettre aux modes d’interrogations propres à leurs démarches spécifiques. Il se caractérise également par un double recentrage de l’analyse : vers le scripteur d’abord, qui n’est plus considéré comme une voie d’accès à une psychologie collective mais bien comme une conscience individuelle qui doit être scrutée pour elle-même ; vers le document ensuite à la fois comme objet matériel dont l’aspect extérieur doit être étudié avec attention, et comme un texte qui n’est pas uniquement une source pour l’histoire des événements relatés4.

Cette vague d’intérêt est corroborée par la multiplication des études qui portent sur les récits de soi, à la fois dans le domaine de la vie privée, mais également vers des aspects plus intérieurs, plus personnels, voire confidentiels des individus. Elle est également appuyée par l’attrait des historiens pour la littérature dès les années 19905. En effet, depuis une vingtaine d’années, des œuvres majeures – pensons aux travaux de Henri-Jean Martin, Roger Chartier ou Noé Richter – ont donné au livre une place essentielle dans le champ d’étude des pratiques culturelles et tracé de nouvelles perspectives méthodologiques6. Au fil des travaux rassemblant des littéraires et des historiens, dépassant la simple matérialité de l’objet et s’intéressant également aux pratiques qu’il recouvre, toute la littérature est devenue un champ d’analyse historique7. Cela permet désormais d’approcher le « littéraire » comme réalité sociale ou sociopolitique, de traiter de l’histoire de la littérature, et de l’histoire des points de vue des littératures sur des réalités qui leur sont extérieures.

Les Mémoires, un témoignage de son temps

L’étude des Mémoires d’Ancien Régime fait transparaître un trait particulier de leur écriture, essentiel à une juste appréciation du genre : le caractère massivement posthume de ces textes. Tout semble en effet se passer comme s’ils n’étaient pas destinés à une publication, du moins immédiate, et leur état laisse parfois penser à aucune publication du tout. Si l’écrasante majorité des Mémoires est posthume, c’est pour une raison simple : écrit pour soi ou pour des proches, c’est le plus souvent par une trahison des dépositaires ou des héritiers que le texte devint un imprimé. Ces réflexions nous entraînent à considérer les Mémoires comme des objets littéraires spécifiques, boudant les règles du royaume des lettres. Ce sont au départ des manuscrits, dont il existe une ou plusieurs copies, envoyées à des destinataires bien précis. Ainsi, tout un espace de parole libre et sans sanction est créé, dans le contexte de censure de l’époque. Le mémorialiste peut ainsi s’exprimer sans crainte d’éventuelles représailles de la part de ceux qui auraient pu être froissés par le contenu de son œuvre, et dévoiler plus aisément le fond de ses pensées.

En outre, que le mémorialiste soit le centre de sa narration donne au lecteur l’impression de découvrir un témoignage, le récit d’événements vécus, donc authentiques. Ce sentiment est renforcé lorsque l’auteur parle de lui à la troisième personne.

Les Mémoires apparaissent ainsi comme un lieu propice aux évocations, personnelles ou plus générales, d’un temps révolu. Il ne s’agit pas d’une autobiographie, mais bien de l’écriture de l’histoire, dans laquelle on s’octroie la place que l’on croit mériter. Naturellement, il convient à l’historien de ne pas accorder trop de crédit aux éléments évoqués par le mémorialiste, dont l’œuvre est éminemment subjective. Pourtant, si la vérité historique ne peut être appréhendée seulement à partir de Mémoires, leur auteur témoigne d’une époque, d’une manière de vivre et d’écrire8.

Scruter le texte

La première étape nécessaire à l’étude de ces textes consiste à les replacer dans leur contexte. Naturellement, il faut veiller à ne pas les investir de la teneur globale d’une période, de ne pas en faire le réceptacle de tout et de préserver l’irréductible originalité de l’individu9. Outre une connaissance des grands événements de la période abordée dans les textes, considérer l’environnement dans lequel évolua l’auteur est un élément primordial qui doit se faire avant même l’étude de l’œuvre, afin de mieux la comprendre. S’agissant des XVIe et XVIIe siècles, le chercheur se doit de s’informer notamment sur la religion de l’auteur, sur ses positions politiques, sur ses fonctions militaires, mais également, puisqu’une telle étude concernerait l’écriture, sur l’éducation de l’auteur et son environnement culturel. La famille est également une notion à ne pas négliger : les ancêtres représentent le nom qu’il faut glorifier, les descendants sont très souvent les destinataires. De cette manière, une fois le mémorialiste mieux connu du chercheur, celui-ci pourra se pencher sur l’étude proprement dite de l’œuvre concernée.

L’étude de Mémoires nécessite une prise en compte de leur morphologie et de leur matérialité, lorsque l’original est consultable. A ce titre, il s’agit de prendre en compte de multiples entrées telles que la pagination, le format, la reliure, les ratures, les réécritures, autant de renseignements qui, généralement, sont visibles sur le document. Ces informations permettront de replacer ces textes dans le contexte de leur écriture, et d’envisager l’importance que ces pages revêtirent pour leur auteur : des corrections de mots peuvent laisser supposer un désir de s’exprimer correctement, et probablement d’être lu ; des corrections à propos de faits témoignent d’une réflexion au sujet de ce qui fut déjà écrit.

Sur cette double page manuscrite des Mémoires de Bassompierre (1579-1646), il est possible d’observer non seulement les ratures et corrections de l’auteur, mais également les ajouts dans la marge. Cela prouve l’attention portée le mémorialiste à son écrit, dans le probable espoir d’être lu, voire publié.

Toutes ces propositions ne sont en rien exhaustives, et l’anatomie des Mémoires originaux pourrait susciter bien d’autres remarques. Néanmoins, même en l’absence du manuscrit, il est possible d’évaluer le temps mobilisé par le travail d’écriture et de déduire la place qui lui est accordée, en considérant par exemple le nombre de pages. Notons également que l’analyse de l’original permet également de se rendre compte si les Mémoires ont été rédigés en une seule fois, et même, dans certains cas, s’ils sont le fruit d’une seule et même personne, par l’analyse de la graphie10. En outre, le titre est un indice précieux afin de déterminer dans quel état d’esprit les scribes rédigent leurs textes. La recherche des intitulés originels, trop souvent gommés par les éditeurs du XIXe siècle, est un préalable indispensable à l’étude du contenu. En effet, durant cette période de vaste (ré)édition des Mémoires d’Ancien Régime, certaines œuvres qui n’en étaient pas ont été classés sous ce vocable par erreur, pour plus de simplicité, ou, et c’est le cas le plus fréquent, parce qu’ils correspondaient à la « mémoire » de leur auteur, au récit de sa vie11. C’est de cette manière que certains chercheurs, pour lesquels l’aspect rétrospectif de l’écriture ne semble pas essentiel, n’ont pas fait cette distinction, qui nous semble pourtant indispensable. Enfin, il convient de noter que certains éditeurs ne se sont pas seulement contentés de rassembler les écrits du mémorialiste, mais firent également œuvre d’historiens. En effet, certaines notes de bas de page, des explications sur d’éventuels manques au manuscrit original ou sur des passages illisibles, la rédaction de tables détaillées aident le chercheur dans son travail d’investigation, et il nous semble utile de faire apparaître dans le travail de recherche, afin qu’il soit complet, ces éléments de l’œuvre imprimée.

Écouter le mémorialiste

L’analyse du contenu des Mémoires est sans doute l’étape la plus délicate, mais également la plus captivante d’une telle étude. Il s’agit enfin d’écouter ce que ces hommes ont eu à nous dire, d’entrer dans leur vie, de combattre à leurs côtés, de partager leurs exploits, de subir leur disgrâce. La situation d’exil ou de retraite volontaire favorise la rétrospection et l’introspection.

Il semble tout d’abord essentiel de déterminer, à partir du texte, les raisons exactes de l’écriture et le destinataire, préalables indispensables à une étude cohérente. C’est une question bien légitime : qu’est-ce qui a pu pousser ces gens d’arme à prendre la plume, à une époque où justement, ils méprisent les gens de lettres ?12 Lorsqu’il y eut disgrâce, quelles en furent les conditions ? Souvent cet aspect fut négligé par les chercheurs qui ne voyaient dans les Mémoires qu’un recueil d’exemples concrets, susceptibles de venir étoffer des études aux corpus de sources plus large. Quant au destinataire, sa connaissance sert à envisager pour qui le mémorialiste cherche à se justifier de ses actes : le duc de La Force par exemple, rédigea ses Mémoires pour son fils, utilisant son œuvre comme un manuel d’instruction pour une descendance qui se destinait à la même carrière que lui. Ces informations sont souvent explicitement fournies par les auteurs, qui utilisent dans bien des cas les premières pages du récit pour développer ces aspects. La possibilité de l’existence d’un éventuel destinataire non avoué doit également être prise en compte, notamment pour cerner ou non le désir du mémorialiste que son œuvre soit connue.

Il est également d’une importance cruciale de prêter une attention particulière à la teneur subjective du genre des Mémoires. En effet, puisqu’il s’agit d’une écriture de justification, que les actions doivent être mises en valeur, le mémorialiste ne peut s’en tenir aux faits, et ainsi agir en historien13.

La multiplication des promesses du mémorialiste de ne dire que la vérité et de garantir l’exactitude historique de la narration doit conduire l’historien à redoubler de méfiance et de ruse lorsqu’il aborde ces œuvres. Cet aspect est justement la raison principale de la réticence, durant de nombreuses années, des historiens vis-à-vis des Mémoires, dans lesquels le récit des événements était forcément faussé par les sentiments de l’auteur. Cela ne doit pourtant pas constituer une limite de l’analyse, bien au contraire : c’est justement dans les Mémoires que l’on peut appréhender l’opinion, la mentalité, la religiosité, et bien d’autres éléments que l’historien retrouvera dans les écrits de soi, plus aisément que dans d’autres types de sources.

  1. Les analyses proposées dans se billet s’inscrivent dans une réflexion plus globale issue d’une recherche doctorale en cours dont je rends compte sur mon propre carnet. Pour prendre connaissance de mon projet de thèse, je me permets de vous inviter à lire : « Projet de thèse – La mise en valeur de soi chez les mémorialistes des Guerres de Religion », Les Mémoires aux XVIe siècle, 28 novembre 2012 : http://memoires16.hypotheses.org/23. J’ai par ailleurs publié une proposition de grille d’analyse dans « Proposition de grille de recherche – Mémoires d’Ancien Régime », Les Mémoires aux XVIe siècle,  28 novembre 2012 : http://memoires16.hypotheses.org/33. []
  2. Pour n’évoquer que les deux plus retentissantes, citons la Collection complète des mémoires relatifs à l’histoire de France, depuis l’avènement de Henri IV jusqu’à la paix de Paris conclue en 1763, publiée par Petitot et Monmerqué entre 1820 et 1829 qui compte trente-huit titres, ou la Nouvelle collection des mémoires pour servir à l’histoire de France, depuis le XIIIe siècle jusqu’à la fin du XVIIIe, de Michaud et Poujoulat, composée de quarante-deux œuvres publiées entre 1836 et 1839. []
  3. Carlo GINZBURG, Carlo PONTI, « La micro-histoire », Le Débat, décembre 1981, p. 136. Ces tenants de cette micro-histoire expliquent « qu’un document vraiment exceptionnel (c’est-à-dire statistiquement infréquent) peut être beaucoup plus révélateur que mille documents stéréotypés ».

    []

  4. A ce propos, voir Jean-Pierre BARDET et François-Joseph RUGGIU (dir.), Au plus près du secret des cœurs ? Nouvelles lectures historiques des écrits du for privé en Europe du XVIe au XVIIIe siècle, Paris, Presses de l’Université Paris-Sorbonne, 2005, p. 7-13.

    []

  5. Christian JOUHAUD (dir.), « Littérature et histoire », Annales. Histoire, Sciences Sociales, 49e année, numéro 2, 1994.

    []

  6. Henri-Jean MARTIN, Histoire et pouvoirs de l’écrit, Paris, Perrin, 1988 ; Roger CHARTIER, Lectures et lecteurs dans la France d’Ancien Régime, Paris, Seuil, 1987 ; Noé RICHTER, La lecture et ses institutions, Le Mans, Presses de l’Université du Maine, 1984. []
  7. [1] C’est ce constat qui a entrainé la création du Groupe de Recherches Interdisciplinaires sur l’Histoire du Littéraire (GRIHL). []
  8. Christian JOUHAUD, Dinah RIBARD et Nicolas SCHAPIRA, Histoire, Littérature, Témoignage, Paris, Gallimard, 2009, p. 31. Ces auteurs présentent le mémorialiste comme le témoin privilégié de son temps, et les Mémoires comme exprimant le rapport qu’il entretient avec l’histoire.

    []

  9. Sur cette posture méthodologique, voir Nicole LEMAITRE, Le Scribe et le Mage. Notaires et société rurale en Bas-Limousin aux XVIe et XVIIe siècles, Ussel, Musée du Pays d’Ussel, 2000. []
  10. Les Mémoires de Richelieu, pour ne citer qu’eux, ont été rédigés par de nombreux secrétaires. []
  11. [1] Ainsi, des journaux qui ne portaient pas de nom lors de leur rédaction ont pu être rebaptisés au moment de leur publication, et devinrent alors des « Mémoires », classés comme tels dans les catalogues. Le Journal de Pierre de l’Estoile, publié en 1875 est une parfaite illustration de ce phénomène : qualifié de « registre » par son auteur, il se trouve dans la catégorie « Mémoires » dans les Sources de l’Histoire de France de Louis André et Emile Bourgeois. []
  12. Nous faisons ici une généralité d’une notion qui, quoique très fréquente, doit tout de même être nuancée : Théodore Agrippa d’Aubigné, par exemple, était à la fois un militaire qui rédigea ses Mémoires, et un poète. []
  13. Georges GUSDORF, Les écritures du moi, Paris, Odile Jacob, 1991, p. 251. []

Où trouver les sources historiques de la communauté sourde ?

Les sources sont le principal ingrédient d’une bonne recherche historique. Leur choix et leur analyse dépendent fortement de leur contenu et, par conséquent, une question se pose d’emblée à tout chercheur : vaut-il mieux avoir beaucoup de sources ou en avoir de qualité ?

Dans mon domaine de recherche, la réponse à cette alternative s’impose quasiment d’elle-même du fait de la difficulté de trouver des sources à laquelle j’ai rapidement été confronté. En effet, j’étudie l’histoire des sourds à la Belle Époque, qui jusqu’à présent, a surtout été étudiée sous un angle éducatif. Mon objectif est différent : je souhaite étudier cette histoire sous un angle plus social, afin de comprendre la vie des sourds dans le passé. J’ai été confronté à deux principales difficultés pour ma recherche : trouver des références bibliographiques ayant trait aux sourds, et les sources spécifiques à la vie sociale. Ces difficultés n’avaient pas été remarquées car je me contentais de ce qui avait déjà été écrit, et donc, dès que je voulais sortir des sentiers battus, cela devenait une vraie exploration.

Avant tout, il faut savoir que le volume de productions écrites issue de la communauté sourde est assez variable dans le temps. Jusqu’à la fin du XVIIIe siècle, les écrits qui concernent des sourds sont exclusivement produit par des observateurs extérieurs. C’est en 1778 que Pierre Desloges écrit un livre intitulé Observations d’un sourd et muet, dans lequel il donne son point de vue concernant l’éducation des enfants sourds : selon lui il fallait mieux éduquer par la langue des signes ou par l’oral. L’intervention de Desloges a été la première où un sourd revendique clairement sa position en faveur de la langue des signes dans un ouvrage.

Par la suite, entre 1794 et vers 1830, les sourds semblent ne pas avoir publié d’ouvrages jusqu’à l’explosion des années 1830. Cette explosion est survenue au moment où les professeurs sourds se sont mobilisés pour la préservation de l’éducation par la langue des signes qui allait être supprimée par le directeur de l’institution des sourds de l’époque, Désiré Ordinaire. Donc, Ferdinand Berthier, professeur sourd, fondateur de la Société Centrale des sourds-muets en 1838, une société de défense des droits des sourds, a été l’un de ceux qui ont le plus publié1. Après un creux dans les années 1860-1880, où les sources semblent se tarir, les écrits de sourds redeviennent abondants au cours de la période 1880-1930 ; en particulier grâce au développement de la presse dite «sourde», avec une augmentation du nombre de journaux édités par les sourds. Une nouvelle diminution a lieu après les années 1930 pour atteindre son minimum dans les années 1980, avant de reprendre une croissance régulière2.
Ces fluctuations s’expliquent par les variations de la capacité des sourds à écrire. En effet, sans plonger dans le militantisme, il est frappant de constater la corrélation, en particulier au XXe siècle, entre la qualité de l’éducation et la quantité de sources écrites par les sourds eux-mêmes. Le rapport Gillot, écrit en 1998, faisait état de 80% de sourds illettrés, à la fin du XXe siècle. Ce chiffre indique le déclin des sources écrites de la part des sourds au cours du XXe siècle.3

Les références bibliographiques

Quand on souhaite ouvrir un domaine de recherche très peu exploré, la principale difficulté est que l’on ne peut pas réellement s’appuyer sur les recherches des autres chercheurs dans ce domaine précis. On peut certes s’inspirer pour ce qui est plus général, ce qui englobe la société dans son ensemble. Mais, dans le cas précis de l’histoire sociale des sourds à la Belle Époque, il n’y a quasiment pas d’articles ou d’ouvrages qui puissent vous guider, ou mettre sur la piste.

Comme je l’évoquais au début de ce billet, la plupart, sinon tous, des travaux sur l’histoire des sourds se concentrent sur l’éducation. Ainsi, l’histoire de ce que sont devenus ces élèves à la sortie des écoles : vie familiale, travail, vie sociale… reste à écrire.

Si l’on peut s’appuyer sur des articles ou des ouvrages portant sur l’éducation des enfants sourds, qui sont donc majoritaires, pour avoir des débuts de pistes ou des références dans les archives, et ainsi démarrer les recherches, il est parfois nécessaire de s’appuyer sur des recherches faites par les historiens amateurs, par des associations de sourds, pour avoir des indications.

Néanmoins, la recherche doit commencer par les lieux les mieux connus et explorés. Donc, dans mon cas, c’est l’éducation des enfants sourds au XIXe siècle qui me sert, comme on dit «de camp de base». De là, on peut établir plusieurs voies d’exploration. Ainsi, il existe de nombreux travaux tels que L’administration des faveurs François Buton4, ou Signes et institution des sourds de Jean-René Presneau5 que je considère comme une référence.

Les sources écrites

Il existe deux grands types de sources écrites permettant de faire l’histoire de la communauté sourde. La première que je nommerais «sources directes» provient des sourds eux-mêmes : presse, courrier associatif, ouvrages. Et la seconde, les «sources indirectes», résulte d’un regard extérieur à la communauté : enseignants, journalistes…

Ces deux types de sources se complètent, mais, leur quantité n’est pas comparable. En effet, les «sources directes» ont une quantité très variable selon la période étudiée. Comme je l’écrivais plus haut, elles sont très rares jusqu’aux années 1830 et dans les années 1910-1980, elles sont relativement abondantes dans les années 1840-1910 et depuis les années 1980. Cette variation de la quantité s’explique par un fait simple, mais, assez peu admis. Il s’agit d’une conséquence de la décision d’un congrès, organisé à Milan en septembre 1880, où des directeurs, des enseignants, et des fonctionnaires de différents pays se sont réunis afin de décider de la marche à suivre concernant l’éducation des enfants sourds. La décision finale a été prise en faveur de l’éducation orale pure, qui consiste à se concentrer uniquement sur la démutisation des enfants sourds lors des deux premières années. En conséquence, l’éducation intellectuelle est réduite puisqu’elle est considérée comme moins essentielle. Cela a une conséquence à long terme : les jeunes sourds qui sortent des écoles après 1880 présentent un niveau à l’écrit nettement plus faible par rapport à leurs aînés qui étaient éduqués avec une méthode différente, basée sur la langue des signes. Ainsi, la quantité des archives écrites de la part des sourds eux-mêmes a dépendu de choix institutionnels relatifs à leur éducation.

  • La presse sourde et les ouvrages

Une couverture du Journal des sourds-muets (photo de l'auteur)

Ce déclin à l’écrit s’observe facilement avec une disparition progressive des ouvrages publiés par les sourds eux-mêmes, et par un fort déclin de la presse dite «sourde». En effet, celle-ci était extrêmement prolifique à la Belle Époque, avec l’existence de plus d’une dizaine de journaux «sourds» pendant une trentaine d’années. Ainsi, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, on remarque une disparition relative de la presse «sourde» : quelques titres consensuels ont subsisté tandis que les journaux les plus militants se sont évaporés.

La presse est précieuse à plus d’un titre, car je la considère comme le pouls du bouillonnement intellectuel d’une communauté à un temps donné. On peut constater des débats, des polémiques, des réflexions et même des passions qui ont traversé une communauté.

Les archives de cette presse dite «sourde» ne se trouvent que dans deux lieux à l’heure actuelle : l’Institution Nationale des Jeunes Sourds, à Paris, et la Bibliothèque nationale de France (sur le site François Mitterrand). Néanmoins, il en existe également chez les particuliers âgés qui en conservent précieusement.

La Gazette des sourds-muets et le Journal des sourds-muets sont les journaux les plus connus, et pouvant donner des débuts de réflexion, et même des informations assez riches sur les associations sourdes.
Néanmoins, la qualité du papier employé fait que l’accès à ces sources est aléatoire, ainsi Le journal des sourds-muets des années 1890 est inaccessible à la BNF du fait de sa fragilité.

Il est toutefois possible de contourner en partie cette difficulté en utilisant les archives en ligne et bibliothèques numériques. Cela représente un gain de temps énorme, avec un grand nombre d’ouvrages numérisés, accessibles via Gallica, mais également avec Google Books et Internet Archive qui recense toutes les numérisations effectuées.

Enfin, une source précieuse est constituée par les archives de l’université Gallaudet, l’unique université sourde au monde.

  • Les archives associatives

Une archive associative (photo de l'auteur)

Ce type d’archives est le plus difficile à atteindre, puisque la plupart des associations sourdes, de ma période de recherches, ont disparu, et il n’existe pas, à l’heure actuelle, de lieu de conservation dédié aux archives associatives sourdes.

C’est pourquoi elles se trouvent le plus souvent chez des particuliers, les anciens présidents ayant gardé chez eux la correspondance de l’association. Hélas, la situation est toutefois extrêmement aléatoire : il arrive régulièrement que leur descendance se séparent de ces archives, les trouvant encombrantes, et les détruisent.

Cependant, il existe quelques lieux qui ont préservé ce type de sources, en particulier celui de l’association des sourds de Reims, fondée en 1894 et qui existe toujours. Elle a la particularité de disposer d’un foyer de sourds où les archives sont préservées. Par conséquent, le foyer des sourds de Reims représente une source d’informations importantes sur les associations de l’époque via la correspondance qui y est gardée.

Mais, ce type d’archives reste encore minoritaire pour l’instant au vu de sa dispersion et de sa destruction partielle.

Par contre, il y a d’autres types d’associations, non sourdes, comme le Salon des artistes, la Société des Gens de Lettres, etc. auxquelles il est très recommandé d’avoir recours pour comprendre le parcours d’une personnalité.

  • Une archive privée, Lyon 1918 (Photo de l'auteur)

    Les archives privées

Ces archives sont, la plupart du temps, celles des personnalités de l’époque, que leur descendance, le plus souvent sourde, a préservé. Leur accès est assez difficile puisqu’il exige d’avoir recours à des relations au sein de la communauté sourde.

Étant moi-même sourd, et issu d’une famille de sourds, je sais ainsi où se trouvent des familles anciennes de sourds. Mais, il m’arrive aussi de découvrir l’existence de familles encore plus anciennes et très discrètes, par le biais d’amis par exemple. L’utilisation des réseaux communautaires constitue ainsi une condition essentielle pour avoir accès à ces archives qui sont réellement précieuse puisque ce sont souvent des archives au contenu unique.

  • Les archives départementales et nationales

Ces archives sont essentielles pour les recherches d’ordre administratif. Il est intéressant de remarquer que quasiment toutes les séries des archives disposent des documents qui concernent les sourds. La difficulté est de les trouver. C’est souvent par le biais d’un article de journal, d’une correspondance, ou bien, en reconstituant le parcours d’un personnage que l’on découvre des documents qui n’avaient pas été cités dans les références bibliographiques.

Les séries les plus fréquentes, dans mes recherches sont celles de la justice, la Série U, avec les procès, en diffamation, que les personnalités sourdes se faisaient entre elles, ceux de l’État-Civil, la série Q avec les permis de construire. Mais, il ne faut aussi pas oublier les archives particulières comme celles de la Légion d’Honneur avec la base Léonore, et les archives des hôpitaux.

Les témoignages en noétomalalien6

Ce type de sources est ce que l’on peut qualifier de sources orales.

Ainsi, ces témoignages, le plus souvent issu de sourds âgés qui ont rencontré d’autres anciens quand ils étaient jeunes, sont très précieux puisqu’ils peuvent pallier l’absence de sources écrites, ou même des événements qui ne sont pas couchés sur papier. Il est particulièrement important, d’autre part, de recueillir les témoignages des personnes âgées : la langue des signes française est en constante évolution et les anciens signes plongent progressivement dans l’oubli. Dans le cadre de ma propre recherche doctorale, je constitue ainsi un corpus précieux pour les recherches ultérieures, en particulier linguistiques. De ce que je vais faire de ce corpus recueilli, je n’ai pas encore la réponse, ni même envisagé le lieu où je pourrai les déposer, puisque si dépôt il y a, il faudrait que je demande l’autorisation aux témoins pour l’ouverture de ce corpus aux autres chercheurs, ce que je n’ai pas encore fait. Il faudra y réfléchir à l’avenir : un lieu d’archives en langue des signes ne semble pas réellement exister actuellement à une plus grande échelle que les archives privées, associatives…

Les informations recueillies par le biais de témoignages permettent, assez souvent, de débloquer certaines questions, et d’ouvrir de nouvelles pistes de recherches. Ils compensent également la disparition des sources écrites, et du déclin de l’écrit chez les sourds au cours du XXe siècle.

Néanmoins, la principale difficulté est d’éviter d’influencer le témoin. Enfin, il est important d’essayer de recueillir ces témoignages avec une caméra afin d’en assurer la pérennité. Je recommande de suivre les conseils de Thomas Gomart qui a publié un article sur la question7.

Conclusion

Pour faire une histoire sociale de la communauté sourde, il existe donc une multiplicité de possibilité d’accès aux sources. La vrai difficulté relève donc de l’identification de ces accès et il se peut que l’on aboutisse parfois à une impasse. Il est vraiment essentiel de garder à l’esprit que l’on peut trouver des informations dans des archives qui pourraient parâtre, au premier abord, très improbables, c’est pourtant souvent celles-ci qui permettent d’ouvrir de nouvelles voies…

La recherche doit être une aventure dit mon directeur, Mr Gerard Jorland, et je dois admettre que c’est une réelle exploration !

  1. Plus d’une dizaine d’ouvrages, avec, entre autres Histoire et statistique de l’éducation des sourds-muets, Paris, chez l’auteur,1836 et les sourds-muets avant et depuis l’abbé de l’Épée, Paris, Ledoyen, 1840 []
  2. Ce constat a été fait par une analyse personnelle des publications d’ouvrages recensés dans le catalogue général de la BNF, analyse faite avant mon exposé à une séance du séminaire du groupe ESOPP, consultable ici : http://cernach.free.fr/travaux/educationsourd.pdf
    []
  3. Source : http://www.ladocumentationfrancaise.fr/rapports-publics/984001595/index.shtml#book_presentation []
  4. François BUTON, L’administration des faveurs. L’État, les sourds et les aveugles (1789-1885), Rennes, PUR, 2009 []
  5. Jean-René PRESNEAU, Signes et institution des sourds, XVIIIe-XIXe siècles, Seyssel, Éditions Champ Vallon, 1998. Il y a également les ouvrages de Yves DELAPORTE qui permettent de pouvoir démarrer la recherche : Aux origines du mouvement sourd, Ferdinand Berthier (1803-1886), Second volume, Louhans, CLSFB, 1999, et Moi, Armand, né sourd et muet, Paris, Plon, 2002. []
  6. Définition ici : http://fr.wikipedia.org/wiki/Noétomalalier []
  7. Thomas GOMARD, « Quel statut pour le témoignage oral en histoire contemporaine ? », Hypothèses. Travaux de l’école doctorale d’histoire, 1999, pp. 103-111. Accessible sur Cairn : https://www.cairn.info/revue-hypotheses-1999-1-page-103.htm []

Faire parler des dossiers de condamnés à mort

Comment faire « parler » les archives ? Et qu’en tirer pour la thèse ? Il n’existe guère de questions plus fondamentales au début d’un projet de recherche. On chercherait pourtant en vain une réponse simple à ce problème essentiel.

Ma thèse (voir ici) a pour objet l’étude du processus judiciaire conduisant à l’exécution d’un condamné à mort en Californie. Elle s’intéresse d’abord aux pratiques judiciaires et administratives au travers du procès, puis l’incarcération et enfin l’exécution. Un des paris de cette étude a consisté à choisir une durée d’étude longue, plus d’un siècle entre 1893 – le moment où l’État décide de retirer aux sheriffs de chaque comté la responsabilité des exécutions et d’organiser directement les exécutions – et la période contemporaine. Une des conclusions majeures à laquelle je suis arrivé, c’est que le processus se complexifie parce que plusieurs des acteurs dont la responsabilité est directement engagée dans cette mise à mort légale (juges, gouverneur), décident de prendre toujours plus de précautions avant l’exécution.

Or peu de documents sont plus à même de montrer cette complexification que les dossiers pénitentiaires des condamnés à mort. Il s’agit d’une série de 304 dossiers individuels datant de 1913 à 1967 ; les premiers ne présentent que quelques pièces très simples : mandat d’exécution, certificat de décès, etc. Mais par la suite la bureaucratisation croissante et la multiplication des dispositifs de surveillance et de précaution à l’œuvre entraînent de plus en plus de rapports et de documents de tout type. Pour faire une histoire des pratiques judiciaires et pénitentiaires de la peine de mort, s’approcher au plus près des condamnés jusque dans leurs derniers instants, on ne pouvait rêver meilleur corpus.

Un préalable concernant la langue

Doc. 1. Document passionnant mais difficile d’accès : écriture manuscrite, orthographe et syntaxe incertaine. Comment interpréter ? Ensuite comment traduire correctement ?

Mes dossiers, produits par l’administration pénitentiaire et la justice de l’État de Californie, sont évidemment en anglais. Ayant étudié aux États-Unis et travaillé en anglais, je n’avais pas d’inquiétude sur ma compréhension globale des sources. Toutefois, je n’étais et ne suis toujours pas bilingue mais j’ai un niveau suffisant pour travailler sur ces documents. Le recours au dictionnaire reste toujours nécessaire pour vérifier la justesse de la compréhension et pour s’assurer que connotation et sous-entendu sont bien justes (voir doc. 1).

C’est évidemment ce qui peut échapper au lecteur étranger. Toutes les opérations de transcription se révèlent donc un peu plus complexe. Travailler à partir d’une lettre manuscrite dont l’écriture est incertaine prend un temps plus important lorsque la langue est étrangère (voir doc. 2). Par la suite se pose toute la démarche de la rédaction. J’ai adopté une méthode assez fastidieuse mais qui m’a semblé la plus rigoureuse : toutes mes citations sont en français dans le texte de la thèse avec en note de bas de page la version originale américaine intégrale. Cela permet de garder toujours à l’œil le texte original et de pouvoir revenir sur la traduction, après l’avoir par exemple montré à un angliciste. Au-delà, cela me semble une démarche d’honnêteté vis-à-vis du lecteur, surtout lorsque l’on travaille en anglais, qui reste la langue étrangère la plus commune pour les lecteurs francophones.

Lire et relire avec l’esprit libre

Doc. 2. Document là-aussi hors du commun, unique dans le corpus. L’imagination d’un bandit qui prépare l’évasion qui n’aura jamais lieu.

Le premier objectif devrait être de parvenir à une connaissance intime de ses sources. Après une première étape de dépouillement – que vous ayez pris des notes à la main ou avec l’ordinateur, ou même que vous ayez photographié des corpus entiers sans faire de sélection – je crois qu’une première étape d’immersion assez longue est indispensable. Il faudrait pouvoir s’y mettre sans trop d’idées préconçues. C’est rarement possible puisque dès le début de la formalisation du projet de recherche, on a commencé à construire des hypothèses et l’on a parfois des objectifs assez clairs. Je suis parti dans ces dossiers, après un premier examen exploratoire, à la recherche d’éléments systématiques sur l’histoire sociale de ces condamnés ou à la recherche de la « pépite » : le récit plus ou moins structuré d’une « affaire », apte à me permettre de refaire une « micro-histoire » éblouissante à la Foucault dans Moi, Pierre Rivière… Ces désirs d’archives, la volonté plus ou moins avouée de vouloir imiter les maîtres sont difficilement évitables. L’étude de cas à partir du seul dossier n’a jamais été possible. Il a toujours fallu que je mette en résonnance un dossier avec la demande de grâce (contenant souvent au moins partie des minutes du procès, des lettres écrites au gouverneur, etc.), les décisions de justice et les coupures de presse. Par cette accumulation se dessine alors des cas. J’en ai ébauché une demi-douzaine dans ma thèse, un par grande période, comme exemple des transformations dont je retraçais les contours généraux. Par exemple, dans ma thèse, le cas de Theodore Durrant apparaît dans la partie procès (p. 67-70) puis dans celle sur l’incarcération (p. 393) et à nouveau brièvement dans la dernière partie sur l’exécution (p. 638-650).

D’autres fils m’intéressaient également : les conditions de vie des condamnés à mort dans le « couloir », les droits dont ils disposaient, réduits mais non inexistants, leur capacité de résistance allant de la révolte à la contestation en passant par des incartades diverses; tout ce qui avait trait au contentieux autour de leur condamnation, leur capacité à solliciter les tribunaux, notamment… Mais je ne crois pas que tout cela ait été véritablement structuré ou même clairement formulé dans mon esprit, il y avait des linéaments, le début de choses éparses à l’état d’ébauches. Un long temps de lecture et de fréquentation des sources me paraît donc indispensable même et surtout si vos sources présentent, comme les miennes, un aspect apparemment assez répétitif et routinier.

La pépite et l’infime

Doc. 3. Le formulaire est pré-imprimé et invite les médecins à vérifier le passage de chaque étape dans la mise à mort par le gaz, notez l’inconscience qui est mise en avant. Les médecins multiplient les remarques sur l’avant exécution.

Deux tendances opposées viennent à l’esprit avec ce type de sources que l’on peut qualifier de bureaucratiques ou tout du moins de systématiques :

– La recherche d’une bonne étude de cas : un dossier particulièrement riche offre du contenu digne d’être longuement analysé et entrant même en résonnance avec d’autres types de sources (type sources imprimées : coupures de presse & témoignages publiés dans mon cas).

– À l’inverse, le dossier en lui-même n’offrant pas immédiatement quelque chose vous semble banal et presque sans intérêt. Pourtant, vous découvrirez après un certain temps qu’il peut s’insérer dans une série, qu’il présente une déclinaison de quelque chose dont vous n’avez pas encore tout à fait la clé. Cela peut parfois être infime ou presque : une ou deux phrases, la mention d’un petit fait mais qui permet ensuite de construire un panorama varié et significatif de votre objet global (voir doc. 3).

Une orientation importante pour moi aura aussi été de réfléchir à la source elle-même et son évolution : la simple croissance matérielle de « mes » dossiers au fil des années a constitué un point de départ essentiel pour ma démarche puisqu’elle démontre que la gestion du « couloir » et le suivi des condamnés sont devenus de plus en plus bureaucratiques et précis (comparez doc. 4 et doc. 5).

Regarder les dossiers se transformer, devenir plus importants, présenter des expertises plus élaborées, de cette simple évolution découlait déjà un important travail d’analyse et d’interprétation. Pourquoi ? Comment ? Vers qui ? etc.

Moissonner

Doc. 4. À la veille de l’exécution, le condamné est surveillé en continu, ses repas et ses occupations sont soigneusement notés. Au début tout est manuscrit.

Une stratégie assez utile consiste ensuite à se créer 4 ou 5 grands thèmes que l’on souhaite exploiter et à « moissonner » systématiquement ses sources, à les passer au peigne fin ou au tamis, choisissez votre métaphore.

On retrouve ici l’idée du petit élément, la phrase, la paillette qui fera votre grosse pépite. J’avais ainsi choisi après la réflexion menée en DEA à partir de la bibliographie existante : discipline, psychiatrie, défense, etc. J’accumulais d’abord l’ensemble avant d’exploiter et de mettre en perspective. Il s’agit de recueillir toutes les citations, passages, situations se rapportant au thème. Sur la discipline, j’ai relevé ainsi toutes les situations ayant donné lieu à la production d’un rapport d’incident. Dans ces rapports, j’ai relevé les citations les plus intéressantes concernant le condamné, la faute commise et la peine octroyée. C’est de cette manière que l’on peut convoquer et mobiliser à l’appui de sa démonstration les éléments de sources.

Réfléchir à ce qui manque

Doc. 5. Mais vite, l’administration commence à produire de jolis formulaires ronéotypés.

Une dernière dimension, plus complexe mais sans doute très utile, consiste à réfléchir négativement sur nos sources. Qu’est-ce qu’on n’y trouve pas ? Et pourquoi ?

Dans ma démarche, la confrontation avec les « rapports d’exécution » rédigé par le corps médical a été ainsi particulièrement utile. L’exécution est toujours surveillée par deux médecins qui en suivent le déroulement. Ils sont chargés à la fin de certifier le décès du condamné. La répétition de remarques similaires sur des formulaires préremplis, la faiblesse des remarques concernant le condamné lui-même, la surabondance d’annotations sur ce qui précédait immédiatement l’exécution, tout cela indiquait un regard mécanique et comme obturé sur les exécutions (doc. 3).

De même, le faible nombre de rapports ayant trait à des incidents quant aux derniers moments des condamnés m’a poussé à m’interroger sur l’efficacité de cet encadrement. Je me suis interrogé sur les dispositifs de surveillance qui produisent cette obéissance ultime pour aller presque volontairement vers sa mise à mort.

En guise de conclusion

On le voit, l’histoire s’écrit péniblement par de longues séances de confrontations avec ses sources prises collectivement, individuellement, en groupe par tranche périodiques, par groupement géographique ou tout autre assemblage significatif. De ces difficultés, on tire cependant à la fin le grand plaisir de proposer une certaine intelligibilité à ce qui apparaissait au premier abord une confusion complète.

.

Sources des documents

  1. Lettre de sa mère au condamné Dewey CLARK, in dossier d’exécution « Dewey CLARK, #65615 », Department of Corrections, San Quentin Execution Files ci-après DC-SQEF, California State Archives, Sacramento, Calif. (ci-après CSA) F3918 :142.
  1. Plan d’évasion versé au dossier du condamné John SANTO in « John SANTO, #A26468 », DC-SQEF, CSA, F3918 :317-318.
  1. Rapport médical pour l’exécution du condamné Johnson CALDWELL in « Johnson CALDWELL #A28886 », DC-SQEF, CSA, F3918 :329.
  1. Rapport de veillée d’exécution pour le condamné Robert DESSAEUR, février 1953 in « Robert DESSAEUR, #A18425 », DC-SQEF, CSA, F3918 :278.
  1. Rapport de veillée d’exécution pour le condamné Harvey GLATMAN, septembre 1959, in « Harvey GLATMAN, #A50239 », DC-SQEF, CSA, F3918 :378.

Utiliser la lexicométrie en histoire (2) : les aspects concrets

Après vous avoir donné un panorama général de l’histoire de la lexicométrie, je voudrais maintenant vous montrer quels logiciels on peut utiliser, et surtout quelles étapes très concrètes vous devrez suivre avant d’analyser votre corpus [1].

Les commandements de la lexicométrie

1. Avoir ses textes à disposition

Avant d’être analysés par un logiciel, vos textes doivent avoir été recopiés. Ce travail est particulièrement chronophage. Il faut donc que vous vous assuriez que personne ne l’ait déjà entrepris avant vous. Si vous avez la chance que vos textes aient été numérisés ou qu’ils aient été pris en photo, vous pourrez gagner du temps avec des logiciels de reconnaissance de caractères. Cette application existe pour certains textes de Gallica (il s’agit du mode texte), mais aussi sur google books. Les modernistes ainsi que les médiévistes auront sans doute moins de résultats puisque ces logiciels sont perturbés par les lettrines et les orthographes exotiques des textes. Il ne faut donc pas s’attendre à des miracles.

Après avoir acquis ces textes, il faudra les convertir obligatoirement en mode texte pour que le logiciel de lexicométrie puisse commencer à fonctionner. Avoir recopié ses textes n’est cependant pas suffisant, car le mode de constitution du corpus est déterminant.

2. Respecter des règles strictes de composition du corpus :

L’analyse lexicométrique est de type statistique. Un traitement lexicométrique donnera toujours des résultats, mais pour qu’ils aient un sens statistique [2] et qu’ils soient ainsi admis dans une réflexion historique, il faut redoubler d’attention au moment de la constitution du corpus. Ces précautions sont mises en évidence par Antoine Prost [3]. Il dégage trois règles essentielles, selon lesquelles le corpus doit être :

  • Homogène : les textes doivent être environ de même longueur, concerner le même public, porter sur le même thème. Il m’a ainsi été impossible dans mes propres recherches de comparer dans une même étude des sonnets et des épîtres dédicatoires puisque ces deux textes ne sont pas de même nature.
  • Diachronique : les textes ne peuvent pas avoir été écrits le même jour.
  • Contrasté : les textes doivent recéler des différences puisque ce sont justement ces différences que l’on cherche à observer.

Les logiciels

Les logiciels de lexicométrie sont foison, comme le soulignent Claire Lermercier et Claire Zalc [4]. Elles expliquent [5] néanmoins que les trois logiciels les plus sérieux pour faire une analyse lexicométrique sont : Alceste [6], Lexico3 [7] et Hyperbase. Aucun d’eux n’est malheureusement libre de droit, et leur coût varie de l’un à l’autre, Alceste restant particulièrement onéreux. L’aspect pécuniaire n’est évidemment pas le seul critère de distinction entre ces logiciels. La grandeur du corpus s’avère ainsi déterminant. Alceste accepte les corpus assez petits, ce qui n’est pas le cas d’Hyperbase. Les différences se font aussi sentir au niveau des options des logiciels. La lemmatisation, c’est-à-dire la simplification des différentes formes de mots [8], n’est ainsi pas nécessaire avec Alceste ou Hyperbase alors qu’elle l’est avec Lexico3. Hyperbase propose une analyse très fine des pronoms et des temps, ce que ne permet pas Lexico3, ou du moins pas directement, puisque cela exige une nouvelle lemmatisation. Il faut aussi prendre en compte la difficulté d’emploi du logiciel. Le maniement de Lexico3 est ainsi beaucoup plus aisé que celui d’Alceste [9].

Tous ces critères sont donc déterminants pour choisir le logiciel. Leurs différences ne doivent cependant pas effrayer. J’ai ainsi soumis mon corpus à deux logiciels différents (à savoir Alceste et Lexico3) pour voir si leurs résultats différaient. Ce ne fut pas le cas, bien au contraire. Par ailleurs, des lemmatisations différentes ou le recours à des extensions du logiciel peuvent pallier à certains manques du logiciel « de base » utilisé. Ainsi Coocs  développé par William Martinez [10], permet d’étudier les cooccurrences, ce que ne permettait pas Lexico3 initialement.

Après avoir choisi le logiciel, il faut passer par plusieurs étapes que je vais maintenant détailler.

Le problème spécifique du grec ancien : Utiliser un logiciel de lexicométrie sur un corpus en grec s’avère assez compliqué. L’alphabet grec mais surtout les esprits et les accents ont rendu très difficile le traitement lexicométrique de ces textes. Ce problème est en train d’être réglé par certaines équipes de recherches, qui tentent de le dépasser [11], mais il reste très difficile d’utiliser la lexicométrie sur ce type de texte.

Quand vous êtes sûr que votre corpus satisfait à ces différents critères, vous devez commencer à préparer vos textes pour l’analyse.

Les étapes préparatoires à l’analyse lexicométrique

  • Le balisage du corpus

L’ordinateur ne peut pas faire la différence entre les textes d’un corpus. Il faut donc les lui indiquer par des balises. Celles-ci se présentent de la façon suivante, pour le logiciel lexico3 :

<auteur=ronsard>

Elles suivent plusieurs règles : pas d’espace entre les mots, pas de majuscules, pas d’accent. Au-delà d’un simple découpage (appelé aussi segmentation) du corpus, cela permet à l’historien de sélectionner des points d’entrées sur son corpus, des questionnements. J’avais ainsi choisi de me demander si les différences que je notais au sein du corpus étaient dues à la personnalité des auteurs ou aux dates d’écriture. Cela m’a permis de sélectionner bien d’autres balises que la simple balise auteur. J’ai choisi de baliser mon corpus des balises suivantes : auteur, profession de l’auteur, date de publication, republication éventuelle et titre de l’œuvre. (Vous pouvez bien sûr en mettre autant que vous voulez). 

Le moment du balisage est donc bien un temps de réflexion qui permet de s’interroger sur son propre sujet. Bien souvent on revient sur le balisage pour le préciser ou au contraire supprimer certaines balises inutiles. J’ai ainsi supprimé la balise « métatexte » qui m’indiquait si l’épître dédicatoire était suivie d’un sonnet, car elle n’apportait, en définitive, rien de plus à l’analyse.

  • « Qui lemmatise, dilemme attise »[12]

La lemmatisation est la seconde étape de la plupart des analyses lexicométriques. Voici en quoi elle consiste. Les mots prennent différentes formes dans la phrase. Ils peuvent être mis au pluriel, être conjugués… Ces diverses formes peuvent cependant être ramenées à une forme unique, celui du lemme. Ainsi : vois, voit, voyons, vue, vues, voyant, vis, verra, verrez, verront sont des formes différentes de voir. La lemmatisation consiste à trouver les différentes formes revêtues par les mots du texte et à les simplifier en une seule forme. Les verbes sont ramenés, la plupart du temps, à l’infinitif, les adjectifs à leur masculin singulier et les noms à leurs singuliers. Elle consiste aussi à repérer les homographes afin d’introduire des différences graphiques pour que l’ordinateur puisse les différencier. « Est » peut être en effet une troisième personne du pluriel ou un point cardinal. Pour ne pas que le logiciel les confonde, il faudra coder le point cardinal en Est*. Dans certains cas, la lemmatisation devient une opération vraiment très difficile. Je travaille sur la Reine Marguerite d’un point de vue politique. Les titres qu’elles portait étaient donc essentiels pour moi. Lorsque j’ai voulu les lemmatisés, je me suis rendu compte que le mot princesse pouvait avoir les orthographes suivantes : Princesse, PRINCESSE, princesse. Ces trois syntagmes ont le même sens politique, mais la question était de savoir si je devais simplifier les majuscules en minuscules ou si je perdais un sens politique important. J’ai finalement découvert que les éditeurs mettaient les majuscules un peu au hasard, en fonction du matériel dont ils disposaient, ce qui m’a permis de trancher. Cet exemple montre bien à quel point lemmatiser n’est pas chose facile et peut devenir compliqué.

La lemmatisation prend une part plus ou moins importante dans le travail du chercheur. Les contemporanéistes ont souvent la possibilité de laisser les lemmatiseurs automatiques faire cet exercice. Les modernistes et les médiévistes ont un peu moins de chance, car il est préférable qu’ils procèdent eux-mêmes à la lemmatisation. Ils travaillent en effet sur des textes qui ne suivent pas les règles d’orthographe qui leur sont postérieures, et l’usage de certains mots a été perdu et reste inconnu des logiciels conçus pour des textes contemporains.  

Cette opération a été et reste une cause de disputes assez violentes entre ceux qui acceptent ce principe et ceux qui le rejettent au nom de la linguistique.

Lemmatiser implique en effet de perdre une grande partie de l’information contenue dans un texte. En lemmatisant, je suis passée de 12.000 à 6.000 formes. Les tenants de la non-lemmatisation considèrent que cette perte est inacceptable puisque le chercheur intervient pour choisir quel mot est digne ou pas de figurer dans leur liste alors que des variations très fines des formes peuvent être très révélatrices. Perdre la diversité des items reviendrait à renoncer à l’objectif même de ceux qui voulaient justement étudier le langage. C’est pour ces raisons que les premiers chercheurs[13] en lexicométrie n’ont pas lemmatisé leurs textes.

Pour ma part, j’ai choisi de céder aux sirènes de la lemmatisation et ce pour plusieurs raisons. Je pense que l’argument principal des linguistes, qui consiste à dire que l’on perd le sens du texte en lemmatisant ne fonctionne pas en histoire. Antoine Prost insiste ainsi sur cette différence ontologique qui différencie l’historien du linguiste. « L’historien (…) examine le vocabulaire pour autre chose que lui-même. (…) L’historien ne cherche pas la même chose que le linguiste[14]. » Son objectif « n’est pas la connaissance du vocabulaire en lui-même et pour lui-même, du système structuré qu’il constitue, c’est-à-dire au sens strict, du lexique, mais celle des mentalités et des attitudes latentes qui s’y manifestent[15]. » Cette différence d’intérêt porté au texte permet de le simplifier de façon à mieux l’analyser. La question de fond est celle-ci : importe t-il réellement à un historien de savoir si le locuteur a utilisé le participe ou la troisième personne du singulier d’un verbe, ou de savoir quel verbe ce dernier a utilisé ? Je crois que cette question est rhétorique. Ce qui nous importe n’est effectivement pas de savoir quelle forme de mot a été préférée à une autre, mais quel lemme a été choisi. Si effectivement, dans l’analyse d’un discours politique par exemple, on souhaite tout de même avoir accès à ce type d’information, il reste tout à fait possible de la faire en mettant en place une seconde lemmatisation qui codera le type d’information souhaité, puisque l’on peut toujours revenir au corpus non lemmatisé.

Cette simplification comporte des bénéfices, souvent laissés de côté alors qu’ils sont centraux. Lemmatiser permet de mettre en évidence les hapax, ces mots qui n’apparaissent qu’une seule fois dans un texte. Bien que leur analyse soit centrale, le refus de la lemmatisation les noie au milieu des formes rares des verbes. Par ailleurs, comme l’a souligné Damon Mayaffre[16], le fait de ne pas lemmatiser empêche d’introduire graphiquement des différences entre les homographes. L’ordinateur compte alors juge sans se préoccuper de savoir s’il s’agit du verbe à la troisième personne du singulier ou bien du nom. Il admet[17] que la non prise en compte des doublons a sans doute faussé en partie les résultats de sa thèse. Lemmatiser, loin d’être « un luxe inutile » serait donc bien un moment essentiel dans l’analyse lexicométrique. Plus important encore, la lemmatisation permet à l’historien de beaucoup mieux connaître son corpus, car il est obligé d’analyser chaque mot contenu dans ce dernier. Avant de décider s’il lemmatise ou non un mot, il utilise le logiciel pour le mettre en contexte et voir comment se dernier fonctionne. Cette opération très longue[18] est donc un immense apport pour l’historien car elle lui donne la possibilité de lire son texte d’une autre façon et de le connaître à une autre échelle, celui du mot. L’exercice intellectuel exigé par la lemmatisation est donc un moyen de progresser sur sa connaissance d’un corpus. Cette lecture structurée est nécessaire. Antoine Prost enjoint d’ailleurs ses collègues à la pratiquer pour dégager de nouvelles pistes de travail, car « L’analyse structurale, au contraire, s’efforce de reconstituer des constellations de vocables, en repérant entre eux soit des liens de solidarité, d’appel réciproque, soit de substitution, soit d’exclusion : on découvre ainsi une structure qui révèle le temps réel. »[19]

Enfin, l’argument selon lequel on lemmatiserait de façon automatique, sans se préoccuper du sens des mots est un leurre puisque cette opération implique une contextualisation automatique de chacun des mots que l’on choisit de lemmatiser.

Malgré les problèmes que pose l’étape de la lemmatisation, le rapport bénéfice/risque de cette technique semble pencher clairement en sa faveur. Cette étape passée, les premiers résultats arrivent enfin.

Différents types de résultats

Les résultats d’une analyse lexicométrique sont de nature très différente. Ils peuvent être très simples :

  • AFC (Analyse Factorielle des Correspondances)[20]

Outil le plus puissant de l’analyse lexicométrique. Il permet de visualiser les répartitions des mots au sein d’un corpus. Les mots qui se retrouvent au centre du graphique sont utilisés par tous les textes. Les mots qui forment une corolle autour des titres sont communs à certains textes en particulier. Les Analyses factorielles permettent donc de faire des regroupements au sein du corpus, de comprendre pourquoi certains textes s’opposent à d’autres sur le plan du lexique. Elles permettent aussi de voir l’évolution du vocabulaire en fonction du temps, si l’on a pris soin de faire une balise date. Cette première analyse dégage un certain nombre de mots objectivement intéressants et avec lesquels on peut lancer d’autres types de tests. Voici les principaux outils de l’analyse lexicométrique.

Lorsque l’on analyse une AFC, on essaie de comprendre la formation de ces groupes et de ses oppositions, et on tente de les justifier. On cherche aussi au sein de ces AFC à reconnaître des figures idéales de répartition des mots. L’une de ses figures est le torck. Vous constatez à droite qu’il y a plusieurs groupes de mots agglutinés et que les mots qui sont communs à chacun de ces textes permettent le passage du vocabulaire spécifique d’un texte au vocabulaire d’un autre texte. Lors de l’analyse on va dire qu’il y a un tork en faisant comme si ce passage se faisait de façon continue. Voici un second schéma d’analyse comprenant, de façon explicite le tork :

Dans un mémoire, on met en valeur le résultat « graphique » de l’AFC, qui ne peut représenter que deux facteurs à la fois, mais au cours de la recherche, il faut savoir que l’on analyse des tableaux (voir image ci-jointe) et que l’on observe la répartition et le sens des mots au sein des 10 premiers facteurs. On sélectionne ensuite les facteurs qui nous apportent le plus d’information ou qui sont le plus intéressants dans le cadre de notre problématique. Si les AFC sont le premier point d’entrée de l’analyse lexicométrique, elles peuvent et doivent être complétées par d’autres outils.

Voici les principaux outils de l’analyse lexicométrique :

  • La Contextualisation

Elle permet de vérifier le sens d’un mot. Très souvent, on a en effet une impression de proximité avec le texte, qui nous fait perdre de vue que notre emploi de la langue française est très différent de celui des personnes que l’on étudie. J’ai pu ainsi constater que le substantif « pouvoir » n’est pratiquement jamais utilisé dans les textes que j’étudie. Voici un exemple de contextualisation possible, obtenu à partir de mon corpus en utilisant Alceste :


  • La Représentation d’une fréquence d’apparition d’un mot

Grâce à cette option, on peut voir représenter l’usage d’un mot et son évolution au cours du temps. Je l’ai utilisé pour faire des « zooms » très précis sur certains items et cela a été très efficace. Cette option pose cependant un problème méthodologique si l’on n’a pas utilisé une analyse factorielle des correspondances pour identifier le mot que l’on veut étudier. Voici l’un des diagrammes que j’ai pu obtenir avec lexico3. Il s’agissait pour moi de comprendre comment variait l’emploi des titres « Princesse », « Duchesse de Valois » et « Reine » au cours du temps. J’ai tout simplement demandé au logiciel de me sortir ce diagramme, que j’ai pu interpréter sur un plan politique en le mettant en parallèle avec les dates clés de la vie de Marguerite de Valois :


  • Les cooccurrences

Outil très puissant servant à comprendre comment fonctionne un mot avec les autres mots. Lorsque l’on utilise Lexico3, on ne peut pas avoir immédiatement accès aux outils de cooccurrences. Le logiciel Cooccs, développé par William Martinez est un excellent moyen de pallier à ce problème. Il propose de nombreuses applications. On peut ainsi voir quels sont les mots qui apparaissent le plus souvent avec une forme pôle. On peut même en avoir une représentation schématique. Voici ci-dessous une représentation possible des relations entre les mots de mon corpus. Cette représentation est, en elle-même impossible à analyser. Mais, en choisissant une probabilité d’apparition moins forte il est facile d’obtenir des « zooms » (voir ici) sur des relations spécifiques entre les mots et devoir comment les mots s’enchaînent les uns avec les autres.

Ici encore, la sélection des mots que l’on étudie n’a rien d’arbitraire : on regarde les cooccurrences de tous les mots qui se sont révélés contributifs lors des premières AFC

  • Les Segments répétés

Outil permettant de mettre en évidence les mots qui fonctionnent ensembles d’une façon répété et ainsi de voir leur variation. J’ai pu ainsi observer à la loupe les signature de mes épîtres dédicatoires et avoir une représentation graphique de leur répartition en fonction du temps.


Conclusion

La lexicométrie constitue un formidable outil heuristique pour les historiens. Elle permet de comprendre le fonctionnement interne d’un corpus grâce aux AFC, de voir quels sont les mots les plus employés et d’en apercevoir l’évolution en fonction du temps. Ces outils ne sont malheureusement accessibles qu’au prix d’un grand travail préparatoires de lemmatisation et de mise en place des balises. Ce regard complémentaire aux méthodes plus classiques de la base de données ou d’une lecture très documentée des textes est extrêmement performante.


[1] Pour ce faire, je me fonderai encore une fois sur mes propres lectures et sur les conférences et les cours que j’ai reçus à Paris I et à l’E.N.S Ulm.

[2] Je reprends ici une partie du cour de Benjamin Deruelle consultable sur le site : http://tdhist.univ-paris1.fr/.

[3] Antoine Prost, Vocabulaire des proclamations électorales de 1881, 1885 et 1889, Paris, PUF, 1973, 192 p.

[4] Lemercier Claire et Zalc Claire, Méthodes quantitatives pour l’historien, Paris, La Découverte, 2008, 120 p. 

[5] Sur leur site « quanti RHMC » adresse : http://www.quanti.ihmc.ens.fr/Lexicometrie-les-logiciels.html. Lien valide le 30/01/12.

[6] Logiciel conçu par Max Reinert dans les années 90. Pour en savoir plus voir : http://www.image-zafar.com/index_alceste.htm.

Hyperbase a été créé dans les années 80 pour mettre les textes de la Révolution à disposition. Voir http://www.unice.fr/bcl/spip.php?rubrique38..

[7] Logiciel inventé et développé par André Salem et Ludovic Le Bart dans les années 1990.

[8] Je vous renvoie à la suite de ce billet qui explique en quoi la lemmatisation consiste.

[9] Je vous conseille d’aller voir à l’adresse suivante, signalée par Philippe Cibois sur le blog :  http://textometrie.ens-lyon.fr/spip.php?article96 (lien valide le 30/01/12). Vous y trouverez les différents manuels d’utilisation des logiciels. Vous pourrez ainsi choisir au mieux celui qui sera plus rentable pour voir. Consultez aussi le site du « quanti.RHMC »., il est très bien construit.

[10] Voir le site de William Martinez : http://williammartinez.fr/coocs/page.php. (lien valide le 30/01/12)/

[11] http://lexicometrica.univ-paris3.fr/thema/thema1/spec1-texte3.pdf. lien valide le 30/01/12.

[12] http://lexicometrica.univ-paris3.fr/article/numero2/brunet2000.html.

[13] ENS St Cloud.

[14] Antoine Prost, Vocabulaire des proclamations électorales, Idem, p.6

[15] Ibidem, p.5-6.

[16] Damon Mayaffre « De la lexicométrie à la logométrie», consultable à l’adresse : (lien valide le 30/01/12).

http://www.arts.uottawa.ca/astrolabe/articles/art0048/Logometrie.htm#Lemmatiser%20=%20d%E9grouper

[17] Damon Mayaffre , Ibidem.

[18] Il m’a fallu plus d’un mois pour lemmatiser mon corpus.

[19] Antoine Prost, Vocabulaire des proclamations électorales, Op.Cit, p.12.

[20] Les concepts mathématiques sur lesquels reposent les A.F.C sont assez complexes. Pour en savoir plus, je vous conseille de lire Philippe Cibois,  L’Analyse factorielle, analyse en composantes principales et analyse des correspondances, Paris, PUF, le point des connaissances,1983, 126 p., mais aussi le cour d’Alain Guerreau. Statistiques pour historiens, cours pour l’École des Chartes : http://elec.enc.sorbonne.fr/statistiques/stat2004.pdf. Lien valide le 30/01/12.

Les multiples sources de l’histoire de l’intégration européenne

Xavier Häpe en CC via Wikicommons

Si, comme nous l’avons constaté dans un précédent billet, il existe de bonnes raisons pour s’intéresser à l’histoire de l’intégration européenne, d’autres questions se posent. Où commencer ? Où l’historien peut-il trouver ses sources ? Il est évident que celui qui veut écrire une histoire véritablement « européenne », dépassant la seule perspective nationale, devrait voyager beaucoup pour consulter diverses archives partout en Europe. Cette dispersion des archives pose un obstacle logistique majeur auquel se trouvent confrontés de nombreux jeunes chercheurs, et a fortiori les étudiants en Master qui, souvent, ne disposent pas des ressources financières et temporelles suffisantes pour effectuer une telle recherche. Néanmoins, il y a un nombre croissant de base de données en ligne qui proposent d’accès direct à de nombreux documents originaux. Outre l’introduction à des approches plus traditionnelles, notre présentation des sources se focalise donc sur ces possibilités qu’offre l’Internet à l’historien de l’intégration européenne.

*

Sources éditées et publications officielles

Les premiers travaux sur l’histoire de l’unification européenne s’appuyèrent avant tout sur l’exploitation des archives nationales. Il en résulta des études décrivant le processus d’intégration européenne dans la perspective nationale de chaque auteur, fondées sur un corpus de sources extrait des sites nationaux. Si une nouvelle génération de chercheurs se met aujourd’hui à écrire une histoire transnationale de l’Europe, basé sur l’exploitation et le croisement de plusieurs archives nationales, il s’agit surtout de bien connaître les particularités des différents sites nationaux. Il faut alors savoir, pour chacun des pays pris en considération, quelles furent les institutions nationales en charge de la politique européenne. Tandis que dans la majorité des pays membres ce sont les ministères des Affaires étrangères qui la coordonnent, c’est, par exemple, en Allemagne le ministère de l’économie qui joua longtemps un rôle prépondérant.

Mais avant d’aller dans les archives on peut se référer à divers recueils de sources éditées. À part les éditions effectuées par des institutions nationales, par exemple La Documentation française, il faut ici mentionner les travaux du « groupe de liaison des professeurs de l’Europe contemporaine auprès de la Commission des Communautés européennes ». C’est avant tout Walter Lipgens qui lança la publication de nombreuses sources importantes.[1] Mais beaucoup d’autres historiens de ce groupe figurent également d’éditeurs de sources, surtout Wilfried Loth, le disciple de Lipgens qui continua l’édition de ces quatre grands volumes sur l’intégration européenne après la mort de son maître.

Au-delà, les autobiographies, les mémoires et les discours des hommes politiques (il n’y en a presque pas de femmes), engagés dans le processus de l’unification européenne, représentent un genre de littérature qui influença particulièrement la première vague de l’historiographie de l’intégration européenne. Quoique ces écrits posent des problèmes d’interprétation non négligeables, les historiens les utilisèrent notamment pour l’analyse des périodes où il y avait encore peu de documents accessibles dans les archives. On s’appuya donc autant sur les œuvres des hommes d’État nationaux, comme Charles de Gaulle, Konrad Adenauer ou Winston Churchill, que sur les publications des représentants des institutions européennes, par exemple Jean Monnet ou Walter Hallstein. Cette approche, pourtant, avait tendance à renforcer l’image téléologique de l’intégration européenne marquée par les « pères fondateurs » dans leurs écrits autobiographiques (sur cette question, voir le billet précédent : « Pourquoi s’intéresser à l’histoire de l’intégration européenne ? ».

Pour compléter la liste des sources éditées il nous faut finalement renvoyer aux documents et publications officielles des institutions européennes elles-mêmes. Le portail de l’Union européenne en donne une vue d’ensemble (voir ici). On y trouve des informations sur les publications actuelles, les archives historiques, les bibliothèques et centres de documentations ainsi que sur les possibilités de commander les documents. Le défi pour l’historien, pourtant, c’est que toutes ces publications changent fréquemment de noms au cours du processus de l’intégration européenne. Cela explique le fait que le titre d’un journal soit modifié à plusieurs reprises pendant seulement quelques années – c’est souvent le cas lors des élargissements de la Communauté européenne. Par conséquent, il est nécessaire de commencer par identifier les publications successives. L’historien économique et social, enfin, peut recourir à la base de données que propose Eurostat, la direction chargée de l’information statistique (voir ici). Elle fournit de multiples statistiques sur les indicateurs économiques de l’Union européenne ; celles-ci ne se réfèrent pas uniquement à la situation actuelle, mais, selon le cas, offrent également des données plus anciennes. À cela s’ajoutent les sondages Eurobarométre que la Commission européenne effectue depuis 1973 et qui peuvent éclairer l’évolution de l’opinion publique envers le processus de l’unification européenne (voir ici).

Archives des institutions européennes

En ce qui concerne les archives nous nous concentrons ici uniquement sur les fonds des institutions européennes, vu qu’une présentation de toutes les archives nationales des pays membres de l’UE qui contiennent des informations sur le processus de l’intégration dépasserait certainement le cadre de notre article. Chaque institution de l’Union européenne dispose donc de son propre service d’archives qui propose des informations spécifiques sur les fonds de ces différents organes. Pour s’en faire une première idée d’ensemble, il convient de se tourner d’abord vers la page web des « services des archives des institutions de l’Union européenne » (voir ici). De plus, le service d’archives du Conseil de l’Union européenne met à la disposition un « guide bleu » assez détaillé qui n’informe pas seulement sur les fonds d’archives des institutions européennes, mais également sur ceux des ministères des Affaires étrangères des États membres (voir ici). Ce guide – qui est complété par une « base de données sur l’intégration européenne » permettant de procéder à une méta-recherche dans les divers fonds d’archives nationales et européennes (voir ici) – constitue un premier outil très utile pour découvrir quels types de sources peuvent être mobilisés dans quelles archives et sur quels sites. Outre des informations pratiques concernant les conditions d’accès et de brèves esquisses historiques des archives, on y trouve des listes des inventaires les plus importants ainsi que quelques ouvrages de référence. Ensuite, les pages web de chaque service d’archives fournissent des informations plus précises, incluant outils de recherche avancée qui permettent de fouiller les fonds d’archives.

Les fonds d’archives des institutions européennes sont déposés aux « Archives historiques de l’Union européenne », qui sont administrées par l’Institut universitaire européen à Florence. Sa page web propose également une vue d’ensemble des différents fonds y déposés ainsi qu’un outil de recherche (voir ici). Les Archives de l’Union européenne suivent la règle de trente ans, ce qui signifie que seuls les dossiers élaborés il y a plus de trente ans sont accessibles au public. Il faut, de plus, prendre en considération le fait que la production des inventaires prend quelques années après l’ouverture des fonds, ce qui complique encore la recherche.

Les bases de données en ligne

Le problème d’accessibilité des archives peut être contourné, en partie, par le recours à des bases de données en ligne qui offrent accès à de nombreux documents numérisés. Une première liste de ressources électroniques se trouve sur la page web de l’Institut universitaire européen (voir ici). La plus intéressante en constitue la base DORIE – « Documentation et Recherche sur les questions Institutionnelles Européennes » – mise en place par la Commission européenne (voir ici). Cette base offre des documents composés par les services de la Commission au cours du processus de l’intégration européenne pour des besoins internes, des comptes rendus des réunions par exemple. Néanmoins, pour le moment, la base de données est encore en construction et il n’y a qu’un nombre limité des documents déjà numérisés.

L’université de Pittsburgh aux États-Unis entretient une autre banque numérique très utile, l’Archive of European Integration (AEI) (voir ici). Il s’agit d’une coopération entre la bibliothèque et le centre de la recherche sur l’Union européenne à Pittsburgh ainsi que l’European Research Papers Archive et l’European Union Studies Association. Deux genres de documents y peuvent être mobilisés. D’une part, on trouve des articles scientifiques portant sur la construction européenne ; d’autre part, des documents officiels de la Communauté européenne sont rendus accessibles. L’AEI constitue donc probablement la base de données la plus importante, librement accessible en ligne, qui offre un nombre toujours croissant de dossiers numérisés. De surcroît, ses outils de recherche avancée permettent une recherche très détaillée.

Ensuite, la page web du Centre Virtuel de la Connaissance sur l’Europe (CVCE), un établissement public luxembourgeois, dispose d’une vaste bibliothèque numérique qui rassemble plusieurs milliers de documents concernant l’évolution de la construction européenne depuis ses origines après la Seconde Guerre mondiale (voir ici).[2] Dans ses collections on ne trouve pas seulement des documents papiers numérisés, mais aussi des sources multimédia, comme des vidéos, des entretiens, des photos, des cartes interactives, etc. Les sources sont regroupées en dossiers thématiques et classées par ordre chronologique. Dans l’ensemble, il s’agit d’une page très riche et varié, sur laquelle on peut juste « surfer » pour se faire une idée plus complète de la chronologie de l’unification européenne.

Finalement, nous renvoyons au portail European History Primary Sources qui était crée par l’Institut universitaire européen il y a encore peu de temps (voir ici). Ce  portail ne constitue pas une base de données en lui-même, mais propose un index de pages web offrant accès à des sources numérisées. Cependant, les références ne se limitent pas à la construction européenne d’après-guerre, mais concernent l’histoire du continent depuis l’Antiquité, quoique l’accent soit mis sur le XXe siècle. Avec le nombre de bases de données en ligne augmentant d’une façon continue, ce site devrait se révéler de plus en plus utile.

Bibliothèques et recherche de littérature

Nous concluons notre article par la présentation des quelques outils qui peuvent aider à la recherche de la littérature spécialisée portant sur le processus de l’unification européenne. Vu que l’Institut universitaire européen à Florence, crée en 1972 par les États membres de la Communauté, représente un des centres les plus importants de la recherche sur l’intégration européenne, sa bibliothèque dispose certainement des fonds les plus complets (voir ici). De plus, le catalogue CADMUS permet de chercher les nombreuses thèses de doctorat qui sont soutenues à l’institut et qui sont, en partie, accessibles en ligne (voir ici).

Une autre bibliothèque très riche est celle de la Commission européenne, crée dès 1958 (voir ici). Les collections de la Bibliothèque centrale de la Commission européenne couvrent donc toute la période de l’unification européenne depuis ses origines dans les années cinquante jusqu’à aujourd’hui. La recherche dans ses fonds peut être effectuée via le catalogue ECLAS qui regroupe plusieurs bibliothèques et centres de documentations spécialisés, coordonnés par la Bibliothèque centrale (voir ici). Cet instrument se prête surtout à la recherche des publications officielles des institutions européennes.

Depuis les années 1960 la Commission européenne a également installé un réseau européen d’information, regroupant quelque centaines de centres d’information et de documentation. Sur la page web du service europe direct les différentes institutions nationales peuvent être repérées (voir ici). Ce sont donc surtout les centres de documentations, attachés souvent à des universités, qui mettent à la disposition des publications officielles des institutions européennes ainsi que de la littérature spécialisée.

Quant aux revues scientifiques, le Journal of European Integration History (JEIH), édité depuis 1995 par « le groupe de liaison des professeurs de l’Europe contemporaine auprès de la Commission des Communautés européennes », prend un rôle prépondérant (voir ici). Publié en trois langues – anglais, français, allemand –, il constitue la seule revue scientifique dédiée exclusivement à l’histoire de l’intégration européenne. Excepté les numéros de l’année en cours, les exemplaires de la revue sont téléchargeables sur la page web du groupe de liaison. Enfin, l’European Research Papers Archive (ERPA) offre l’accès aux papiers et revues électroniques des quelques 18 institutions membres dans le domaine de recherche sur l’intégration européenne (voir ici). Les publications couvrent donc plusieurs disciplines académiques qui font partie des études européennes.

*

Ce bref tour d’horizon a montré qu’il existe de plus en plus d’outils qui facilitent la recherche sur l’histoire de la construction européenne d’après-guerre. L’Internet offre aujourd’hui de multiples possibilités qui peuvent épargner de longs séjours dans les archives. Dans le même temps, le nombre croissant de ressources électroniques risque toutefois d’obscurcir  la situation plutôt que de l’éclairer – une tendance qui est encore renforcée par le fait que la construction européenne n’a pas encore trouvé sa fin. Il s’agit donc de ne pas se laisser écraser par l’offre existant, mais de l’explorer avec persévérance !

 

Récapitulatif des liens cités

________

  • Publications officielles

Portail de l’Union européenne : http://europa.eu/documentation/index_fr.htm

Eurostat : http://epp.eurostat.ec.europa.eu/portal/page/portal/eurostat/home/

Eurobaromètre : http://ec.europa.eu/public_opinion/index_fr.htm

  • Archives des institutions européennes

Services des archives des institutions de l’Union européenne : http://ec.europa.eu/dgs/secretariat_general/archives_services/index_fr.htm

Guide bleu des archives : http://www.consilium.europa.eu/documents/archives/blue-guide?lang=fr & http://www.eui.eu/HAEU/MFAdb/Welcomefr.htm

Archives historiques de l’Union européenne : http://www.eui.eu/Research/HistoricalArchivesOfEU/Index.aspx

  • Bases de données

Institut universitaire européen (IUE) : http://www.eui.eu/Research/HistoricalArchivesOfEU/FindingAidsAndResearch/LibraryandE-Ressources.aspx

Documentation et Recherche sur les questions Institutionnelles Européennes (DORIE) : http://ec.europa.eu/dorie/home.do?locale=fr&

Archive of European Integration : http://aei.pitt.edu/

Centre Virtuel de la Connaissance sur l’Europe (CVCE) : http://www.cvce.eu/

European History Primary Sources : http://primary-sources.eui.eu/

  • Bibliothèques / littérature

Bibliothèque de l’IUE : http://www.eui.eu/Research/Library/Index.aspx

Catalogue de thèses CADMUS : http://cadmus.eui.eu/handle/1814/7088

Bibliothèque centrale de la Commission européenne : http://ec.europa.eu/libraries/doc/index_fr.htm

Catalogue collectif des bibliothèques de la Commission européenne ECLAS : http://ec.europa.eu/libraries/doc/catalogues/index_fr.htm

Europe direct : http://europa.eu/europedirect/meet_us/index_fr.htm

Journal of European Integration History : http://www.eu-historians.eu/Journal

European Research Papers Archive : http://eiop.or.at/erpa/erpainfo.htm


[1] Walter Lipgens (dir.) : Documents on the History of European Integration, 4 vol., Berlin : de Gruyter, 1985-1991.

[2] Cette page succède à l’european navigator (ena) qui se trouvait sur www.ena.lu

Des usages historiens de la littérature

L'Art et la Littérature par William-Adolphe Bouguereau[Ce billet est co-écrit par Émilie Gimenez et Maxime Martignon]

L’objet de ce billet sur les rapports entre littérature et histoire, écrit par deux étudiants qui s’y confrontent régulièrement, est encore le terrain d’un débat intellectuel particulièrement vif. Pour certains1 le texte littéraire est porteur de connaissances dont la découverte est rendue possible par une herméneutique intra-diégétique, c’est-à-dire que le travail de l’historien consiste essentiellement dans une critique interne et l’analyse de discours de la source littéraire. Pour d’autres2, des opérations de contextualisation spécifiques à la littérature (en tant que phénomène) permettent d’éclairer les textes et de les constituer en objets spécifiquement historiques.

La littérature ne peut se réduire à son étymologie, litterae, litteratura, qui renvoie à « la chose écrite ». La postérité d’une œuvre est construite par sa nécessaire lecture ; un texte littéraire est celui qui est jugé comme méritant d’être lu et relu. Georges Ohnet, mélodramaturge de la IIIe République, était plus vendu que Zola à la fin du XIXe siècle. Or, certains romans des Rougon-Macquart sont étudiés dans de nombreuses classes de l’enseignement secondaire. Comme le souligne Florence Dupont, « L’existence de la littérature suppose une séquence ouverte par une écriture spécifique, et close par une lecture non moins spécifique. Autrement dit, il n’y a de littérature que là où existe, en horizon d’attente, une institution littéraire »3. L’emploi du mot « littérature » semble désigner également les ouvrages qui témoignent de préoccupations esthétiques. Ici, il n’est question que de donner des conseils méthodologiques utiles pour des jeunes historiens qui souhaitent utiliser des textes a priori littéraires. Pour ce qui concerne ces débats, nous ne pouvons que renvoyer à l’ouvrage de Judith Lyon-Caen et Dinah Ribard l’historien et la littérature4.

Aujourd’hui encore, il arrive d’entendre qu’il n’est pas possible d’utiliser la littérature comme source historique principale. Tout au plus, celle-ci peut être utile pour « l’ouverture » d’un mémoire. Elle apparaît alors comme un ornement esthétique au travail de l’historien et comme le moment du loisir dans l’argumentation.

Notre propos ici est de voir comment on peut prendre au sérieux cet ornement qu’est l’ouverture par la littérature à partir d’un cas concret de mémoire soutenu en 2011, et d’autre part d’apporter les éléments théoriques qui permettent de faire de l’histoire avec de la littérature.

Pratiques de l’ouverture littéraire

Le mieux pour raisonner sur la pratique de l’ouverture littéraire est de partir d’un cas concret. Nous citons le cas de Mélissa Bernier, étudiante à l’université de Besançon qui a soutenu un mémoire de M1 sur la caisse de secours de la mine de la Machine dans la Nièvre5. Son introduction était une réflexion générale sur la portée historiographique d’un texte incontournable pour qui travaille sur les mines, celui de Zola. Avec l’autorisation de son auteure, nous reproduisons ici cette « ouverture » pour pouvoir l’analyser.

Parler de la mine et des mineurs au XIXe siècle conduit nécessairement à penser à Zola et Germinal. Dans ce roman, publié en feuilleton dans Gil Blas à partir du 26 novembre 1884, Émile Zola (1840-1902) dresse le portrait d’un pays minier, certes fictif, mais en abordant tous les thèmes liés à l’état de mineur au XIXe siècle. Tous les points-clés sont traités comme les conditions de travail et de vie des ouvriers, leurs rapports avec la compagnie, leurs loisirs et leurs opinions politiques. Ces éléments forment le premier roman sur le peuple. Cette œuvre romanesque marque la culture des historiens6 car elle est fondée sur une enquête de terrain réalisée par l’auteur dans les mines d’Anzin du 23 février au 4 mars 18847. L’immersion étant pour lui la meilleure méthode d’investigation, Émile Zola est descendu dans un puits de mine et a visité un coron. Cependant, il s’agit d’un roman, il livre donc au lecteur sa représentation de la réalité et certains éléments sont fantasmés ou exagérés. Les éléments qu’il fournit ne peuvent pas être appliqués à la lecture de documents historiques dans le cadre d’une monographie.

Ce roman constitue une introduction aux rapports de force ou de soumission existants dans les entreprises industrielles au XIXe siècle. Les problèmes et enjeux liés aux caisses de secours sont résumés par les paroles de M. Hennebeau, directeur des mines de Montsou à une délégation d’ouvriers en grève :

« […] cette caisse de prévoyance que nous tolérerions bien volontiers si elle était seulement une épargne, mais où nous sentons une arme contre nous, un fonds de réserve pour payer les frais de la guerre. Et à ce propos, je dois ajouter que la Compagnie entend avoir un contrôle sur cette caisse »8.

L’emploi du conditionnel introduit les conditions posées par la direction quant à l’existence d’une caisse de secours ou de prévoyance. Cette forme verbale renvoie l’institution dans un lointain inacceptable qui fait antiphrase avec le mot « tolérer ». Il y a parallèlement une subversion du vocabulaire paternaliste en utilisant le champ lexical de l’armée. En effet, l’entreprise doit constituer une unité plus que l’affrontement entre deux armées. Si Zola répercute l’image négative des caisses de secours correspondant à l’imaginaire patronal, son écriture laisse à penser qu’il est du côté des ouvriers.

Dans le cas de la houillère de La Machine, la caisse de secours n’est pas devenue un objet de lutte entre les deux parties au XIXe siècle. Cette institution d’assistance a connu plusieurs changements dans sa gestion, toujours justifiés par l’intérêt commun. De plus, les caisses de secours ont trop souvent une image liée à la confrontation et à la grève, notamment par le biais du discours patronal qu’il s’agit ici d’analyser en étudiant celle de La Machine.

Zola par ManetIci, plusieurs éléments permettent de prendre au sérieux cette amorce. Il ne s’agit pas d’une citation jetée comme une évidence selon l’équation Mine = Germinal = réalité ou fiction. D’abord, M.Bernier s’attache à préciser la démarche d’auteur propre à Zola, en faisant implicitement référence aux travaux sur l’apparente scientificité des écrits naturalistes. Puis, la citation est située dans une interprétation historiographique (« les rapports de force ou de soumission ») qui désamorce toute volonté de faire de la citation soit un témoignage transparent, soit le fantasme ou la stratégie d’écriture d’un écrivain . Une analyse de discours permet ensuite de montrer les moyens par lesquels le texte de Zola produit un effet de réalité (« le vocabulaire paternaliste ») qui en fait une source séduisante pour l’historien trop peu averti, alors même que cet effet localise l’écrit plutôt « du côté des ouvriers ». Enfin, le retour au sujet spécifique permet de montrer la dimension historiographisante du texte de Zola sur la question des usages de la caisse de secours au XIXe siècle. Bien loin d’éclairer le sujet, le texte de Zola produit un effet de généralisation dont l’analyse contextuelle et herméneutique permet de comprendre qu’il est un préjugé historiographique.

On le voit plusieurs étapes sont nécessaires pour faire une citation littéraire sérieuse : la contextualiser ne signifie pas juste assembler des éléments d’érudition autour du texte. Il s’agit par là d’autoriser une lecture interprétative de l’extrait proposé. La seconde étape se trouve dans l’analyse précise du discours tenu par le texte qui permet d’étayer la vision qu’il donne. Par cette pratique on abandonne le temps d’une citation son sujet, on ouvre un autre objet réputé littéraire que l’on étudie. Il est censé provoquer une ouverture qui n’est pas prétexte mais qui permet d’élargir les enjeux du sujet général – quitte à ce qu’on ait besoin de mobiliser la littérature comme phénomène historique pour l’expliquer alors que le problème semble n’avoir rien à voir avec le sujet de départ.

Conseils théoriques et méthodologiques

Dans toute démarche engageant des sources « littéraires », il nous paraît important de ne pas réduire un texte littéraire à un énoncé fixe, unique et définitif et de se demander quelles sont les pratiques induites par la transmission de ce texte. L’objet doit donc être défini selon sa production et sa réception, en prenant en compte les voies qui mènent de l’un à l’autre, à savoir l’histoire de la transmission. Prenons l’exemple de la tragédie grecque. Si elle est ramenée à son contexte d’énonciation initiale, la représentation tragique s’insère à Athènes dans la fête rituelle des Grandes Dionysies ; elle ne correspond plus à ce que nous admettons comme littérature dans la mesure où le texte n’est pas autonome et n’existe que dans sa dimension performative dans le théâtre de Dionysos9. Ramener l’objet à son historicité peut entraîner la négation de son statut littéraire.

Cette opération de contextualisation permet à l’historien de comprendre son objet et de ne pas lui faire dire ce qu’il ne dit pas. Chaque objet a sa propre originalité et fonction inscrites dans le lieu et le temps qui l’ont produit. Pour tout étudiant qui souhaite utiliser de la littérature, il est nécessaire de l’historiciser car cela nous permet de l’objectiviser et de la détacher de certains a priori hérités notamment de notre rapport à la lecture et de son enseignement. La classification en genres et sous-genres littéraires (théâtre, poésie, roman, autobiographie, …) et en registres (tragique, comique, épique, …) permet de penser la littérature. Ce sont des opérations de production de savoirs qui ne sont pas toujours contemporaines de l’œuvre et qui peuvent se trouver anachroniques. Tant qu’il est conscient, l’anachronisme s’avère utile10 ; il faut simplement savoir faire la différence entre les concepts étiques que nous élaborons et les catégories indigènes des personnes, auteur ou destinataire de la littérature. Ainsi, la notion de « tragique » comme registre n’est construite qu’au XIXe siècle par la philosophie idéaliste allemande et est difficilement applicable pour la tragédie antique11.

Les questions que l’on pose à l’objet littéraire et le statut qu’on lui donne engagent le choix de démarches épistémologiques. Dans son travail de recherche, Emilie Gimenez, articulant l’anthropologie historique et les gender studies12, prend le parti que la tragédie grecque permet de comprendre la réalité historique de la cité athénienne du Ve siècle, non directement mais par un jeu de miroir brisé13. Dans une toute autre démarche, Maxime Martignon14 cherche à rendre compte des usages sociaux de la correspondance de Cabart de Villermont(1623-1707) ce qui nécessite d’investir ces textes mis en circulation d’une dimension esthétique  propre à avoir des effets de lecture alors même qu’ils n’appartiennent pas au « canon littéraire ».  Ainsi, tout usage historien de la littérature doit conduire à mener une réflexion qui n’est pas seulement une critique de source mais aussi une critique épistémologique de son propre travail pour échapper à la tentation de faire de la littérature un simple document sur son objet.

 

_____________

1   Une illustration récente parmi d’autres : « Savoirs de la littérature » Annales. Histoire, Sciences Sociales, Paris, éditions de l’EHESS, 2010/2.

2   Jean-Pierre VERNANT, « Le moment historique de la tragédie en Grèce : quelques conditions sociales et psychologiques », dans, Jean-Pierre Vernant et Pierre Vidal-Naquet, Mythe et tragédie en Grèce  ancienne I, Paris, Maspero, 1973, p. 11-17.

3   Florence DUPONT, L’invention de la littérature, Paris, La Découverte, 1998, p. 14.

4   Judith LYON-CAEN et Dinah RIBARD, L’historien et la littérature, Paris, La découverte, 2010.

5   Mélissa BERNIER, La caisse de secours de la mine de la machine au XIXe siècle, Mémoire de M1 soutenu à l’université de Franche-Comté sous la direction de Jean-Claude DAUMAS, 2011.

6   Par exemple, Georges PRADALIE, Balzac historien, Paris, PUF, 1955. Ou Marie-Françoise GRIBET, « Horace Busquet, Directeur des mines de La Machine à l’époque de Germinal », Le marteau pilon, Guérigny, n°18, 2006, p. 113-120.

7   Émile ZOLA, Carnets d’enquête : une ethnographie inédite de la France, Paris, Plon, 1987.

8   Émile ZOLA, Germinal, Paris, Hachette, 1993, p. 259.

9   Florence DUPONT, L’insignifiance tragique, Paris, Gallimard, 2001 : L’auteure élabore la notion d’ « insignifiance tragique » qui sous-tend que la tragédie grecque ne peut être comprise et étudiée que si elle est ramenée à son historicité et à sa situation d’énonciation initiale, la performance ; chap. 1, « En finir avec la tragédie grecque? », p. 11-29.

10  Nicole LORAUX, « Éloge de l’anachronisme ». Le genre humain, 1993, p. 23-29, repris dans Les Voies traversières de Nicole Loraux : une helléniste à la croisée des sciences sociales, Espaces Temps/Les Cahiers Clio, 87-88, Paris, p. 127-139.

11  Pierre JUDET DE LA COMBE, Les tragédies grecques sont-elles tragiques ?, Paris, Bayard, 2010.

12  Émilie GIMENEZ, Electre est-elle une héroïne? Approche des genres dans les Choéphores d’Eschyle et l’Electre d’Euripide et de Sophocle. Mémoire de M1 soutenu à l’EHESS sous la direction de Claude Calame, 2011.

13  Pierre VIDAL-NAQUET, Le miroir brisé, Paris, Belles-Lettres, 2002.

14  Maxime MARTIGNON, Les pratiques épistolaires d’un intermédiaire à la fin du règne de Louis XIV : Cabart de Villermont (1623-1707). Mémoire de M1 soutenu à l’EHESS sous la direction de Christian Jouhaud, 2011.

L’historien-ne et les archives

[Ce billet a été initialement publié sur La boîte à outils des historiens. Son objet entrant dans les centres d’intérêts des lecteurs de ce blog, je me permets à titre quasi exceptionnel – voir aussi par là – de le reprendre ici]

Dans la série des petits incontournables pour l’apprenti historien-ne (pour l’historien-ne plus confirmé-e ainsi que pour l’enseignant-e d’historiographie et de méthodologie de la recherche en histoire…) voici Les archives de Sophie Coeuré et Vincent Duclert.

Une première version de l’ouvrage avait été publiée en 2001. Cette nouvelle édition « entièrement refondue et mise à jour », selon l’expression consacrée, est disponible depuis fin mars 2011. Ici la formule n’est pas usurpée : les familiers de la première édition auront tout intérêt à se procurer cette nouvelle version.

 Outre la reprise des éléments relatifs à l’histoire des archives, aux bases de la critique historique des documents (etc.), vous y trouverez une utile mise à jour des chapitres relatifs à l’organisation pratique des services (qui tient compte, par exemple, des évolutions en cours aux archives nationales) et à la législation (qui permet, notamment, de faire le point sur les changements intervenus depuis les réformes de 2008). C’est aussi l’occasion pour les auteurs d’évoquer brièvement la question des musées d’histoire, ainsi que les controverses nées suite à l’annonce de la création d’une « maison de l’histoire de France » et de son installation sur le site historique des archives nationales (voir aussi ici)

 Sans que cela ne soit l’objet principal de l’ouvrage, les auteurs tiennent aussi compte des transformations du rapport aux archives qu’entraîne l’avènement de l’ère numérique ; tant du point de vue des archivistes que des usagers. Sont ainsi évoqués : l’archivage électronique et la numérisation ; le rôle d’internet dans le renforcement de certains projets internationaux ; la réalisation de bases de données et d’expositions en ligne…

Le chapitre intitulé « publics des archives, usages des archives » donne des indications très intéressantes concernant les fréquentations respectives des archives nationales et départementales et de leurs sites internet (très légère baisse pour les premières, explosion pour les seconds).

 Je ne saurais donc trop vous recommander la consultation de cet ouvrage qui, un peu sur le même modèle que le « repères » de Claire Lemercier et Claire Zalc permet d’accéder à un vaste panorama d’une question qu’il vous faudra approfondir ensuite par vous même, sur le terrain…

 *

 J’en profite pour vous indiquer la mise en ligne d’une conférence d’Annette Wieviorka sur la bibliothèque numérique de l’ENSIB.

 Intitulée « De l’usage de l’archive et du livre dans la fabrique du récit historique » (voir ici). Elle a été prononcée le 12 avril 2011 dans le cadre du cycle de conférences « Lire les livres » : cliquez ici pour écouter en ligne (env. 1h30), et là pour télécharger le fichier (env. 83Mo).