Archives par étiquette : Interdisciplinarité

La formation de la classe ouvrière anglaise (par Edward P. Thompson)

"la formation de la classe ouvrière anglaise"

(édition de poche, 2012)

Edward P. Thompson, La formation de la classe ouvrière anglaise, Paris, Le Seuil, « Point Histoire », 2012, 1166 p.

C’est une nouvelle très réjouissante : La formation de la classe ouvrière anglaise d’Edward P. Thompson vient d’être réédité en poche dans la collection « Points Histoire ».

L’ouvrage, paru en anglais en 1963 est rapidement devenu un classique. En 1980, introduisant une présentation de l’ouvrage dans Le Débat Patrick Fridenson écrivait : « Edward Thompson n’est pas seulement un des historiens les plus importants de notre époque, c’est aussi un des principaux artisans de l’évolution récente des sciences humaines ». Tous en soulignant que « En France, la diffusion de son oeuvre est restée beaucoup plus limitée que partout ailleurs. Son livre majeur, jusqu’ici non traduit, a pris par cette absence même des proportions presque légendaires ». (Le Débat, n° 3, juillet-août 1980, pp. 175-192). La traduction française de l’ouvrage français ne paru que huit ans plus tard, à l’initiative de Miguel Absensour dans la collection « Hautes Études » des éditions Gallimard et du Seuil (voir sur le site des éditions de l’EHESS). À cette occasion, Les Annales saluèrent cette publication par ces quelques lignes :

« Sil faut signaler la traduction, ving-cinq ans après la première édition anglaise de ce grand livre, c’est que sa relecture, ou sa découverte, donne l’occasion d’une réflexion de méthode. L’analyse des processus et celle des relations sociales ne doivent pas trouver leurs propres fins en elles-mêmes : elles constituent les moyens de rompre la circularité des descriptions de catégories prédéterminées. Le changement social, c’est-à-dire l’évolution historique, n’est pensable qu’à condition de s’interdire de déduire le fonctionnement d’une société de ses structures, mais de s’efforcer au contraire d’établir l’interrelation des niveaux (économique, social, culturel) et de leurs temporalités propres. Propositions utiles à se remémorer si l’on souhaite ne pas réduire l’histoire sociale à une sociologie du passé. » (source)

"la formation de la classe ouvrière anglaise"

(édition française de 1988)

Ici encore l’ouvrage mériterait un véritable compte rendu mais beaucoup a déjà été écrit sur cet ouvrage et, surtout, le temps me manque. Ces quelques lignes me semblent avoir gardé toute leur pertinence, même après 24 ans… La nouvelle édition est agrémentée d’une préface de François Jarrige qui, avec Miguel Absensour, a donné un entretien au Monde des livres à l’occasion de cette parution : « Une biographie de la classe ouvrière« . Vous pourrez lire aussi avec intérêt un article de Yannick Le Marec, paru dans le numéro 100 des Actes de la recherche en sciences sociales : « Relire Thompson. La formation de la classe ouvrière anglaise, trente ans après« .

Présentation de l’éditeur :

« En France, peu d’historiens ont joué un rôle politique et intellectuel équivalent à celui qu’a tenu Edward Palmer Thompson en Grande-Bretagne et, plus largement, dans le monde. Peu de livres ont exercé une influence aussi profonde sur l’écriture de l’histoire contemporaine que cette somme publiée une première fois en anglais en 1963, traduite en français vingt-cinq ans plus tard.

Ce livre foisonnant et engagé, d’une richesse exceptionnelle, qui tente de tisser ensemble de multiples fils afin de restituer l’expérience vécue par les contemporains de la « révolution industrielle » demeure d’une extraordinaire actualité. Comme l’écrit Thompson lui-même dans sa préface : « Certaines causes perdues de la révolution industrielle peuvent nous éclairer sur des plaies sociales encore ouvertes aujourd’hui. » En restituant la vie des pauvres tisserands à bras, des artisans « utopistes » et radicaux, des luddistes brisant les machines, en s’efforçant de les « sauver de l’immense condescendance de la postérité », Thompson a écrit un chapitre décisif de notre passé. Près de cinquante ans après, la lecture de ce grand livre peut encore nous aider à nous orienter face aux bouleversements et aux incertitudes du présent. » (source)

Pourquoi s’intéresser à l’histoire de l’intégration européenne?

« Et comment ne pourrait-on pas, ces temps-ci… ? », serait-on tenté de répondre, facilement, à notre propre question. En effet, l’importance du projet européen nous est démontrée quotidiennement – certes par force – par cette crise des dettes publiques qui est sans doute l’une des plus grandes que l’Europe unie ait connue depuis ses débuts, après la Seconde Guerre mondiale. La crise européenne domine notre agenda médiatique et nombreux sont donc les débats et prises de positions qui se mettent à chercher une solution pour sortir l’Europe de ce désordre. D’un côté, il s’agit pour le moment d’analyser précisément les processus qui ont causé la déstabilisation de la zone monétaire et de mettre sur pied des mécanismes financiers efficaces. Mais de l’autre, on s’interroge déjà sur la question de savoir quelle forme l’Europe pourrait prendre après la crise actuelle. Ce deuxième point concerne également le problème de trouver un modèle de gouvernance adéquat à une Union européenne constituée de 27 nations souveraines  – problème qui se pose déjà depuis quelques années.

Si l’actualité nous incite alors à réfléchir à l’avenir du projet européen, elle est aussi l’occasion de nous intéresser à son histoire. De la même façon que des sociétés qui se trouvent dans des moments de désenchantement profond ont souvent tendance à ne pas seulement considérer plus intensément leur futur, mais de se tourner avant tout vers leur passé. Il paraît alors évident que l’historien n’échappe pas à ce discours public qui est en train de se manifester dans nos média. Mais quelle est la tâche principale à laquelle l’historien devrait s’atteler dans ce contexte ? Comment pourrait-il contribuer à ces débats ?

Déconstruire les mythes fondateurs

Titien (1490–1576) - L'Enlèvement d'Europe

Titien, "L'Enlèvement d'Europe"

Il nous semble que le processus de l’intégration européenne, tel qu’il se développe dans les décennies d’après guerre, offre un vaste champ de recherche où le travail de l’historien peut encore porter ses fruits. Pour cela, une analyse historique critique devrait surtout déconstruire les « mythes » qui entourent le projet européen dès son début, plutôt qu’à renforcer les divers masters narratives déjà existants.[1] Certes, l’historien de l’Europe unie n’est pas le seul à tenter d’éviter, voire à réfuter, les interprétations cherchant à donner du « sens » à l’histoire. Il s’agit même de l’une des caractéristiques les plus marquantes de notre discipline en général, lorsqu’elle entreprend de séparer les processus historiques de ses manipulations et récupérations idéologiques créées ex-post.[2] Or, il nous semble que, dans le domaine de l’intégration européenne, ce problème se manifeste d’une manière particulière. Très souvent, la notion  d’ « intégration européenne » comporte elle-même déjà un jugement normatif envers l’objet qu’elle désigne. Son utilisation a tendance à entraîner, de façon explicite ou implicite, une adhésion au projet européen.

Par une analyse précise des concepts, l’historien peut donc, non seulement contribuer à la clarification du débat actuel, mais de surcroît, il peut démontrer la manière dont certaines conceptions de l’ « Europe » se sont imposées au cours de l’unification européenne. Pour donner un exemple : dans l’effervescence de l’actualité, de nombreux commentateurs renoncent à bien distinguer l’Europe, l’Union Européenne (UE) et la zone monétaire européenne. Il est pourtant clair que l’UE ne comprend pas l’ensemble des pays européens – on pense à la Suisse – et qu’elle  ne correspond pas, non plus, à l’union monétaire. Cependant, la chancelière Merkel, vis-à-vis de ses électeurs allemands, ne cesse pas de défendre les mesures prises afin de stabiliser l’union monétaire européenne en répétant avec insistance la phrase suivante : « Si l’euro échoue, c’est l’Europe qui échoue ».[3] L’historien qui connaît l’histoire de l’intégration monétaire de l’Europe doit, en revanche, se rappeler inévitablement ces fameux mots de Jacques Rueff qui, dès 1950, proclama que « l’Europe se fera par la monnaie ou ne se fera pas ».[4] Nous voilà confronté à la naissance d’un discours qui entremêle le souci d’une union monétaire et l’idée de la construction européenne d’après-guerre. Or, ce petit exemple représente un des récits qui accompagnent le processus de l’intégration européenne depuis ses origines, volontairement renforcé par des générations d’hommes politiques alternantes. Il reste alors à l’historien de retracer comment peu à peu l’idée d’une monnaie commune s’est imposée comme un des piliers indispensables du projet européen. C’est dans la déconstruction de tels « mythes » que l’historien peut donc accomplir sa tâche.

Une histoire en réorientation

En même temps, nous parlons d’un champ de recherche que notre discipline a longtemps négligé. L’étude de l’unification européenne était souvent cédée aux politistes et sociologues, mais avant tout aux économistes et juristes ; et ceux qui s’intéressaient à l’histoire de l’Europe unie se limitaient très souvent à une histoire diplomatique classique. Les premières études furent menées dans les années 1980 lorsque fut créé « le groupe de liaison des professeurs de l’Europe contemporaine auprès de la Commission des Communautés européennes ».[5] Ses auteurs se concentraient surtout sur les événements marquants de la période de fondation des Communautés d’après-guerre ainsi que sur les personnalités les plus importantes, avant tout sur les fameux « pères fondateurs ».[6] Cette orientation vers l’histoire diplomatique caractérisait l’historiographie de l’intégration jusqu’à la fin des années 1990. Et c’est aussi la raison pour laquelle on a encore récemment constaté un défaut de l’historiographie de l’intégration européenne.

Depuis quelques années, pourtant, un nouvel intérêt se manifeste pour l’histoire de l’Europe après 1945 ; celui-ci est fortement lié à la découverte de nouvelles pistes de recherches – outre l’histoire politique traditionnelle – ainsi qu’à un renouvellement des approches méthodologiques.[7] En premier lieu, l’historiographie de l’intégration européenne a commencé à s’ouvrir vers d’autres sous-disciplines de la recherche historique, notamment vers l’histoire sociale et culturelle, l’étude des relations internationales ainsi que l’histoire du temps présent. On peut ainsi constater l’émergence de premières tentatives d’une écriture de l’histoire de la « société européenne », en retraçant les développements du niveau de vie, des inégalités sociales, des relations familiales, de la migration, des média, de l’éducation, des valeurs, etc. Dans la même veine, on se met à examiner les multiples idées de l’Europe telles qu’elles sont portées par différents milieux socioculturels.[8] Dans un tel cadre, la considération de l’intégration européenne comme un projet d’élites, unies autour d’une identité européenne commune, est constamment remise en cause.

De plus, le processus de l’unification européenne est maintenant placé dans un contexte historique plus global en tenant compte des résultats de l’histoire des relations internationales. De cette façon, par exemple, les histoires de l’Europe unie et de la guerre froide, longtemps présentées comme des enjeux complètement séparés, commencent à se rapprocher.[9] Plus généralement encore, l’historiographie de l’intégration européenne s’inspire de plus en plus des problématiques et questions de l’histoire du temps présent. L’intérêt actuels des chercheurs pour les années 1970 et 1980 n’est donc pas sans conséquences sur l’interprétation de l’unification européenne. Se pose donc la question de savoir si les changements des structures économiques, politiques, sociales et culturelles que connaissent les sociétés nationales pendant cette période eurent aussi de l’impact sur le projet européen. Si l’historiographie traditionnelle fit avant tout des années 1970 une phase de « crise » qui aurait freiné l’avancement de l’unification, de nouvelles études les interprètent désormais plutôt comme une importante phase de transition.[10]

En second lieu, on s’éloigne d’une focalisation sur le rôle qu’ont joué les gouvernements nationaux dans le processus de la construction européenne. Celle-ci résultait d’abord du fait que les premières études s’appuyèrent presque uniquement sur l’analyse des archives nationales. Par conséquent, ces premiers travaux présentèrent l’histoire de l’intégration européenne comme une série des décisions et traités intergouvernementaux. Mais cette focalisation sur les actions des États membres résultait aussi du travail marquant de l’historien Alan Milward. Celui-ci conçut le projet européen comme un moyen que les États européens utilisent pour faire prévaloir leurs intérêts économiques nationaux sur le plan supranational de la Communauté. Le projet européen ne constituerait donc pas la fin de l’État national, mais, au contraire, son « sauvetage ».[11] Aujourd’hui, pourtant, ce sont les milieux socioculturels, les experts, les organisations non gouvernementales et les réseaux transnationaux en général qui se trouvent au centre de la recherche. Dans ce contexte, de nouvelles études prennent également en considération les institutions supranationales des Communautés européennes comme objets autonomes de recherche.[12]

Reijn Dirksen (Marshall Plan posters, 1950)

Reijn Dirksen (Marshall Plan posters, 1950)

Cette réorientation thématique est concomitante de l’élaboration de nouveaux concepts méthodologiques. Désormais, les historiens de l’intégration européenne utilisent plus volontiers des instruments offerts par d’autres sciences sociales pour les appliquer à leurs nouveaux objets de recherche. En analysant des « communautés épistémiques », par exemple, la science politique offre un concept qui peut illustrer l’influence qu’ont pu exercer des groupes d’experts sur le processus de l’unification européenne.[13] Similairement, un groupe de sociologues proposaient récemment une nouvelle démarche afin d’analyser la construction des « savoirs européens ». Ils plaident pour relier l’évolution des sciences européennes au processus d’intégration européenne, dévoilant ainsi la manière dont la construction de certains savoirs académiques et le projet politique d’une Union européenne se sont influencés mutuellement.[14] Mais, en même temps, les historiens ont contribué eux-mêmes à développer de nouvelles méthodes, comme le montre le concept d’ « européanisation » qui vise à dépasser une concentration sur le côté institutionnel de la construction de l’ « Europe » pour mettre les multiples formes d’intégration – incluant celles qui ne sont pas institutionnalisées – en relations avec d’autres processus contemporains comme ceux de l’ « américanisation » ou de la « mondialisation ».[15] Dans l’ensemble, il s’agit aujourd’hui de dépasser une juxtaposition de différentes histoires nationales de l’intégration européenne et de décrire le processus de l’unification dans toute sa dimension supranationale.[16]

La fin de la téléologie ?

Le changement le plus important relève probablement du renoncement à toute interprétation téléologique. Pendant longtemps, le processus de l’unification européenne d’après-guerre était présenté comme une success story : pour préserver durablement la paix en Europe après la catastrophe de la Seconde Guerre mondiale, des hommes d’État prévoyants auraient déclenché un développement, au cours duquel de plus en plus de pouvoirs furent transférés des gouvernements nationaux vers les institutions européennes pour aboutir finalement à la création de l’Union Européenne, voire, à la fondation des « États-Unis de l’Europe » un jour lointain. Cette interprétation – présentée ici de manière outrancière – est aujourd’hui rejetée de façon presque unanime. De plus, on peut même s’attendre à ce que, face à la crise actuelle, de telles tentatives d’attribuer une perspective téléologique à l’unification européenne perdront encore de leur portée.[17] Cela témoigne aussi d’une réflexion plus intensifiée que pratique la discipline de l’histoire européenne sur ses propres enjeux depuis quelques années.

*

Aujourd’hui l’historiographie de la construction européenne constitue un domaine de recherche qui est en train de connaître une double relance. D’un côté, les événements actuels incitent à étudier de plus près l’histoire récente de l’Europe unie. Mais de l’autre, de nouveaux questionnements scientifiques invitent à repenser les présentations traditionnelles du processus de l’intégration. Qui plus est, ce champ de recherche étant encore jeune, il reste de nombreuses pistes à explorer. Bref : de bonnes raisons pour s’intéresser à l’histoire de l’intégration européenne !


[1] Pour une première impression de la problématique des « narratives européens » voir la collection d’articles sur la plateforme Eurozine : « European histories : Concord and conflict », disponible sur : http://www.eurozine.com/comp/focalpoints/eurohistories2.html.

[2] Voir Reinhart Koselleck : « Vom Sinn und Unsinn der Geschichte », dans Vom Sinn und Unsinn der Geschichte. Aufsätze und Vorträge aus vier Jahrzehnten. Herausgegeben und mit einem Nachwort von Carsten Dutt, Berlin : Suhrkamp, 2010, pp. 9-31.

[3] Se référer à la déclaration gouvernementale « L’Europe doit devenir une union de la stabilité », 26 octobre 2011, disponible sur : http://www.bundesregierung.de/nn_5822/Content/FR/Artikel/__2011/10/2011-10-26-merkel-regierungserklaerung-er-euro__fr.html.

[4] Cité après Dimitri Grygowski, Les États-Unis et l’unification monétaire de l’Europe, Bruxelles : Peter Lang, 2009, p. 48.

[5] Pour plus d’informations voir la page d’accueil du groupe : http://www.eu-historians.eu/. Voir également  Morgane Le  Boulay, « Investir l’arène européenne de la recherche. Le « Groupe de Liaison » des historiens auprès de la Commission européenne », Politix. Revue des sciences sociales du politique, n° 89, « L’Académie européenne », 2010, pp. 103-124.

[6] Voir la première publication du groupe de liaison : Raymond Poidevin (dir.), Histoire des débuts de la construction européenne, mars 1948 – mai 1950. Origins of the European Integration, March 1948 – May 1950, Bruxelles et al.: Bruylant et al., 1986 ainsi que Walter Lipgens, A History of the European Integration 1945-47, Oxford : Clarendon Press, 1982. Lipgens, un des fondateurs de l’histoire de l’intégration européenne, entreprendra surtout l’édition des plusieurs recueils des sources importantes : Walter Lipgens (dir.), Documents on the History of European Integration, 4 vol., Berlin : de Gruyter, 1985-1991.

[7] Une vue d’ensemble donnent Antonio Varsori, « Historiographie », dans Yves Bertoncini et al. (dir.), Dictionnaire critique de l’Union européenne, Paris : Armand Colin, 2008, pp. 218-223, Wolfram Kaiser & Antonio Varsori (dir.), European Union History. Themes and Debates, Basingstoke : Palgrave, 2010 et Kiran Klaus Patel, « Europäische Integrationsgeschichte auf dem Weg zur doppelten Neuausrichtung. Ein Forschungsbericht », Archiv für Sozialgeschichte 50, 2010, pp. 595-642. Ce renouvellement de la discipline est également porté par une nouvelle génération des jeunes chercheurs qui se groupe autour des deux réseaux transnationaux HEIRS et RICHIE : http://www.eu-historians.eu/Young_Researchers.

[8] Voir par exemple : Hartmut Kaelble, Sozialgeschichte Europas. 1945 bis zur Gegenwart, Bonn : bpb, 2007 et Robert Frank (dir.), Les identités européennes au XXe siècle : diversités, convergences et solidarités, Paris : Publications de la Sorbonne, 2004.

[9] Se référer à : Angela Romano, From Détente in Europe to European Détente. How the West Shaped the Helsinki CSCE, Bruxelles : Peter Lang, 2009 et N. Piers Ludlow (dir.), European Integration and the Cold War. Ostpolitik – Westpolitik. 1965-1973, London : Routledge, 2007.

[10] Voir Franz Knipping & Matthias Schönwald (dir.), Aufbruch zum Europa der zweiten Generation. Die europäische Einigung 1969-1984 (Europäische und Internationale Studien, vol. 3), Trier : Wissenschaftlicher Verlag Trier, 2004 ainsi que Matthias Waechter (dir.), « Eurosclérose ou européanisation? L’intégration européenne dans les années 1970. Eurosclerosis or Europeanisation? European Integration in the 1970s », L’Europe en formation, n° 353/354, 2009.

[11] Voir son ouvrage le plus important : Alan S. Milward, The European Rescue of the Nation-State, London : Routledge, 1992. Pour l’influence de Milward voir : Morten Rasmussen, « European Rescue of the Nation-State? Tracing the Role of Economics and Business », dans W. Kaiser & A. Varsori (dir.), European Union History, op. cit. , pp. 128-149.

[12] Voir par exemple : Michel Dumoulin (dir.), Réseaux économiques et construction européenne. Economic Networks and European Integration (Euroclio, vol. 29), Bruxelles et al.: Peter Lang, 2004 et Gérard Bossuat (dir.), Inventer l’Europe. Histoire nouvelle des groupes d’influence et des acteurs de l’unité européenne (Euroclio, vol. 27), Bruxelles et al.: Peter Lang, 2003.

[13] Voir Amy Verdun, « The role of the Delors Committee in the creation of EMU: an epistemic community? », Journal of European Public Policy, vol. 6, n° 2, 1999, pp. 308-328. [voir aussi ici]

[14] Voir Cécile Robert & Antoine Vauchez (dir.), « L’Académie européenne », Politix. Revue des sciences sociales du politique, n° 89, 2010.

[15] Voir Martin Conway & Kiran Klaus Patel (dir.), Europeanization in the Twentieth Century. Historical Approaches, Basingstoke : Palgrave Macmillan 2010. Sur l’exemple de l’« européanisation » de la politique agricole voir : Kiran Klaus Patel, Europäisierung wider Willen. Die Bundesrepublik Deutschland in der Agrarintegration der EWG 1955-1973, München : Oldenbourg 2009.

[16] C’est surtout l’intention de Nicholas Piers Ludlow, The European Community and the Crises of the 1960s. Negotiating the Gaullist Challenge, London : Routledge 2006. Voir aussi : Wolfram Kaiser, Brigitte Leucht & Morten Rasmussen (dir.), The History of the European Union. Origins of a Trans- and Supranational Politiy 1959-72, New York : Routledge, 2009.

[17] Sur le problème de la téléologie voir : Mark Gilbert, « Narrating the Process : Questioning the Progressive Story of European Integration », Journal of Common Market Studies 46, 2008, pp. 641-662.

Histoire, anthropologie et ethnohistoire

À propos de Nathan Wachtel, La vision des vaincus. Les Indiens du Pérou devant la Conquête espagnole, 1530-1570, Paris, Gallimard, coll. « Folio Histoire », 1992 (1e éd. coll. « Bibliothèque des Histoires », 1971), 395 p.

[La version initiale de ce compte-rendu a été rédigée en décembre 2008, dans le cadre du séminaire de Master I « Méthodologie de la recherche en histoire » (EHESS).]

Couverture de l'édition de 1992

Cet ouvrage se propose d’envisager la conquête espagnole de l’Amérique du Sud, au XVIsiècle, du point de vue des « vaincus », c’est-à-dire des Indiens. Il a été réédité en mars 1992 dans la collection « Folio Histoire ». Il est paru pour la première fois en 1971 ; Nathan Wachtel menait alors ses recherches dans le cadre de la VIe section de l’École pratique des hautes études, avant de devenir directeur d’études à l’EHESS. Depuis 1992, il est titulaire de la chaire d’histoire et anthropologie des sociétés méso- et sud- américaines au Collège de France.

La réédition de 1992 a donné l’occasion à l’auteur de revenir sur ce travail, vingt ans après sa parution. Dans une courte préface, il dresse un bref bilan des recherches historiques menées depuis lors sur les sociétés préhispaniques d’Amérique du Sud, et réaffirme qu’il conçoit La vision des vaincus comme « l’étape initiale d’une recherche plus ample » (p. 3), qu’il a poursuivie avec Le retour des ancêtres. Les Indiens Urus de Bolivie, XXe-XVe siècle. Essai d’histoire régressive[1], également paru aux éditions Gallimard, en 1990.

N. Wachtel débute son ouvrage par un tableau de la conquête vue par les Aztèques, les Mayas et les Incas. C’est particulièrement l’étude des aspects religieux qui permet de définir les cadres mentaux qui expliquent les réactions des Indiens. La deuxième partie s’attache à pointer les conséquences de la conquête, sur les plans démographique, économique, social, religieux, et qui touchent également la culture matérielle. Au sujet de ce dernier point, les évolutions concernant la nourriture ou le vêtement, mais aussi la langue, sont étudiées du point de vue des processus d’acculturation. L’étude des multiples conséquences de la conquête est rendue possible par une explication préalable des cadres économiques, sociopolitiques et mentaux repérables dans l’Empire inca. Les différentes formes de révoltes contre la domination européenne sont étudiées en dernier lieu : révoltes à caractère politique et religieux dans l’ancien Empire inca, et révoltes aux frontières nord et sud de l’aire culturelle étudiée.

La production de cet ouvrage se situe dans un contexte qui a permis d’envisager l’idée d’un décentrage du point de vue occidental. La prise en compte de civilisations qui n’étaient jusque là pas étudiées pour elles-mêmes a pu s’effectuer à la suite des mouvements de décolonisation, qui ont remis en question l’hégémonie européenne. D’un point de vue épistémologique, La vision des vaincus voit le jour à un moment crucial du rapprochement entre histoire et anthropologie[2], une conséquence du vif débat initié par Lévi-Strauss dès la fin des années 1940[3]. Cet ouvrage a fait date en ceci que l’auteur a pris le parti de le définir, dès l’introduction, comme un « essai d’ethnohistoire » (p. 23). C’est donc qu’il considère que son objet requiert, pour être traité dans la perspective choisie, l’apport de l’histoire, mais aussi celui de l’ethnologie, et donc, dans ce contexte, du structuralisme.

Comment N. Wachtel a-t-il procédé pour réaliser, par cet essai, une rupture historiographique ? Nous étudierons la mise en œuvre de ses intentions d’un point de vue méthodologique en observant de quelles manières il a associé les méthodes de l’histoire et celles de l’ethnologie. On peut pour cela prendre d’abord en compte son utilisation des sources, puis mettre en lumière ce que son cadre global d’analyse doit à la fois à l’historiographie du début des années 1970 et au structuralisme.

Quelles sources pour l’« ethnohistoire » ?

L’examen des sources utilisées par N. Wachtel permet une première approche de sa démarche consistant à relier histoire et ethnologie. Il est particulièrement éclairant pour comprendre la pertinence de ce rapprochement dans ce cas précis.

Tout d’abord, N. Wachtel étudie des documents écrits, sources traditionnelles de la discipline historique. Pour parvenir à son objectif – rendre compte du traumatisme de la conquête espagnole du point de vue autochtone – on aurait pu s’attendre à ce qu’il fasse prioritairement appel à des sources « authentiquement indigènes » (p. 26). Notons qu’il s’appuie aussi très largement sur des sources produites par des chroniqueurs et par l’administration espagnole, en leur posant toutefois de nouvelles questions, essayant de percevoir à travers elles la voix des vaincus. Certains documents s’y prêtent particulièrement : à titre d’exemple, on peut citer les comptes-rendus des visitas à but fiscal, au cours desquelles des administrateurs coloniaux menaient de véritables enquêtes, interrogeant les Indiens à partir d’un questionnaire – ce qui permet un traitement statistique du corpus.

Les problèmes inhérents aux sources primaires qui se posent habituellement aux historien‑ne‑s sont également manifestes ici, notamment en ce qui concerne la datation et l’authentification de documents émanant de traditions orales indiennes remontant au XVIe siècle, rarement mises par écrit avant le XIXe siècle. Il faut également signaler une difficulté supplémentaire : si les écritures mayas et les aztèques sont aujourd’hui lisibles, les sources incas demeurent en revanche difficiles d’accès. Il a donc souvent fallu s’en remettre à la médiation espagnole, qui a sélectionné tout au long de la période coloniale les documents parvenus jusqu’à nous. Les conséquences de ce processus de contrôle des supports culturels d’un groupe dominé touchent à des problématiques soulevées notamment par les subaltern studies.

Mais l’auteur ne se limite pas à cette documentation lacunaire : il analyse également des sources indigènes habituellement propres à l’ethnologie. C’est ainsi qu’il met à contribution le folklore indigène actuel : certaines manifestations populaires, qui combinent théâtre et danse, rejouent en effet régulièrement le déroulement de la conquête espagnole. N. Wachtel procède à une étude comparative de différentes variantes de ce thème, des Andes au Mexique. L’essence même de ces sources[4] lui permet de remarquer que  le traumatisme de la conquête est un phénomène de longue durée – quatre siècles – inscrit dans la mémoire collective. D’autre part, la confrontation entre la réinterprétation de la conquête mise en scène lors de ces spectacles et les faits historiques permet de relever d’apparentes incohérences ou de surprenantes « réécritures » des événements. Pour expliquer la logique qui les sous-tend, l’auteur applique au folklore l’analyse structurale utilisée pour les mythes, dans le but de toucher au niveau inconscient de cette pratique sociale. La recréation du passé dans le cadre des fêtes populaires apparaît alors comme une tentative de restructuration en réponse au choc subi collectivement.

Le chapitre fondé sur une étude du folklore constitue donc un exemple extrêmement éclairant de la démarche de l’ethnohistoire et une démonstration de sa pertinence : N. Wachtel utilise des sources propres à l’ethnologie pour les expliquer grâce à des outils conceptuels développés par l’histoire et par l’anthropologie. Ce sont quelques-uns de ces croisements méthodologiques que nous voudrions étudier dans une seconde partie.

Les apports conceptuels de l’histoire et de l’ethnologie

En tant qu’historien héritant des évolutions historiographiques qui ont eu lieu depuis le début du XXe siècle, N. Wachtel met l’accent sur l’histoire sociale et économique[5], notamment lorsqu’il rend compte, dans la deuxième partie, de l’organisation de l’État inca avant la conquête, de manière à mettre en lumière les conséquences de celle-ci sur la vie des Indiens. Les outils proposés par la démographie historique lui permettent d’évaluer l’importance de la chute démographique qui a suivi l’arrivée des Espagnols. Les chiffres sur lesquels l’auteur se fonde sont peu fiables et varient énormément d’une région à l’autre, cependant des proportions peuvent être dégagées, et sont appuyées par les méthodes statistiques adoptées par les historien-ne-s. Les conclusions sont ainsi mises en forme dans la partie « annexes » à l’aide de graphiques – courbes démographiques et pyramides des âges.

L’auteur tient également compte des données géographiques. Les cadres spatiaux considérés varient tout au long de l’étude : alors que la première partie de l’ouvrage considère les réactions des Mayas, des Aztèques et des Incas, la troisième partie va chercher des exemples de révoltes au sein de l’Empire inca, mais aussi aux limites nord et sud de l’aire envisagée, où les résistances furent plus efficaces. En revanche, la deuxième partie prend surtout en compte la zone inca. Cette variété de cadres spatiaux rend nécessaire l’étude préalable des différents aspects géographiques, en tant qu’ils conditionnent les modes de vie locaux, mais aussi l’organisation de l’État inca, développée en second lieu. N. Wachtel revient à un propos économique en définissant le système de redistribution par l’État des différentes productions agricoles d’une zone à l’autre de l’Empire – les types de cultures variant selon l’altitude, une « économie verticale » permet d’échanger des ressources complémentaires. Ces cadres économiques sont simultanément soumis à une analyse structurale, en tant que révélateurs de cadres mentaux qui participent à la définition d’une vision du monde indienne, qui s’est confrontée à celle des Européens.

En définissant les relations entre l’Inca et ses sujets, via la médiation du curaca – chef local et relais de l’administration – comme fondées sur la réciprocité et la redistribution, N. Wachtel fait appel aux notions de don et de contre-don développées par l’anthropologie. Ce chapitre est d’ailleurs bien intitulé « Les structures de l’État inca »[6]. La production agricole au sein de chaque unité socio-politique, l’ayllu, fait l’objet d’un tribut, qui est redistribué par l’État. Le travail collectif et ritualisé des paysans sur les terres de l’Inca et du curaca n’est donc pas, dans ce cadre, appréhendé comme une corvée injuste, puisqu’il participe d’un système global. L’auteur avance en effet l’idée que « cette exploitation n'[a] pas été vécue comme telle par ceux qui la subissaient et qu’au contraire elle trouvait son sens dans une vision cohérente du monde » (p. 132). Ce sont les cadres mentaux qui régissent cette vision du monde que N. Wachtel, à l’aide des méthodes du structuralisme, entend isoler de façon à la confronter point par point au nouveau système espagnol[7]. À partir des décalages observés, il devient possible, selon l’auteur, de replacer les réactions indigènes dans leur contexte – social, politique, mental –, ce qui constitue un moyen de comprendre « la vision des vaincus » en se détachant d’un point de vue qui serait uniquement tributaire des cadres mentaux occidentaux. Si le système sociopolitique indien, vu de l’intérieur, perd son sens une fois transformé par les conquérants espagnols, en revanche le système colonial qu’ils ont érigé s’inscrit dans un autre ensemble, relié à la métropole, qui n’a plus de sens que pour les Européens.

*

Couverture de l'édition de 1971

Le projet de cet ouvrage, qui consiste à décentrer un point de vue, à changer de perspective, a fait date. Il s’adresse très manifestement à un lectorat occidental. Nul doute qu’un-e chercheur-e péruvien-ne, porteur-se d’un point de vue différent, aurait produit un tout autre travail. Il s’agit ici pour l’auteur de rendre intelligible la « vision des vaincus » aux Européens en l’expliquant à l’aide de concepts qui leur sont familiers. À la lecture, on ne peut s’empêcher d’établir des rapprochements avec l’histoire européenne : par exemple, le statut des yana fait penser à celui des serfs, et l’efficacité de la conquête espagnole semble reposer sur des causes similaires à celles qui expliquent le succès de César en Gaule. Les différents modes de possession foncière sont mis en relation par N. Wachtel avec ceux du système féodal. La question de la possibilité d’opérer un déplacement du point de vue demeure ouverte, et les réflexions qui découlent de la démarche proposée par cet ouvrage continuent d’alimenter les débats qui traversent les études postcoloniales. L’auteur est parvenu, en suivant un développement logique précis, problématisant les moindres aspects du sujet, à appliquer les démarches historique et anthropologique à ce cas précis. En cela, « [Il] nous offre (…) un excellent instrument de travail »[8].


[1]   On peut noter que le titre même affiche ici encore un parti pris méthodologique. En outre, l’auteur se fonde   de nouveau sur un exemple précis pour retracer des évolutions globales.

[2]   Numéro spécial « Histoire et Structure », Annales ESC, vol. 26, n° 3-4, mai 1971. (lire en ligne)

[3]   Claude Lévi-Strauss, « Histoire et ethnologie », Revue de métaphysique et de morale, n° 34, 1949, p. 363- 391.

[4]   « Le folklore, passé vivant dans le présent, constitue une source pour l’étude des permanences inscrites dans la psychologie collective » (p. 66).

[5]   La dimension événementielle est peu convoquée, seuls sont rappelés les éléments nécessaires à la compréhension du contexte.

[6]   « Par structure, nous désignons un ensemble composé d’éléments unis par des rapports que régit une logique interne » (p. 248).

[7]   Dont l’action est justement qualifiée de « déstructuration ». C’est d’ailleurs le titre du deuxième chapitre de la deuxième partie de l’ouvrage, qui fait suite au chapitre I, « Les structures de l’État inca ».

[8]   Compte-rendu de l’ouvrage par Pierre Clastres in L’homme, vol. 12, n° 1, 1972, p. 144-145. (lire en ligne)