Archives par étiquette : historiographie

Entre histoire et actualité : Les Archives par S. Cœuré & V. Duclert

Depuis le rapport Braibant demandé par le premier ministre Édouard Balladur en 1996, qui a dressé un bilan de la loi sur les Archives de 1976, les archivistes militent, soutenus par les historiens, pour remettre en question un système particulièrement complexe et peu efficace, manquant de transparence et de praticité.

Les ArchivesC’est dans ce contexte qu’a été écrit, et qu’agit, un petit livre de 128 pages, Les Archives, paru en 2001 aux éditions La Découverte et réédité en 2011 en réaction à l’évolution permanente de son propos. L’ouvrage de Sophie Cœuré et de Vincent Duclert affiche une ambition plurielle, et tient une place particulièrement importante au sein de l’historiographie des archives françaises.

Sophie Cœuré est une historienne française, spécialisée dans l’histoire du communisme et de la Russie aux XIXe et XXe siècles. Elle a enseigné à l’ENS, puis à l’université Paris Diderot. Les Archives constituent son premier ouvrage spécialisé dans ce domaine. Elle l’explore à nouveau en 2007 dans La mémoire spoliée : Les archives des Français, butin de guerre nazi puis soviétique, Payot, Paris, 2007. La réédition de 2011 s’enrichit ainsi d’exemples tirés de l’histoire des archives soviétiques, et de cette histoire des archives françaises, dont fait partie l’exemplaire original du traité de Versailles. Continuer la lecture

Histoire militaire ou du fait militaire ? La monographie régimentaire

Carte postale, 47e régiment d'infanterie (Source : archives municipales de Saint-Malo)

Carte postale, 47e régiment d’infanterie (Source : archives municipales de Saint-Malo)

Cela fait maintenant quelques temps que je consacre mes recherches au destin d’une unité pendant la Première Guerre mondiale, le 47e régiment d’infanterie de Saint-Malo. Tout a commencé par un article publié dans les Annales d’une société savante bretonne puis, sur les conseils d’un de mes maîtres et amis devenu directeur de recherche, j’ai repris le fil de mes études – arrêtées dix ans auparavant en maîtrise – en m’inscrivant à un Master 2 que j’ai consacré à l’entrée en guerre de ce 47e régiment d’infanterie. Ma démarche est aujourd’hui loin d’être achevée et je compte d’ailleurs poursuivre le travail entamé en m’inscrivant à la rentrée en thèse.

Pourtant, lancinante, une question me taraude depuis quelques semaines. En effet, après des centaines d’heures de dépouillement d’archives, agrémentées d’au moins autant de lectures, après plusieurs articles et communications dans divers colloques et journées d’études et après avoir produit un volumineux mémoire de plus de 700 pages, force est de confesser que je ne sais toujours pas si mon travail relève de ce que l’on appelle de l’histoire militaire. Ceci est d’autant plus étrange que je dois avouer qu’habituellement de telles interrogations me fatiguent rapidement. Je me fiche de savoir si c’est dans le bac « rock indépendant » ou « garage band » que je dois fouiller pour trouver le disque que je cherche, ce sont les riffs aiguisés de guitare et l’ivresse procurée par la musique qui m’importent.

Or cette fois-ci, la question de la définition de l’art – puisque c’est bien cela dont il s’agit – ne semble pas totalement sans enjeux. En effet, qu’y-a-t-il de commun entre La Chair et l’Acier et, pour ne simplement considérer que deux exemples, Les mots des tranchées, si ce n’est qu’il s’agit-là de deux excellents ouvrages que l’on qualifie souvent d’histoire militaire ? Là où M. Goya s’intéresse à l’évolution de la pratique militaire de l’Armée française entre 1914 et 1918, O. Roynette analyse la langue des Poilus, matière première qui elle aussi, révèle de l’histoire de la Première Guerre mondiale1. Certes, il s’agit là de deux focales différentes mais l’objet d’analyse demeure le même, en l’occurrence celle qui devait être la der des ders.

On pourrait donc postuler qu’est historien militaire celui qui travaille sur des archives militaires, assertion ici comprise dans sa dimension la plus large, c’est-à dire du rapport rendant compte d’un coup de main (M. Goya) à la lettre de Poilu écrite dans une cagna humide (O. Roynette). Or les choses semblent plus complexes que cela.

C’est complètement par hasard que j’ai fait la connaissance, il y a près d’un an, d’un doctorant travaillant sur les registres matricules d’une subdivision du département de la Manche. Nous avons sympathisé d’autant plus vite que nos centres d’intérêts sont réellement convergents : nous admirons tous deux les travaux de Jules Maurin2, les registres matricules constituent pour nous une source essentielle quoiqu’extrêmement délicate à manier et nous réfléchissons tous deux sur une aire administrative commune, nos deux objets d’étude formant l’espace de la 40e brigade d’infanterie. Bien sûr, nos axes de recherches divergent puisque là où je m’intéresse à un régiment, cet ami travaille sur un bureau de recrutement. Mais c’est au cours d’un déjeuner en commun que j’ai réalisé que ce qui sépare nos travaux n’est pas tant dans la nature même des sujets étudiés que le cerveau de ceux qui entreprennent ces recherches. Bien que travaillant sur un corpus de sources essentiellement militaires – les registres matricules de recrutement – mon camarade m’annonce en effet avec conviction ne pas considérer faire de l’histoire militaire mais sociale.

Je dois l’avouer, je n’ai sur le moment pas trop prêté attention à ce propos. Sans doute faut-il y voir une conséquence de ce rejet des chapelles et de cette phobie des bacs de disquaires trop savamment classés. Mais, plus encore, force est d’admettre que je n’avais pas compris le sens véritable de cette assertion. Il est vrai que travaillant sur le 47e régiment d’infanterie pendant la Première Guerre mondiale, il me semblait naturel de faire de l’histoire militaire, quand bien même je ne savais pas trop ce que recouvre ce terme.

L’histoire est le fruit du travail de l’historien

Mais il se trouve que  quelques semaines plus tard je me trouvais dans une situation tout aussi paradoxale que mon camarade doctorant qui prétendait faire de l’histoire sociale à partir d’archives militaires. J’étais en effet en train de réaliser une étude prosopographique des officiers du 47e régiment d’infanterie afin de mesurer l’incidence de l’entrée en guerre sur ce groupe social particulier. J’utilisais là une grille d’analyse qui, pour être brillante, n’en était pas moins aucunement militaire puisque définie par J. Le Bihan dans le cadre de sa thèse sur les fonctionnaires intermédiaires3. Implicitement, l’utilisation de cette méthode désacralisait le sujet puisque cela revenait à admettre que l’officier de carrière – fut-il du 47e régiment d’infanterie – est un fonctionnaire intermédiaire comme les autres. Ou presque. De plus, outre les dossiers de Légion d’honneur et autres états signalétiques et des services, j’utilisais des sources qui parfois n’avaient rien de militaires : annuaires, rubriques nécrologiques, actes d’état-civil… et pourtant la finalité était bien d’ordre militaire puisqu’il s’agissait de voir en quoi l’entrée en guerre bouleverse le corps des officiers au sein d’une unité telle que le 47e régiment d’infanterie.

Une des casernes du 47e RI (Source : AM de Saint -Malo)

Une des casernes du 47e RI (Source : AM de Saint -Malo)

Il était dès lors évident que, peu importe le type de sources étudiées, c’est bien la direction impulsée par le chercheur qui conduit l’analyse vers tel ou tel type d’histoire. Ainsi, lorsque je m’intéresse à trois officiers du 47e régiment d’infanterie qui refusent de participer à l’inventaire des biens de l’église de Saint-Servan en 1906, même si je travaille à partir d’archives éminemment militaires, puisqu’il s’agit d’un dossier de conseil de guerre, je peux prétendre me placer dans une histoire plus politique, dans la lignée du remarquable dernier ouvrage de X. Boniface4. C’est donc bien l’historien qui fait l’histoire, et non l’archive où le sujet étudié.

 Cela est d’autant plus vrai en ce qui concerne l’histoire militaire que celle-ci est sans doute victime d’un double effet de source qui en altère profondément le sens. D’une part il y a le fait que la société française des années 1900-1920 est autrement plus militarisée que celle du XXIe siècle : le service militaire est une expérience partagée par tous les jeunes hommes, ou presque, pendant deux voire trois années ; l’Armée et le patriotisme de manière générale occupent une place centrale dans la société, ce sans même parler du traumatisme de la Première Guerre mondiale elle-même. Autrement dit, tout ou presque renvoie alors à une histoire militaire. De plus, force est d’admettre que les archives militaires comptent en France parmi les mieux conservées pour la période et qu’elles peuvent constituer pour beaucoup une aubaine permettant d’étudier des réalités qui, in fine, sont bien éloignées du fait militaire lui-même.

En d’autres termes, pour une période telle que celle de la France des 1900-1920, l’Armée est sans doute tellement présente dans tous les pores de la société qu’elle conduit à une définition trop vaste de l’histoire militaire pour qu’elle soit réellement signifiante. En revanche, ce qui est certain est que l’un des points qui me motive le plus est d’essayer de comprendre comment une unité telle que le 47e régiment d’infanterie, bien que composée d’hommes ordinaires, de civils uniformisés, traverse cet interminable et atroce conflit. C’est donc bien vers une histoire du fait militaire tel que pratiqué par cette unité que je veux tendre. Et là n’est pas une mince affaire.

Le défi de l’histoire du fait militaire

Si la mise en ligne des journaux des marches et opérations s’apparente, pour quiconque s’attelle à une monographie régimentaire, à un véritable bienfait, force est néanmoins d’admettre que ces sources ne sont pas sans dangers. En effet, sauf à vouloir verser dans une réédition des historiques d’unité d’antan5 où à reproduire certaines études commises par tel ou tel érudit local, il convient de se garder de ces archives qui, la plupart du temps, sont réécrites a posteriori, se concentrent sur les mouvements des grandes unités – c’est-à-dire dans le cadre d’une monographie régimentaire ignorent les sections et les escouades – et ne livrent qu’une vision imprécise et déshumanisée du combat. Ce n’est sans doute pas un hasard si, dans une série d’articles publiés au début des années 1930 dans la Revue militaire française, le commandant Larcher complète son étude du 10e corps d’armée à Charleroi – soit précisément le moment du baptême du feu du 47e RI – par de nombreux témoignages d’officiers présents ce jour-là sur le champ de bataille6. Or ceux-ci contribuent à rendre cette série d’articles non seulement essentielle mais d’une certaine manière indépassable puisque le compte rendu de ces entretiens menés par l’auteur n’a pas été – à ma connaissance – conservé. Au final, il en résulte le sentiment d’une perte de sources qui, justement, rend l’histoire du fait militaire tel que pratiqué par le 47e régiment d’infanterie encore plus difficile à écrire, sauf à aller chercher dans des directions jusqu’alors inédites.

On nous permettra d’en citer deux principales. Il y a bien entendu l’apport indéniable des war studies, nouvelle manière d’appréhender le combat au moyen d’une approche pluridisciplinaire mêlant sociologie, anthropologie, archéologie, géographie, … Là encore, il convient sans doute de se méfier de cette expression à la mode, l’interdisciplinarité relevant bien souvent plus du vœu pieux que de la réalité. Pourtant, il est indéniable que cette volonté de chercher vers de nouveaux horizons intellectuels traduit non seulement le dynamisme de ce champ historiographique mais également le nombre des pistes qui demeurent à explorer. Grâce aux war studies, on passe presque d’un choix cornélien opposant histoire sociale et militaire à une histoire du fait militaire utilisant entre autres paradigmes ceux hérités de la sociologie.

La seconde direction qui nous semble prometteuse afin de cerner de plus près ce fait militaire tient en la nature même de notre démarche, à savoir une monographie régimentaire. Or force est de constater que celles-ci demeurent rares de ce côté de la Manche. Peut-être faut-il y voir une conséquence supplémentaire de l’organisation jacobine de ce pays ? Il est un fait que la France aime les grandes synthèses sur un objet historique donné : les profiteurs de guerre, les embusqués,…7 Essentiels, ces travaux donnent lieu à un très important travail de conceptualisation et ne doivent en aucun cas être négligés. Pour autant, il n’en demeure pas moins qu’ils sont aux antipodes de ce que j’essaie d’entreprendre pour le 47e régiment d’infanterie. La comparaison avec la situation académique outre-manche est d’autant plus cruelle que là-bas, la monographie d’unité est un genre très prisé. Tellement d’ailleurs que lorsque K. L. Snowden décide de se consacrer à l’étude de l’évolution tactique sur le front ouest entre 1914 et 1918, l’un des critères qui préside au choix de « sa » division – la 21e – est la concurrence avec d’autres étudiants, engagés dans des optiques analogues8. En France, la situation est toute autre puisque lorsque j’essaie de comparer les données chiffrées que j’ai pu amasser sur le 47e RI avec d’autres unités d’infanterie d’active, je peine à le faire… faute de combattants. Même un auteur tel que C. Ingrao est obligé de faire « amende honorable » lorsqu’il introduit sa remarquable étude de la brigade Dirlewanger. En effet, il débute son propos en tentant de s’affranchir de l’accusation « d’archaïsme positiviste » formulée à l’encontre de la monographie d’unités pour affirmer que ce genre est « tout à la fois l’un des plus anciens en histoire militaire et l’un des plus prometteurs, pour peu qu’on le soumette à une interrogation nouvelle »9. Dans notre pays, la situation est telle que l’ouvrage – désormais élevé au rang de classique – que L. V. Smith consacre à la 5e division d’infanterie n’est même pas traduit en français. Il s’agit pourtant d’une division de l’armée française, et non des moindres puisqu’elle voit passer un certain nombre de « stars » dont Charles Mangin, Roland Dorgelès ou encore le futur maréchal Koenig10.

Le retour du 47e RI (Source : collection privée)

Le retour du 47e RI (Source : collection privée)

*

*             *

Ce sont bien ces prestigieux exemples qui me confortent dans l’idée que non seulement tout n’a pas été écrit sur le 47e régiment d’infanterie mais que, de surcroît, la monographie régimentaire nous semble être le moyen d’un renouvellement en profondeur de l’histoire du fait militaire. Reste à savoir s’il en résultera une histoire que l’on pourra qualifier de militaire !

  1. Goya, Michel, La chair et l’acier. L’armée française et l’invention de la guerre moderne (1914-1918), Paris, Tallandier, 2004, Roynette, Odile, Les mots des tranchées, Paris, Armand Colin, 2010. []
  2. Maurin, Jules, Armée, guerre, société, soldats languedociens (1889-1919), Paris, Publications de la Sorbonne, 1982. []
  3. Sur la définition du « fonctionnaire intermédiaire » et son extension possible aux officiers d’un régiment d’infanterie Le Bihan, Jean, Au service de l’Etat, les fonctionnaires intermédiaires au XIXe siècle, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2008, p. 19-57. []
  4. Boniface, Xavier, L’Armée, l’Eglise et la République (1879-1914), Paris, Nouveau Monde Editions, 2012. Le Gall, Erwan, « Le deuxième procès de Rennes : trois officiers du 47e régiment d’infanterie devant le Conseil de guerre », En Envor, Revue d’histoire contemporaine en Bretagne, n°1, hiver 2013, en ligne. Lien : http://enenvor.fr/eeo_revue/numero_1/le_deuxieme_proces_de_rennes_trois_officiers_du_47e_regiment_d_infanterie_devant_le_conseil_de_guerre.html []
  5. Celui du 47e régiment d’infanterie est publié en 1920 à Saint-Servan, par Jules Haize, imprimeur et conseiller municipal de cette commune limitrophe de Saint-Malo. []
  6. Larcher, Commandant, « Le 10e corps à Charleroi », Revue militaire française, juillet 1930-juin 1931. Les travaux du commandant Larcher sont à cet égard particulièrement révélateurs d’un premier âge de l’historiographie de la Première Guerre mondiale qui se focalise essentiellement sur les officiers. Prost, Antoine et Winter, Jay, Penser la Grande Guerre, un essai d’historiographique, Paris, Seuil, 2004, p. 27-29. Sur la bataille de Charleroi la dernière synthèse en date est Baldin, Damien et Saint-Fuscien, Emmanuel, Charleroi, 21-23 août 1914, Paris, Tallandier, 2012. []
  7. Bouloc, François, Les profiteurs de guerre 1914-1918, Paris, Complexe, 2008 ; Ridel, Charles, Les Embusqués, Paris, Armand Colin, 2007.   []
  8. Snowden, Kathryn Louise, British 21st  infantry division on the western front 1914-1918, A case study in tactical evolution, Birmingham, Center for the first war studies, University of Birmingham, 2001, p. 8. []
  9. Ingrao, Christian, Les chasseurs noirs. La brigade Dirlewanger, Paris, Tempus, 2009, p. 11. []
  10. Smith, Leonard V., Between Mutiny and Obedience: the Case of the French Fifth Infanterie Division during World War I, Princeton NJ, Princeton University Press, 1994. []

Pourquoi s’intéresser à l’histoire du fait religieux ?

Madeleine en prière par Jean-Baptiste-Camille Corot (1796–1875)

Madeleine en prière par Jean-Baptiste-Camille Corot (1796–1875) – Domaine public via Wikimedia Commons

L’histoire religieuse souffre aujourd’hui d’une image plutôt négative au sein du monde universitaire. Le fait religieux ne justifierait plus d’études approfondies tant il serait passé de mode. Cela peut paraître paradoxal au vu des débats qui agitent l’actualité, notamment autour de la place de la religion dans nos sociétés. Cette thématique continue d’irriguer les débats publics : il existe une demande sociale de réflexion scientifique à ce sujet. Malgré cela, la place de cette approche « tend à s’amoindrir depuis quelques années, ce qui pose la question de la spécificité de l’histoire religieuse contemporaine »1. Ce recul s’explique notamment par un regard critique très fort sur cette histoire, sur ses méthodes et le choix de ses objets, plutôt que sur le bien fondé d’une réflexion sur le fait religieux lui-même.

Face à ces critiques et à ce constat d’une « crise » de l’histoire religieuse, j’aimerais proposer dans cette contribution un aperçu modeste des renouvellements historiographiques du champ, tout en évoquant l’usage que je fais de l’étude du fait religieux dans mes propres recherches.. Cependant, je concentrerai mon propos sur ce que je connais : l’histoire du catholicisme2

Les hasards de la recherche

À titre personnel, j’ai longtemps partagé cette perception d’une histoire religieuse poussiéreuse, éloignée des problématiques scientifiques centrales. Mes goûts s’orientaient clairement vers l’histoire des femmes et du genre, et j’ai commencé à m’intéresser à l’histoire religieuse par hasard. À la recherche d’un sujet de mémoire en première année de master, Anne-Marie Sohn me suggère alors de travailler sur les jeunes filles et leurs pratiques religieuses au XIXe siècle. J’ai d’abord trouvé l’idée ennuyeuse : je m’intéressais au départ aux sociabilités des femmes tenant des salons. Mais ma directrice avait l’air convaincue de la fécondité d’une approche des jeunes femmes du XIXe par le fait religieux. Je me suis donc emparée du sujet, par défi, mais aussi parce que la perspective d’utiliser un corpus de journaux personnels m’enthousiasmait. Au fil de l’année, j’ai découvert les différentes branches de l’histoire religieuse française, ses classiques incontournables. J’ai exploré un nouveau continent de savoirs : n’appartenant pas à un univers social familier du catholicisme, il s’agissait de me forger une culture minimale des spiritualités et de leurs écoles, de l’histoire des catholiques et de leurs institutions. Dans un article récent, Jacques Boudon souligne cette particularité de l’histoire religieuse : « la génération des historiens du religieux qui émerge alors {depuis les années 1970} est encore très marquée par la culture religieuse reçue dans le milieu familial »3.

Ces lectures furent parfois âpres : je ne comprenais pas l’approche extrêmement descriptive qui prévalait dans de nombreux ouvrages, et je n’étais pas à l’aise avec la méthode quantitative. Cette approche était souvent le fait de « prêtres historiens » qui s’attachaient à l’étude détaillée d’une paroisse ou d’un diocèse. Il me manquait également des repères nécessaires pour comprendre les informulés de certaines démonstrations. La dimension datée des problématiques abordées par l’histoire religieuse m’est apparue très claire au cours de ces lectures. Cependant, ce long travail de familiarisation a abouti à des questionnements féconds : comment pouvait-on mobiliser le genre pour nuancer et complexifier l’étude du fait religieux ? Inversement, que pouvait apporter l’histoire religieuse à la compréhension de la construction des relations de genre ?

Une histoire en renouvellement

L’étude du fait religieux pouvait dès lors trouver un nouvel intérêt à condition de changer la manière dont on l’envisageait. Je ne l’aborde pas seulement comme un ensemble de pratiques et de croyances à décrire : je le mobilise en tant que facteur explicatif, parmi d’autres, des comportements des acteurs En première année, mon intérêt portait ainsi sur les pratiques religieuses des jeunes femmes du XIXe siècle, mais aussi et surtout sur la façon dont elles intégraient leurs convictions religieuses dans la construction de leur identité sociale et de leur identité de genre. Il m’est apparu que la pratique religieuse leur permettait de construire des réseaux de sociabilités, de se confronter à des classes sociales différentes par le biais des œuvres de charité. De même, certaines jeunes femmes valorisaient leurs convictions religieuses pour légitimer leur désir de parler de politique, er exprimer leurs positions ultramontaines. Dans ce cas, la mise en avant de la foi justifie la prise de parole politique des jeunes femmes, et annule sa dimension transgressive. Il reste que la religion était pour elles l’occasion d’adopter des attitudes qui échappaient aux modèles normatifs de genre.

Dans cette perspective, je me suis largement inspirée des approches d’une nouvelle génération de chercheurs s’intéressant au fait religieux. L’histoire religieuse est en cours de transformation, d’abord parce que ceux qui l’écrivent ont changé. Ils se sont largement autonomisés par rapport aux institutions ecclésiales, et ne sont plus nécessairement issus de milieux sociaux marqués par la pratique religieuse. Le renouvellement est aussi disciplinaire : sociologues et littéraires proposent des études novatrices. On peut notamment citer les travaux de sociologie de Céline Béraud autour du « métier de prêtre »4, ou ceux d’Elisabeth Pillet en histoire de l’art, sur le vitrail5. L’appellation même « d’histoire religieuse » est questionnée : on lui préfère désormais « histoire du fait religieux ». Cela souligne que la démarche s’attache au religieux comme « fait » en interaction avec d’autres (économiques, sociaux, culturels) et non à la description de « mondes » religieux dont l’organisation s’expliquerait par les croyances religieuses uniquement.

Des thématiques neuves

Cette nouvelle prise en compte du fait religieux enrichit nos connaissances au sujet de thématiques qui ne recoupent pas forcément les intérêts traditionnels de l’histoire religieuse. L’histoire du corps et des sexualités est un domaine peu investi par l’histoire religieuse traditionnelle. Dans le cadre de ma thèse, je m’intéresse aux discours que les directeurs de conscience tiennent aux femmes à propos du corps. Ce sont des prêtres qui sont chargés de guider les catholiques sur la voie du progrès spirituel, dans le cadre d’une relation très personnelle. Ces conseils sont dispensés à l’oral lors des rencontres entre le prêtre et son « dirigé », mais aussi par le biais de correspondances suivies. Ce dialogue porte sur des thèmes très variés : la spiritualité, le couple, les œuvres de charité, la vie mondaine, le corps et la sexualité. Par leurs prescriptions, les directeurs de conscience produisent des modèles de comportement liés aux questionnements spirituels et moraux. La construction de ces modèles est centrale pour comprendre la perception que les femmes ont d’elles mêmes, mais aussi pour élucider les logiques qui sous-tendent leurs attitudes. Par exemple, je m’étonnais dans mon mémoire de master de la fréquence du discours sur la souffrance dans les journaux personnels de jeunes filles. À première vue, la problématique était donc d’ordre médical, s’inscrivant plutôt dans une histoire de la santé ou de la perception de la souffrance. Or, j’ai compris un peu plus tard que mon questionnement était incomplet : en réalité, la souffrance est présentée par les directeurs spirituels, et par le clergé en général, comme une voie d’accès privilégiée à Dieu6. Dans cette perspective, la dimension spirituelle du discours des jeunes femmes sur leur corps souffrant m’apparaissait évidente, encore fallait-il avoir posé la question en ces termes !

Redonner une place au fait religieux au sein d’études plus générales

Plus directement, l’étude de certains champs historiques ne peut se passer d’une véritable analyse de ce qui se joue dans les pratiques religieuses. Ainsi, il serait vain d’occulter la place de la direction de conscience dans le processus de création d’œuvres sociales majeures dans le tissu associatif français, comme l’a montré Anne Cova au sujet de la Ligue des femmes françaises7. Les directeurs spirituels sont présents à toutes les étapes de la création de ces associations. Des pratiques personnelles de piété dépassent ainsi largement ce qu’on a appelé la « sphère privée », et façonnent la manière dont les catholiques agissent dans le monde. Centrée sur la direction de conscience, ma recherche n’entend pas faire l’historique de cette pratique religieuse particulière mais bien plutôt comprendre en quoi elle est le lieu de l’élaboration d’un rapport au monde qui dépasse les problématiques spirituelles. De ce fait, je préfère dire que je travaille sur l’histoire du genre à partir d’une pratique religieuse, plutôt que de me présenter comme une historienne du fait religieux.

Il faut d’ailleurs souligner que la prise en compte du fait religieux en histoire du genre est encore rare, malgré les recherches suggestives auxquelles ont abouti cette démarche8. La revivification du champ de l’histoire religieuse vient de cet apport d’autres façons de d’écrire l’histoire et d’autres disciplines.

*

L’histoire religieuse connaît des bouleversements majeurs depuis quelques années, et évolue plus vite que son image désuète. Ces mutations ne sont pas sans lien avec les questionnements religieux contemporains : quelle est la place de l’Eglise dans les sociétés contemporaines ? Comment celle-ci définit cette place à l’aune de considérations multiples ? Comment les croyants reçoivent le discours du Pape ? Comment les femmes et les hommes perçoivent leur rôle au sein de la communauté catholique? Un sacerdoce féminin est il envisageable ? Comment comprendre les réactions des ecclésiastiques au projet de loi sur le mariage pour tous ? Toutes ces interrogations ne peuvent se passer de mises en perspective historiques. D’autre part, de nombreuses thématiques de recherche gagneraient à intégrer davantage l’étude du fait religieux dans leur approche ; citons pêle-mêle l’histoire des jeunes, l’histoire du corps et des sexualités, l’histoire du sport, l’histoire des migrations, l’histoire de la santé.

  1. Jacques-Olivier Boudon, « L’histoire religieuse en France depuis le milieu des années 1970 », Histoire, économie et société, 2012/31e année, p 71-86. []
  2. Ma thèse porte sur la direction de conscience, ou direction spirituelle, entre 1830 et le début des années 1920. Cette pratique ne concerne que les catholiques. []
  3. Jacques-Olivier Boudon, « L’histoire religieuse en France depuis le milieu des années 1970 », op. cit. []
  4. Céline Béraud, Le métier de prêtre. Approche sociologique, Paris, Éditions de l’Atelier, 2006. []
  5. Elisabeth Pillet, Le vitrail à Paris au XIXe siècle : entretenir, conserver, restaurer, PUR, Rennes, 2010. []
  6. A ce propos, on peut évoquer les travaux de Richard Burton, Holy Tears, Holy Blood, Women, Catholicism and the culture of suffering in France (1840-1970), Ithaca, Cornell University Press, 2004, ou ceux, plus datés, de Marcel Denis : La spiritualité victimale en France, Rome, Studia dehoniana, 1981. []
  7. Anne Cova, « Au service de l’Église, de la patrie et de la famille ». Femmes catholiques et maternité sous la IIIe République, Paris, L’Harmattan, 2000. []
  8. On peut penser par exemple aux travaux de Dominique-Marie Dauzet sur l’écriture des femmes mystiques : La mystique bien tempérée. Écriture féminine de l’expérience spirituelle (XIXe-XXe siècles), Paris, Cerf, 2006. Plus récemment : Anne Cova, Bruno Dumons (éd.), Destins de femmes. Religion, culture et société (France, XIXe-XXe siècles), Paris, Letouzey et Ané, coll. « Mémoire chrétienne au présent », 2010. []

L’acculturation d’un attelage disciplinaire : Histoire du temps présent/Histoire orale

Exposition virtuelle Mai 68 et les historiens. Autour de l’histoire orale réalisée par Agnès Callu & Patrick Dubois

Au rang des grilles d’interprétation de l’histoire du temps présent s’inscrit – centrale – l’histoire orale1. Outil théorique transdisciplinaire agissant en frontière avec la sociologie et l’ethnologie quand elle repose sur l’enquête de terrain, privilégie l’observation participante et admet la synchronie, elle s’affiche toutefois, singulière, par son identité, son périmètre d’investigation, sa méthode de travail. C’est pourquoi, afin de mesurer l’attelage que nécessairement elle compose avec l’histoire du temps présent (en confluence et croisement, toujours, évidemment, avec la masse critique traditionnelle), il est fondateur, sur une rythmique ternaire : d’abord, de réfléchir à l’émergence dans les pratiques de travail du nouveau trio objet/historien/témoin et, plus encore, d’en évaluer les problématiques et les ouvertures ; ensuite, d’entendre la fonction sociale et le capital symbolique du témoignage ; enfin, d’intégrer la signature intellectuelle d’un vecteur technique, socle d’une source qui parle et, dans un premier mouvement, s’interdit presque consubstantiellement de s’écrire.

Le trio objet/historien/témoin

Pour s’extraire d’une historiographie très balisée, depuis les années 1980, à l’échelle internationale de l’Oral History comme à celle des questionnements français (ceux de l’Institut d’histoire du temps présent, l’IHTP, précisément, aux fondements), il est nécessaire de définir, au départ, un certain « courage » historiographique.

De fait, au regard du positivisme français, du scientisme d’une histoire profondément classicisante car de culture latine et au point cardinal de laquelle s’érige le monument d’écriture, seul gage de foi et de preuve, l’histoire orale (celle-là même qui renseigne, au plan psycho-historique, sur ceux qui fréquentèrent l’hier, l’avant-hier, le presque immédiat), oblique dès l’origine puisque – c’est truisme de le dire – elle accepte de sortir du cercle de travail initial pour s’installer non plus « contre » mais « en face » de son objet d’étude afin d’engager le dialogue.

Ce pas de côté – à réfléchir un instant aux habitus académiques fortement enracinés – est, en soi, une expérience, sinon traumatique, audacieuse pour le moins, quand elle ne recule pas devant l’étrangeté d’une « invention » ; et c’est vrai, cela en compose une, et pas des moindres, lorsque l’on décide d’imaginer l’outillage d’une relation diachroniquement dialoguée pour encadrer, afin de la mieux comprendre, une question du temps présent. Effectivement, d’ordinaire, l’objet historique, placé sur la table de travail, s’analyse sous les lignes d’un texte – iconique parfois, trop rarement – examiné dans l’intimité de la sphère historiens/traces écrites. Là, les conditions originelles sont changées : certes, l’objet demeure posé sur l’écritoire mais il est convoqué/invoqué par la parole rétrospective d’un tiers en sorte que dès lors tout bascule. L’intermédiation, hors du fait intrinsèque qu’elle casse la courroie directe entre le sachant et sa documentation, installe le propos dans un « u topos », un ailleurs intellectuel – autant sur le registre de l’événement que sur celui du discours. Et c’est ce bouleversement-là, soit l’instauration d’un trinôme de fait, secouant, voire dénonçant, les pratiques, les modes, les attentes, les aspirations et les codes universitaires qui dérange tant. Il faut y insister même si l’affaire est bien connue : la règle générique suppose le lien presque biologique du savant et de ses textes pour, en légitimité, avancer une proposition historique. Or soudain, surgit ici l’intermédiaire – impur par essence, intrusif car originellement greffé – et les ressorts acculturés sur un temps multiséculaire sont mis en déroute.

Dire/redire cette évidence-là de façon séminale l’installe à sa place, c’est-à-dire au premier plan. En effet, et il faut bien en mesurer les conséquences, ce schéma ternaire demeure aujourd’hui encore, sinon culturellement inédit, au moins approprié de façon fragmentée, et son acceptation fondamentale est toujours difficultueuse.

En plus d’entendre un changement chiffré : soit compter non plus jusqu’à deux dans l’espace de réflexion mais brusquement jusqu’à trois, l’historien doit, bien sûr, formuler la place assignée à chacun et, là encore, la répartition des rôles, leur verbalisation, est tendue. Au cœur, l’objet historique installé dans un présent compliqué/complexe car aux processus incomplets et inaboutis ; autour de lui, théoriquement en duo équitable, c’est-à-dire partagé dans l’harmonie et/ou en confrontation, l’historien et le témoin.

Le premier, l’historien, héritier de connaissances, expert dans leur exploitation et énonciations critiques, consolidé par l’acquisition continue de savoirs in progress, problématise le donné ; l’autre, le témoin, matérialité humaine d’une mémoire vive en soi à questionner, s’impose TESTIS obligé d’un présent-passé qui ne s’écrit qu’à hauteur d’hommes.

Reconnaître cette distribution, admettre ce postulat, c’est se dépouiller volontairement de peaux successives issues de terreurs intellectuelles presque irraisonnées mais très fortement enracinées : c’est déjouer le mythique empêchement dirimant de Duroselle qui affirme que seule la mort des témoins assainit la place historique ; c’est, en écho, redéfinir les concepts de recul et d’objectivité historiques sans les invalider au prétexte de leur inscription commune dans la contemporanéité ; c’est accepter le « handicap de l’a posteriori », jugé, un temps, insurmontable par Jean-Jacques Becker qui lui accole l’absolue caractéristique d’un discours toujours « T+1 » et, par définition, jamais « live » ; c’est repousser les multi-craintes, par ailleurs justifiées : de la construction/reconstruction, de la mémorialisation fragmentée, de l’absorption d’éléments externes sur la couche de souvenirs purement individuelle, de la collectivisation d’un récit oscillant du JE vers le NOUS, en conscience ou non, sous-maîtrisé ou non, de l’interaction qui suscite la conformité d’un discours mémoriel à l’attente du questionnement individuel de l’historien-enquêteur, de la restitution langagière, élitiste, acclimatée, brouillonne, nerveuse, sensible, maladroite etc. Denis Peschanski, singulièrement, a pointé les dérives possibles, il y a longtemps déjà.

Aussi bien la clarification des mises en place de chacun : objet historique et sujets au pluriel de son interprétation : l’historien et le témoin est-elle nécessaire pour caler un dispositif analytique qui intègre la prise de parole, la mise en parole comme facteurs fondateurs.

La fonction sociale et le capital symbolique du témoignage

De fait – énoncer les évidences est admis – parler permet de dire tout ce qui n’est pas écrit. Cela suppose – pour faire un instant de l’exégèse – tout ce qui ne s’écrit pas et tout ce qui n’a pas pu être écrit. Cette différenciation, un peu spécieuse à l’oral au moins, est cependant significative.

De fait le parler, on le sait bien, passe par des schèmes cognitifs, très différents de ceux de l’écrire. Parler, dire JE, instaure, sur le fond, la verbalisation d’un discours individuellement riche parce que, en épaisseur, identitaire. C’est vrai, parler fait avancer un MOI qui pense à, croit en, reproduit selon, invente en fonction de, s’engage pour, se questionne en faveur de etc.; en un mot, parler propulse les fondations socio-culturelles d’un individu. Mais, dans le processus énonciatif, le MOI ne circule pas tout seul : il convoque les AUTRES : ceux avec lesquels il est en frottement, en conjonction, ceux tels qu’il se les imagine, ceux tels qu’il croit les voir, ceux tels qu’il suppute qu’ils le voient etc. ; les AUTRES pour qui, par exemple, il est le suiveur d’un groupe ou a contrario l’initiateur d’un collectif. Enfin, dire JE inscrit le MOI dans une chronologie : celle-là propre de celui qui reparcourt sa vie devant un tiers racontant son enfance, ses vingt ans, sa maturité, son début de déclin peut-être ; celle aussi, surtout, qui répond, en miroir, à des classes d’âges solidarisées, consolidées par le facteur générationnel, dont on sait bien qu’il fait partager les valeurs, qu’il soude autour des traumas, qu’il invoque les figures référentes.

Et puis, mais le capital de dangerosité est extrême, l’histoire orale comblerait aussi les lacunes de périodes troublées, fracturées, clandestines aussi, par nature, peu propices à l’écriture : les renouvellements historiographiques des années 1990, cassant le mythe résistentialiste à la française, grâce à la création de corpus de témoignages « d’anciens » de Réseaux et Mouvements en est une des manifestations balisée. Toutefois la prudence est de mise car (tout est connu mais s’agit-il encore de le dire pour bien s’en pénétrer) si l’histoire orale couvre le champ de l’opinion, s’affiche comme un récit d’expérience, unique donc irremplaçable, on comprend combien il ne saurait être question de l’employer à des fins informatives. Par empirisme, de façon impressionniste et à la condition de compter sur l’intravalidité offerte par la puissance du corpus et des confrontations prosopographiques, elle peut renseigner sur des faits (à vérifier par ailleurs, toujours, c’est l’évidence) mais sa fonction première est autre : l’histoire orale trouve sa place dans un espace, sinon à délimiter, au moins fortement caractérisé par les notions « psychiques » d’impressions sur, de ressenti pour, d’humeurs contre, de jugements autour etc. Pour autant, l’histoire orale renseigne parfois – et nous sommes bien là alors dans le registre de l’information – quand elle inscrit dans la lumière les seconds couteaux, les n-2, -3, -4, bref ceux qui travaillent à l’ombre, dans l’ombre, sous l’ombre des puissants sans jamais signer en bas des pages. L’énarchisation des pratiques, la propulsion des hiérarques au premier plan – avec l’accélération administrative hypertrophiée que l’on connaît depuis le tournant des années 1970 -, rejetant dans le gris, voire le nulle part, tous les « non-premiers », rend d’évidence l’usage historien du témoignage fondamental. Avec lui s’éclaire au pluriel les processus de décision, les mouvements de mise en application qui, bien sûr, ne reviennent jamais à un seul mais sont le résultat d’actions groupées, cohérentes ou non, d’individus au travail.

Une interprétation des vecteurs pour une compréhension de la source

Cependant, on ne peut s’imaginer un seul instant apprécier la valeur du témoignage qu’à la condition d’accepter, en postulat de départ, que le vecteur qui le porte n’est jamais une plateforme neutre : par essence, l’outil-socle participe fortement à la configuration finale de la source fabriquée (jamais héritée, c’est là sa marque) et, de fait, à l’exploitation qui peut en être faite.

Aussi bien, parler du témoignage « tout court » ne veut-il rien dire car selon qu’il soit écrit, oral ou audiovisuel, son usage historien diffère.

Un instant sur ces trois variantes, bien connues, mais utiles à poser en cascade, se justifie.

Le témoignage écrit peut être direct ou indirect. Dans le premier cas, sans intermédiaire, il se lit à la manière des Confessions de Saint-Augustin, des démarches diaristes qui consistent en la rédaction d’un journal, de mémoires ou d’une autobiographie. Indirect, il est la transcription postérieure (par un tiers ou l’enquêteur lui-même) de l’entretien réalisé préalablement : démarche banalisée, modélisée, on le sait, notamment, par les disciples de Bourdieu ; indirect, il l’est encore, lorsque l’échange, est a posteriori mis en écriture, non plus au format d’un dialogue, alternant les locuteurs, mais à la manière d’un auto-récit produit par celui qui raconte la vie de « son témoin » : les volontaires du Mouvement ATD Quart-Monde, composant ce type d’écriture à valeur et projections mémorielles et identitaires, attestent, par leurs écrits rétrospectifs des combats et douleurs de populations sur-marginalisées, « oubliées de l’histoire » dès lors qu’installées hors des circuits de l’écriture.

Aussi bien pour le seul témoignage écrit, un travail de génétique textuelle s’avère donc absolument nécessaire afin d’effectuer la traçabilité du document « légué » : trace du premier jet manuscrit et analyses des ratures ; conditions phonétiques et/ou littéraires de la transcription ; schémas de la création pure enracinée dans la militance d’une attestation personnelle.

Ensuite, le témoignage oral. Dans un absolu intellectuel imaginaire, il s’affiche brut, apuré des scories, car par la magie d’un appareil (certes, ni neutre, ni invisible mais parfois rêvé comme tel), l’échange témoin/historien est soudain capté en direct. Ce « collage » au réel (en incise, il faut se souvenir que le philologue Ferdinand Brunot en connexion avec les industries Pathé, l’a fantasmé avant la Grande Guerre pour son Atlas linguistique de France et que Georges-Henri Rivière, en 1937, « vendant » à Jean Zay son futur musée des Arts et Traditions populaires, inventait un « musée de synthèse […] muséographiant l’évocation orale des réalités sociales et des croyances »), ce collage-là, envoûtant en raison même de cette proximité originelle, réclame toutefois un travail d’interprétation extrêmement long et difficile car transdisciplinaire. Entendre l’autre, sans le biais de l’écrit, exige de l’historien qu’il s’ouvre, se transforme en chercheur en sciences sociales, en homme pluriel qui soudain, doit réussir la combinatoire entre Histoire, Sociologie, Ethnologie, Linguistique, Philologie, Lemmatologie, Lexicographie : il s’imprègne d’une signature vocale, il entend la musicalité d’un phrasé, il s’approprie le tempo d’un discours, il écoute la scansion d’une conviction, il se familiarise avec les tics de langage, il mesure la rythmique d’une grammaire, il compte les occurrences, bref il absorbe et s’approprie les habitus d’un langage en son entier comme l’expression d’une pensée individuelle mais, au-delà, d’un milieu, d’une époque. Les réflexions récentes de Claire Zalc et Claire Lemercier autour des utilisations pointues et renouvelées du logiciel Hyperbase et surtout les très remarquables travaux de l’historien Damon Mayaffre sur le discours politique, les conditions de son énonciation et ses significations incarnent la tendance à suivre, à modéliser plus encore.

Quant au témoignage audiovisuel, faisant basculer le trio objet/témoin/historien vers un quatuor : objet/témoin/historien/réalisateur vs cameraman, sponte suo il enchante autant que, « à froid » ou « semi chaud », il fait craindre les dérives.

Assurément, au plan positif, on note, une sorte de mirage, comme l’alchimie d’une coagulation totale corps/parole/image/identité car la prise d’image, à la manière d’un sérum de vérité, ferait tout voir y compris les mensonges grâce au décryptage serré de la communication non verbale : les équipes de Yale, travaillant beaucoup au tournant des années 1980 sur les survivants de l’Holocaust, espéraient beaucoup, on s’en souvient, de ces « corps parlants » soudain lisibles car exprimant « pour de vrai » la transmission physique de la douleur. Toujours de ce côté-là, la caméra fouillante, explorante d’un environnement donné séduit : elle se saisit, par exemple, de l’imagerie d’une bibliothèque, vitrine elle-même des fondations intellectuelles des sujets pensants. Elle s’attarde sur des photographies, traces des liens sociaux (ceux du cercle de famille, témoins d’une socialisation) ; traces des maîtres à croire et à penser : ici, une photographie d’un homme politique, autel domestique d’une figure mythique de laquelle on se revendique. Elle capte encore la documentation adjacente : une carte faisant revivre l’évolution d’un théâtre d’opération, une correspondance (ou son absence) attestant des sociabilités (positives/négatives) et des réseaux (utiles/toxiques).

Mais les points négatifs figurent aussi, voire s’imposent, quand ils font basculer le témoin dans la lumière crue de la prétendue médiatisation qui starifie celui qui parle, qui l’oblige – en résistance ou collaboration, collaborationnisme aussi parfois – à singer et à grossir le trait au prétexte d’un public imaginaire (jamais neutre), qui l’incite « à faire le show » à coup de petites phrases ou d’anecdotes faciles. Alors – et les dangers sont multiples et palpables – l’image cannibalise le discours, jouant les prédatrices pour celui qui soudain se met à jouer sa vie quand on lui demande, en sincérité, de tenter de la reparcourir.

En définitive, le duo Histoire du temps présent/Histoire orale compose bien un attelage séduisant tout autant qu’une sédimentation de freins ou d’obstacles pour l’historien. Il appartient à ce dernier de dilater son territoire en travaillant sur l’avant-hier et en faisant taire ses préjugés ontologiques sur le concept d’immédiateté presque un oxymore de l’histoire ; il lui faut dilater ses pratiques en mutualisant les disciplines et en écoutant ledit avant-hier comme s’étant joué à hauteur d’hommes et de femmes, témoins oculaires et auriculaires des faits ; il doit enfin dilater ses outils en écrivant l’histoire dans le périmètre d’un triangle isocèle Objet/Historien/Témoin qui sollicite, pour réussir, toutes les sources du temps présent (écrites, iconiques, audiovisuelles) en sorte l’archive traditionnelle héritée se déclive et se réinvente, « nouvelle vague » comme un témoignage fabriqué par un historien et ses thèses face à un témoin et ses souvenirs.


Pour aller plus loin :

Agnès Callu et Hervé Lemoine, Le Patrimoine sonore et audiovisuel français : entre archives et témoignages, guide de recherche en sciences sociales [préfaces de Jean Cluzel et d’Emmanuel Le Roy Ladurie, postface de Jacques Rigaud], Paris, Belin, 2005, 7 vol., 2500 p.[Prix Osiris de l’Institut de France/Académie des Sciences morales et politiques, Prix de la Recherche du Comité d’histoire de la Radiodiffusion, Prix spécial de l’Inathèque de France]. Voir une bibliographique critique sur le témoignage oral, T1, p. 323-347.

Agnès Callu (dir.), Le Mai 68 des historiens : entre identités narratives et histoire orale [avant-propos de Michel Zink, préface de Jacques Revel et postface de Daniel Roche], Villeneuve d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion, 2010, 312 p.

Pascal Cordereix, Autour du français parlé : de Brunot à nos jours, Paris, Bibliothèque nationale de France, 2007, 160 p.

Myriam Chimènes (dir.), La vie musicale sous Vichy,  Bruxelles, Complexe, 2001, 420 p.

Claire Lemercier et Claire Zalc, Méthodes quantitatives pour l’historien, Paris, La Découverte, 2007, 120 p.

Damon Mayaffre, Le discours présidentiel sous la Ve République: Chirac, Mitterrand, Giscard, Pompidou, de Gaulle, Paris, les Presses de Sciences Po,  2012, 384 p.

Danièle Voldman (dir.), La bouche de la vérité ? : la recherche historique et les sources orales, Paris, CNRS, 1992, 161 p.

 

  1. Ce billet reprend le texte d’une intervention au colloque « Temps présent et contemporanéité » tenu  les 24, 25 et 26 mars 2011 et organisé par l’IHTP au Centre international d’accueil et d’échanges des Récollets. Présentation ; Programme []

Où trouver les sources historiques de la communauté sourde ?

Les sources sont le principal ingrédient d’une bonne recherche historique. Leur choix et leur analyse dépendent fortement de leur contenu et, par conséquent, une question se pose d’emblée à tout chercheur : vaut-il mieux avoir beaucoup de sources ou en avoir de qualité ?

Dans mon domaine de recherche, la réponse à cette alternative s’impose quasiment d’elle-même du fait de la difficulté de trouver des sources à laquelle j’ai rapidement été confronté. En effet, j’étudie l’histoire des sourds à la Belle Époque, qui jusqu’à présent, a surtout été étudiée sous un angle éducatif. Mon objectif est différent : je souhaite étudier cette histoire sous un angle plus social, afin de comprendre la vie des sourds dans le passé. J’ai été confronté à deux principales difficultés pour ma recherche : trouver des références bibliographiques ayant trait aux sourds, et les sources spécifiques à la vie sociale. Ces difficultés n’avaient pas été remarquées car je me contentais de ce qui avait déjà été écrit, et donc, dès que je voulais sortir des sentiers battus, cela devenait une vraie exploration.

Avant tout, il faut savoir que le volume de productions écrites issue de la communauté sourde est assez variable dans le temps. Jusqu’à la fin du XVIIIe siècle, les écrits qui concernent des sourds sont exclusivement produit par des observateurs extérieurs. C’est en 1778 que Pierre Desloges écrit un livre intitulé Observations d’un sourd et muet, dans lequel il donne son point de vue concernant l’éducation des enfants sourds : selon lui il fallait mieux éduquer par la langue des signes ou par l’oral. L’intervention de Desloges a été la première où un sourd revendique clairement sa position en faveur de la langue des signes dans un ouvrage.

Par la suite, entre 1794 et vers 1830, les sourds semblent ne pas avoir publié d’ouvrages jusqu’à l’explosion des années 1830. Cette explosion est survenue au moment où les professeurs sourds se sont mobilisés pour la préservation de l’éducation par la langue des signes qui allait être supprimée par le directeur de l’institution des sourds de l’époque, Désiré Ordinaire. Donc, Ferdinand Berthier, professeur sourd, fondateur de la Société Centrale des sourds-muets en 1838, une société de défense des droits des sourds, a été l’un de ceux qui ont le plus publié1. Après un creux dans les années 1860-1880, où les sources semblent se tarir, les écrits de sourds redeviennent abondants au cours de la période 1880-1930 ; en particulier grâce au développement de la presse dite «sourde», avec une augmentation du nombre de journaux édités par les sourds. Une nouvelle diminution a lieu après les années 1930 pour atteindre son minimum dans les années 1980, avant de reprendre une croissance régulière2.
Ces fluctuations s’expliquent par les variations de la capacité des sourds à écrire. En effet, sans plonger dans le militantisme, il est frappant de constater la corrélation, en particulier au XXe siècle, entre la qualité de l’éducation et la quantité de sources écrites par les sourds eux-mêmes. Le rapport Gillot, écrit en 1998, faisait état de 80% de sourds illettrés, à la fin du XXe siècle. Ce chiffre indique le déclin des sources écrites de la part des sourds au cours du XXe siècle.3

Les références bibliographiques

Quand on souhaite ouvrir un domaine de recherche très peu exploré, la principale difficulté est que l’on ne peut pas réellement s’appuyer sur les recherches des autres chercheurs dans ce domaine précis. On peut certes s’inspirer pour ce qui est plus général, ce qui englobe la société dans son ensemble. Mais, dans le cas précis de l’histoire sociale des sourds à la Belle Époque, il n’y a quasiment pas d’articles ou d’ouvrages qui puissent vous guider, ou mettre sur la piste.

Comme je l’évoquais au début de ce billet, la plupart, sinon tous, des travaux sur l’histoire des sourds se concentrent sur l’éducation. Ainsi, l’histoire de ce que sont devenus ces élèves à la sortie des écoles : vie familiale, travail, vie sociale… reste à écrire.

Si l’on peut s’appuyer sur des articles ou des ouvrages portant sur l’éducation des enfants sourds, qui sont donc majoritaires, pour avoir des débuts de pistes ou des références dans les archives, et ainsi démarrer les recherches, il est parfois nécessaire de s’appuyer sur des recherches faites par les historiens amateurs, par des associations de sourds, pour avoir des indications.

Néanmoins, la recherche doit commencer par les lieux les mieux connus et explorés. Donc, dans mon cas, c’est l’éducation des enfants sourds au XIXe siècle qui me sert, comme on dit «de camp de base». De là, on peut établir plusieurs voies d’exploration. Ainsi, il existe de nombreux travaux tels que L’administration des faveurs François Buton4, ou Signes et institution des sourds de Jean-René Presneau5 que je considère comme une référence.

Les sources écrites

Il existe deux grands types de sources écrites permettant de faire l’histoire de la communauté sourde. La première que je nommerais «sources directes» provient des sourds eux-mêmes : presse, courrier associatif, ouvrages. Et la seconde, les «sources indirectes», résulte d’un regard extérieur à la communauté : enseignants, journalistes…

Ces deux types de sources se complètent, mais, leur quantité n’est pas comparable. En effet, les «sources directes» ont une quantité très variable selon la période étudiée. Comme je l’écrivais plus haut, elles sont très rares jusqu’aux années 1830 et dans les années 1910-1980, elles sont relativement abondantes dans les années 1840-1910 et depuis les années 1980. Cette variation de la quantité s’explique par un fait simple, mais, assez peu admis. Il s’agit d’une conséquence de la décision d’un congrès, organisé à Milan en septembre 1880, où des directeurs, des enseignants, et des fonctionnaires de différents pays se sont réunis afin de décider de la marche à suivre concernant l’éducation des enfants sourds. La décision finale a été prise en faveur de l’éducation orale pure, qui consiste à se concentrer uniquement sur la démutisation des enfants sourds lors des deux premières années. En conséquence, l’éducation intellectuelle est réduite puisqu’elle est considérée comme moins essentielle. Cela a une conséquence à long terme : les jeunes sourds qui sortent des écoles après 1880 présentent un niveau à l’écrit nettement plus faible par rapport à leurs aînés qui étaient éduqués avec une méthode différente, basée sur la langue des signes. Ainsi, la quantité des archives écrites de la part des sourds eux-mêmes a dépendu de choix institutionnels relatifs à leur éducation.

  • La presse sourde et les ouvrages

Une couverture du Journal des sourds-muets (photo de l'auteur)

Ce déclin à l’écrit s’observe facilement avec une disparition progressive des ouvrages publiés par les sourds eux-mêmes, et par un fort déclin de la presse dite «sourde». En effet, celle-ci était extrêmement prolifique à la Belle Époque, avec l’existence de plus d’une dizaine de journaux «sourds» pendant une trentaine d’années. Ainsi, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, on remarque une disparition relative de la presse «sourde» : quelques titres consensuels ont subsisté tandis que les journaux les plus militants se sont évaporés.

La presse est précieuse à plus d’un titre, car je la considère comme le pouls du bouillonnement intellectuel d’une communauté à un temps donné. On peut constater des débats, des polémiques, des réflexions et même des passions qui ont traversé une communauté.

Les archives de cette presse dite «sourde» ne se trouvent que dans deux lieux à l’heure actuelle : l’Institution Nationale des Jeunes Sourds, à Paris, et la Bibliothèque nationale de France (sur le site François Mitterrand). Néanmoins, il en existe également chez les particuliers âgés qui en conservent précieusement.

La Gazette des sourds-muets et le Journal des sourds-muets sont les journaux les plus connus, et pouvant donner des débuts de réflexion, et même des informations assez riches sur les associations sourdes.
Néanmoins, la qualité du papier employé fait que l’accès à ces sources est aléatoire, ainsi Le journal des sourds-muets des années 1890 est inaccessible à la BNF du fait de sa fragilité.

Il est toutefois possible de contourner en partie cette difficulté en utilisant les archives en ligne et bibliothèques numériques. Cela représente un gain de temps énorme, avec un grand nombre d’ouvrages numérisés, accessibles via Gallica, mais également avec Google Books et Internet Archive qui recense toutes les numérisations effectuées.

Enfin, une source précieuse est constituée par les archives de l’université Gallaudet, l’unique université sourde au monde.

  • Les archives associatives

Une archive associative (photo de l'auteur)

Ce type d’archives est le plus difficile à atteindre, puisque la plupart des associations sourdes, de ma période de recherches, ont disparu, et il n’existe pas, à l’heure actuelle, de lieu de conservation dédié aux archives associatives sourdes.

C’est pourquoi elles se trouvent le plus souvent chez des particuliers, les anciens présidents ayant gardé chez eux la correspondance de l’association. Hélas, la situation est toutefois extrêmement aléatoire : il arrive régulièrement que leur descendance se séparent de ces archives, les trouvant encombrantes, et les détruisent.

Cependant, il existe quelques lieux qui ont préservé ce type de sources, en particulier celui de l’association des sourds de Reims, fondée en 1894 et qui existe toujours. Elle a la particularité de disposer d’un foyer de sourds où les archives sont préservées. Par conséquent, le foyer des sourds de Reims représente une source d’informations importantes sur les associations de l’époque via la correspondance qui y est gardée.

Mais, ce type d’archives reste encore minoritaire pour l’instant au vu de sa dispersion et de sa destruction partielle.

Par contre, il y a d’autres types d’associations, non sourdes, comme le Salon des artistes, la Société des Gens de Lettres, etc. auxquelles il est très recommandé d’avoir recours pour comprendre le parcours d’une personnalité.

  • Une archive privée, Lyon 1918 (Photo de l'auteur)

    Les archives privées

Ces archives sont, la plupart du temps, celles des personnalités de l’époque, que leur descendance, le plus souvent sourde, a préservé. Leur accès est assez difficile puisqu’il exige d’avoir recours à des relations au sein de la communauté sourde.

Étant moi-même sourd, et issu d’une famille de sourds, je sais ainsi où se trouvent des familles anciennes de sourds. Mais, il m’arrive aussi de découvrir l’existence de familles encore plus anciennes et très discrètes, par le biais d’amis par exemple. L’utilisation des réseaux communautaires constitue ainsi une condition essentielle pour avoir accès à ces archives qui sont réellement précieuse puisque ce sont souvent des archives au contenu unique.

  • Les archives départementales et nationales

Ces archives sont essentielles pour les recherches d’ordre administratif. Il est intéressant de remarquer que quasiment toutes les séries des archives disposent des documents qui concernent les sourds. La difficulté est de les trouver. C’est souvent par le biais d’un article de journal, d’une correspondance, ou bien, en reconstituant le parcours d’un personnage que l’on découvre des documents qui n’avaient pas été cités dans les références bibliographiques.

Les séries les plus fréquentes, dans mes recherches sont celles de la justice, la Série U, avec les procès, en diffamation, que les personnalités sourdes se faisaient entre elles, ceux de l’État-Civil, la série Q avec les permis de construire. Mais, il ne faut aussi pas oublier les archives particulières comme celles de la Légion d’Honneur avec la base Léonore, et les archives des hôpitaux.

Les témoignages en noétomalalien6

Ce type de sources est ce que l’on peut qualifier de sources orales.

Ainsi, ces témoignages, le plus souvent issu de sourds âgés qui ont rencontré d’autres anciens quand ils étaient jeunes, sont très précieux puisqu’ils peuvent pallier l’absence de sources écrites, ou même des événements qui ne sont pas couchés sur papier. Il est particulièrement important, d’autre part, de recueillir les témoignages des personnes âgées : la langue des signes française est en constante évolution et les anciens signes plongent progressivement dans l’oubli. Dans le cadre de ma propre recherche doctorale, je constitue ainsi un corpus précieux pour les recherches ultérieures, en particulier linguistiques. De ce que je vais faire de ce corpus recueilli, je n’ai pas encore la réponse, ni même envisagé le lieu où je pourrai les déposer, puisque si dépôt il y a, il faudrait que je demande l’autorisation aux témoins pour l’ouverture de ce corpus aux autres chercheurs, ce que je n’ai pas encore fait. Il faudra y réfléchir à l’avenir : un lieu d’archives en langue des signes ne semble pas réellement exister actuellement à une plus grande échelle que les archives privées, associatives…

Les informations recueillies par le biais de témoignages permettent, assez souvent, de débloquer certaines questions, et d’ouvrir de nouvelles pistes de recherches. Ils compensent également la disparition des sources écrites, et du déclin de l’écrit chez les sourds au cours du XXe siècle.

Néanmoins, la principale difficulté est d’éviter d’influencer le témoin. Enfin, il est important d’essayer de recueillir ces témoignages avec une caméra afin d’en assurer la pérennité. Je recommande de suivre les conseils de Thomas Gomart qui a publié un article sur la question7.

Conclusion

Pour faire une histoire sociale de la communauté sourde, il existe donc une multiplicité de possibilité d’accès aux sources. La vrai difficulté relève donc de l’identification de ces accès et il se peut que l’on aboutisse parfois à une impasse. Il est vraiment essentiel de garder à l’esprit que l’on peut trouver des informations dans des archives qui pourraient parâtre, au premier abord, très improbables, c’est pourtant souvent celles-ci qui permettent d’ouvrir de nouvelles voies…

La recherche doit être une aventure dit mon directeur, Mr Gerard Jorland, et je dois admettre que c’est une réelle exploration !

  1. Plus d’une dizaine d’ouvrages, avec, entre autres Histoire et statistique de l’éducation des sourds-muets, Paris, chez l’auteur,1836 et les sourds-muets avant et depuis l’abbé de l’Épée, Paris, Ledoyen, 1840 []
  2. Ce constat a été fait par une analyse personnelle des publications d’ouvrages recensés dans le catalogue général de la BNF, analyse faite avant mon exposé à une séance du séminaire du groupe ESOPP, consultable ici : http://cernach.free.fr/travaux/educationsourd.pdf
    []
  3. Source : http://www.ladocumentationfrancaise.fr/rapports-publics/984001595/index.shtml#book_presentation []
  4. François BUTON, L’administration des faveurs. L’État, les sourds et les aveugles (1789-1885), Rennes, PUR, 2009 []
  5. Jean-René PRESNEAU, Signes et institution des sourds, XVIIIe-XIXe siècles, Seyssel, Éditions Champ Vallon, 1998. Il y a également les ouvrages de Yves DELAPORTE qui permettent de pouvoir démarrer la recherche : Aux origines du mouvement sourd, Ferdinand Berthier (1803-1886), Second volume, Louhans, CLSFB, 1999, et Moi, Armand, né sourd et muet, Paris, Plon, 2002. []
  6. Définition ici : http://fr.wikipedia.org/wiki/Noétomalalier []
  7. Thomas GOMARD, « Quel statut pour le témoignage oral en histoire contemporaine ? », Hypothèses. Travaux de l’école doctorale d’histoire, 1999, pp. 103-111. Accessible sur Cairn : https://www.cairn.info/revue-hypotheses-1999-1-page-103.htm []

La formation de la classe ouvrière anglaise (par Edward P. Thompson)

"la formation de la classe ouvrière anglaise"

(édition de poche, 2012)

Edward P. Thompson, La formation de la classe ouvrière anglaise, Paris, Le Seuil, « Point Histoire », 2012, 1166 p.

C’est une nouvelle très réjouissante : La formation de la classe ouvrière anglaise d’Edward P. Thompson vient d’être réédité en poche dans la collection « Points Histoire ».

L’ouvrage, paru en anglais en 1963 est rapidement devenu un classique. En 1980, introduisant une présentation de l’ouvrage dans Le Débat Patrick Fridenson écrivait : « Edward Thompson n’est pas seulement un des historiens les plus importants de notre époque, c’est aussi un des principaux artisans de l’évolution récente des sciences humaines ». Tous en soulignant que « En France, la diffusion de son oeuvre est restée beaucoup plus limitée que partout ailleurs. Son livre majeur, jusqu’ici non traduit, a pris par cette absence même des proportions presque légendaires ». (Le Débat, n° 3, juillet-août 1980, pp. 175-192). La traduction française de l’ouvrage français ne paru que huit ans plus tard, à l’initiative de Miguel Absensour dans la collection « Hautes Études » des éditions Gallimard et du Seuil (voir sur le site des éditions de l’EHESS). À cette occasion, Les Annales saluèrent cette publication par ces quelques lignes :

« Sil faut signaler la traduction, ving-cinq ans après la première édition anglaise de ce grand livre, c’est que sa relecture, ou sa découverte, donne l’occasion d’une réflexion de méthode. L’analyse des processus et celle des relations sociales ne doivent pas trouver leurs propres fins en elles-mêmes : elles constituent les moyens de rompre la circularité des descriptions de catégories prédéterminées. Le changement social, c’est-à-dire l’évolution historique, n’est pensable qu’à condition de s’interdire de déduire le fonctionnement d’une société de ses structures, mais de s’efforcer au contraire d’établir l’interrelation des niveaux (économique, social, culturel) et de leurs temporalités propres. Propositions utiles à se remémorer si l’on souhaite ne pas réduire l’histoire sociale à une sociologie du passé. » (source)

"la formation de la classe ouvrière anglaise"

(édition française de 1988)

Ici encore l’ouvrage mériterait un véritable compte rendu mais beaucoup a déjà été écrit sur cet ouvrage et, surtout, le temps me manque. Ces quelques lignes me semblent avoir gardé toute leur pertinence, même après 24 ans… La nouvelle édition est agrémentée d’une préface de François Jarrige qui, avec Miguel Absensour, a donné un entretien au Monde des livres à l’occasion de cette parution : « Une biographie de la classe ouvrière« . Vous pourrez lire aussi avec intérêt un article de Yannick Le Marec, paru dans le numéro 100 des Actes de la recherche en sciences sociales : « Relire Thompson. La formation de la classe ouvrière anglaise, trente ans après« .

Présentation de l’éditeur :

« En France, peu d’historiens ont joué un rôle politique et intellectuel équivalent à celui qu’a tenu Edward Palmer Thompson en Grande-Bretagne et, plus largement, dans le monde. Peu de livres ont exercé une influence aussi profonde sur l’écriture de l’histoire contemporaine que cette somme publiée une première fois en anglais en 1963, traduite en français vingt-cinq ans plus tard.

Ce livre foisonnant et engagé, d’une richesse exceptionnelle, qui tente de tisser ensemble de multiples fils afin de restituer l’expérience vécue par les contemporains de la « révolution industrielle » demeure d’une extraordinaire actualité. Comme l’écrit Thompson lui-même dans sa préface : « Certaines causes perdues de la révolution industrielle peuvent nous éclairer sur des plaies sociales encore ouvertes aujourd’hui. » En restituant la vie des pauvres tisserands à bras, des artisans « utopistes » et radicaux, des luddistes brisant les machines, en s’efforçant de les « sauver de l’immense condescendance de la postérité », Thompson a écrit un chapitre décisif de notre passé. Près de cinquante ans après, la lecture de ce grand livre peut encore nous aider à nous orienter face aux bouleversements et aux incertitudes du présent. » (source)

À propos des sources

A dowser at work, from Pierre le Brun, Histoire critique des pratiques superstitieuses, (Jean-Frederic Bernard, 1733–1736)Devenir historien-ne commencera bientôt à publier des billets traitant des multiples façons d’exploiter divers types de sources. C’est pourquoi il m’a paru utile de proposer ici quelques éléments introductifs, très généraux, sur les sources et leur critique. Plus que des indications méthodologiques précises, il s’agit ici simplement de recourir à quelques classiques de l’historiographie afin de proposer quelques pistes de réflexions pour vous aider à mieux définir ce qu’est une source et ce que l’on entend par « critique des sources ».

Ce billet s’inscrit, par ailleurs, dans la continuité de quelques billets précédents, qui ont fait suite à la publication de « Mais par quoi vais-je bien pouvoir commencer ?« . Après les définitions et la bibliographie, voici venu le temps de parler « sources ».

Qu’est-ce qu’une source ?

Au crépuscule du XIXe siècle, pour l’école méthodique, « l’histoire se fait avec des documents ». Dans un ouvrage fondateur qui mérite aujourd’hui encore une lecture attentive de tout apprenti-historien, Charles-Victor Langlois et Charles Seignobos expliquaient (en 1898) :

« L’histoire se fait avec des documents. Les documents sont les traces qu’ont laissées les pensées et les actes des hommes d’autrefois. Parmi les pensées et les actes des hommes, il en est très peu qui laissent des traces visibles, et ces traces, lorsqu’il s’en produit, sont rarement durables : il suffit d’un accident pour les effacer. Or, toute pensée et tout acte qui n’a pas laissé de traces, directes ou indirectes, ou dont les traces visibles ont disparu, est perdu pour l’histoire : c’est comme s’il n’avait jamais existé. Faute de documents, l’histoire d’immenses périodes du passé de l’humanité est à jamais inconnaissable. Car rien ne supplée aux documents : pas de documents, pas d’histoire. » (Charles-Victor Langlois & Charles Seignobos, Introduction aux études historiques, Paris, Éditions Kimé, 1992 [1898], p. 29)

L’une des limites de la méthode proposée par une une école qui fut souvent qualifiée de « positiviste », zélatrice d’une histoire « événementielle », voire « historisante », relève de son interprétation beaucoup trop limitative de ce que sont ces « documents » (réduits aux seuls « textes écrits ») et d’une vision trop étriquée de ce que peuvent être les objets de l’historien :

« La quantité des documents qui existent, sinon des documents connus, est donnée ; le temps, en dépit de toutes les précautions qui sont prises de nos jours, la diminue sans cesse ; elle n’augmentera jamais. L’histoire dispose d’un stock de documents limité ; les progrès de la science historique sont limités par là même. Quand tous les documents seront connus et auront subi les opérations qui les rendent utilisables, l’œuvre de l’érudition sera terminée. Pour quelques périodes anciennes, dont les documents sont rares, on prévoit déjà que, dans une ou deux générations au plus, il faudra s’arrêter. Les historiens seront alors obligés de se replier de plus en plus sur les périodes modernes. » (Charles-Victor Langlois & Charles Seignobos, Introduction aux études historiques, Paris, Éditions Kimé, 1992 [1898], p. 253)

Bien entendu, cette vision trop restrictive de ce que pourraient être le métier d’historien et sa matière première a été remise en cause depuis. C’est, en particulier, le périmètre des sources exploitables en histoire qui s’est considérablement élargi, en particulier sous l’impulsion de l’école des Annales. Ainsi, par exemple, en 1953 Lucien Febvre écrivait :

« L’histoire se fait avec des documents écrits, sans doute. Quand il y en a. Mais elle peut se faire, elle doit se faire, sans documents écrits s’il n’en existe point. Avec tout ce que l’ingéniosité de l’historien peut lui permettre d’utiliser pour fabriquer son miel, à défaut des fleurs usuelles. Donc, avec des mots. Des signes. Des paysages et des tuiles. Des formes de champ et de mauvaises herbes. Des éclipses de lune et des colliers d’attelage. Des expertises de pierres par des géologues et des analyses d’épées en métal par des chimistes. D’un mot, avec tout ce qui, étant à l’homme, dépend de l’homme, sert à l’homme, exprime l’homme, signifie la présence, l’activité, les goûts et les façons d’être de l’homme. Toute une part, et la plus passionnante sans doute de notre travail d’historien, ne consiste-t-elle pas dans un effort constant pour faire parler les choses muettes, leur faire dire ce qu’elles ne disent pas d’elles-mêmes sur les hommes, sur les sociétés qui les ont produites — et constituer finalement entre elles ce vaste réseau de solidarités et d’entr’aide qui supplée à l’absence du document écrit ?

Pas de statistique, ni démographique, ni autre : allons-nous répondre par la résignation à cette carence ? Être historien, c’est au contraire ne jamais se résigner. C’est tout tenter, tout essayer pour combler les vides de l’information. C’est s’ingénier, le grand mot. Se tromper ou, plutôt, vingt fois se jeter avec enthousiasme dans un chemin plein de promesses — et puis s’apercevoir qu’il ne mène pas où l’on voudrait aller. Tant pis, on recommence. » Lucien Febvre, Combats pour l’histoire, Paris, Armand Colin, « L’ancien et le nouveau », 1992 [1e édition 1953], (citation pp. 487-488 de l’édition électronique).

De ce point de vue, il ne faut pas se laisser induire en erreur par le terme « archives ». Oui, à la base du métier d’historien il y a bien « les archives », mais pas dans une acception restrictive type « documents administratifs » mais dans une définition bien plus large que l’on retrouve, comme le rappelait récemment Vincent Duclert, dans la définition même des archives qui est donnée par la loi du 3 janvier 1979 : « Les archives sont l’ensemble des documents, quels que soient leur date, leur forme et leur support, produits ou reçus par toute personne pysique ou morale, et par tout service ou organisme public ou privé, dans l’exercice de leur activité. » (article 1er de la loi n°79-18 du 3 janvier 1979, cité par Vincent Duclert, L’avenir de l’histoire, Paris, Armand Colin, 2010, p. 48) – voir aussi ici).

La documentation primaire, vos « archives », peut donc être, finalement, constituée de de tout ce que vous pouvez imaginer : du journal intime à l’e-mail, en passant par des objets, des chansons, des photographies, des films, des entretiens, des statistiques, etc.

Critiquer une source ?

Au même titre que la lecture d’ouvrage ne sert pas uniquement à identifier des faits que l’on pourra ensuite citer (voir les billets sur la démarche historiographique et sur le travail bibliographique), l’exploitation des sources suppose un travail critique.

Sur ce point, et malgré les profonds renouvellements des méthodes historiques depuis de nombreuses décennies, je pense que le principe de base est le même depuis qu’il a été énoncé par l’école méthodique : les critiques interne et externe restent au cœur de l’analyse historique. Une source, quelle qu’elle soit, ne dit rien par elle-même : elle n’est qu’un indice qu’il faut « faire parler ».

Ici, la définition proposée par C.-V. Langlois et C. Seignobos me semble donc toujours valide, et mérite une attention particulière, à condition de bien garder à l’esprit les orientations formulées par L. Febvre :

« Cela posé, pour conclure d’un document écrit au fait qui en a été la cause lointaine, c’est -à-dire pour savoir la relation qui relie ce document à ce fait, il faut reconstituer toute la série des causes intermédiaires qui ont produit le document. Il faut se représenter toute la chaîne des actes effectués par l’auteur du document à partir du fait observé par lui jusqu’au manuscrit (ou à l’imprimé) que nous avons aujourd’hui sous les yeux. Cette chaîne, on la reprend en sens inverse, en commençant par l’inspection du manuscrit (ou de l’imprimé) pour aboutir au fait ancien. Tels sont le but et la marche de l’analyse critique.

D’abord, on observe le document. Est-il tel qu’il était lorsqu’il a été produit ? N’a-t-il pas été détérioré depuis ? On recherche comment il a été fabriqué afin de le restituer au besoin dans sa teneur originelle et d’en déterminer la provenance. Ce premier groupe de recherches préalables, qui porte sur l’écriture, la langue, les formes, les sources, etc., constitue le domaine particulier de la critique externe ou critique d’érudition.

Ensuite intervient la critique interne : elle travaille, au moyen de raisonnements par analogie dont les majeures sont empruntées à la psychologie générale, à se représenter les états psychologiques que l’auteur du document a traversés. Sachant ce que l’auteur du document a dit, on se demande : 1° qu’est -ce qu’il a voulu dire ; 2° s’il a cru ce qu’il a dit ; 3° s’il a été fondé à croire ce qu’il a cru. A ce dernier terme le document se trouve ramené à un point où il ressemble à l’une des opérations scientifiques par lesquelles se constitue toute science objective : il devient une observation ; il ne reste plus qu’à le traiter suivant la méthode des sciences objectives. Tout document a une valeur exactement dans la mesure où, après en avoir étudié la genèse, on l’a réduit à une observation bien faite. » (Charles-Victor Langlois & Charles Seignobos, Introduction aux études historiques, Paris, Éditions Kimé, 1992 [1898], p. 38-42)

Quel que soit le document il faudra donc vous attacher à son analyse complète. D’abord en ce qui concerne sa forme matérielle : comment la source se présente-t-elle ? qu’est-ce qui fait que vous pouvez la consulter, là où vous la consultez et dans l’état où elle se trouve au moment ou vous la consultez ? Etc. Ensuite en ce qui concerne « ce qu’elle dit » d’intéressant pour votre objet. Vous devrez aussi être aussi attentif à tout « ce qu’elle ne dit pas ». L’absence de sources permettant d’éclairer un point précis de votre sujet peut parfois beaucoup vous apprendre, et peut-être même plus qu’une profusion d’informations. Cela implique aussi de ne pas (uniquement) se jeter à corps perdu sur la documentation que vous aurez identifiée… ou en tout cas, de ne pas vous limiter à sa simple consultation et photographie numérique.

Pour pouvoir les analyser efficacement, vous aurez compris que, quel qu’en soit le type, il est indispensable de retracer et de comprendre les conditions de production des sources que vous envisagez d’exploiter. Cela implique donc de mener aussi quelques recherches sur celles et ceux qui ont produit les documents que vous consultez, même s’il ne sont par l’objet de votre recherche.

Une première prospection ?

Dans le billet où je proposais quelques pistes pour bien débuter une recherche, j’écrivais qu’il fallait, outre un travail de définition préalable et de défrichage de l’historiographie, commencer rapidement à procéder à une « première prospection concernant les sources ». Celui-ci consisterait à identifier le ou les centres où se trouveraient des sources potentielles ; repérer le ou les types de sources qui s’y trouvent et qui vous seraient utiles ; être capable d’expliquer pourquoi elles semblent utiles a priori.

J’ajouterai ici qu’il est aussi indispensable de commencer à réfléchir, dès cette première étape, à la façon dont vous envisagez d’exploiter ces sources. Il n’est pas question d’être définitif mais de commencer à penser, dès le début de la recherche, aux éventuels investissements qu’il sera nécessaire de faire en termes de formations spécialisées. Envisagez-vous de mener une analyse lexicométrie ? de mener une série d’entretiens ? d’exploiter des statistiques ? de lire des documents dans une langue ancienne ? étrangère ? de travailler sur des enregistrement audiovisuels ? pensez-vous construire une base de données ? etc. S’il faut commencer à y penser dès le début, c’est pour éviter les déconvenues en cours de recherche (tout particulièrement en master, puisque vous n’avez « que » 2 ans, mais cela le sera de plus en plus aussi dans le cadre des thèses, dont la durée tend à se réduire de plus en plus) et vous assurer de la faisabilité de votre projet dans les délais que vous vous fixez, en tenant compte de tous les facteurs. Cela implique aussi de vous poser des questions telles que : pourrez-vous travailler à temps plein sur votre recherche ou exercez-vous une activité professionnelle parallèle ? pouvez-vous vous permettre de soutenir en septembre/octobre ou est-il impératif que vous ayez achevé et soutenu votre mémoire en juin ? etc.

Pour être capable de mener une telle réflexion dès les premiers mois, il est indispensable de lire des recherches originales, de consulter des mémoires, des thèses, en portant une attention particulière aux types de sources exploitées et à la façon dont elles sont étudiées… Et pas forcément dans le domaine précis que vous étudiez ! Comme pour l’analyse historiographique, il ne faut surtout pas négliger les bénéfice d’une sérendipité quelque peu maîtrisée. Cela suppose aussi, et surtout, d’assister à des séminaires de recherche où des chercheurs présentent des travaux en cours et de ne pas hésiter à leur poser vos questions ; de contacter les éventuels spécialistes des méthodes qui vous intéressent, pour leur présenter votre projet et discuter de la faisabilité de votre étude dans le cadre d’un master ou d’une thèse… Enfin, cela suppose de suivre d’éventuelles formations ou d’assister à des ateliers qui vous permettront, sinon de maîtriser immédiatement les techniques informatiques, statistiques, les langues, etc. qui vous sont nécessaires – mais au moins d’en prendre connaissance et de vérifier leur intérêt pour votre recherche.

Et vous pourrez, bien sûr, continuer à lire Devenir historien-ne, qui vous proposera bientôt des billets relatifs à la façon dont leur auteurs exploitent (ou ont exploité) certaines sources dans le cadre de recherches précises. À suivre donc !

Pourquoi s’intéresser à l’histoire de l’intégration européenne?

« Et comment ne pourrait-on pas, ces temps-ci… ? », serait-on tenté de répondre, facilement, à notre propre question. En effet, l’importance du projet européen nous est démontrée quotidiennement – certes par force – par cette crise des dettes publiques qui est sans doute l’une des plus grandes que l’Europe unie ait connue depuis ses débuts, après la Seconde Guerre mondiale. La crise européenne domine notre agenda médiatique et nombreux sont donc les débats et prises de positions qui se mettent à chercher une solution pour sortir l’Europe de ce désordre. D’un côté, il s’agit pour le moment d’analyser précisément les processus qui ont causé la déstabilisation de la zone monétaire et de mettre sur pied des mécanismes financiers efficaces. Mais de l’autre, on s’interroge déjà sur la question de savoir quelle forme l’Europe pourrait prendre après la crise actuelle. Ce deuxième point concerne également le problème de trouver un modèle de gouvernance adéquat à une Union européenne constituée de 27 nations souveraines  – problème qui se pose déjà depuis quelques années.

Si l’actualité nous incite alors à réfléchir à l’avenir du projet européen, elle est aussi l’occasion de nous intéresser à son histoire. De la même façon que des sociétés qui se trouvent dans des moments de désenchantement profond ont souvent tendance à ne pas seulement considérer plus intensément leur futur, mais de se tourner avant tout vers leur passé. Il paraît alors évident que l’historien n’échappe pas à ce discours public qui est en train de se manifester dans nos média. Mais quelle est la tâche principale à laquelle l’historien devrait s’atteler dans ce contexte ? Comment pourrait-il contribuer à ces débats ?

Déconstruire les mythes fondateurs

Titien (1490–1576) - L'Enlèvement d'Europe

Titien, "L'Enlèvement d'Europe"

Il nous semble que le processus de l’intégration européenne, tel qu’il se développe dans les décennies d’après guerre, offre un vaste champ de recherche où le travail de l’historien peut encore porter ses fruits. Pour cela, une analyse historique critique devrait surtout déconstruire les « mythes » qui entourent le projet européen dès son début, plutôt qu’à renforcer les divers masters narratives déjà existants.[1] Certes, l’historien de l’Europe unie n’est pas le seul à tenter d’éviter, voire à réfuter, les interprétations cherchant à donner du « sens » à l’histoire. Il s’agit même de l’une des caractéristiques les plus marquantes de notre discipline en général, lorsqu’elle entreprend de séparer les processus historiques de ses manipulations et récupérations idéologiques créées ex-post.[2] Or, il nous semble que, dans le domaine de l’intégration européenne, ce problème se manifeste d’une manière particulière. Très souvent, la notion  d’ « intégration européenne » comporte elle-même déjà un jugement normatif envers l’objet qu’elle désigne. Son utilisation a tendance à entraîner, de façon explicite ou implicite, une adhésion au projet européen.

Par une analyse précise des concepts, l’historien peut donc, non seulement contribuer à la clarification du débat actuel, mais de surcroît, il peut démontrer la manière dont certaines conceptions de l’ « Europe » se sont imposées au cours de l’unification européenne. Pour donner un exemple : dans l’effervescence de l’actualité, de nombreux commentateurs renoncent à bien distinguer l’Europe, l’Union Européenne (UE) et la zone monétaire européenne. Il est pourtant clair que l’UE ne comprend pas l’ensemble des pays européens – on pense à la Suisse – et qu’elle  ne correspond pas, non plus, à l’union monétaire. Cependant, la chancelière Merkel, vis-à-vis de ses électeurs allemands, ne cesse pas de défendre les mesures prises afin de stabiliser l’union monétaire européenne en répétant avec insistance la phrase suivante : « Si l’euro échoue, c’est l’Europe qui échoue ».[3] L’historien qui connaît l’histoire de l’intégration monétaire de l’Europe doit, en revanche, se rappeler inévitablement ces fameux mots de Jacques Rueff qui, dès 1950, proclama que « l’Europe se fera par la monnaie ou ne se fera pas ».[4] Nous voilà confronté à la naissance d’un discours qui entremêle le souci d’une union monétaire et l’idée de la construction européenne d’après-guerre. Or, ce petit exemple représente un des récits qui accompagnent le processus de l’intégration européenne depuis ses origines, volontairement renforcé par des générations d’hommes politiques alternantes. Il reste alors à l’historien de retracer comment peu à peu l’idée d’une monnaie commune s’est imposée comme un des piliers indispensables du projet européen. C’est dans la déconstruction de tels « mythes » que l’historien peut donc accomplir sa tâche.

Une histoire en réorientation

En même temps, nous parlons d’un champ de recherche que notre discipline a longtemps négligé. L’étude de l’unification européenne était souvent cédée aux politistes et sociologues, mais avant tout aux économistes et juristes ; et ceux qui s’intéressaient à l’histoire de l’Europe unie se limitaient très souvent à une histoire diplomatique classique. Les premières études furent menées dans les années 1980 lorsque fut créé « le groupe de liaison des professeurs de l’Europe contemporaine auprès de la Commission des Communautés européennes ».[5] Ses auteurs se concentraient surtout sur les événements marquants de la période de fondation des Communautés d’après-guerre ainsi que sur les personnalités les plus importantes, avant tout sur les fameux « pères fondateurs ».[6] Cette orientation vers l’histoire diplomatique caractérisait l’historiographie de l’intégration jusqu’à la fin des années 1990. Et c’est aussi la raison pour laquelle on a encore récemment constaté un défaut de l’historiographie de l’intégration européenne.

Depuis quelques années, pourtant, un nouvel intérêt se manifeste pour l’histoire de l’Europe après 1945 ; celui-ci est fortement lié à la découverte de nouvelles pistes de recherches – outre l’histoire politique traditionnelle – ainsi qu’à un renouvellement des approches méthodologiques.[7] En premier lieu, l’historiographie de l’intégration européenne a commencé à s’ouvrir vers d’autres sous-disciplines de la recherche historique, notamment vers l’histoire sociale et culturelle, l’étude des relations internationales ainsi que l’histoire du temps présent. On peut ainsi constater l’émergence de premières tentatives d’une écriture de l’histoire de la « société européenne », en retraçant les développements du niveau de vie, des inégalités sociales, des relations familiales, de la migration, des média, de l’éducation, des valeurs, etc. Dans la même veine, on se met à examiner les multiples idées de l’Europe telles qu’elles sont portées par différents milieux socioculturels.[8] Dans un tel cadre, la considération de l’intégration européenne comme un projet d’élites, unies autour d’une identité européenne commune, est constamment remise en cause.

De plus, le processus de l’unification européenne est maintenant placé dans un contexte historique plus global en tenant compte des résultats de l’histoire des relations internationales. De cette façon, par exemple, les histoires de l’Europe unie et de la guerre froide, longtemps présentées comme des enjeux complètement séparés, commencent à se rapprocher.[9] Plus généralement encore, l’historiographie de l’intégration européenne s’inspire de plus en plus des problématiques et questions de l’histoire du temps présent. L’intérêt actuels des chercheurs pour les années 1970 et 1980 n’est donc pas sans conséquences sur l’interprétation de l’unification européenne. Se pose donc la question de savoir si les changements des structures économiques, politiques, sociales et culturelles que connaissent les sociétés nationales pendant cette période eurent aussi de l’impact sur le projet européen. Si l’historiographie traditionnelle fit avant tout des années 1970 une phase de « crise » qui aurait freiné l’avancement de l’unification, de nouvelles études les interprètent désormais plutôt comme une importante phase de transition.[10]

En second lieu, on s’éloigne d’une focalisation sur le rôle qu’ont joué les gouvernements nationaux dans le processus de la construction européenne. Celle-ci résultait d’abord du fait que les premières études s’appuyèrent presque uniquement sur l’analyse des archives nationales. Par conséquent, ces premiers travaux présentèrent l’histoire de l’intégration européenne comme une série des décisions et traités intergouvernementaux. Mais cette focalisation sur les actions des États membres résultait aussi du travail marquant de l’historien Alan Milward. Celui-ci conçut le projet européen comme un moyen que les États européens utilisent pour faire prévaloir leurs intérêts économiques nationaux sur le plan supranational de la Communauté. Le projet européen ne constituerait donc pas la fin de l’État national, mais, au contraire, son « sauvetage ».[11] Aujourd’hui, pourtant, ce sont les milieux socioculturels, les experts, les organisations non gouvernementales et les réseaux transnationaux en général qui se trouvent au centre de la recherche. Dans ce contexte, de nouvelles études prennent également en considération les institutions supranationales des Communautés européennes comme objets autonomes de recherche.[12]

Reijn Dirksen (Marshall Plan posters, 1950)

Reijn Dirksen (Marshall Plan posters, 1950)

Cette réorientation thématique est concomitante de l’élaboration de nouveaux concepts méthodologiques. Désormais, les historiens de l’intégration européenne utilisent plus volontiers des instruments offerts par d’autres sciences sociales pour les appliquer à leurs nouveaux objets de recherche. En analysant des « communautés épistémiques », par exemple, la science politique offre un concept qui peut illustrer l’influence qu’ont pu exercer des groupes d’experts sur le processus de l’unification européenne.[13] Similairement, un groupe de sociologues proposaient récemment une nouvelle démarche afin d’analyser la construction des « savoirs européens ». Ils plaident pour relier l’évolution des sciences européennes au processus d’intégration européenne, dévoilant ainsi la manière dont la construction de certains savoirs académiques et le projet politique d’une Union européenne se sont influencés mutuellement.[14] Mais, en même temps, les historiens ont contribué eux-mêmes à développer de nouvelles méthodes, comme le montre le concept d’ « européanisation » qui vise à dépasser une concentration sur le côté institutionnel de la construction de l’ « Europe » pour mettre les multiples formes d’intégration – incluant celles qui ne sont pas institutionnalisées – en relations avec d’autres processus contemporains comme ceux de l’ « américanisation » ou de la « mondialisation ».[15] Dans l’ensemble, il s’agit aujourd’hui de dépasser une juxtaposition de différentes histoires nationales de l’intégration européenne et de décrire le processus de l’unification dans toute sa dimension supranationale.[16]

La fin de la téléologie ?

Le changement le plus important relève probablement du renoncement à toute interprétation téléologique. Pendant longtemps, le processus de l’unification européenne d’après-guerre était présenté comme une success story : pour préserver durablement la paix en Europe après la catastrophe de la Seconde Guerre mondiale, des hommes d’État prévoyants auraient déclenché un développement, au cours duquel de plus en plus de pouvoirs furent transférés des gouvernements nationaux vers les institutions européennes pour aboutir finalement à la création de l’Union Européenne, voire, à la fondation des « États-Unis de l’Europe » un jour lointain. Cette interprétation – présentée ici de manière outrancière – est aujourd’hui rejetée de façon presque unanime. De plus, on peut même s’attendre à ce que, face à la crise actuelle, de telles tentatives d’attribuer une perspective téléologique à l’unification européenne perdront encore de leur portée.[17] Cela témoigne aussi d’une réflexion plus intensifiée que pratique la discipline de l’histoire européenne sur ses propres enjeux depuis quelques années.

*

Aujourd’hui l’historiographie de la construction européenne constitue un domaine de recherche qui est en train de connaître une double relance. D’un côté, les événements actuels incitent à étudier de plus près l’histoire récente de l’Europe unie. Mais de l’autre, de nouveaux questionnements scientifiques invitent à repenser les présentations traditionnelles du processus de l’intégration. Qui plus est, ce champ de recherche étant encore jeune, il reste de nombreuses pistes à explorer. Bref : de bonnes raisons pour s’intéresser à l’histoire de l’intégration européenne !


[1] Pour une première impression de la problématique des « narratives européens » voir la collection d’articles sur la plateforme Eurozine : « European histories : Concord and conflict », disponible sur : http://www.eurozine.com/comp/focalpoints/eurohistories2.html.

[2] Voir Reinhart Koselleck : « Vom Sinn und Unsinn der Geschichte », dans Vom Sinn und Unsinn der Geschichte. Aufsätze und Vorträge aus vier Jahrzehnten. Herausgegeben und mit einem Nachwort von Carsten Dutt, Berlin : Suhrkamp, 2010, pp. 9-31.

[3] Se référer à la déclaration gouvernementale « L’Europe doit devenir une union de la stabilité », 26 octobre 2011, disponible sur : http://www.bundesregierung.de/nn_5822/Content/FR/Artikel/__2011/10/2011-10-26-merkel-regierungserklaerung-er-euro__fr.html.

[4] Cité après Dimitri Grygowski, Les États-Unis et l’unification monétaire de l’Europe, Bruxelles : Peter Lang, 2009, p. 48.

[5] Pour plus d’informations voir la page d’accueil du groupe : http://www.eu-historians.eu/. Voir également  Morgane Le  Boulay, « Investir l’arène européenne de la recherche. Le « Groupe de Liaison » des historiens auprès de la Commission européenne », Politix. Revue des sciences sociales du politique, n° 89, « L’Académie européenne », 2010, pp. 103-124.

[6] Voir la première publication du groupe de liaison : Raymond Poidevin (dir.), Histoire des débuts de la construction européenne, mars 1948 – mai 1950. Origins of the European Integration, March 1948 – May 1950, Bruxelles et al.: Bruylant et al., 1986 ainsi que Walter Lipgens, A History of the European Integration 1945-47, Oxford : Clarendon Press, 1982. Lipgens, un des fondateurs de l’histoire de l’intégration européenne, entreprendra surtout l’édition des plusieurs recueils des sources importantes : Walter Lipgens (dir.), Documents on the History of European Integration, 4 vol., Berlin : de Gruyter, 1985-1991.

[7] Une vue d’ensemble donnent Antonio Varsori, « Historiographie », dans Yves Bertoncini et al. (dir.), Dictionnaire critique de l’Union européenne, Paris : Armand Colin, 2008, pp. 218-223, Wolfram Kaiser & Antonio Varsori (dir.), European Union History. Themes and Debates, Basingstoke : Palgrave, 2010 et Kiran Klaus Patel, « Europäische Integrationsgeschichte auf dem Weg zur doppelten Neuausrichtung. Ein Forschungsbericht », Archiv für Sozialgeschichte 50, 2010, pp. 595-642. Ce renouvellement de la discipline est également porté par une nouvelle génération des jeunes chercheurs qui se groupe autour des deux réseaux transnationaux HEIRS et RICHIE : http://www.eu-historians.eu/Young_Researchers.

[8] Voir par exemple : Hartmut Kaelble, Sozialgeschichte Europas. 1945 bis zur Gegenwart, Bonn : bpb, 2007 et Robert Frank (dir.), Les identités européennes au XXe siècle : diversités, convergences et solidarités, Paris : Publications de la Sorbonne, 2004.

[9] Se référer à : Angela Romano, From Détente in Europe to European Détente. How the West Shaped the Helsinki CSCE, Bruxelles : Peter Lang, 2009 et N. Piers Ludlow (dir.), European Integration and the Cold War. Ostpolitik – Westpolitik. 1965-1973, London : Routledge, 2007.

[10] Voir Franz Knipping & Matthias Schönwald (dir.), Aufbruch zum Europa der zweiten Generation. Die europäische Einigung 1969-1984 (Europäische und Internationale Studien, vol. 3), Trier : Wissenschaftlicher Verlag Trier, 2004 ainsi que Matthias Waechter (dir.), « Eurosclérose ou européanisation? L’intégration européenne dans les années 1970. Eurosclerosis or Europeanisation? European Integration in the 1970s », L’Europe en formation, n° 353/354, 2009.

[11] Voir son ouvrage le plus important : Alan S. Milward, The European Rescue of the Nation-State, London : Routledge, 1992. Pour l’influence de Milward voir : Morten Rasmussen, « European Rescue of the Nation-State? Tracing the Role of Economics and Business », dans W. Kaiser & A. Varsori (dir.), European Union History, op. cit. , pp. 128-149.

[12] Voir par exemple : Michel Dumoulin (dir.), Réseaux économiques et construction européenne. Economic Networks and European Integration (Euroclio, vol. 29), Bruxelles et al.: Peter Lang, 2004 et Gérard Bossuat (dir.), Inventer l’Europe. Histoire nouvelle des groupes d’influence et des acteurs de l’unité européenne (Euroclio, vol. 27), Bruxelles et al.: Peter Lang, 2003.

[13] Voir Amy Verdun, « The role of the Delors Committee in the creation of EMU: an epistemic community? », Journal of European Public Policy, vol. 6, n° 2, 1999, pp. 308-328. [voir aussi ici]

[14] Voir Cécile Robert & Antoine Vauchez (dir.), « L’Académie européenne », Politix. Revue des sciences sociales du politique, n° 89, 2010.

[15] Voir Martin Conway & Kiran Klaus Patel (dir.), Europeanization in the Twentieth Century. Historical Approaches, Basingstoke : Palgrave Macmillan 2010. Sur l’exemple de l’« européanisation » de la politique agricole voir : Kiran Klaus Patel, Europäisierung wider Willen. Die Bundesrepublik Deutschland in der Agrarintegration der EWG 1955-1973, München : Oldenbourg 2009.

[16] C’est surtout l’intention de Nicholas Piers Ludlow, The European Community and the Crises of the 1960s. Negotiating the Gaullist Challenge, London : Routledge 2006. Voir aussi : Wolfram Kaiser, Brigitte Leucht & Morten Rasmussen (dir.), The History of the European Union. Origins of a Trans- and Supranational Politiy 1959-72, New York : Routledge, 2009.

[17] Sur le problème de la téléologie voir : Mark Gilbert, « Narrating the Process : Questioning the Progressive Story of European Integration », Journal of Common Market Studies 46, 2008, pp. 641-662.

Une bibliographie : pourquoi ? Comment ? [2/2]

Cahiers d'un livre ancien visibles en l'absence du dos (L'échelle sainte ou Les Degrez pour monter au Ciel, composez par s. Jean Climaque, abbé du monastère du mont Sinaï, traduit du grec en françois par M Arnauld d'Andilly, Paris, Pierre Le Petit, 1661) par Remi Mathis en cc sur Wikicommons[Dans un précédent billet –  “Mais par où vais-je bien pouvoir commencer ?” – trois exercices permettant de bien démarrer ont été évoqués : chercher des définitions ; établir une bibliographie de travail ; procéder à une première prospection de sources. Chacune de ces activités doit faire l’objet de billets spécifiques Sur Devenir historien-ne.  Après les définitions provisoires et la première partie du billet sur la bibliographie qui a été publiée le 25 octobre, en voici la suite (et fin), co-écrite par Amaury Catel et Sophie Cinquin]

La bibliographie comme outil : travail et réflexion bibliographiques

Une fois celles des moyens d’alimenter sa bibliographie abordée, quelques grandes questions relatives à l’exercice bibliographique demeurent : celle de son usage, déjà évoqué ; celle des pratiques de lecture associées à la constitution d’un tel document, qu’on ne peut éluder ; et celle enfin, toujours épineuse, des pratiques de hiérarchisation et de classement, qui contribuent à faire d’une bibliographie sommaire une « bonne » bibliographie – pensée, organisée, structurée. Continuer la lecture

« Mais par quoi vais-je bien pouvoir commencer ? »

Tandis que l’idée d’un sujet de recherche original a commencé à germer pendant l’été, et que se profile l’inscription en master, une question existentielle vient souvent jouer les trouble-fête : « mais par quoi vais-je bien pouvoir commencer ? »

Bien entendu, la première chose à faire consiste à prendre rendez-vous avec son directeur ou sa directrice de recherche pour discuter du projet. Mais l’idéal, quand c’est possible, consiste à ne pas arriver les mains vides… L’objectif de ce billet est de fournir quelques conseils à celles et ceux qui se demandent par où commencer leur recherche. Il est basé, en partie, sur des exercices donnés l’an dernier au cours du premier semestre du séminaire de méthodologie.

Commencez par les dictionnaires !

Les dictionnaires sont des outils incontournables, quel que soit le niveau d’avancement d’une recherche. C’est une étape qui est trop souvent négligée alors que cet exercice est excellent moyen d’amorcer une réflexion sur un sujet. Usuels (Robert ou Larousse) et encyclopédies généralistes (comme Universalis ou Wikipedia), mais surtout dictionnaires spécialisés :

Commencez donc par identifier ceux qui vous seront utiles en fonction de vos centres d’intérêt.  « Ceux » et non « celui » : la distinction est importante car il ne s’agit pas de définir un terme une fois pour toute, mais de prendre conscience de la variété des définitions possibles d’un même phénomène et d’élaborer, en recoupant différentes sources, des définitions provisoires qui vous permettront de commencer à travailler.

Constituez ainsi des fiches pour l’ensemble des termes de votre sujet, des concepts que vous envisagez d’utiliser et des individus que vous pourrez rencontrer au fur et à mesure de la recherche.

Élaborez une bibliographie de travail…

Commencez, dès le début de la recherche, par recenser l’ensemble des travaux qui vous semblent utiles a priori pour la mener à bien. Pour cela, vous disposez de nombreux outils de recherches en ligne, de bibliographies thématiques et des appareils critiques (notes de bas de pages et bibliographie) de vos lectures.

Une bibliographie de travail vous permettra de commencer à prendre connaissance de l’historiographie du sujet et de mettre en place un programme de lecture. Pour cette seconde étape, je vous conseille faire, dès que possible, un premier sondage de l’ensemble des titres identifiés (introductions, conclusions, tables des matières et comptes rendus des ouvrages ; résumés des articles). Vous pourrez ainsi vous assurer que les contenus correspondent bien aux titres repérés et procéder à une première sélection les lectures prioritaires.

Une bonne solution consistera à faire une fiche par titre, idéalement avec Zotero, en notant tout ce qui vous semble utile (au minimum : thèmes abordés d’après la table des matières, thèse(s) de l’auteur d’après l’introduction et la conclusion, type de sources utilisées, lieux de conservation et date de première consultation). Vous compléterez ensuite ces fiches suite aux lectures approfondies – tout comme vous agrémenterez la bibliographie au fil de vos découvertes…

…et procédez à une première prospection de sources.

Il est très important, dès le début de la recherche, de procéder à une première prospection afin d’identifier les sources potentielles de la recherche. Ici encore, il ne s’agit pas d’établir une liste définitive, mais de commencer à vous assurer de la faisabilité de la recherche envisagée.

Commencez par identifier le ou les centres où se trouvent des sources qui pourraient vous être utiles pour mener à bien votre recherche ; repérez ensuite le ou les types de sources qui s’y trouvent, et qui devraient vous être utiles. Vous disposez, ici encore, de nombreux instruments de recherche en ligne (voir, par exemple, ceux que proposent les Archives nationales) et vous trouverez des indications précieuses au fil de vos lectures, en étudiant attentivement les appareils critiques. (Et si vous vous demandez ce que peut bien être une « source »… continuez à lire ce carnet car un prochain billet fera le point sur la question.)

Tenez un carnet de bord, et révisez votre projet de recherche

Quel que soit le chemin que vous déciderez d’emprunter pour commencer votre recherche (ce qui précède ne constitue qu’une piste possible parmi d’autres…), tenir un « carnet de bord » pourra vous être très utile. Quelle qu’en soit la forme, il doit vous permettre de faire régulièrement le point du l’avancement de vos travaux.

L’exercice pourra vous sembler inutile et fastidieux les premières semaines, mais vous changerez probablement d’avis lorsque, au bout de quelques mois, vous pourrez vous y référer afin de comprendre pourquoi diable vous vous êtes lancé dans le dépouillement de telle série d’archive ou dans la lecture des œuvres complètes de tel auteur…

Dans un même ordre d’idée, ces premières étapes doivent vous conduire, au fil de vos lectures, à revoir votre projet de recherche, à le reprendre, le réécrire et, surtout, le repenser. Et si vous vous demandez à quoi cela pourrait vous servir… je vous encourage à lire un précédant billet intitulé « Comment (et pourquoi) écrire un projet de recherche ?« 

Enfin, vous pouvez lire régulièrement La boîte à outils des historiens où vous trouverez, notamment, les conseils de Franziska Heimburger pour bien commencer l’année, en prenant de bonnes habitudes

*

Et vous ? Par quoi avez-vous commencé ? Faites-nous partager votre expérience en commentaires…

Crédits images d’en-tête : By User:Stannered via Wikimedia Commons